Ampère et Clémenceau : deux écoles de Grenoble théâtres d’incendies en moins d’un mois

sep article



EN BREF — Tandis que la municipalité salue l’ouverture d’une nouvelle école maternelle au cœur du quartier Saint-Bruno, deux établissements grenoblois ont récemment été la proie des flammes. D’une part, l’école Ampère, victime d’un incendie accidentel entraînant sa fermeture sur toute l’année scolaire 2019 – 2020. D’autre part, l’école Clémenceau, pour laquelle les causes de l’incendie ne sont pas encore déterminées, mais qui devrait normalement rouvrir ses portes  en septembre.

 

 

Mardi 2 juillet dans la cour de la toute neuve école mater­nelle Florence-Arthaud au cœur du quar­tier Saint-Bruno, le maire de Grenoble pro­fite d’une soi­rée portes ouvertes et d’une visite de l’é­ta­blis­se­ment pour rap­pe­ler le Plan écoles de la muni­ci­pa­lité. 65 mil­lions euros inves­tis pour accueillir de nou­veaux élèves et déve­lop­per des écoles « à taille humaine », avec une atten­tion mar­quée sur les ques­tions de bruit ou encore de qua­lité de l’air inté­rieur.

 

Fabien Malbet, adjoint aux Écoles, et Éric Piolle durant la soirée portes ouvertes de l'école maternelle Florence-Arthaud © Florent Mathieu - Place Gre'net

Fabien Malbet, adjoint aux Écoles, et Éric Piolle durant la soi­rée portes ouvertes de l’é­cole mater­nelle Florence-Arthaud. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Une atten­tion éga­le­ment por­tée sur la sécu­rité, insiste Éric Piolle. « Quand nous sommes arri­vés en 2014, dix écoles avaient un avis néga­tif de la com­mis­sion de sécu­rité. Il y en a main­te­nant zéro », se féli­cite ainsi l’é­dile. Et celui-ci d’in­sis­ter sur l’im­por­tance de cette réa­li­sa­tion, avec à la clé des tra­vaux de sécu­rité tou­jours com­plexes à caler en période de vacances sco­laires, « même si cela ne se voit pas for­cé­ment pour les parents ou les habi­tants du quar­tier ».

 

 

L’école Ampère fermée sur 2019 – 2020 suite à un incendie

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3435 visites | 18 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 18
  1. Moi aussi, je sais faire, mettre mon com­men­taire en tête .…
    Je réponds donc en gros à Ni Bobon ni Baba
    – Sur le point 2 lire l’ar­ticle publié le 30 juin 2019
    https://bestof.one/categories/lieux/villes/classements/villes-plus-dangereuses-france
    Il s’a­vère que Grenoble est la 149e ! quel exploit, non ? alors que tous les bons liseurs de médias bon ton la donne 1ère
    – sur l’his­toire du bur­kini, le maire aurait répondu tout de suite, il aurait été accusé de par­ler sans réflé­chir. Il réflé­chit et prend une posi­tion com­mune avec ses adjoints, il est hési­tant … pour­tant, ses pro­pos sont très clairs
    https://www.francebleu.fr/infos/societe/video-eric-piolle-reaffirme-sa-position-suite-a-l-affaire-du-burkini-1561920397
    et d’emblée refuse de rece­voir Alliance citoyenne. D’ailleurs, il n’y a pas eu de 3e essai de bai­gnade en bur­ki­nis.
    – oui, il a fait poser des pierres pour que des migrants n’ins­tallent pas de tentes cours Berriat. Oui, c’est à l’Etat et au Conseil dépar­te­men­tal de s’oc­cu­per de l’hé­ber­ge­ment des familles. Et pour­tant, la mai­rie a au moins ouvert un gym­nase pour mettre les migrants à l’a­bri du soleil. Apparemment, vous ne connais­sez pas grand chose aux migrants, vous ne savez pas qui était au camp du cours Berriat et vous croyez que tous arrivent avec des pas­seurs … enfin, si ça peut vous faire plai­sir de le croire …
    – Macron est en train de sys­té­ma­ti­que­ment cas­ser tout ce qui fai­sait la spé­ci­fi­cité de la société fran­çaise, de l’Education natio­nale à la Santé (fer­me­ture des hôpi­taux), en pas­sant par le droit du tra­vail, la répres­sion de la police parce que les mani­fes­ta­tions ne sont plus auto­ri­sées, le manque de liberté des jour­na­listes repor­ters, la non prise en charge des deman­deurs d’a­sile etc etc etc Nous ne sommes pas loin d’une dic­ta­ture où tout est régit dans les bureaux des minis­tères sous la hou­lette du Macron, où tous les dépu­tés parlent comme on leur dit de par­ler (plu­sieurs séquences fort drôles dans « Quotidien » émis­sion de Yann Barthès) et votent comme le veut le chef.
    Vous n’êtes pas d’ac­cord ? libre à vous.
    Bonne soi­rée

