À Grenoble, une croix gammée taguée sur une plaque commémorative en hommage à la résistance juive

Polémique sur la sécu­rité : Éric Piolle et Gérald Darmanin calment le jeu après leur ren­contre place Beauvau

Polémique sur la sécu­rité : Éric Piolle et Gérald Darmanin calment le jeu après leur ren­contre place Beauvau

 

ENTRETIEN - Après s'être médiatiquement écharpés en août autour du thème de la sécurité, Éric Piolle, maire de Grenoble et Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, ont préféré calmer le jeu. Afin de « sortir du buzz » et des réseaux sociaux, les deux hommes se sont rencontrés et ont échangé sur leurs différends ce lundi 21 septembre 2020, place Beauvau. En synthèse, « une main tendue » pour Gérald Darmanin tandis qu'Éric Piolle évoque une « discussion franche et apaisée ».

 
 

Sécurité : Piolle et Darmanin calment le jeu © Laure Gicquel © Laure Gicquel

Eric Piolle. © Laure Gicquel - Place Gre'net


« J'avais souhaité qu'on sorte des réseaux sociaux et parler de la vie des habitants des quartiers populaires au cours d'un débat public qu'il a refusé. Mais ça a quand même donné lieu à un tête-à-tête qui a permis d'avoir une discussion plus franche et plus apaisée ».
 
Éric Piolle, maire de Grenoble a donc rencontré Gérald Darmanin ce lundi 21 septembre dans les locaux de la place Beauvau. Une rencontre en forme de retour au calme après la séquence d'échanges parfois vifs qui a opposé les deux hommes durant presque tout le mois d'août autour du thème de la sécurité.
 
 

« Manque d'implication » de la Ville selon Gérald Darmanin

 
« Coup de menton », pour l'un, « discours angélique » pour l'autre... Les petites phrases assassines des deux protagonistes ont ainsi alimenté une chronique distillée à la vitesse de l'éclair sur les médias et les réseaux sociaux. À l'origine de la polémique, “l'affaire” de la vidéo postée sur ces mêmes réseaux sociaux montrant des dealers armés s'affairant sur un point de vente de stupéfiants quartier Mistral.
 

Lionel Beffre, préfet de l'Isère et Fabienne Lewandowski, directrice de la DDSP de l'Isère lors de l'opération de police menée quartier Mistral. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Lionel Beffre, préfet de l'Isère, et Fabienne Lewandowski, directrice de la DDSP de l'Isère, lors de l'opération de police menée quartier Mistral. © Joël Kermabon - Place Gre'net


 
Gérald Darmanin avait alors très rapidement montré les muscles de l'État au cours d'une opération très médiatique menée dans le quartier. Suite à quoi Éric Piolle avait dénoncé un « coup de com” » avant que Gérald Darmanin ne s'en mêle. Et reproche notamment à l'édile le « manque d’implication de la ville » lors de multiples opérations de contrôle menées dans la foulée à Mistral.
 
 

Gérald Darmanin promet l'affectation de 14 policiers supplémentaires

 
Après avoir invité le ministre à un débat public « pour sortir des réseaux sociaux » – invitation décliné par Gérald Darmanin –, Éric Piolle a finalement accepté le principe d'une rencontre au ministère de l'Intérieur, place Beauvau.
 

Éric Vaillant, procureur de la République au TGI de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble, chantre de la lutte contre le trafic de stupéfiants à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net


Qu'en est-il donc ressorti ? "Des éléments concrets, juge le maire. Nous partageons le diagnostic qu'il est en échec, tout comme ses prédécesseurs, face au trafic de drogue. Et aussi le constat du manque d'effectifs de la police nationale », rapporte Éric Piolle. L'occasion pour l'élu de rappeler la mobilisation autour de lui des maires d'Échirolles et de Saint-Martin-d'Hères pour demander à Gérard Colomb des effectifs supplémentaires.
 
« Gérald Darmanin m'a dit qu'ils allaient rajouter 14 policiers. Ils viendront en plus des 68 policiers, affectés sur l'agglomération, promis par Gérard Colomb il y a deux ans », annonce Éric Piolle. Qui aussitôt tempère cette hausse de seulement 3 % des effectifs. « Il ne faut pas s'emballer ! Nous sommes très loin de retrouver les effectifs de 2002 décimés par la baisse drastique de Nicolas Sarkozy ».
 
