Retraites : la mobilisation reste forte à Grenoble avec le renfort de la CFDT

sep article

Notre indépendance c

 

FOCUS – Comme un peu partout en France, Grenoble a vécu aux rythmes des manifestations, ce mardi 17 décembre. Nouveauté, cette fois : la présence de la CFDT dans le cortège contre la réforme des retraites. Une première depuis le début de la mobilisation. À noter également, la mobilisation des pompiers dans les rues de Grenoble.

 

 

La CFDT a rejoint le mouvement pour la première fois ce mardi 17 décembre. L'objectif principal : la suppression de l'âge pivot. © Anissa Duport-Levanti - placegrenet.fr

La CFDT a rejoint le mou­ve­ment pour la pre­mière fois ce mardi 17 décembre. L’objectif prin­ci­pal : la sup­pres­sion de l’âge pivot. © Anissa Duport-Levanti – placegrenet.fr

Ils étaient 8 800 selon la police et 12 500 selon les syn­di­cats : les mani­fes­tants ont à nou­veau défilé dans les rues de Grenoble, ce mardi 17 décembre. Une mobi­li­sa­tion impor­tante donc, mar­quée par un évé­ne­ment de taille : la pré­sence de la CFDT au sein du cor­tège. Signe par­ti­cu­lier de ce syn­di­cat dit réfor­miste : il ne s’op­pose glo­ba­le­ment pas à l’ins­tau­ra­tion de la retraite à points que sou­haite le gou­ver­ne­ment.

 

« Sur le fond, la réforme va dans notre sens », explique Philippe Caullireau, secré­taire adjoint de la CFDT Isère. Pour cette rai­son, la CFDT a choisi de se pla­cer en fin de cor­tège. Une façon de mon­trer sa semi-adhé­sion avec le reste du mou­ve­ment, qui lutte pour la sup­pres­sion pure et simple de la réforme.

 

© Anissa Duport-Levanti – Placegrenet.fr

 

 

 

DES POMPIERS TRÈS EN COLÈRE

 

Environ 80 pom­piers étaient pré­sents dans le cor­tège gre­no­blois pour mani­fes­ter leur colère. © Jules Glénat – placegrenet.fr

Particulièrement pré­sents dans les mani­fes­ta­tions ces der­nières semaines, les pom­piers se mobi­lisent aussi à Grenoble pour mon­trer leur ras-le-bol.

 

Pénibilité non recon­nue, manque d’ef­fec­tifs et prime de risque non reva­lo­ri­sée depuis près de trente ans… Selon eux, la situa­tion n’est plus tenable.

 

« En Isère, il manque 80 pom­piers pour cou­vrir effi­ca­ce­ment le risque », dénonce Thierry Granger, adju­dant-chef à la caserne de Grenoble et repré­sen­tant CGT du per­son­nel. Pompier de ter­rain depuis plus de trente ans, il devrait tou­cher 1 800 euros une fois à la retraite. « Tous les mois, on sur-cotise pour pou­voir par­tir à la retraite cinq ans plus tôt, en rai­son de la dif­fi­culté de ce tra­vail, mais avec la réforme on n’a aucune garan­tie que ça sera main­tenu ! Déjà que je vais perdre au moins 500 euros par mois, si en plus je dois tra­vailler jusqu’à 62 ans… », s’alarme-t-il.

 

Environ 70 % de grévistes chez les pompiers

 

Sur les quatre casernes locales, les pom­piers comptent envi­ron 70 % de gré­vistes. « Ça ne se voit pas car notre droit de grève est res­treint. On est réqui­si­tion­nés », explique Thierry Granger. « Les 70 ou 80 pom­piers pré­sents aujourd’hui sont tous en repos. Sinon, ils ne pour­raient pas être là. »

 

Pour l’ad­ju­dant-chef, le gou­ver­ne­ment va éga­le­ment rendre le sta­tut de pom­pier inéga­li­taire, en rai­son d’une péni­bi­lité négo­ciable par branche. « Clairement, comme tout se fait au niveau dépar­te­men­tal, ça veut dire qu’un pom­pier d’Ile-de-France pourra avoir la prime de péni­bi­lité alors qu’un pom­pier d’Isère pourra ne pas la tou­cher », affirme-t-il.

 

« Peut-être que notre sta­tut sera dif­fé­rent de celui des poli­ciers car on a plus besoin d’eux que des pom­piers dans les rues en ce moment », se ques­tionne l’adjudant-chef. Les pom­piers isé­rois ne comptent, en tout cas, pas arrê­ter la mobi­li­sa­tion et seront en grève – res­treinte – jusqu’au 14 jan­vier.

 

 

L’introduction de l’âge pivot à 64 ans, casus belli pour la CFDT

 

Pour la CFDT, il est nor­mal de tra­vailler plus long­temps avec l’al­lon­ge­ment de la durée de vie. « Toutefois, nous dénon­çons le fait d’entreprendre une réforme éco­no­mique en même temps que la réforme des retraites, car il n’y a pas le feu aux caisses de retraite », iro­nise le secré­taire-adjoint de l’organisation.