    sep article
    • Chère Caro, vous par­tez du prin­cipe que l’Etat , n’a que
      des obli­ga­tions et des devoirs envers les migrants,
      que vous abor­diez dans un souci humaniste,c’est très
      bien.Hélas, vous n’a­bor­dez jamais les devoirs.
      Ne serait-il pas plus équi­li­bré que d’a­bor­der les devoirs
      du migrant envers le Pays qui l’accueille,afin qu’il puisse
      y avoir équité ¨
      J’aimerai« s » connaître les obli­ga­tions des migrants envers
      le pays accueillant et sa popu­la­tion mise à contri­bu­tion ?

      sep article
      • Bonjour Stef. Bien sûr il y a des devoirs des 2 cotés le pre­mier devoir est l’accueil que l’etat via la pré­fec­ture doit assu­rer. Or de tres nom­breux migrants, iso­lés ou familles avec enfants même des bébés se trouvent à la rue. Quel devoir leur deman­der ? Survivre ?

        sep article
        • Bien dit,l’accueil doit être donc fait par l’état.j’aimerais bien
          savoir à quoi servent les asso­cia­tions puisque c’est bien l’é­tat
          qui dirige et paie l’ac­cueil des migrants.
          Le seul ennui est, l’é­tat doit faire appli­quer les lois et doit
          hélas,refuser toutes les per­sonnes non res­pec­tueuses des lois
          de la République et elles sont mal­heu­reu­se­ment nom­breuses.
          Le men­songe sur son iden­tité est consi­déré comme un acte
          contraire à la loi.Une famille polygame,est consi­dé­rée aux yeux
          de la République,comme non res­pec­tueuse du pays d’ac­cueil.
          Il est évident que d’être un repris de jus­tice dans son pays d’o­ri­gine,
          n’in­cite pas le juge à accor­der le droit d’asile.Il y a des tas de fac­teurs
          qui sont des obs­tacles à rece­voir le droit de séjour en France.
          A moins de chan­ger les lois, il faut les accepter,vous n’a­vez pas le choix …
          PS : j’ose espé­rer que les asso­cia­tions ne sont pas mises en place,pour
          faire céder sys­té­ma­ti­que­ment l’é­tat de droit et sa jus­tice ‚tout en
          récla­mant de plus en plus de sub­ven­tions ?

          sep article
    • Madame la Cheffe,
      je n’ai pas fait exprès de faire pas­ser mon com­men­taire en tête car c’est bien à vous madame Caro, que je m’é­chine à répondre inlas­sa­ble­ment.
      Vous me sor­tez du cha­peau un clas­se­ment dont la vali­dité scien­ti­fique demande sérieu­se­ment à être véri­fiée. Et, j’y insiste, à ceux qui sans doute exa­gèrent la cri­mi­na­lité (pour­tant his­to­rique) et la délin­quance (ancienne et endé­mique) de Grenoble, vous rétor­quez par une espèce d’i­ré­nisme qui ferait de notre ville un véri­table havre de paix.….