 

« Nous verrons à l'usage les effets de sa stratégie »

 
Par ailleurs, poursuit Éric Piolle, « le ministre a réaffirmé cette volonté de faire de la répression tous azimuts quant au trafic et de ne faire que ça ». Une mauvaise stratégie pour le maire de Grenoble.  « Moi mon triptyque c'est prévention, répression, solidarité. Lui considère que ça n'a jamais été tenté et que Sarkozy, Manuel Valls et consorts se payaient de mots. […] Faire des opérations coups de menton non suivies d'effets fait partie du problème ».
 

Fabienne Lewandowski, directrice de la DDSP de l'Isère. © Joël Kermzbon - Place Gre'net

Fabienne Lewandowski, directrice de la DDSP de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net


Cette stratégie serait donc vouée à l'échec ? « Nous verrons à l'usage, affirme-t-il. Mais, il vise uniquement la dimension de la répression là où il faut avoir un regard qui englobe la réflexion dans une politique plus globale »
 
Le maire de Grenoble l'avait annoncé, il comptait bien mettre à profit cette rencontre pour évoquer les habitants des quartiers populaires. Des quartiers, avait-il expliqué,  « stigmatisés par les fanfaronnades des différents ministres de l’Intérieur depuis Sarkozy ».
 
Pour autant, a-t-il eu l'oreille de Darmanin ?  « Non, ça a été balayé d'un revers de manche », rétorque amèrement Éric Piolle. « J'ai évoqué le rapport Borloo  qui visait à mettre en place une stratégie globale d'amélioration des conditions de vie dans les quartier populaires, mais en vain », regrette le maire. « Il y a pourtant bien une demande d'égalité et de sécurité républicaine dans ces quartiers », rajoute-t-il.
 
 

Des caméras supplémentaires pour le contrôle des zones à faibles émissions

 
Après avoir distribué ces mauvais points, Éric Piolle concède néanmoins un satisfecit à Gérald Darmanin. « Il sort de cette confusion que la lutte contre le trafic de stupéfiants relève bien de l'État, à l'inverse de ce qu'il avait déclaré sur certains médias », reconnaît l'élu.
 
De là à évoquer la « non coproduction de la sécurité » reprochée à Éric Piolle par le premier flic de France il n'y avait qu'un pas. « Nous demandons à être associés aux objectifs et aux stratégies de sécurité portés par l'État. Nous sommes parvenus au consensus que, oui,  nous voulons être plus au cœur du système car nous connaissons nos territoires », assure l'édile.
 

Sécurité : Piolle et Darmanin calment le jeu © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

© Séverine Cattiaux - Place Gre'net


L'armement de la police municipale ? « Là-dessus, nous avons un regard différent tout autant que sur la vidéosurveillance », commente Éric Piolle dont on connaît l'opposition sans faille envers ces deux dispositifs. Ce qui ne l'a pas empêché, ce mardi matin au micro de Jean-Jacques Bourdin qui l'interrogeait sur RMC d'évoquer l'augmentation du nombre de caméras à Grenoble.
 
Mais attention, uniquement « pour le contrôle des zones à faible émission et lutter contre la pollution de l'air », a-t-il assuré au journaliste quelque peu dubitatif.
 
Pour en revenir à Gérald Darmanin, « il m'a dit qu'il pouvait cofinancer des systèmes de vidéosurveillance parce qu'il considère que c'est utile pour les enquêtes. Sur ce point, ça me va mais qu'il ne se leurre pas sur le côté dissuasif », avertit le maire. De fait, explique-t-il, « les enquêtes relèvent du rôle de l'État et il faut qu'il fasse voter une loi pour pouvoir développer sa propre stratégie plutôt que la faire porter par les maires ».
 
 

Une « politique de main tendue à la municipalité de Grenoble »

 
Et puis il y a ce fameux sondage sur la sécurité publié le jour même de la rencontre place Beauvau dont Éric Piolle avait bien sûr pris connaissance. « Personne n'est dupe, il y a une dimension commerciale dans ce sondage qui est assumé par cet avocat qui a fait son business de cette aide au victimes », pointe l'élu.
 
L'élu n'en reconnaît pas moins qu'il y a bien là le signe d'une aspiration à la sécurité à Grenoble. Cependant, s'il faut développer des stratégies pour traiter cette insécurité, « il faut bien être conscient que ça ne concerne pas que le trafic de drogue », juge-t-il.
 

