Le Département de l’Isère décrète 2020 “année de la culture”… partout et pour tous

sep article

 

FOCUS – Pour le Conseil départemental de l’Isère, l’année 2020 se place résolument sous le signe de la culture. Ouverture du musée Champollion et des archives départementales, rendez-vous annuels comme le Festival Berlioz ou Jazz à Vienne… Le président du Département Jean-Pierre Barbier décrète 2020 « année de la culture », non sans rappeler les efforts budgétaires réalisés dans ce domaine par sa majorité.

 

 

Pour le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère, l’an­née 2020 sera cultu­relle ou ne sera pas. Leitmotiv de ses vœux pour la nou­velle année, sous forme de slo­gan ? « La culture par­tout et pour tous. La culture nous ras­semble ». Un ras­sem­ble­ment en effet à l’ordre du jour, puisque le Département pro­clame 2020 « année de la culture » en regrou­pant sous une même ban­nière les évé­ne­ments cultu­rels mar­quants à venir.

 

Le Département de l'Isère décrète 2020 année de la culturePhoto de (grande) famille pour le lancement de l'année de la culture dans les locaux de l'Alhpi © Florent Mathieu - Place Gre'net

Lancement de l’an­née de la culture dans les locaux de l’Alhpi. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le lan­ce­ment de l’an­née de la Culture est aussi l’oc­ca­sion pour Jean-Pierre Barbier de rap­pe­ler que la majo­rité dépar­te­men­tale a dou­blé le bud­get de la culture depuis son arri­vée aux affaires en 2015. « Nous avons dou­blé le bud­get, qui est passé de 19 à 38 mil­lions », chiffre le pré­sident du Département. Sans exclure de pour­suivre les efforts : « Sur 1,6 mil­liard d’eu­ros de bud­get, on a encore une marge de pro­gres­sion ! », assure-t-il.

 

 

« Le seul moyen de lutter contre l’obscurantisme »

 

Pourquoi un tel atta­che­ment à la culture ? « Jamais, depuis des heures très sombres de notre his­toire, le pacte répu­bli­cain n’a été aussi fra­gi­lisé », déplore Jean-Pierre Barbier, en décri­vant une vio­lence et une into­lé­rance qui, à ses yeux, se bana­lisent. « La culture est le seul et unique moyen de lut­ter contre ces frac­tures sociales, ces replis iden­ti­taires, contre l’obs­cu­ran­tisme, l’i­gno­rance et le popu­lisme ! », plaide par oppo­si­tion le pré­sident du Département.

 

Deux ans après la pose de la première pierre, le nouveau site des Archives départementales de l'Isère doit ouvrir ses portes en 2020 © Conseil départemental de l'Isère

Deux ans après la pose de la pre­mière pierre, le nou­veau site des archives dépar­te­men­tales de l’Isère doit ouvrir ses portes en 2020. © Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère

 

Une culture qui est aussi une ques­tion de trans­mis­sion. D’où la volonté du Département de sou­te­nir les acteurs pro­fes­sion­nels comme ama­teurs du monde cultu­rel. « S’il n’y a pas les pro­fes­sion­nels pour faire pro­gres­ser les ama­teurs, ça ne fonc­tionne pas ! », résume Jean-Pierre Barbier. Non sans mettre en avant sa « res­pon­sa­bi­lité en tant qu’élu » : « Il suf­fit d’une géné­ra­tion qui laisse tom­ber les choses pour que toute la culture d’au­pa­ra­vant soit per­due ! »

 

C’est pour­quoi le pré­sident du Département insiste sur une culture « pour tous ». Et a choisi de pré­sen­ter l’an­née de la culture dans les locaux de l’Alhpi, asso­cia­tion dédiée au suivi de per­sonnes en situa­tion de han­di­cap psy­chique. Un public dit « empê­ché » ou « dis­tant » que Jean-Pierre Barbier veut rap­pro­cher, comme d’autres, du monde cultu­rel. Et de pro­fes­ser : « Il serait bon d’ins­tau­rer en Isère un droit d’ac­cès à la culture pour tous ! »

 

 

Rendez-vous annuels et événements à venir

 

Mais au final, que com­prend cette année de la culture ? En réa­lité, une com­pi­la­tion d’é­vé­ne­ments déjà pro­gram­més ou annuels. Le pré­sident du Département évoque ainsi le Festival Berlioz, qui met­tra cette année « les Méditerranées » à l’hon­neur. Ou encore le fes­ti­val Jazz à Vienne, la nou­velle sai­son de l’o­pé­ra­tion Paysage-Paysages, sans oublier les onze rési­dences artis­tiques mises en place sur cha­cun des ter­ri­toires du dépar­te­ment de l’Isère.

 

2020, année de la culture. Jean-Pierre Barbier présente la nouvelle médaille départementale, créée par Jean-Marc Rochette © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jean-Pierre Barbier pré­sente la nou­velle médaille dépar­te­men­tale, créée par Jean-Marc Rochette. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

D’autres ren­dez-vous ? Pas ques­tion pour Jean-Pierre Barbier d’ou­blier l’ou­ver­ture pro­chaine du Musée Champollion de Vif, ainsi que des nou­velles archives dépar­te­men­tales sur un site flam­bant neuf à Saint-Martin-d’Hères. Ni des évé­ne­ments comme le pas­sage du Tour de France, la Course de la Résistance, la remise sur les rails du petit train de La Mure… Autant d’oc­ca­sions pour le pré­sident de « faire pas­ser des mes­sages cultu­rels ».

 

Et comme pre­mier mes­sage cultu­rel de l’an­née, Jean-Pierre Barbier pré­sente… la nou­velle médaille d’hon­neur dépar­te­men­tale. Réalisée par le sculp­teur et des­si­na­teur Jean-Marc Rochette, la créa­tion repré­sente d’un côté le Mont Aiguille, et de l’autre le Temple d’Auguste et de Livie de Vienne. Une façon de lier Sud-Isère et Nord-Isère, patri­moine natu­rel et patri­moine his­to­rique, « pour résu­mer ce qu’est le dépar­te­ment de l’Isère ».

 

Florent Mathieu

 

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
2349 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.