      Sur le bur­kini, que de mau­vaise foi de votre part, tout ça, pour ne pas avoir à cri­ti­quer, ne serait-ce que du bout du cla­vier, Eric Piolle !!!!! Son silence était une marque de pru­dence ?!!! Il réflé­chis­sait ! Relisez donc ses pre­miers com­men­taires où il dit bien qu’on peut inter­pré­ter la laï­cité de dif­fé­rentes manières.
      Et vous osez dire qu’il n’y a pas eu de 3ème ten­ta­tive à Jean Bron ?! Mais j’y suis allé ven­dredi et j’ai raconté ma mésa­ven­ture sur Gre’Net ! Jean Bron est un bun­ker ! Des ner­vis à l’en­trée, on fouille les sacs, des agents de sécu­rité par­tout ! Alors for­cé­ment, dif­fi­cile d’y faire entrer un bur­kini.
      Tout cela ne serait pas arrivé si Piolle s’é­tait mon­tré ferme.

      Est-il d’ailleurs exact que son conseiller Enzo Lesourt était dans les ves­tiaires le jour de la pre­mière intru­sion, annon­cée, à Jean Bron ?
      N’aurait-on pas pu empê­cher cette fois les acti­vistes isla­mistes de faire leur coup ?
      Je n’ai jamais été un anti-Piolle (per­sonne que j’ai d’ailleurs connue per­son­nel­le­ment.…) for­cené et mala­dif. Je le croyais un idéa­liste égaré.
      Je le découvre idéo­logue com­plai­sant et aux posi­tions inquié­tantes.

      Enfin, je sais, nous savons, que vous êtes une spé­cia­liste, voire LA spé­cia­liste des migrants.
      Les autres ne sachant rien, d’a­près vous, ils devraient se taire.
      Moi je me contente de les croi­ser tous les jours et j’ha­bite à côté de Berriat.
      Le fait que cer­tains, dont ceux du pas­sage, aient été conduits là, je l’ai lu dans un com­mu­ni­qué de la mai­rie qui jus­ti­fiait ainsi son action !!!!!
      Et vous ter­mi­nez votre post sur votre cou­plet anti-Macron habi­tuel, pas­sant du local au natio­nal.…

      « Nous ne sommes pas loin d’une dic­ta­ture ».
      Vous êtes-vous relue ?
      Bien sûr que je ne suis pas d’ac­cord avec une asser­tion aussi déli­rante, même si je pense que cer­taines mesures du gou­ver­ne­ment actuel sont exé­crables.
      Mais « dic­ta­ture » ??? Quand même Caro, les mots ont un sens.
      Bonne jour­née tota­li­taire !!!!!

