À Grenoble, la façon dont la Ville “débitumise” et “dégenre” des cours d’école hérisse des parents d’élèves

sep article



 

FOCUS – La décision de la Ville de Grenoble de débitumiser, végétaliser et dégenrer ses cours d’école, à commencer par celles de l’école Clémenceau, se heurte à des parents d’élèves. Qui, s’ils se réjouissent d’une rénovation depuis longtemps attendue, dénoncent le manque de concertation et de moyens et la réappropriation a minima d’un projet qu’ils ont porté. La Ville, elle, dit avoir co-construit avec les premiers concernés : les élèves. Soit vingt enfants du périscolaire.

 

 

Les travaux à l'école Clémenceau ont commencé le 8 juillet 2020. © Thomas Imbert - place Gre'net

Les tra­vaux à l’é­cole Clémenceau ont com­mencé le 8 juillet 2020. © Thomas Imbert – place Gre’net

Ainsi donc, Grenoble va débi­tu­mi­ser, végé­ta­li­ser et dégen­rer ses cours d’é­cole. À com­men­cer par celles de l’école Clémenceau, où les tra­vaux vont bon train depuis le 8 juillet, dans les trois cours de l’é­ta­blis­se­ment.

 

Le coup d’en­voi a été donné par un tir groupé de tweets d’é­lus de la Ville et du pre­mier d’entre eux, le maire de Grenoble Éric Piolle. Ce qui a eu le don de mettre en rogne des parents d’é­lèves.

 

« Ce mer­credi 8 juillet, vous avez été nom­breux à vous auto-congra­tu­ler sur Twitter du chan­tier de réno­va­tion de la cour de l’école Clémenceau, qui démarre enfin, dénonce un délé­gué de parents d’é­lèves dans un mail adressé aux élus. Vous avez été nom­breux à twit­ter, mais gageons qu’aucun d’entre vous ne s’est ren­sei­gné sur ce pro­jet, et que vous vous êtes conten­tés de reprendre la com­mu­ni­ca­tion offi­cielle des ser­vices de la mai­rie. Peu importe, évi­dem­ment, puisqu’il s’agit uni­que­ment de pro­pa­gande poli­tique qu’il s’agit de relayer, comme le ferait n’importe quel membre de parti, de quelque bord qu’il soit ».

 

 

Non que le pro­jet déplaise sur le fond à ces parents d’é­lèves. Voilà des années qu’ils se mobi­lisent pour convaincre la Ville de réno­ver des cours pas­sa­ble­ment déla­brées. Jusqu’à ins­crire, en forme de pro­vo­ca­tion, cette réno­va­tion au bud­get par­ti­ci­pa­tif 2017.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
14016 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Courage aux parents et aux musul­mans qui n’ont pas les moyens de mettre leurs enfants dans le privé (au pas­sage ça coute 100 euros par mois, il ne faut hési­ter une seconde…)

    Les enfants vont être lobo­to­mi­ser par les théo­ries gau­chiste (pro femi­niste – pro LGBT…) des leur plus jeune age.
    Les gar­çons devien­dront des « hommes soja effé­miné par la social demo­cra­tie ».…
    Les filles seront des « Magalie aux che­veux bleus en fac de socio « option fémi­niste » » et fini­ront equi­pière chez McDO.

    Je vous sou­haite une bonne jour­née

    sep article