Les militants de Solid’Hères comptent enterrer le projet de centre commercial Neyrpic… après les municipales

sep article

Notre indépendance c

 

REPORTAGE – Le collectif citoyen Solid’Hères s’est lancé en septembre dans la campagne des municipales 2020 à Saint-Martin-d’Hères. L’un de ses chevaux de bataille : mettre fin au projet de centre commercial Neyrpic. Ce qui semble couler de source puisqu’une partie des membres de ce collectif milite très activement au sein de l’association Neyrpic autrement. Laquelle organise, ce lundi 14 octobre, un nouvel atelier pour construire avec les habitants « un vrai centre-ville ».

 

 

Neyrpic Autrement et la vélorution "Toxic bénéfic" samedi 12 octobre 2019 © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Neyrpic Autrement et la vélo­ru­tion « Toxic béné­fic » samedi 12 octobre 2019. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Ce samedi 12 octobre, une vélo­ru­tion « toxic/bénéfic » orga­ni­sée par Alternatiba et le Magasin des hori­zons fai­sait le tour des pro­jets contes­tés ou, à l’inverse, pro­mus par des femmes.

 

Sur leur par­cours, les mili­tants à vélo ont fait une halte devant les anciennes halles Neyrpic de Saint-Martin‑d’Hères. Sur cet ancien site indus­triel, la mai­rie com­mu­niste a prévu la construc­tion d’un centre com­mer­cial accueillant envi­ron 90 com­merces et des res­tau­rants.

 

Soit un com­plexe d’une taille com­pa­rable à Grand’Place, centre com­mer­cial à che­val sur les com­munes de Grenoble et d’Échirolles. Un pro­jet anti-éco­lo­gique, inutile, hors sol, d’un autre âge dénoncent, en résumé, les mili­tants de l’association Neyrpic autre­ment que les cyclistes ont ren­con­trés.

 

 

Fortes convergences entre Neyrpic autrement et Solid’Hères

 

Ce samedi, deux mili­tantes, Elisabeth Letz et Annick Monneret ont pré­senté aux cyclistes de la vélo­pa­rade les nui­sances du pro­jet conçu par le pro­mo­teur Apsys.

 

Si la liste Solid'Hères est élue aux municipales, le projet Neyrpic sera revu. Elisabeth Letz et Annick Monneret, militantes de Neyrpic Autrement, expliquant pourquoi elles s'opposent au projet de centre commercial Neyrpic à la vélorution "Toxic bénéfic" samedi 12 octobre 2019 © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Elisabeth Letz et Annick Monneret, mili­tantes de Neyrpic autre­ment, expli­quant pour­quoi elles s’op­posent au pro­jet de centre com­mer­cial Neyrpic à la vélo­ru­tion « Toxic béné­fic » samedi 12 octobre 2019 © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

La pre­mière, qui a été conseillère muni­ci­pale éco­lo­giste à Saint-Martin‑d’Hères, ne détient plus de man­dat et n’en brigue aucun.

 

Il n’en est pas de même pour Annick Monneret qui cumule les cas­quettes. Conseillère muni­ci­pale de l’opposition du groupe Couleurs SMH, elle est mili­tante de l’as­so­cia­tion Neyrpic autre­ment et désor­mais en cam­pagne pour les muni­ci­pales 2020, au sein du col­lec­tif citoyen Solid’Hères.

 

Elle n’est pas la seule à jouer sur ces dif­fé­rents tableaux. Denise Faivre, Georges Oudjaoudi font eux aussi par­tie de Neyrpic autre­ment et du col­lec­tif Solid’Hères.

 

 

« La Ville ment aux habitants »

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
3986 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Les vieilles ficèles des faux col­lec­tifs de citoyens EELV ini­tiées en 2014 par Piolle et ses com­plices de l’Ades à Grenoble avec le réseau citoyen Grenoblois, ils devaient faire quoi dejà ? Ah oui, mettre fin au pro­jet de la béto­ni­sa­tion de l’es­pla­nade et sau­ver les pla­tanes ? Mdr, on a vu le résul­tat avec ce pro­jet des­truc­teur de bio-diver­sité et de frai­cheur qui feront places au pro­fit du beton et bitume en abat­tant plus de cent magni­fiques arbres.

    Des éco­lo­gistes à St Martin d’Hères à l’i­mage des EELV et Ades à Grenoble, écolo pour le mar­ke­ting poli­tique seule­ment, par contre des mani­pu­la­teurs assu­ré­ment.

    sep article
  2. Ce sont des proxys de la pas­tèque Piolle qui déteste le pro­jet Neyrepic comme le der­nier clou dans le coffre de la com­merce gre­no­bloise déci­mée par sa ges­tion

    sep article