      sep article
  2. Je per­siste et j’in­siste (et donc je rabâche) :
    1. il vous est arrivé, chère Caro de vous mon­trer plu­tôt indul­gente envers les auteurs de cer­tains actes (et vous per­sé­vé­rez en sug­gé­rant qu’il ne fal­lait pas inter­ve­nir en fla­grant délit pour les deux délin­quants rou­tiers, dont vous avouez vous-même qu’ils étaient « connus des ser­vices de police »);
    2. d’où tenez-vous que « Grenoble est bien loin des inci­vi­li­tés per­ma­nentes que l’on constate dans d’autres villes » » ??? Contrairement à vous, je res­te­rai pru­dent et n’a­van­ce­rai donc pas la thèse rigou­reu­se­ment oppo­sée, à savoir qu’à Grenoble c’est pire que par­tout ailleurs, thèse sans doute aussi exa­gé­rée que la vôtre, mais peut-être plus près de la vérité…
    Toujours est-il que les incen­dies ou autres van­da­li­sa­tions dont Grenoble ou l’ag­glo­mé­ra­tion a été le siège me semblent bien spé­ci­fiques à la métro­pole ; objec­ti­ve­ment il y existe un acti­visme liber­taire qui flirte avec un ter­ro­risme light ;
    3. je ne mets pas ces actes sur le dos du maire (même si l’on peut dis­cu­ter des effets de la sup­pres­sion de la vidéo-sur­veillance déci­dée d’emblée. Et ne m’a­van­cez pas pas trop, s’il vous plaît, l’a­vis d’ex­perts dont la plu­part sont en fait des « socio­logues » mili­tants) : il n’é­tait pas sur le scoo­ter, il n’al­lume pas d’in­cen­dies, il ne tague pas les murs de la ville ;
    4. il demeure en revanche res­pon­sable de cer­taines prises de posi­tion émi­nem­ment dis­cu­tables qui relèvent, pour aller vite, de ce que j’ai appelé suite à d’autres la « culture de l’ex­cuse ». Et d’ailleurs, sur l’af­faire dite des bur­ki­nis, où vous adop­tez une pos­ture cou­ra­geuse se démar­quant de la sienne, il a fait montre d’une ambi­guïté qui n’est pas encore entiè­re­ment dis­si­pée selon moi.
    Il est des dis­cours qui valent des actes.
    5. s’il existe un « Piolle bashing » objec­ti­ve­ment hys­té­rique, cela n’in­ter­dit en rien de por­ter un juge­ment sévère sur tel ou tel point de sa poli­tique et de celle de son équipe. Vous ne don­nez d’ailleurs pas le bon exemple en répon­dant à la démo­li­tion sys­té­ma­tique de cer­tains par une apo­lo­gé­tique aussi sys­té­ma­tique et donc peu cré­dible.
    Electeur de Macron en 2017 (et pas par défaut), je puis vous garan­tir que je ne suis pas pan­te­lant d’ad­mi­ra­tion devant la moindre de ses décla­ra­tions ou par la poli­tique d’en­semble sui­vie par son gou­ver­ne­ment.…
    6. enfin, vous ter­mi­nez votre post par votre habi­tuelle confu­sion des deux niveaux, le local et le natio­nal (avec d’ailleurs l’in­ter­na­tio­nal) en vous plai­gnant du « refus du gou­ver­ne­ment actuel » d’ac­cueillir les migrants qui « cherchent seule­ment à sur­vivre en paix ».
    Si j’é­tais de mau­vaise foi, je vous rétor­que­rais que la muni­ci­pa­lité a fait poser des pierres à St Bruno pour empê­cher l’ins­tal­la­tion de cer­tains migrants (eux-mêmes vic­times de pas­seurs pro­fes­sion­nels).…
    Les bons sen­ti­ments ne font pas tou­jours une bonne poli­tique.

    sep article
  3. L’école St Bruno n’est pas nou­velle. 5 ans pour réha­bi­li­ter une ancienne école privé, c’est impres­sion­nant d’ef­fi­ca­cité.

    Quant aux incen­dies, c’est devenu un passe-temps habi­tuel pour cer­tains

    sep article
  4. Placegrenet pour­rait-il faire la liste de tous les incen­dies dont ont été vic­times des bâti­ments publics ou semi-publics depuis l’é­lec­tion de l’é­quipe Piolle en 2014 ?
    En vrac, col­lège de la Villeneuve, théâtre Prémol, France Bleu Isère, Casemate, deux ou trois bri­gades de gen­dar­me­rie, véhi­cules d’EDF ou assi­mi­lés.… et tiens, même l’é­glise St Jacques de mon enfance.…
    J’en oublie sûre­ment.
    Bien entendu, loin de moi l’i­dée qu’au­cun de nos édiles n’ait allumé la mèche, il y a sûre­ment eu un ou deux sinistres acci­den­tels – mais leur pos­ture la vend : Eric Piolle a tou­jours mis moins d’éner­gie à dénon­cer de tels actes qu’à rela­ti­vi­ser ceux de l’auto pro­cla­mée « Alliance Citoyenne ».
    La culture de l’ex­cuse et du déni ne fait pous­ser que cer­taines fleurs.

