Coronavirus : bras de fer entre La Poste et Sud PTT… et des suspicions de cas à Moirans

sep article



 

FOCUS – Une nouvelle fois, Sud PTT Isère-Savoie interpelle la direction de La Poste sur les solutions de sécurité sanitaire jugées insuffisantes face à la crise du coronavirus. Mardi 17 mars, des agents ont ainsi exercé leur droit de retrait, quand bien même la direction leur refuse ce droit au nom de la continuité du service public. De nouvelles mesures de protection auraient été mises en place suite à une réunion.

 

 

« Une bou­teille d’eau, un paquet de Kleenex et un sac pou­belle ». Telles sont les solu­tions de sécu­rité pro­po­sées à ses employés par La Poste face au coro­na­vi­rus, selon le syn­di­cat Sud PTT Isère-Savoie. Après une pre­mière inter­pel­la­tion la semaine der­nière, les syn­di­ca­listes ont haussé avec le début de la période de confi­ne­ment mardi 17 mars. Et annoncé que cer­tains agents exer­çaient leur droit de retrait, « mal­gré les menaces des mana­gers ».

 

Facteur, un métier dangereux en période d'épidémie de coronavirus ? © Place Gre'net

Facteur, un métier dan­ge­reux en période d’é­pi­dé­mie de coro­na­vi­rus ? © Place Gre’net

 

Les fac­teurs estiment en effet être insuf­fi­sam­ment pro­té­gés du virus. « Ils demandent sim­ple­ment un kit de base pour se dés­in­fec­ter (masques, gants, gel) et la réduc­tion du temps d’exposition au risque en dimi­nuant la charge de tra­vail au maxi­mum », écrit Sud PTT. Autre exi­gence ? Adapter la dis­tri­bu­tion en fonc­tion des prio­ri­tés. « Quelle est l’im­pé­rieuse néces­sité de dis­tri­buer des publi­ci­tés ? », s’in­ter­roge ainsi le syn­di­cat.

 

 

Le droit de retrait interdit aux postiers

 

Des menaces ? Sud PTT note que « dans cer­tains centres, la direc­tion, au mépris de la loi, inter­dit les droits de retrait ». Ce serait notam­ment le cas à Villard-de-Lans, où des per­sonnes por­teuses du coro­na­vi­rus auraient été iden­ti­fiées, selon les habi­tants : celui d’une cais­sière à Intermarché et une ou plu­sieurs au lycée cli­ma­tique Jean Prévost.

 

Le tout, insistent les syn­di­ca­listes, sur fond de demandes de réunion non sui­vies d’ef­fet. « En ne pre­nant aucune mesure sérieuse, en ne vou­lant pas dia­lo­guer avec les repré­sen­tants des pos­tiers, [la direc­tion] met en dan­ger ses per­son­nels », dénoncent-ils.

 

Logo de La Poste © Joël Kermabon - Place Gre'net

Logo de La Poste. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Pas de droit de retrait pour les pos­tiers ? La Poste confirme. « L’employeur a mis en œuvre les dis­po­si­tions pré­vues par le code du tra­vail et les recom­man­da­tions natio­nales visant à pro­té­ger la santé et à assu­rer la sécu­rité de son per­son­nel », écrit-elle. En insis­tant sur sa mis­sion de ser­vice public, ainsi que sur « son rôle de main­te­nir le lien et les contacts entre les conci­toyens, au moment où ils en ont le plus besoin. »

 

Et la direc­tion géné­rale de contes­ter ne pas pro­po­ser de solu­tions de sécu­rité sani­taire. « Les mesures et gestes bar­rières comme les règles de dis­tance de cour­toi­sie, les salu­ta­tions sans contact, le lavage fré­quent des mains avec de l’eau et du savon sont stric­te­ment appli­quées », affirme-t-elle. Tout en rap­pe­lant, mes­sage lar­ge­ment dif­fusé, que le port du masque n’a pas d’u­ti­lité pour les per­sonnes qui ne sont pas malades.