Caméra CCTV de vidéoprotection. © Alex Borland (téléchargement gratuit)

Caméra CCTV de vidéosurveillance. © Alex Borland


Toujours est-il qu'à l'issue de cette entrevue, c'est l'apaisement qui prédomine entre les deux hommes. « Nous sommes en contact, c'est positif plutôt qu'il crée du buzz sur les réseaux sociaux », souligne Éric Piolle marquant ainsi le retour à la normale de leur relation.
 
De son côté, Gérald Darmanin a également fait un pas vers un retour au calme plus constructif.
 
Ce dernier se félicite d'ailleurs de sa posture de « main tendue à la municipalité de Grenoble». sur son compte Twitter. Tout en joignant un courrier proposant au maire d'armer la police municipale et d'augmenter le nombre de caméras de vidéosurveillance...
 


 
Enfin, toujours dans le camp En marche, la députée Émilie Chalas, s'est également fendue d'un communiqué suite à sa rencontre avec Gérald Darmanin. L'occasion pour elle de revenir notamment sur la rencontre au ministère de l'Intérieur et le sondage d'Hervé Gerbi.
 

Joël Kermabon

 
 

Simon Grange

Auteur

0 réflexion sur « Polémique sur la sécu­rité : Éric Piolle et Gérald Darmanin calment le jeu après leur ren­contre place Beauvau »

  1. sep article
  2. sep article
  3. Bonjour
    Mr le pre­fet [modéré : pro­pos dif­fa­ma­toire] Je vous ai écrit au moins 20 fois concer­nant la pro­blé­ma­tiques des quar­tiers popu­laires et le détour­ne­ment d’argent public.….
    Vous ne m’a­vez même pas reçu.….vous etes pour moi non pas la solu­tion mais une par­tie du problème.
    J’ai beau­coup parle avec vos secrétaires.…..elles sont dépi­tées par votre inaction.
    BENYOUB.A

    sep article
  4. Bonjour
    Mr le pre­fet [modéré : pro­pos dif­fa­ma­toire] Je vous ai écrit au moins 20 fois concer­nant la pro­blé­ma­tiques des quar­tiers popu­laires et le détour­ne­ment d’argent public.….
    Vous ne m’a­vez même pas reçu.….vous etes pour moi non pas la solu­tion mais une par­tie du problème.
    J’ai beau­coup parle avec vos secrétaires.…..elles sont dépi­tées par votre inaction.

    BENYOUB.A

    sep article
  5. Bonjour
    Mr piolle heu­reu­se­ment que le ridi­cule ne tue pas. .…
    Concernant la popu­la­tion des quar­tiers popu­laires vous n’a­vez rien fait concer­nant les mal­ver­sa­tions finan­cières dans les struc­tures sociales. .….aucune plaintes pas un mot concer­nant les détour­ne­ments d’argent public.
    Beaucoup de vos sou­tiens ont eu des res­pon­sa­bi­li­tés dans ces struc­tures cela peut expli­quer votre immobilisme.…beaucoup de res­pon­sables asso­cia­tifs dont les comptes sont plus que dou­teux ne craignent donc rien…
    La mort de nos enfants ne peut ser­vir de stra­pon­tin a un per­son­nel poli­tique irresponsable.…
    Nous vous avons écrit et votre inac­tion a pro­tégé les voleurs est flagrante.
    Le cos­tume vert de cete­lem vous va a ravir.…
    Pour moi « le maire de Grenoble le pre­fet et le pro­cu­reur ne sont rien d’autres que des oenuques devant un harem »
    Rien a craindre seule­ment des man­geurs de petits fours.
    En atten­dant lais­sons le couple médias poli­tique nous conter une berceuse. .…
    BENYOUB.A

    sep article
  6. Bonjour
    Mr piolle heu­reu­se­ment que le ridi­cule ne tue pas. .…
    Concernant la popu­la­tion des quar­tiers popu­laires vous n’a­vez rien fait concer­nant les mal­ver­sa­tions finan­cières dans les struc­tures sociales. .….aucune plaintes pas un mot concer­nant les détour­ne­ments d’argent public.
    Beaucoup de vos sou­tiens ont eu des res­pon­sa­bi­li­tés dans ces struc­tures cela peut expli­quer votre immobilisme.…beaucoup de res­pon­sables asso­cia­tifs dont les comptes sont plus que dou­teux ne craignent donc rien…
    La mort de nos enfants ne peut ser­vir de stra­pon­tin a un per­son­nel poli­tique irresponsable.…
    Nous vous avons écrit et votre inac­tion a pro­tégé les voleurs est flagrante.
    Le cos­tume vert de cete­lem vous va a ravir.…

    Pour moi « le maire de Grenoble le pre­fet et le pro­cu­reur ne sont rien d’autres que des oenuques devant un harem »
    Rien a craindre seule­ment des man­geurs de petits fours. 

