Portrait interactif Éric Piolle © Anissa Duport-Levanti

Éric Piolle, le favori assiégé à Grenoble

Éric Piolle, le favori assiégé à Grenoble

 

PORTRAIT INTERACTIF - Le maire sortant Éric Piolle est grand favori de cette élection avec 36 % d’intentions de vote selon un sondage Ipsos – Sopra Steria réalisé en février pour Le Dauphiné libéré - Radio France, voire 40 % selon le dernier sondage commandé à l'Ifop par La République en marche. Il avait gagné l'élection de 2014 à la surprise générale, grâce une alliance des Verts et de la gauche. Un accord aujourd’hui encore unique en France pour une ville de cette taille. Six ans plus tard, le bilan est contrasté. Et le maire sortant attaqué de toutes parts.

 

 

À quelques jours du premier tour, le QG de campagne d'Éric Piolle rue Brocherie ne désemplit pas. Membres de l’équipe Grenoble en commun, mais aussi citoyens dubitatifs ou déjà séduits se relayent dans le local.

 

Éric Piolle et Yann Mongaburu lors de la présentation de « Faites du vélo ». © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Piolle et Yann Mongaburu lors de la présentation de "Faites du vélo ». © Joël Kermabon - Place Gre'net

En plein hyper-centre, dans les rues piétonnes qui bordent la place Notre-Dame, la visibilité est maximale. Alors les soutiens du maire sortant s’activent. Il faut aller récupérer les affiches et les coller dans la ville.

 

Éric Piolle arrive, toujours en Métrovélo et casque sur la tête. Jean, chemise blanche et veste bleue, il a gardé l’uniforme de maire qu’il arbore depuis son élection en 2014. Mais une chose a changé : le maire a aussi revêtu un costume de rigidité, après six longues années à la tête de la capitale des Alpes.

 

Bien qu’avenant, le candidat apparaît tendu, fermé. Sans doute car la situation s’est inversée depuis les dernières municipales. Du statut d’outsider combattif et rassembleur, il est passé à celui de favori assiégé.

 

 

Une campagne agressive

 

Et cette fois, la campagne est difficile. Ses opposants ne ratent pas une occasion de tirer à boulets rouges sur son bilan, sa manière de diriger la ville et son attitude en tant que candidat. Mais surtout, les petites phrases assassines vont bon train.

 

Olivier Noblecourt, soutenu par le PS et également candidat, a notamment accusé le maire sortant d’être responsable de la division de la gauche. Tandis que son colistier Stéphane Gemmani avait publié sur Twitter une fausse alerte enlèvement pour retrouver Élisa Martin. Et pour cause : sa première adjointe a été très peu visible dans la campagne en dépit de sa deuxième place sur la liste d’Éric Piolle.

 

 

Face à ces attaques, le maire sortant appelle à "une campagne respectueuse pour un débat démocratique serein ». Oubliant opportunément au passage que l’ex-premier adjoint de Michel Destot, Jérôme Safar, vient de déposer une plainte en diffamation contre sa liste et Manon Aubry.

 

 

Plainte en diffamation

 

La députée européenne La France insoumise a en effet dénoncé, dans une vidéo de soutien à Eric Piolle, une "corruption […] endémique" et le "clientélisme" des mandatures précédentes. "L’équipe municipale actuelle est la première à être signalée directement par la chambre régionale des comptes pour soupçon de favoritisme depuis 1995… », a répondu Jérôme Safar. Ambiance.

 

Echange vif entre Olivier Noblecourt exprimant ses griefs contre le budget participatif et Pascal Clouaire, le promoteur du budget participatif et adjoint à la démocratie locale de Grenoble, lors de l'inauguration du Lîeu, le 16 janvier 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Echange vif entre Olivier Noblecourt critique contre le budget participatif et Pascal Clouaire, promoteur du budget participatif et adjoint à la démocratie locale de Grenoble, 16 janvier 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Le candidat-maire réplique en changeant de sujet : "J’ai souvent l'impression d'être à un congrès d'altermondialistes : dans la parole, ils sont tous plus de gauche et plus écologistes que moi ! Alors que nous voyons qu'entre l'ancien maire corrompu, entre la candidate de la majorité présidentielle et le candidat du gouvernement, nous ne portons pas le même projet pour Grenoble ! Dans cette campagne, la présence de l'ancien maire corrompu tord un peu la donne : son usage permanent des fake news ou bien des projets lunaires qu'il porte, donnent au débat une forme peu ordinaire. » Et autant pour les petites phrases…

 

 

Un mandat bien préparé selon Éric Piolle

 

Campagne mouvementée donc. Mais qu’en a-t-il été du mandat ? Au niveau personnel, la transition n’a pas toujours été simple pour Éric Piolle. "Les journées ne sont pas extensibles et, forcément, consacrer entre 80 et 100 heures au mandat par semaine ça change la vie, et celle de mon entourage. Mais nous étions préparés, et je veille à garder des moments dédiés pour ma famille, pour mes amis. Ménager sa liberté, ses espaces de respiration, c’est la clé. »

 

Cliquez sur les + pour découvrir le portrait interactif d'Eric Piolle :

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 66 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

ADu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tournois ITF du Grenoble Tennis : l’Engie Open de l’Isère et le Trophée de la Ville de Grenoble débutent dimanche 5 février 2023

EN BREF - Les deux tournois internationaux ITF du Grenoble Tennis se tiennent du dimanche 5 au dimanche 12 février 2023, sur les courts du Lire plus

L'entrée principale de Sciences PO Grenoble bloquée par des étudiants pour dénoncer le projet de réforme des retraites. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réforme des retraites : qua­trième jour de blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat étu­diant de droite Uni réagit

EN BREF - Depuis le mardi 31 janvier 2023, des étudiants de Sciences Po Grenoble appuyés par plusieurs syndicats bloquent l'entrée de leur établissement pour Lire plus

Bilan de la concer­ta­tion volon­taire ZFE : des habi­tants sou­vent mal infor­més, scep­tiques et peu convaincus

FOCUS - À cinq mois de la mise en place, le 1er juillet 2023, de la Zone à faibles émissions (ZFE) pour les voitures de Lire plus

La Métropole de Grenoble pré­sente un bud­get 2023 record pour « la trans­for­ma­tion du ter­ri­toire », mais sans hausse d’impôts

FOCUS - La Métropole de Grenoble a présenté, mardi 31 janvier 2023, le budget prévisionnel 2023 qui sera soumis au vote du conseil métropolitain ce Lire plus

La Ville de Pont-de-Claix déploie son dispositif de vidéoprotection, avec 30 caméras installées dès 2023
La Ville de Pont-de-Claix déploie son dis­po­si­tif de vidéo­pro­tec­tion, avec 30 camé­ras ins­tal­lées dès 2023

FLASH INFO - La Ville de Pont-de-Claix a annoncé lundi 30 janvier le déploiement d'un système de "vidéoprotection" à partir de 2023. La municipalité a Lire plus

La réponse au vitriol du président de la Métropole aux propos de Christian Coigné, maire démissionnaire de Sassenage
La réponse au vitriol du pré­sident de la Métropole aux pro­pos de Christian Coigné, maire démis­sion­naire de Sassenage

FOCUS - Christophe Ferrari, président de la Métropole de Grenoble, n'a pas (du tout) apprécié la prise de parole de Christian Coigné à l'occasion de Lire plus

Flash Info

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

Flash info| Explosion pos­si­ble­ment d’o­ri­gine cri­mi­nelle dans une épi­ce­rie ita­lienne de Grenoble dans la nuit du 29 au 30 jan­vier 2023

Agenda

Je partage !