Les agents du service élections de Grenoble reprennent le travail après deux jours de grève

sep article

 

FIL INFO — Après deux jours et demi de grève, les agents du service élections de la Ville de Grenoble ont repris le travail. Ils ont obtenu une bonification sur les périodes chargées en matière d’accueil du public, mais pas le paiement des journées de grève.

 

 

Après deux jours et demi de grève, le syndicat Force ouvrière de la Ville de Grenoble annonce la reprise du travail des sept agents du service élections-enquêteurs. Le mouvement d’arrêt de travail avait débuté le lundi 9 mars. Soutenus par FO et la CFTC, les agents demandaient une revalorisation salariale de 150 euros bruts, en considérant que la grille de salaires et de primes mise en place par la municipalité était inégalitaire.

 

Les agents du service élections de Grenoble reprennent le travail après deux jours de grèveHôtel de Ville de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Hôtel de Ville de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« L’employeur […] dit qu’il ne peut en rien augmenter le salaire », indique le syndicat dans une note interne. La Ville se réfère ainsi au statut des agents et à la délibération du conseil municipal de juillet 2018 fixant la grille salariale des agents. Une délibération, rappelait Patrick Fiorina du syndicat FO, alors très contestée par des représentants du personnel. Y compris au travers d’un « nombre très important de recours ».

 

 

Les agents obtiennent une bonification

 

Qu’ont obtenu les agents ? Un versement NBI (nouvelle bonification indiciaire) « pour les mois où l’accueil du public représente plus de 50 % du temps de travail ». En somme, une prime supplémentaire qui concerne pour les élections municipales les mois de janvier à mars 2020. En revanche, l’employeur n’a pas accédé à la demande de paiement des deux jours et demi de grève observés par les agents.

 

Hall d'accueil de l'Hôtel de Ville de Grenoble © Place Gre'net

Hall d’accueil de l’Hôtel de Ville de Grenoble. © Place Gre’net

 

L’arrêt de travail des agents du service élections n’était pas le premier mouvement syndical de l’année à l’Hôtel de Ville de Grenoble. Eux aussi soutenus par FO et la CFTC, les agents du service d’accueil avaient, pour leur part, déposé un préavis pour la journée du lundi 17 février. En cause ? Une fois encore un salaire jugé trop faible et une remise en cause de certaines missions jugées inadaptées.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
980 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.