Tapage nocturne rue Chenoise à Grenoble : des habitants ont perdu le sommeil… et patience

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

REPORTAGE – Profitant des journées du patrimoine ce dimanche 20 septembre, des habitants du 9 rue Chenoise à Grenoble ont affiché une banderole bien visible sur leur façade. Les passants pouvaient y lire : « Les clients boivent, les habitants trinquent. Droit au sommeil, résidents excédés, droit à la sécurité ». Désagréablement surpris par l’action des riverains, des commerçants font savoir qu’ils refusent de porter le chapeau et renvoient la responsabilité sur la Ville.

 

 

Des habi­tants du 9 rue Chenoise dans l’hypercentre de Grenoble en ont assez de ne plus fer­mer l’œil de la nuit. Et ce dans l’in­dif­fé­rence géné­rale. En cause, pointent des rési­dents de cet immeuble de vingt-cinq loge­ments, les clients nom­breux et bruyants des bars qui se mul­ti­plient dans la rue pié­tonne.

 

Action du collectif de défense des habitants de la rue Chenoise contre les nuisances sonores, dimanche 20 septembre 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Action du col­lec­tif de défense des habi­tants de la rue Chenoise contre les nui­sances sonores, dimanche 20 sep­tembre 2020 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

À ce bruit de fond, plus ou moins intense selon les heures, s’a­joute les péta­rades de deux roues moto­ri­sés. Un tohu-bohu géné­ral, désor­mais ampli­fié d’a­près les rive­rains par les conduc­teurs de trot­ti­nettes élec­triques s’a­don­nant à des courses-pour­suites à tra­vers les rues pié­tonnes.

 

Alors que l’a­gi­ta­tion est sup­po­sée retom­ber vers 2 heures du matin, à la fer­me­ture des bars, il n’en est rien, témoignent ces habi­tants exas­pé­rés. Car une par­tie de la clien­tèle conti­nue à s’é­gayer dans les rues de l’hy­per­centre jus­qu’au petit matin. Au beau milieu de la nuit, les plus alcoo­li­sés se mettent même à brailler sans se pré­oc­cu­per de la gêne qu’ils occa­sionnent.

 

 

Les bars ont remplacé les restaurants rue Chenoise

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
15733 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Centre ville à la dérive où le tout vélo détruit les vrais com­merces, les­quels sont rem­pla­cés par des bars et des tacos-kebabs qui tournent la nuit alors que les rues sont vides le jour.
    Les bobos et les étu­diants sont contents. Ils viennent en vélo pico­ler au centre ville. Et ils achètent sur Internet ou Uber avec livrai­son pol­luante, mais c’est pas eux qui pol­luent, c’est les livreurs. Ou par Deliveroo et là c’est encore mieux pour la bonne conscience parce que c’est for­mi­dable ces migrants qui viennent jus­qu’à votre canapé, vive l’es­cla­va­gisme moderne.

    sep article
  2. Nombreuses sont deve­nues des rues de la soif à #Grenoble avec les nom­breuses ter­rasses attri­buées sans dis­cer­ne­ment par les élus DEPUIS 2014 !

    Comme si ça ne suf­fi­sait pas, regar­dez aussi les exten­sions nui­sibles des ter­rasses des bars jusqu’à fin octobre afin que leurs gérant puissent conti­nuer à se gaver de fric au dépends des rive­rains.

    En résumé, la tran­quillité publique et le bien être des Grenoblois, le « maire » et sa muni­ci­pa­lité s’en cognent tota­le­ment 👎

    sep article