    sep article
    • Le maire d’une ville est chargé d’at­tri­bu­tions éta­tiques
      au niveau com­mu­nal, à ce titre il inter­vient sur plu­sieurs
      fac­teurs, y com­pris sur la sécu­rité civile et la police.
      Si le per­son­nel poli­tique d’une ville affai­blit la jus­tice
      (la loi) et la police (l’ordre) , la loi de la jungle s’ins­talle
      et les inci­vi­li­tés se pro­duisent avec une inten­sité en
      augmentation,puisque les déviants aux lois ne craignent
      plus ni la loi qu’ils méprisent,ni les forces de l’ordre qu’ils
      pensent pou­voir effrayer. Le désordre et l’a­nar­chie qui
      règnent dans nos villes,va cer­tai­ne­ment tôt ou tard
      débou­cher sur la tyran­nie (une dic­ta­ture) dont nous
      sen­tons les pré­mices .
      Notre pays est en chute libre,en matière d’in­dice
      de démo­cra­tie et de liberté d’ex­pres­sion…
      https://citations.ouest-france.fr/citation-platon/lorsque-peres-habituent-laisser-faire-100422.html

      sep article
    • je me disais bien que j’a­vais vu Piolle dans un film !
      https://www.starwars.com/databank/force-lightning/
      Il a des pou­voirs tels qu’il a mis le feu aujourd’­hui à un immeuble à Poitiers qui a fait un mort aujourd’­hui, sans par­ler d’autres immeubles et d’autres écoles un peu par­tout en France …
      Enfin, tout ça ne vaut pas les 153 écoles incen­diées au Tanganyka pour des que­relles eth­niques !

      sep article
      • Mais non Caro, Monsieur Piolle res­pecte tous les édi­fices
        reli­gieux de France.je ne com­prends pas que vous puis­siez
        en douter?Il est bien évident que les églises du pays subissent
        des dégra­da­tions qui se renou­vellent chaque mois.
        Que faire ?
        https://www.lindependant.fr/2019/02/12/les-degradations-dans-les-eglises-se-multiplient-en-france,8010869.php
        Je pense que vous ne devez pas vous angoisser,nous
        n’en sommes pas à la situa­tion dra­ma­tique où se trouve
        le Nigéria …
        https://fr.aleteia.org/2018/07/13/vers-un-genocide-des-chretiens-au-nigeria/

        sep article
      • Ne faites pas sem­blant de ne pas com­prendre, Caro.
        Ce que j’ai entendu dénon­cer ici, c’est la « culture de l’ex­cuse », dont vous êtes d’ailleurs un exemple vivant et per­ma­nent – et je ren­voie tout lec­teur de ce site à vos nom­breux posts où vous vous échi­nez à mini­mi­ser les actes d’in­ci­vi­lité qui altèrent gra­ve­ment le « vivre ensemble » à Grenoble (et pas que d’au­jourd’­hui).
        Non, Piolle n’est pas res­pon­sable de TOUT ce qui ne va pas dans cette ville.
        Pour autant, il l’est abso­lu­ment de ses silences ou de cer­tains de ses choix (par exemple, par­ti­ci­per à la « marche blanche » suite au décès acci­den­tel des deux « jeunes » sans casque à scoo­ter).
        Quant à la rela­ti­vi­sa­tion par « ana­lo­gie » avec des hor­reurs per­pé­trées ailleurs (« c’est pire là-bas, de quoi vous plai­gnez-vous ? »), c’est d’une indi­gence intel­lec­tuelle indigne de vous.

