Pas de cantine dans les écoles de Grenoble ce jeudi 24 janvier : le personnel à nouveau en grève

sep article



FIL INFO – Les cantines des écoles de Grenoble seront fermées ce jeudi 24 janvier du fait d’une nouvelle grève des agents et animateurs des écoles. Mêmes motifs de mécontentement que lors des mobilisations de décembre : une gestion « purement comptable des personnels » qui génère « précarisation » et « déshumanisation », selon les syndicats FO, CNT et Sud. Ces derniers invitent le personnel à manifester le mercredi 30 janvier à 14 heures, devant la mairie.

 

 

Grève des Atsem devant hôtel de ville de Grenoble. DR

Grève des Atsem devant hôtel de ville de Grenoble. DR

Ce jeudi 24 jan­vier, une par­tie du per­son­nel des écoles de la Ville de Grenoble sera en grève entre midi et deux.

 

La Ville a donc dû se rési­gner à annu­ler le ser­vice de la can­tine. « Les enfants pour­ront être accueillis avec un repas froid fourni par les parents si les pro­fes­sion­nels sont en nombre suf­fi­sant, indique la com­mune. Sinon pas d’ac­cueil. »

 

Nombre d’a­gents d’en­tre­tien, d’a­gents ter­ri­to­riaux spé­cia­li­sés  des écoles mater­nelles (Atsem) et d’a­ni­ma­teurs devraient en effet répondre à l’ap­pel des syn­di­cats Sud, Confédération natio­nale du tra­vail (CNT) et Force ouvrière (FO). Les grèves de décembre 2018 n’ayant rien donné, les syn­di­cats remettent le cou­vert.

 

 

« Déshumanisation » et « précarisation » des agents

 

Dans le col­li­ma­teur des syn­di­ca­listes : « le fonc­tion­ne­ment de la direc­tion Éducation jeu­nesse », qui gère le per­son­nel à la petite semaine, affirment les syn­di­cats. Ce qui engen­dre­rait « déshu­ma­ni­sa­tion » et « pré­ca­ri­sa­tion » des agents. « Dans les écoles, les per­sonnes essen­tiel­le­ment des femmes, sont can­ton­nées dans des emplois pré­caires, à temps incom­plets et sous-payées », fus­tigent les syn­di­cats.

 

grevejeudi13octobre2016animateursperiscolairescreditseverinecattiaux

© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Et ces der­niers de dérou­ler treize reven­di­ca­tions : « un plan de titu­la­ri­sa­tion pour les AE [agents d’en­tre­tien, ndlr], Atsem et ani­ma­teurs », « un temps plein pour toutes et tous », « le rem­pla­ce­ment de tous les départs et un plan de recru­te­ment », « l’ar­rêt du har­cè­le­ment contre les arrêts mala­die », « l’ar­rêt du mana­ge­ment à la pres­sion » et des « fins de contrats expé­di­tifs » etc.

 

Enfin, les syn­di­ca­listes ne manquent pas de bro­car­der Eric Piolle, maire éco­lo­giste de Grenoble : « Quelle consi­dé­ra­tion porte Monsieur le Maire à ses agent.e.s, lui qui pré­tend dans les médias sou­te­nir les gilets jaunes et qui fabrique de la pré­ca­rité dans sa col­lec­ti­vité ? »

 

 

Manifestation devant l’hôtel de Ville, le 30 janvier

 

Escomptant se faire entendre et mettre la pres­sion, les gré­vistes se donnent ren­dez-vous pour mani­fes­ter, mer­credi 30 jan­vier, devant la mai­rie de Grenoble à 14 heures. « Nous ne lâche­rons rien […] Nous ferons le néces­saire ensemble AE, Atsems, ani­ma­trices, ani­ma­teurs, pour nous faire entendre et res­pec­ter », mar­tèlent-ils.

 

SC

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2050 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.