Premier débrayage post-confinement au CHU Grenoble Alpes pour réclamer plus de moyens

sep article



 

REPORTAGE VIDÉO – À l’appel des collectifs Inter-urgences et Inter-hôpitaux, des personnels soignants du CHU de Grenoble ont débrayé ce mardi 26 mai 2020 en début d’après-midi. Après un an de grèves, la pandémie Covid-19 et malgré l’annonce du « Ségur de la santé », leurs revendications restent inchangées. Les soignants réclament toujours plus de lits, la revalorisation des salaires, plus de moyens et une nouvelle gouvernance.

 

 

Des personnels hospitaliers ont débrayé au CHU Grenoble © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Répondant à l’ap­pel des col­lec­tifs Inter-urgences (CIU) et Inter-hôpi­taux (CIH) col­lec­tifs, des per­son­nels hos­pi­ta­liers en grève du CHU de Grenoble (Chuga) ont débrayé durant une heure ce mardi 26 mai 2020.

 

Ils n’é­taient d’ailleurs pas seuls sur le par­vis Belledonne. En effet, des usa­gers, ceux-là mêmes qui les ont applau­dis depuis leurs fenêtre et bal­cons, les avaient rejoints pour les sou­te­nir. Tout comme l’ont fait des repré­sen­tants syn­di­caux, des pro­fes­sion­nels hos­pi­ta­liers de toutes caté­go­ries, des para­mé­di­caux, des internes, des étu­diants et quelques gilets jaunes.

 

 

Le crise sanitaire : un révélateur du manque de moyens des hôpitaux

 

Mis sur pause pen­dant la crise sani­taire du Covid-19, le mou­ve­ment de grève des per­son­nels soi­gnants repart de plus belle. Au len­de­main du lan­ce­ment du « Ségur de la santé », après une année exté­nuante de grèves et de pan­dé­mie, les soi­gnants redes­cendent dans la rue.

 

« On ne peut désor­mais plus bluf­fer la popu­la­tion sur les réelles dif­fi­cul­tés de l’hô­pi­tal », déclare Mathieu Cardine, méde­cin urgen­tiste. Et pour cause, la crise sani­taire a agi comme un puis­sant ampli­fi­ca­teur des dys­fonc­tion­ne­ments et du manque de moyens des hôpi­taux. Et, loin d’a­voir anes­thé­sié les soi­gnants, elle n’a fait que ren­for­cer leurs convic­tions concer­nant la jus­tesse de leurs reven­di­ca­tions. À savoir : plus d’ou­ver­tures de lits, une reva­lo­ri­sa­tion des salaires, plus de moyens et un chan­ge­ment de gou­ver­nance pour l’hô­pi­tal.

 

 

 

Le Ségur de la santé ? Le collectif inter-hôpitaux « entre attente et déception »

 

Pour ce qui concerne les états géné­raux de la santé lan­cés par le gou­ver­ne­ment ce lundi 25 mai 2020, le col­lec­tif inter-hôpi­taux (CIH) affiche une pru­dente réserve, pour ne pas dire une cer­taine méfiance. Déclarant se situer « entre attente et décep­tion », il fait part de ses doutes sur cette concer­ta­tion cen­sée chan­ger le sys­tème de soins de manière radi­cale. Et se fait l’é­cho des inquié­tudes des soi­gnants à tra­vers un com­mu­ni­qué de presse publié ce lundi 25 mai 2020 sur son compte Twitter.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

En sub­stance, le CIH regrette notam­ment l’ab­sence du col­lec­tif Inter-urgences et la très faible pré­sence des repré­sen­tants des para­mé­di­caux et autres pro­fes­sions de l’hôpital, Ce « alors même qu’il s’a­git avant tout de faire des pro­po­si­tions pour amé­lio­rer leurs condi­tions de tra­vail », déplore-t-il.

 

Les per­son­nels hos­pi­ta­liers déplorent éga­le­ment que les reva­lo­ri­sa­tions sala­riales ne soient pas à l’ordre du jour « dès le début de la concer­ta­tion et non à la fin ». Sans oublier l’in­quié­tude que fait peser l’an­nonce d’une aug­men­ta­tion « qui pour­rait être assor­tie d’une remise en ques­tion des 35 heures ».

 

 

Mobilisation nationale des personnels hospitaliers prévue le 16 juin

 

Quoi qu’il en soit, le CIH réaf­firme sa déter­mi­na­tion et demande à par­ti­ci­per à tous les groupes de tra­vail. En atten­dant, pas ques­tion de relâ­cher la pres­sion. Des débrayages, il y en aura désor­mais tous les mar­dis entre 14 et 15 heures, tou­jours sur le par­vis Belledonne du CHU de Grenoble. Des mobi­li­sa­tions ponc­tuelles en forme de galops d’es­sai avant la grande mobi­li­sa­tion natio­nale des per­son­nels hos­pi­ta­liers pré­vue pour le 16 juin pro­chain.

 

Joël Kermabon

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2788 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.