        sep article
        • je n’ex­cuse pas les actes d’in­ci­vi­li­tés, je les dénonce tout comme vous, mais je ne les mets pas sur le dos du maire.
          A pro­pos des jeunes sans casques (leur tort) il y avait moyen de les arrê­ter (ils étaient connus) sans que la police les course … il n’y aurait pas eu d’ac­ci­dent. C’est la même chose que les 2 jeunes, Zyed et Bouna, qui étaient morts élec­tro­cu­tés dans un trans­for­ma­teur, pou sui­vis par la police. Les poli­ciers avaient été relaxés, pour­quoi ne pas conti­nuer à pour­suivre … ?
          https://www.acrimed.org/Le-recit-mediatique-de-la-mort-des-deux-adolescents-de-Clichy-sous-bois-par‑l
          Grenoble est bien loin des inci­vi­li­tés per­ma­nentes que l’on peut consta­ter dans d’autres villes, mais il faut bien mon­ter en épingle tout ce qui s’y passe en met­tant la faute sur le maire ! Il n’y a aucune prise de recul, l’a­na­lyse ne peut aller que dans un seul sens.
          Si j’exa­gère, c’est exprès, parce qu’il y a beau­coup beau­coup de parti pris et rien d’ob­jec­tif, même un tan­ti­net. C’est exas­pé­rant. Ca fait déjà 5 ans, 30 mars 2014, que la chasse à cette muni­ci­pa­lité a com­mencé. Que sera la 6e année avant les élec­tions en mars 2020 ? Ca craint.
          Oui, c’est pire ailleurs, mais il faut parait-il se cacher les yeux et se bou­cher les oreilles, puisque ce gou­ver­ne­ment refusent encore plus que les pré­cé­dents l’ar­ri­vée de migrants qui cherchent seule­ment à sur­vivre en paix.

          sep article
  5. Le dif­fé­ren­tiel d’in­té­rêt de la muni­ci­pa­lité pour le nord et le sud de la ville est écœu­rant. Les bobos de Saint-Bruno ont assez de fric pour payer sur leurs propres deniers la mater­nelle de leurs gosses sans qu’il soit néces­saire de gas­piller de l’argent public pour eux.

    sep article
    • Vous devriez lire la loi qui ins­taure l’âge légal du début de l’é­cole obli­ga­toire à 3 ans, votée par la majo­rité Macron et nos chers dépu­tés gre­no­blois. L’égalité des enfants devant la loi va obli­ger les mai­ries à sub­ven­tion­ner les écoles pri­vées sous contrat autant qu’elles sub­ven­tionnent les écoles publiques.
      https://www.liberation.fr/france/2018/03/27/scolarisation-obligatoire-a-3-ans-le-cadeau-discret-de-macron-au-prive_1639324

      sep article
      • On vous parle de poli­tique muni­ci­pale, et hop, vous nous sor­tez Macron l’in­fâme !
        Quand ces­se­rez-vous de confondre les deux niveaux et de cher­cher à sys­té­ma­ti­que­ment exo­né­rer votre pou­lain Piolle en acca­blant Manu l’exé­crable ?
        Posture tout à la fois mili­tante et infan­tile.

        sep article
        • Je crois que Jeff fait allu­sion aux écoles pri­vées St Bruno, dont des mater­nelles ont cer­tai­ne­ment plus d’argent que les écoles du sud de la ville, genre Villeneuve. Or, grâce à notre cher pré­sident, les écoles mater­nelles pri­vées vont rece­voir autant d’argent que les publiques. Je le regrette beau­coup, mais cela vient du gouv et pas de la mai­rie, qui met la sco­la­rité obli­ga­toire à par­tir de 3 ans.
          Je ne sais pas qui se montre le plus infan­tile des deux … 😉

          sep article
          • Je ne change rien à ce que j’af­fir­mais.
            Jeff écrit : « le dif­fé­ren­tiel d’intérêt de la MUNICIPALITE pour le nord et le sud de la ville est écœu­rant » et vous répon­dez en évo­quant les détes­tables mesures prises par notre « cher pré­sident ».
            Bref, du local vous pas­sez au natio­nal, sys­té­ma­ti­que­ment.
            Lasavanne vous en a déjà fait ami­ca­le­ment grief.
            Bon, tant que vous ne faites pas l’a­po­lo­gie du niqab, vous êtes par­don­née.

            sep article