    En atten­dant lais­sons le couple médias poli­tique nous conter une berceuse. .…

    BENYOUB.A

    sep article
  7. Du bla­bla et aucun acte

    sep article
  8. Du bla­bla et aucun acte

    sep article
  9. Le plus fou c’est qu’a­vec l’é­norme chiffre de 47% des gre­no­blois qui se sentent en insé­cu­rité, il y en a encore pour défendre l’in­dé­fen­dable et dire que non c’est pas vrai puisque ça n’est pas la majo­rité. Comme s’il s’a­gis­sait d’une élec­tion alors que ça n’a rien à voir.
    Que fau­dra t‑il pour sor­tir ces endoc­tri­nés de l’a­veu­gle­ment ou de la pos­ture du déni ? Qu’ils soient eux mêmes per­son­nel­le­ment atteints comme je l’ai été moi même ?

    sep article
  10. Le plus fou c’est qu’a­vec l’é­norme chiffre de 47% des gre­no­blois qui se sentent en insé­cu­rité, il y en a encore pour défendre l’in­dé­fen­dable et dire que non c’est pas vrai puisque ça n’est pas la majo­rité. Comme s’il s’a­gis­sait d’une élec­tion alors que ça n’a rien à voir.
    Que fau­dra t‑il pour sor­tir ces endoc­tri­nés de l’a­veu­gle­ment ou de la pos­ture du déni ? Qu’ils soient eux mêmes per­son­nel­le­ment atteints comme je l’ai été moi même ?

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le PCF André Chassaigne et le RN Jordan Bardella s'invitent à la Foire de printemps de Beaucroissant 2024
Beaucroissant : Marc Fesneau, le PCF André Chassaigne et le RN Jordan Bardella s’in­vitent à la Foire de prin­temps 2024

FLASH INFO - La Foire de printemps de Beaucroissant est de retour pour sa 53e édition, les samedi 20 et dimanche 21 avril 2024. Version Lire plus

M’Hamed Benharouga, Nathalie Levrat, Michel Vendra et Antoine Aufragne (Just). © Florent Mathieu - Place Gre'net
La Ville de Sassenage s’al­lie à Just pour mettre en place une mutuelle communale

FOCUS - La Ville de Sassenage a signé une convention avec la mutuelle Just pour la mise en place d'une mutuelle communale, afin de permettre Lire plus

Grenoble en sixième position des villes "où il fait bon vivre avec son chien", selon 30 millions d'amis
Grenoble, sixième ville « où il fait bon vivre avec son chien », selon 30 mil­lions d’amis

FLASH INFO - La Ville de Grenoble arrive 6e parmi les villes de plus de 100 000 habitants "où il fait bon vivre avec son chien". Créé Lire plus

Le groupe Société civile d'Alain Carignon édite un livret pour fustiger les 10 ans de mandat d'Éric Piolle
Le groupe Société civile d’Alain Carignon édite un livret sur les 10 ans de man­dat d’Éric Piolle

FOCUS - Le groupe d'opposition de Grenoble Société civile a édité un document d'une douzaine de pages dressant le bilan des dix ans de mandat Lire plus

La Métropole alerte sur les risques du protoxyde d'azote, de plus en plus populaire chez les jeunes
La Métropole alerte sur les risques du pro­toxyde d’a­zote, de plus en plus popu­laire chez les jeunes

FLASH INFO - Christophe Ferrari, président de la Métropole de Grenoble, et Pierre Bejjaji, conseiller métropolitain délégué à la Prévention spécialisée, se sont rendus au Lire plus

Le Smmag inaugure le lancement du service M Vélo + sur le Pays Voironnais avec une première agence à Voiron
Le Smmag lance le ser­vice M Vélo + sur le Pays voi­ron­nais avec une pre­mière agence à Voiron

FLASH INFO - Une cérémonie en grandes pompes a été organisée à Voiron pour inaugurer le déploiement du service M Vélo + sur le Pays Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !