À Grenoble, Olivier Noblecourt fait un nouvel appel du pied à Éric Piolle pour rallier sa liste… en vain

sep article



 

EN BREF – Olivier Noblecourt, le candidat du PS à Grenoble, va-t-il maintenir sa candidature pour le second tour des élections municipales, le 28 juin 2020 ? À quelques jours de la clôture du dépôt des listes, l’ex-délégué interministériel à la lutte contre la pauvreté a fait un nouvel appel du pied au maire sortant de Grenoble. Pour se prendre une (nouvelle) mais ostensible fin de non-recevoir.

 

 

Présentation du projet de la liste Noblecourt ce 30 janvier. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Olivier Noblecourt mul­ti­plie les appels du pied à Eric Piolle. Sans suc­cès © Joël Kermabon – Place Gre’net

À Grenoble, le ras­sem­ble­ment des forces de gauche n’a pas eu lieu pour le pre­mier tour. Il ne se fera vrai­sem­bla­ble­ment pas non plus pour le second. Le maire sor­tant Éric Piolle, lar­ge­ment en tête au soir du 15 mars avec 46,67 % des voix, a signi­fié une fin de non-rece­voir au can­di­dat du Parti socia­liste, Olivier Noblecourt, dési­reux de le rejoindre en vue du scru­tin du 28 juin.

 

Et plu­tôt deux fois qu’une. La pre­mière sous la forme d’un com­mu­ni­qué de presse, signé de la liste du maire sor­tant, Grenoble en com­mun, et de Maxence Alloto, l’un de ses colis­tiers et ex-cose­cré­taire du PS à Grenoble. La seconde sous la forme d’une réponse envoyée de manière beau­coup plus for­melle *.

 

Ce n’est pas la pre­mière fois que le can­di­dat du PS fait un appel du pied au maire sor­tant. Et cette stra­té­gie – alter­na­tive au pre­mier tour, ras­sem­ble­ment au second – a tou­jours été celle de Grenoble Nouvel Air. Mais Olivier Noblecourt a mené jusque-là une cam­pagne jugée agres­sive, autant envers Éric Piolle qu’en­vers Émilie Chalas, la can­di­date LREM. Et avec un score de 13,31 % le relé­guant à la 4place, il ne pèse mani­fes­te­ment plus très lourd.

 

 

« Ce ne sont que des accords d’appareils »

 

Quant à l’ap­pui de la fédé­ra­tion du Parti socia­liste de l’Isère, appe­lant à un ras­sem­ble­ment des forces de gauche, il n’a eu aucun effet. Si ce n’est de faire réagir Maxence Alloto. « Je suis très content que Christophe Bouvier [pre­mier secré­taire du PS de l’Isère, ndlr] sou­tienne aujourd’­hui le ras­sem­ble­ment de la gauche, sou­ligne-t-il. Mais on aurait pu le faire tout de suite. Nous, on l’a­vait voulu dès le pre­mier tour. Mais pour ras­sem­bler, il faut des condi­tions préa­lables, un pro­jet par­tagé. Là, ce ne sont que des accords d’ap­pa­reils. »

 

Anouche Agobian, Marie-José Salat et Maxence Alloto ou le PS grenoblois " canal historique " rejoignent le maire sortant Eric Piolle dès le premier tour des élections municipales © Patricia Cerinsek

Anouche Agobian, Marie-José Salat et Maxence Alloto lors de leur ral­lie­ment au maire sor­tant de Grenoble Eric Piolle © Patricia Cerinsek

 

Retour à l’en­voyeur ? Maxence Alloto, qui avait dénoncé les moda­li­tés du pro­ces­sus de dési­gna­tion du can­di­dat socia­liste à Grenoble, avait été exclu du PS après avoir ral­lié Éric Piolle. Une exclu­sion pro­non­cée par le bureau fédé­ral, sans confir­ma­tion aux dires de l’in­té­ressé, du bureau natio­nal auprès duquel le mili­tant a déposé un recours.

 

 

Deux listes d’union des gauches pour le second tour ?

