Pas de cantine dans les écoles de Grenoble ce jeudi 24 janvier : le personnel à nouveau en grève

sep article

FIL INFO – Les cantines des écoles de Grenoble seront fermées ce jeudi 24 janvier du fait d’une nouvelle grève des agents et animateurs des écoles. Mêmes motifs de mécontentement que lors des mobilisations de décembre : une gestion « purement comptable des personnels » qui génère « précarisation » et « déshumanisation », selon les syndicats FO, CNT et Sud. Ces derniers invitent le personnel à manifester le mercredi 30 janvier à 14 heures, devant la mairie.

 

 

Grève des Atsem devant hôtel de ville de Grenoble. DR

Grève des Atsem devant hôtel de ville de Grenoble. DR

Ce jeudi 24 janvier, une partie du personnel des écoles de la Ville de Grenoble sera en grève entre midi et deux.

 

La Ville a donc dû se résigner à annuler le service de la cantine. « Les enfants pourront être accueillis avec un repas froid fourni par les parents si les professionnels sont en nombre suffisant, indique la commune. Sinon pas d’accueil. »

 

Nombre d’agents d’entretien, d’agents territoriaux spécialisés  des écoles maternelles (Atsem) et d’animateurs devraient en effet répondre à l’appel des syndicats Sud, Confédération nationale du travail (CNT) et Force ouvrière (FO). Les grèves de décembre 2018 n’ayant rien donné, les syndicats remettent le couvert.

 

 

« Déshumanisation » et « précarisation » des agents

 

Dans le collimateur des syndicalistes : « le fonctionnement de la direction Éducation jeunesse », qui gère le personnel à la petite semaine, affirment les syndicats. Ce qui engendrerait « déshumanisation » et « précarisation » des agents. « Dans les écoles, les personnes essentiellement des femmes, sont cantonnées dans des emplois précaires, à temps incomplets et sous-payées », fustigent les syndicats.

 

grevejeudi13octobre2016animateursperiscolairescreditseverinecattiaux

© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Et ces derniers de dérouler treize revendications : « un plan de titularisation pour les AE [agents d’entretien, ndlr], Atsem et animateurs », « un temps plein pour toutes et tous », « le remplacement de tous les départs et un plan de recrutement », « l’arrêt du harcèlement contre les arrêts maladie », « l’arrêt du management à la pression » et des « fins de contrats expéditifs » etc.

 

Enfin, les syndicalistes ne manquent pas de brocarder Eric Piolle, maire écologiste de Grenoble : « Quelle considération porte Monsieur le Maire à ses agent.e.s, lui qui prétend dans les médias soutenir les gilets jaunes et qui fabrique de la précarité dans sa collectivité ? »

 

 

Manifestation devant l’hôtel de Ville, le 30 janvier

 

Escomptant se faire entendre et mettre la pression, les grévistes se donnent rendez-vous pour manifester, mercredi 30 janvier, devant la mairie de Grenoble à 14 heures. « Nous ne lâcherons rien […] Nous ferons le nécessaire ensemble AE, Atsems, animatrices, animateurs, pour nous faire entendre et respecter », martèlent-ils.

 

SC

 

commentez lire les commentaires
1646 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.