Personnel d’entretien, Atsem et animateurs scolaires : les “Blouses bleues” en grève à Grenoble ce mardi 11 décembre

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

FIL INFO – Les personnels d’entretien des écoles, Atsem et animateurs scolaires de Grenoble font grève ce mardi 11 décembre de 11 h 30 à 13 h 30. Les « Blouses bleues » – en grande majorité des femmes – dénoncent des emplois trop précaires, une dégradation des conditions de travail et un « harcèlement » hiérarchique.

 

 

Les “blouses bleues”, Atsem, personnels d'entretien et animateurs scolaires de Grenoble, appellent à la grève mardi 11 décembre de 11h30 à 13h30. © Thierry Chenu

Les “blouses bleues”, Atsem, per­son­nels d’en­tre­tien et ani­ma­teurs sco­laires de Grenoble, appellent à la grève mardi 11 décembre de 11h30 à 13h30. © Thierry Chenu

« Comme les Gilets jaunes, nous les Blouses bleues en avons assez de la situa­tion pro­fes­sion­nelle et sociale qui nous est impo­sée. » Ainsi s’ex­priment les per­son­nels d’en­tre­tien des écoles, Atsem1Agent ter­ri­to­rial spé­cia­lisé des écoles mater­nelles et ani­ma­teurs sco­laires de la Ville de Grenoble. Dans un tract signé des syn­di­cats Solidaires et CNT (Confédération natio­nale du tra­vail), les employés muni­ci­paux appellent à la grève mardi 11 décembre, de 11 h 30 à 13 h 30.

 

Pourquoi un arrêt de tra­vail sur cette plage horaire spé­ci­fique ? « L’idée de faire grève sur le midi afin de blo­quer le ser­vice des repas semble la plus effi­cace, moins péna­li­sante finan­ciè­re­ment et for­te­ment visible », expliquent les syn­di­cats. Qui ajoutent qu’un tract expli­ca­tif à l’in­ten­tion des parents d’é­lève sera éga­le­ment dif­fusé à l’oc­ca­sion du mou­ve­ment social.

 

 

Des emplois précaires et une surcharge de travail

 

Que dénoncent les Blouses bleues ? « Des emplois pré­caires, à temps incom­plets impo­sés, sous-payés », écrivent-elles en pre­mier lieu. Et de décrire des embauches via des « arrê­tés » d’une durée maxi­male de onze mois, « sans aucune pers­pec­tive de titu­la­ri­sa­tion, et sans jamais pou­voir béné­fi­cier d’un temps com­plet ». Une « dis­cri­mi­na­tion sexiste », jugent les syn­di­cats, qui rap­pellent qu’une majo­rité de ces sala­riés sont des femmes.

 

En 2015, les Atsem de Grenoble faisaient déjà grève. DR

En 2015, les Atsem de Grenoble fai­saient déjà grève. DR

 

Autre point de colère : les Blouses bleues dénoncent une sur­charge de tra­vail. « Nous sup­por­tons les ouver­tures de classes, les acti­vi­tés nou­velles sans avoir de moyens sup­plé­men­taires », affirment-elles. Pire encore : tous les départs à la retraite ne seraient pas rem­pla­cés. Des dif­fi­cul­tés aux­quelles viennent s’a­jou­ter des bâti­ments jugé vétustes, « dif­fi­ciles d’en­tre­tien et d’u­ti­li­sa­tion ». Le per­son­nel réclame ainsi en prio­rité le rem­pla­ce­ment de tous les départs et un plan de recru­te­ment.

 

 

« Marre d’en avoir marre »

 

Enfin, les Blouses bleues pointent aussi du doigt les méthodes mana­gé­riales au sein des ser­vices de la Ville. « Nous ne sommes pas res­pec­tées », clament-elles, esti­mant subir « en per­ma­nence la pres­sion de leur hié­rar­chie ». Un véri­table « har­cè­le­ment » pour les syn­di­cats, qui tou­che­raient éga­le­ment les per­son­nels jusque dans leurs arrêts-mala­dies, par­fois non rem­pla­cés.

 

Maud Tavel, adjointe de Grenoble déléguée au personnel et à la direction générale. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Maud Tavel, adjointe de Grenoble délé­guée au per­son­nel et à la direc­tion géné­rale. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Quel dia­logue avec la muni­ci­pa­lité ? « Quand on inter­pelle des élus […], on nous écoute poli­ment puis on nous parle comme si nous étions igno­rantes », écrivent les sala­riées. Qui ter­minent leur appel à la grève en criant leur ras-le-bol : « Marre des pro­messes sté­riles, marre de la misère, marre de la galère, marre d’êtres mal­trai­tées ». Bref, « Marre d’en avoir marre ! »

 

FM

 

LA VILLE ANNULE LA RESTAURATION SCOLAIRE

 

Après l’an­nonce du mou­ve­ment de grève, la Ville de Grenoble indique que la res­tau­ra­tion sco­laire est annu­lée dans les écoles le mardi 11 décembre. « La déci­sion d’annulation de la res­tau­ra­tion est liée à l’impossibilité de garan­tir par avance la préparation/mise en chauffe, le ser­vice des repas et l’encadrement des enfants dans cha­cune des écoles », écrit la muni­ci­pa­lité

 

« Dans les écoles mater­nelles comme dans les écoles élé­men­taires, les enfants pour­ront être accueillis avec un repas froid fourni par les parents si les pro­fes­sion­nels sont en nombre suf­fi­sant, sinon pas d’ac­cueil », pré­vient-t-elle encore. En revanche, la gar­de­rie du matin et le péri­sco­laire de 16 heures devraient être assu­rés nor­ma­le­ment.

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
2048 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.