© Thierry Chenu

Grève du per­son­nel des écoles de Grenoble mardi 17 novembre : la Ville répond aux syn­di­cats Sud et CNT

Grève du per­son­nel des écoles de Grenoble mardi 17 novembre : la Ville répond aux syn­di­cats Sud et CNT

 

FOCUS - Les organisations syndicales Sud et CNT ont déposé un préavis de grève pour les écoles de Grenoble le mardi 17 novembre. En conséquence, la Ville annule la restauration scolaire et ne peut garantir ni la garderie du matin ni le temps périscolaire. De quoi agacer Pierre Mériaux, adjoint au personnel. Qui estime que la Ville répond en grande partie aux revendications des syndicats et déplore un manque de dialogue social de leur part.

 

 

La restauration scolaire ne sera pas assurée dans les écoles de Grenoble ce mardi 17 novembre. La garderie du matin, les accueils à midi (avec un repas froid préparé par les parents) ou les temps périscolaires de l'après-midi ne seront, quant à eux, possibles qu'en fonction du nombre de professionnels présents. À savoir les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem), les agents d’entretien et restauration et les animateurs. La raison? Un mouvement de grève local, déposé par les organisations syndicales Sud 38 Collectivités territoriales et CNT Isère.

 

Grève dans les écoles de Grenoble le mardi 17 novembre 2020.© Thierry Chenu

Un mouvement de grève dans les écoles de Grenoble est prévu mardi 17 novembre, porté par les syndicats Sud et CNT. © Thierry Chenu - Ville de Grenoble

 

Selon les syndicats, ces personnels des écoles sont épuisés "de palier à (sic) la pénurie de personnel.le.s “organisée” par la mairie de Grenoble" et révoltés "de n’être jamais entendu.e.s ni reconnu.e.s dans leur travail indispensable au fonctionnement des écoles de Grenoble."

 

 

"80 agent.e.s vulnérables ont dû quitter les écoles" et "de nombreux autres sont malades"

 

Sud et la CNT rappellent que le mécontentement de ces salariés dure depuis des années. "Les sous-effectifs récurrents, la précarité imposée et des salaires bien en-dessous du seuil de pauvreté (temps non-complet imposé) ont déjà à plusieurs reprises en 2018 et 2019 provoqué la colère et les grèves des personnels."

 

Grève des Atsem devant hôtel de ville de Grenoble en septembre 2015. DR

Grève des Atsem devant hôtel de ville de Grenoble en septembre 2015. DR

Dans un tract, les deux syndicats accusent en outre le maire et son administration d'être "responsables de la dégradation du service public et de [leurs] conditions de travail".

 

Au cœur de leurs revendications, des moyens pour faire face à la crise sanitaire. "80 agent.e.s vulnérables ont dû quitter les écoles. De nombreux autres sont malades, les remplacements se font attendre. De ce fait, une surcharge de travail importante et récurrente s’ajoute aux tâches supplémentaires liées à la pandémie Covid", rapportent les syndicats.

 

Ces derniers exigent ainsi le remplacement de toutes les personnes malades. De même que "l'embauche de renforts" et un "pool d'agent-e-s titulaires de remplacement en nombre suffisant". Ou encore d'avoir suffisamment de masques adaptés.

 

 

Pierre Mériaux conteste la forme et le fond

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 66 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tribune libre : "De la “culture” du tag à la “souillure” partout dans Grenoble, jusqu’à la violence"
Tribune libre : « De la “culture” du tag à la “souillure” par­tout dans Grenoble, jusqu’à la violence »

TRIBUNE LIBRE - L'Union des habitants du centre-ville (UHCV) de Grenoble remet la question des tags sur le tapis en interpellant la Ville, tant sur Lire plus

Après les parcs Marliave et Flaubert de Grenoble, la Maison des Collines accueille un refuge LPO
Après les parcs Marliave et Flaubert de Grenoble, la Maison des Collines accueille un refuge LPO

FLASH INFO - La Ville de Grenoble a adopté lors de son conseil municipal du 13 mai 2024 une convention avec la Ligue protectrice des Lire plus

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

"Femme et racisée", Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité grenobloise après s'être vue refuser la délégation Égalité des droits?
« Femme et raci­sée », Maude Wadelec a‑t-elle quitté la majo­rité gre­no­bloise après s’être vue refu­ser la délé­ga­tion Égalité des droits ?

FOCUS - Pour quelles raisons Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité du conseil municipal pour figurer désormais parmi les élus d'opposition, en tant que non Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !