Les gilets jaunes de l’agglomération grenobloise délogés de leur « maison du peuple » sur le site de Neyrpic

sep article



 

EN BREF – Les gilets jaunes de l’agglomération grenobloise ont été délogés, samedi soir, par les forces de l’ordre d’un hangar qu’ils squattaient sur le site Neyrpic, à Saint-Martin-d’Hères. Opposés au projet de centre commercial, les militants y avaient symboliquement installé leur « maison du peuple ».

 

 

Des gilets jaunes et autres militants, expulsés de "leur maison du peuple" improvisée sur le site Neyrpic de Saint-Martin-d'Hères, dimanche 17 novembre 2019 © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Gilets jaunes et autres mili­tants expul­sés de « leur mai­son du peuple » impro­vi­sée sur le site Neyrpic de Saint-Martin-d’Hères, le 17 novembre 2019. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Ce dimanche 17 novembre, les gilets jaunes de l’agglomération gre­no­bloise espé­raient fêter leur anni­ver­saire dans leur « mai­son du peuple » impro­vi­sée sur le site Neyrpic à Saint-Martin‑d’Hères, où ils s’é­taient ins­tal­lés depuis mer­credi der­nier. Mais la fête a tourné court. Vers 22 h 30 samedi soir, une tren­taine de poli­ciers cagou­lés avec trois chiens sont venus expul­ser les mili­tants du han­gar qu’ils occu­paient, rap­portent ces der­niers.

 

« On ne fai­sait pas de mal, regrette l’un d’eux. On trou­vait que notre pro­jet était légi­time. On s’est auto­ri­sés à ins­tal­ler un sys­tème d’autogestion. » Les mili­tants espèrent encore convaincre le maire com­mu­niste David Queiros de les lais­ser occu­per les locaux. S’il refuse ? « On revien­dra ! Pas ques­tion de lais­ser les poli­tiques déci­der seuls du deve­nir des com­muns. Ici, c’est un espace com­mun qui appar­tient au peuple », répond un gilet jaune, déter­miné.

 

 

 

 

« Europacity a été abandonné, Neyrpic doit aussi être empêché »

 

Les gilets jaunes n’ont pas choisi Neyrpic par hasard pour ins­tal­ler leur mai­son du peuple. La mai­rie de Saint-Martin‑d’Hères a prévu de trans­for­mer la friche indus­trielle en centre com­mer­cial. Un pro­jet qui n’a aucun sens pour Michel, gilet jaune : « On détruit pour encore encou­ra­ger la consom­ma­tion au lieu de pré­pa­rer l’avenir. »

 

Des gilets jaunes et autres militants, expulsés de "leur maison du peuple" improvisée sur le site Neyrpic de Saint-Martin-d'Hères, dimanche 17 novembre 2019 © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

© Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

D’autres mili­tants fai­sant cause com­mune contre le pro­jet de centre com­mer­cial sont venus s’as­so­cier à ce mou­ve­ment de déso­béis­sance civile des gilets jaunes : des membres de Neyrpic Autrement, d’Alternatiba Grenoble, d’Action non vio­lente Cop 21, d’Extinction Rebellion et des Jeunes pour le cli­mat.

 

Tous ces mou­ve­ments rejettent en bloc le pro­jet qu’ils jugent cli­ma­ti­cide.

 

« Europacity a été aban­donné, Neyrpic doit aussi être empê­ché » déclare une mili­tante d’Alternatiba. Pour l’heure, le centre com­mer­cial est tou­te­fois loin d’être ouvert. Le deuxième per­mis de construire déli­vré par la Ville au pro­mo­teur Apsys a été atta­qué sur plu­sieurs aspects. Les recours devront tous pas­ser devant les juges avant que la pre­mière pierre ne soit posée. Et d’ici là, les élec­tions muni­ci­pales pour­raient bien rebattre les cartes.

 

Séverine Cattiaux

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3394 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. On pour­rait rap­pe­ler à ces illu­mi­nés que les “poli­tiques” sont des élus, élus par la majo­rité.
    De toute façon, ces “oppo­sants” sont des proxy des pas­tèques de Grenoble, anxieux de perdre encore plus de com­merces du centre ville

    sep article
  2. Le « daté et dépassé » d’Emmanuel Macron à pro­pos d’Europacity s’ap­plique aussi à Neyrpic et au maire de Saint Martin d’Hères. Vivement les élec­tions.

    sep article