 

Depuis, Grenoble est tiraillée entre deux listes qui se reven­diquent toutes deux d’u­nion de la gauche. L’une emme­née par Éric Piolle, forte du sou­tien de douze for­ma­tions poli­tiques. L’autre conduite par Oliver Noblecourt, sou­te­nue par sept par­tis. En avant pour une qua­dran­gu­laire ?

 

Éric Piolle est candidat à sa réélection à la mairie de Grenoble avec sa liste Grenoble en Commun. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net

Éric Piolle can­di­dat à sa réélec­tion à la mai­rie de Grenoble. © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

À quelques jours de la clô­ture du dépôt des listes – le 2 juin –, la ques­tion du main­tien du can­di­dat PS pour le second tour est posée. Celle du sou­tien du Parti socia­liste – et à quel can­di­dat ? – aussi. Mais du côté de Grenoble Nouvel air, c’est le silence radio.

 

Contacté, le chef de file de son équipe de cam­pagne n’a pas répondu aux sol­li­ci­ta­tions de Place Gre’net.

 

Pendant le confi­ne­ment, Olivier Noblecourt a été extrê­me­ment dis­cret. Et n’est sorti publi­que­ment de sa réserve que la veille de l’an­nonce du second tour par le Premier ministre.

 

Le 21 mai der­nier, l’ex-délé­gué inter­mi­nis­té­riel à la lutte contre la pau­vreté signait ainsi une tri­bune dans Le Monde. où son père, Michel Noblecourt, offi­ciait en tant qu’é­di­to­ria­liste **. Une tri­bune dans laquelle il appelle à la créa­tion d’un revenu de base à l’é­chelle locale. Avec déjà l’es­poir d’un ticket retour pour Paris ?

 

Patricia Cerinsek

 

 

*Par un mail en date du 26 mai (article mis à jour à 17 heures).

 

**Michel Noblecourt n’est plus édi­to­ria­liste au jour­nal Le Monde (article mis à jour le 29 mai).

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
4804 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Bonjour
    J’habite le quar­tier de la Villeneuve…. Quand je vois la poli­tique qui a ete menée par Mr noble­court je me demande com­ment il a obtenu une quel­conque investiture…Nous payons encore aujourd’hui sa façon de faire…… Mrs et Mr noble­court ont laisse notre quar­tier dans un tel état (inqua­li­fiable) des struc­tures sociales comme la MDH BALLADIN qui a ferme avec un défi­cit de plus de 50 000 euros…. Aujourd’hui des res­pon­sa­bi­li­tés a la MDH PREMOL…. ils ont le bras long….ces incom­pé­tents il remonte jusqu’à PARIS Le pire se sont les res­pon­sables d’associations qui le suivent et appa­raissent sur cette liste.Soit ils ne connaissent pas le quar­tier soit ils veulent par­ti­ci­per a la grande fete de la sub­ven­tion qui aura lieu apres l’élection….A Villeneuve le clien­té­lisme muni­ci­pales est tres uti­lisé par des petits poten­tats de paco­tilles qui n’ont jamais véri­ta­ble­ment tra­vaillé….. Posez vous les bonnes ques­tions que cherchent ces gens ???? En tous les cas pas le bon­heur des Grenobloise et Grenoblois.
    BENYOUB Abdelkader

    sep article
  2. Fin de par­tie dif­fi­cile pour O.Noblecourt et la vieille garde du PS gre­no­blois„,
    On est presque gêné pour lui de ces appels du pied.
    Une page est bel et bien tour­née, le TGV pour Paris est prêt.…. le car­net d’a­dresse aussi sûre­ment.
    Certains cruels par­le­raient de « conduite de Grenoble ».…..

    sep article
  3. Il serait temps que M. Olivier Noblecourt aille un peu se col­ti­ner au monde du tra­vail, gagner sa croute, au lieu de la gagner sur notre dos. Essayer d’être autre chose qu’un fils à papa et un intri­gant de cabi­nets qui cherche à se gar­der une petite gâche… à nos frais.
    Pour la petite gâche à nos frais, ça s’ap­plique à la plu­part des poli­ti­ciens.

    sep article
    • bonne idée. Je sou­haite la même chose aux pas­tèques gre­no­bloises

      sep article