Le Département de l’Isère décrète 2020 “année de la culture”… partout et pour tous

sep article

 

FOCUS – Pour le Conseil départemental de l’Isère, l’année 2020 se place résolument sous le signe de la culture. Ouverture du musée Champollion et des archives départementales, rendez-vous annuels comme le Festival Berlioz ou Jazz à Vienne… Le président du Département Jean-Pierre Barbier décrète 2020 « année de la culture », non sans rappeler les efforts budgétaires réalisés dans ce domaine par sa majorité.

 

 

Pour le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère, l’an­née 2020 sera cultu­relle ou ne sera pas. Leitmotiv de ses vœux pour la nou­velle année, sous forme de slo­gan ? « La culture par­tout et pour tous. La culture nous ras­semble ». Un ras­sem­ble­ment en effet à l’ordre du jour, puisque le Département pro­clame 2020 « année de la culture » en regrou­pant sous une même ban­nière les évé­ne­ments cultu­rels mar­quants à venir.

 

Le Département de l'Isère décrète 2020 année de la culturePhoto de (grande) famille pour le lancement de l'année de la culture dans les locaux de l'Alhpi © Florent Mathieu - Place Gre'net

Lancement de l’an­née de la culture dans les locaux de l’Alhpi. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le lan­ce­ment de l’an­née de la Culture est aussi l’oc­ca­sion pour Jean-Pierre Barbier de rap­pe­ler que la majo­rité dépar­te­men­tale a dou­blé le bud­get de la culture depuis son arri­vée aux affaires en 2015. « Nous avons dou­blé le bud­get, qui est passé de 19 à 38 mil­lions », chiffre le pré­sident du Département. Sans exclure de pour­suivre les efforts : « Sur 1,6 mil­liard d’eu­ros de bud­get, on a encore une marge de pro­gres­sion ! », assure-t-il.

 

 

« Le seul moyen de lutter contre l’obscurantisme »

 

Pourquoi un tel atta­che­ment à la culture ? « Jamais, depuis des heures très sombres de notre his­toire, le pacte répu­bli­cain n’a été aussi fra­gi­lisé », déplore Jean-Pierre Barbier, en décri­vant une vio­lence et une into­lé­rance qui, à ses yeux, se bana­lisent. « La culture est le seul et unique moyen de lut­ter contre ces frac­tures sociales, ces replis iden­ti­taires, contre l’obs­cu­ran­tisme, l’i­gno­rance et le popu­lisme ! », plaide par oppo­si­tion le pré­sident du Département.

 

Deux ans après la pose de la première pierre, le nouveau site des Archives départementales de l'Isère doit ouvrir ses portes en 2020 © Conseil départemental de l'Isère

Deux ans après la pose de la pre­mière pierre, le nou­veau site des archives dépar­te­men­tales de l’Isère doit ouvrir ses portes en 2020. © Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère

 

Une culture qui est aussi une ques­tion de trans­mis­sion. D’où la volonté du Département de sou­te­nir les acteurs pro­fes­sion­nels comme ama­teurs du monde cultu­rel. « S’il n’y a pas les pro­fes­sion­nels pour faire pro­gres­ser les ama­teurs, ça ne fonc­tionne pas ! », résume Jean-Pierre Barbier. Non sans mettre en avant sa « res­pon­sa­bi­lité en tant qu’élu » : « Il suf­fit d’une géné­ra­tion qui laisse tom­ber les choses pour que toute la culture d’au­pa­ra­vant soit per­due ! »

 

C’est pour­quoi le pré­sident du Département insiste sur une culture « pour tous ». Et a choisi de pré­sen­ter l’an­née de la culture dans les locaux de l’Alhpi, asso­cia­tion dédiée au suivi de per­sonnes en situa­tion de han­di­cap psy­chique. Un public dit « empê­ché » ou « dis­tant » que Jean-Pierre Barbier veut rap­pro­cher, comme d’autres, du monde cultu­rel. Et de pro­fes­ser : « Il serait bon d’ins­tau­rer en Isère un droit d’ac­cès à la culture pour tous ! »

 

 

Rendez-vous annuels et événements à venir

 

Mais au final, que com­prend cette année de la culture ? En réa­lité, une com­pi­la­tion d’é­vé­ne­ments déjà pro­gram­més ou annuels. Le pré­sident du Département évoque ainsi le Festival Berlioz, qui met­tra cette année « les Méditerranées » à l’hon­neur. Ou encore le fes­ti­val Jazz à Vienne, la nou­velle sai­son de l’o­pé­ra­tion Paysage-Paysages, sans oublier les onze rési­dences artis­tiques mises en place sur cha­cun des ter­ri­toires du dépar­te­ment de l’Isère.

 

2020, année de la culture. Jean-Pierre Barbier présente la nouvelle médaille départementale, créée par Jean-Marc Rochette © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jean-Pierre Barbier pré­sente la nou­velle médaille dépar­te­men­tale, créée par Jean-Marc Rochette. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

D’autres ren­dez-vous ? Pas ques­tion pour Jean-Pierre Barbier d’ou­blier l’ou­ver­ture pro­chaine du Musée Champollion de Vif, ainsi que des nou­velles archives dépar­te­men­tales sur un site flam­bant neuf à Saint-Martin-d’Hères. Ni des évé­ne­ments comme le pas­sage du Tour de France, la Course de la Résistance, la remise sur les rails du petit train de La Mure… Autant d’oc­ca­sions pour le pré­sident de « faire pas­ser des mes­sages cultu­rels ».

 

Et comme pre­mier mes­sage cultu­rel de l’an­née, Jean-Pierre Barbier pré­sente… la nou­velle médaille d’hon­neur dépar­te­men­tale. Réalisée par le sculp­teur et des­si­na­teur Jean-Marc Rochette, la créa­tion repré­sente d’un côté le Mont Aiguille, et de l’autre le Temple d’Auguste et de Livie de Vienne. Une façon de lier Sud-Isère et Nord-Isère, patri­moine natu­rel et patri­moine his­to­rique, « pour résu­mer ce qu’est le dépar­te­ment de l’Isère ».

 

Florent Mathieu

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
2771 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.