 

CFDT et CGT sont d'accord sur le rejet d'une retraite par capitalisation, qui ferait la part belle aux fonds de pension. © Anissa Duport-Levanti - placegrenet.fr

CFDT et CGT sont d’ac­cord sur le rejet d’une retraite par capi­ta­li­sa­tion, qui ferait la part belle aux fonds de pen­sion. © Anissa Duport-Levanti – placegrenet.fr

C’est ce point, mais sur­tout l’introduction de l’âge pivot à 64 ans, qui a poussé la CFDT à rejoindre le mou­ve­ment. « Une ligne rouge a été fran­chie », mar­tèle Philippe Caullireau, repre­nant les paroles de Laurent Berger, secré­taire géné­ral du syn­di­cat.

 

Celui-ci recon­naît éga­le­ment que le contexte de ras-le-bol géné­ral face à des ser­vices publics en grande souf­france nour­rit la volonté de mobi­li­sa­tion.

 

 

Pourquoi l’âge pivot pose-t-il problème ?

 

Le gou­ver­ne­ment compte ins­tau­rer un malus pour les per­sonnes pre­nant leur retraite avant l’âge de 64 ans, même s’ils ont cotisé tous leurs tri­mestres, et un bonus pour ceux choi­sis­sant de tra­vailler après cet âge pivot. D’autre part, les per­sonnes n’ayant pas fini de coti­ser mais choi­sis­sant de par­tir à 64 ans se ver­ront appli­quer une décote de pen­sion en fonc­tion du nombre de tri­mestres man­quants, bien qu’ayant déjà une retraite ampu­tée.

 

« C’est vrai­ment ce point pré­cis qui m’a fait des­cendre dans la rue », témoigne Martin Ribière, infor­ma­ti­cien dans l’administration publique et délé­gué CFDT du per­son­nel. « Je suis par­ti­san d’un sys­tème à points car je pense qu’un sys­tème uni­ver­sel où les mêmes règles s’appliquent à tous per­met­tra plus d’égalité. Mais ce qui pose pro­blème, c’est la manière de le faire. Par exemple, que le gou­ver­ne­ment demande à quelqu’un comme Jean-Pierre Delevoye de por­ter ce pro­jet décré­di­bi­lise toute la démarche et lui fait perdre en légi­ti­mité », regrette-t-il.

 

Du rififi entre Matignon et Jean-Pierre Delevoye

 

Le haut-com­mis­saire à la réforme des retraites a démis­sionné lundi 16 décembre après que le grand public a décou­vert qu’il cumu­lait treize man­dats en paral­lèle de sa mis­sion. Une situa­tion non seule­ment contraire à la Constitution mais qui pour­rait éga­le­ment rele­ver du conflit d’intérêts.

 

Alors que Matignon se défend de tout « man­que­ment », affir­mant ne pas avoir été pré­venu de ces cumuls, Le Monde vient de dévoi­ler que Jean-Pierre Delevoye les avait pour­tant décla­rés à la Haute Autorité pour la trans­pa­rence de la vie publique (HATVP) dès octobre 2017.

 

La CGT s’est féli­ci­tée d’une forte pré­sence des délé­ga­tions d’en­tre­prises et des ser­vices publics. © Anissa Duport-Levanti – placegrenet.fr

Du côté de la CGT, on se réjouit de cette conver­gence avec le syn­di­cat réfor­miste, mal­gré quelques bémols : « On ne peut pas faire abs­trac­tion des dif­fé­rences de fond, notam­ment sur l’âge de départ à la retraite », sou­ligne Franck Boyer, de la CGT Cheminots Grenoble. Lors de l’assemblée géné­rale qui s’est tenue à la Bourse du tra­vail ce mardi après-midi, l’heure était tou­te­fois à la satis­fac­tion.

 

« La mobi­li­sa­tion était à la hau­teur de celle du 5 décembre, avec une pré­sence très mar­quée de toutes les entre­prises et ser­vices publics, ce qui montre bien que le mou­ve­ment s’ancre dans toutes les entre­prises », affirme Franck Boyer. Et celui de noter éga­le­ment la forte mobi­li­sa­tion des jeunes et des ensei­gnants.

 

L’intersyndicale recon­duira le mou­ve­ment et appelle à une action col­lec­tive jeudi. Un ras­sem­ble­ment devrait avoir lieu devant la chambre de com­merce en début d’après-midi.

 

Anissa Duport-Levanti

 

commentez lire les commentaires
3713 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Les dea­lers, pour leur retraite, peuvent comp­ter sur le sou­tien de la muni­ci­pa­lité en place qui veut faire de la vente du can­na­bis un métier.
    En effet, Mme Suzanne Dathe, adjointe au maire, a déclaré : « Ces gens qui tra­vaillent dans les quar­tiers n’ont pas de contrat de tra­vail, ils ne cotisent pas à la retraite, ils ne cotisent pas à l’Urssaf, ils n’ont pas les 35 heures, ils n’ont pas de congés payés. Ce sont qua­si­ment des esclaves ! ».
    https://www.placegrenet.fr/2019/10/26/etude-jeunes-drogue-agglo/264431

    sep article