Le difficile soutien scolaire auprès des enfants dans les squats de l’agglomération grenobloise

sep article



 

REPORTAGE – Depuis le déconfinement, les bénévoles de l’association L’École ici et maintenant retournent voir les enfants dans les squats et les campements de l’agglomération grenobloise. Poursuivant l’objectif de lutter contre l’exclusion scolaire, ces bénévoles n’ont, du reste, pas lâché ces enfants pendant le confinement. Mais les difficultés se cumulent…

 

 

Grenoble: le difficile soutien scolaire des enfants des squats.Soutien scolaire de l'association "Ecole ici et maintenant" apporté aux enfants du campement des Alliés à Grenoble, pendant le déconfinement, mai 2020. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Soutien sco­laire de L’École ici et main­te­nant apporté aux enfants du cam­pe­ment des Alliés à Grenoble pen­dant le décon­fi­ne­ment, mai 2020. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Pour la troi­sième fois depuis le décon­fi­ne­ment, les béné­voles de l’as­so­cia­tion L’École ici et main­te­nant (EIM) reviennent au cam­pe­ment des Alliés. Ici vivent une cin­quan­taine de per­sonnes dont une kyrielle d’en­fants. « C’est tout de même plus simple de retrou­ver les enfants sur place que de les joindre par télé­phone », lance tout sou­rire Juliette, béné­vole à l’EIM.

 

Les béné­voles n’ont en effet pas lâché les enfants pen­dant le confi­ne­ment. Ayant dû tou­te­fois ces­ser les séances d’aide aux devoirs in situ, ils se sont orga­ni­sés pour les appe­ler régu­liè­re­ment par télé­phone ou les joindre en visio. Lutter contre l’ex­clu­sion des enfants vivant dans les squats et les bidon­villes de l’agglomération gre­no­bloise, telle est la voca­tion de l’association EIM depuis sa créa­tion en 2013. Dans cette optique, elle pro­pose toute l’an­née de l’aide sco­laire ainsi que des sor­ties et ani­ma­tions cultu­relles et spor­tives.

 

 

« L’école à la maison », un doux rêve pour les enfants des squats

 

Autant dire que la conti­nuité péda­go­gique pen­dant le confi­ne­ment a relevé de la gageure pour les enfants qui, pour tout loge­ment, dis­posent d’un abri de for­tune. « Cela n’a pas été facile pour eux, expliquent Zoé et Juliette, deux béné­voles de l’EIM. Les enfants n’ont pas de four­ni­tures, pas de table pour tra­vailler. Au télé­phone, la connexion ne passe pas très bien. Les smart­phones sont sou­vent déchar­gés. Capter l’attention d’un enfant à dis­tance n’est pas aisé. Les enfants n’ont pas tou­jours la tête à tra­vailler. »

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2409 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Ping : Article de Place Grenet – EIM !