Neyrpic : les cinémas indépendants soulagés par le rejet du projet de l’UGC

sep article



 

FOCUS – La Commission nationale d’aménagement cinématographique (Cnac) vient d’émettre un avis défavorable concernant la construction du cinéma de l’Union générale cinématographique (UGC) sur les anciennes friches Neyrpic. Un nouveau revers pour l’exploitant. Au niveau politique, les élus métropolitains se divisent sur le sujet.

 

 

« Aujourd’hui, je suis très satis­fait à titre pro­fes­sion­nel et per­son­nel qu’il y ait une déci­sion néga­tive sur ce pro­jet », savoure Bruno Thivillier, direc­teur du cinéma Le Méliès à Grenoble. Vendredi 9 octobre, la Commission natio­nale d’a­mé­na­ge­ment ciné­ma­to­gra­phique (Cnac) a en effet rendu un avis défa­vo­rable au pro­jet de com­plexe porté par l’Union géné­rale ciné­ma­to­gra­phique (UGC), dans le cadre de la réha­bi­li­ta­tion des friches indus­trielles Neyrpic. Un pro­jet qui pré­voyait douze salles de dif­fu­sion et 2 300 places.

 

Projet UGC Neyrpic retoqué: les autres cinémas soulagés.Affiche promotionnelle du futur retail park d'Apsys, prévu sur le site des anciennes usines Neyrpic de Saint-Martin-d'Hères © Olivier Razemon

Affiche pro­mo­tion­nelle du futur retail park d’Apsys, prévu sur le site des anciennes usines Neyrpic de Saint-Martin-d’Hères © Olivier Razemon

Le pro­jet de com­plexe ciné­ma­to­gra­phique UGC était au cœur du nou­veau centre com­mer­cial, avec le pro­mo­teur-inves­tis­seur Apsys à la manœuvre. Depuis le début, les oppo­sants fer­raillent contre cette réha­bi­li­ta­tion. À com­men­cer par l’Association des ciné­mas de recherche indé­pen­dants de la région alpine (Acrira). Et le Mélies qui ne joue pas dans la même caté­go­rie avec ses trois salles et ses 524 sièges. 

 

Les oppo­sants au pro­jet craignent des effets néfastes pour l’éco­no­mie et l’en­vi­ron­ne­ment. « Ce pro­jet semble com­plè­te­ment sur­di­men­sionné au niveau com­mer­cial. C’est un pro­jet privé uni­que­ment sur de l’offre de maga­sins dans une agglo­mé­ra­tion par ailleurs déjà bien pour­vue et qui souffre. Les maga­sins subissent la crise éco­no­mique et la concur­rence d’in­ter­net », constate Anne Tourmen, co-secré­taire d’Europe Ecologie Les Verts (EELV) Métropole de Grenoble.

 

Elle estime que les citoyens aspirent à d’autres lieux de ren­contre. « C’est une com­mune qui n’a pas réel­le­ment de centre-ville. Il y a une demande d’un cer­tain nombre d’ha­bi­tants d’a­voir d’autres pres­ta­tions. Pas for­cé­ment com­mer­ciales, plu­tôt des lieux de vie, des espaces cultu­rels… », ajoute-t-elle.

 

 

Un imbroglio politique

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
1822 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. les pas­tèques ont détruits l’é­co­no­mie de GRENOBLE et là ils ont peur que le pro­jet Neyrpic sera le der­nier clou dans le coffre de la com­merce gre­no­bloise. D’où leur achar­ne­ment contre le pro­jet. En tant que habi­tant du ban­lieue, je suis POUR le pro­jet Neyrpic . Je viens dans ma voi­ture à SMH, je me gare, je fais mes courses, je fais du sport et je rentre chez moi sans entrer dans cette ville pour­rie de Grenoble. Good rid­dance.

    sep article
  2. Le pro­jet Neyrpic vise « en pre­mier lieu les habi­tants de la val­lée du Grésivaudan, car ils ont aujourd’­hui du mal à accé­der à l’hy­per-centre ».
    https://acteursdeleconomie.latribune.fr/territoire/immobilier/2020 – 06-04/maurice-bansay-apsys-nous-avons-l-intention-ferme-de-realiser-neyrpic-849262.html
    Alors madame Tourmen, quand vous dites que le déclin du centre ville de Grenoble vient d’in­ter­net, c’est un men­songe. C’est l’im­pos­si­bi­lité de cir­cu­ler, volon­tai­re­ment orga­ni­sée par votre ami Eric Piolle, et les embou­teillages que cela pro­voque qui en sont la cause.

    sep article
    • @desintox
      abso­lu­ment. Les pro­blèmes du dépla­ce­ment sont au cœur du conflit des para­digmes : soit la coha­bi­ta­tion paci­fique, soit la lutte des classes per­ma­nente (Piolle Pot). Nous avons déjà com­pris que tout coha­bi­ta­tion avec les pas­tèques est impos­sible, ils ne sont pas là pour cher­cher des com­pro­mis.

      sep article