 

 

Remise des colis contre SMS

 

Autre mesure : limi­ter au maxi­mum les contacts rap­pro­chés, par exemple lors des remises de colis ou de lettres contre signa­ture. « Aujourd’hui, le tra­vail quo­ti­dien des fac­teurs se fait sans contact phy­sique afin de pré­ser­ver la santé des pos­tiers, comme celle des clients », assure La Poste. La pro­cé­dure ? L’envoi d’un SMS avec demande d’ac­cord pour dépo­ser le colis dans la boîte à lettres ou devant la porte du des­ti­na­taire.

 

Coronavirus : bras de fer entre La Poste et Sud PTT… et des suspicions de cas à MoiransLa Poste Chavant compte parmi les bureaux ouverts durant la période de confinement © Florent Mathieu - Place Gre'net

La Poste Chavant compte parmi les bureaux ouverts durant la période de confi­ne­ment. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Et en cas d’ab­sence de numéro de télé­phone ? Le com­mu­ni­qué de La Poste ne fait pas men­tion de ce cas de figure… mais pré­cise que, sauf accord, le colis attendu sera mis en ins­tance avec avis de pas­sage. À noter que tous les bureaux de poste ne sont pas ouverts. Le mardi 17 mars, sur l’en­semble du dépar­te­ment de l’Isère, seule une ving­taine de bureaux accueillaient le public, dont cinq sur Grenoble.

 

Suite au droit de retrait de cer­tains agents, une réunion orga­ni­sée le 17 mars a fina­le­ment per­mis de conve­nir d’une sys­tème de « prise de ser­vice déca­lée (…) afin de limi­ter le nombre de per­sonnes pré­sentes en même temps durant la phase de tri ». Une prio­ri­sa­tion du cour­rier aurait éga­le­ment été ins­ti­tuée. Des solu­tions, conclut La Poste, qui auraient obtenu « l’as­sen­ti­ment des agents qui ont déclaré reprendre le tra­vail ».

 

 

Des suspicions de cas de coronavirus dans un centre de Moirans

 

Ce n’est pour­tant pas ce qu’in­dique Sud PTT. Dans un nou­veau com­mu­ni­qué en date du mer­credi 18 mars, le syn­di­cat affirme, au contraire, que « de nou­veaux centres uti­lisent leurs droits de retrait ». Et de citer ceux de Moirans, de Morestel ou de Saint-Laurent-du-Pont. Tandis que dans d’autres bureaux, des agents font valoir leur droit de retrait à titre indi­vi­duel.

 

Coronavirus : bras de fer entre La Poste et Sud PTT. Des agents de la Poste sur le parking du centre de Moirans © Sud PTT Isère Savoie - Facebook

Des agents de La Poste sur le par­king du centre de Moirans. © Sud PTT Isère Savoie – Facebook

 

L’inquiétude est notam­ment mon­tée d’un cran à Moirans. Dans ce centre qui emploie près de 80 per­sonnes, « plu­sieurs sus­pi­cions de cas [de coro­na­vi­rus] sur le bureau n’entraînent… aucune réac­tion de la direc­tion », dénonce le syn­di­cat. Le per­son­nel a décidé de ces­ser le tra­vail au nom de sa sécu­rité et de se réunir sur le par­king du centre pour faire valoir sa colère.

 

« Les fac­teurs sou­haitent orga­ni­ser leur tra­vail avec seule­ment le cour­rier prio­ri­taire. Ils demandent sim­ple­ment un kit de base pour se dés­in­fec­ter (masques, gants, gel) et la réduc­tion du temps d’exposition au risque, en dimi­nuant la charge de tra­vail au maxi­mum en orga­ni­sant le tra­vail un jour sur deux », conclut Sud PTT.

 

Florent Mathieu

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
4411 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Si per­sonne ne réagit à la direc­tion de la Poste et qu’il n’y a pas de sanc­tion, demain ce sera toute la France qui n’aura pas de cour­rier. Il fait beau et ils sont payer en res­tant à la mai­son, pour­quoi aller tra­vailler ?

    sep article