Vivian Maier a beaucoup photographié la vie quotidienne de New-York et Chicago dans la seconde moitié du XXe siècle. © Augustin Bordet - placegrenet.fr

Exposition Vivian Maier, Street pho­to­gra­pher : “l’ex­tra­or­di­naire dans l’or­di­naire” au Musée de l’Ancien Évêché

Exposition Vivian Maier, Street pho­to­gra­pher : “l’ex­tra­or­di­naire dans l’or­di­naire” au Musée de l’Ancien Évêché

FOCUS – Vivian Maier (1926−2009) est une pho­to­graphe de rue amé­ri­caine. Son talent n’a jamais été révélé de son vivant. Pourtant, elle laisse der­rière elle une quan­tité d’archives pho­to­gra­phiques qui témoignent de sa curio­sité pour le monde. Le Musée de l’Ancien Évêché de Grenoble pré­sente jusqu’au 15 mars 2020 envi­ron 130 de ses cli­chés. La plu­part ont été pris entre New-York et Chicago, mais cer­tains dans la val­lée du Champsaur, dans les Hautes-Alpes, et à Grenoble, où elle est pas­sée en 1959.

Une photographie de New-York, en 1953. © Estate of Vivian Maier, Courtesy of Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, NY

Une pho­to­gra­phie de New-York, en 1953. © Estate of Vivian Maier, Courtesy of Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, NY

Vivian Maier, incon­nue jusqu’à la fin des années 2000, est pour­tant aujourd’hui recon­nue comme une pho­to­graphe emblé­ma­tique du cou­rant de la pho­to­gra­phie de rue (street pho­to­gra­phy). Elle a laissé à la pos­té­rité un héri­tage artis­tique riche de 120 000 néga­tifs, de cen­taines de films Super 8 et 16 mm, et même de quelques enre­gis­tre­ments sonores. La diver­sité de son œuvre tra­duit « une per­son­na­lité com­plexe et énig­ma­tique », selon Anne Morin, la com­mis­saire de l’exposition. Pour elle, « Vivian Maier a pêché l’extraordinaire dans l’ordinaire ».

En déam­bu­lant dans les salles de l’exposition, la force de ses pho­to­gra­phies saute aux yeux. Un vieux badaud, une devan­ture de maga­sin ou encore des enfants qui jouent. Ses cli­chés four­millent d’humanité. Certains rap­pellent même les cli­chés poé­tiques de Robert Doisneau. Dans une démarche artis­tique simi­laire, Vivian Maier n’a cessé d’interroger les villes et leurs habitants.

La vie quo­ti­dienne dans les villes américaines

L'un des nombreux autoportrait de Vivian Maier, une discipline dans laquelle la photographe excelle. © Estate of Vivian Maier, Courtesy of Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, NY

L’un des nom­breux auto­por­trait de Vivian Maier, une dis­ci­pline dans laquelle la pho­to­graphe excelle. © Estate of Vivian Maier, Courtesy of Maloof Collection and
Howard Greenberg Gallery, NY

Cette pré­oc­cu­pa­tion se retrouve tout au long de l’exposition dans « plu­sieurs thé­ma­tiques entre­mê­lées », explique Anne Morin. Vivian Maier a été gou­ver­nante à New-York puis à Chicago. Elle a pro­mené son appa­reil dans ces grandes villes et immor­ta­lisé des scènes de la vie quo­ti­dienne de la seconde moi­tié du XXe siècle. En somme, des ouvriers par­tant au tra­vail comme des bour­geois flâ­nants dans les rues, des enfants émer­veillés comme des vieillards désabusés.

Ce qui fait son œuvre, c’est aussi le por­trait, et même l’autoportrait, « une thé­ma­tique cru­ciale », selon la com­mis­saire de l’exposition. « Au-delà d’un simple nar­cis­sisme, elle cherche son iden­tité. » Elle aborde ainsi l’autoportrait sous diverses formes : dans un miroir, à tra­vers son ombre ou en jouant avec un reflet. « Vivian Maier n’a jamais eu accès plei­ne­ment à son iden­tité », pré­cise Anne Morin. « Mais elle a tou­jours été libre dans la petite place que lui lais­sait la société. »

Un séjour à la cam­pagne dans la val­lée du Champsaur

Pour la com­mis­saire de l’exposition, l’humanisme du tra­vail de la pho­to­graphe est propre à un esprit fran­çais. « Son œuvre est à la confluence de la culture amé­ri­caine et de la culture fran­çaise », observe Anne Morin. Si la gou­ver­nante a passé la majeure par­tie de sa vie aux États-Unis, elle est aussi inti­me­ment liée à la France. Sa mère étant ori­gi­naire du Champsaur, la jeune Vivian Maier a passé six ans de son enfance à Saint-Julien-en-Champsaur. Elle y revien­dra à deux reprises. En 1950, pour régler l’héritage de sa grand-tante, puis en 1959, au retour d’un long voyage autour du monde.

Une jeune fille prise en photo par Vivian Maier en 1959, à Grenoble. © Estate of Vivian Maier, Courtesy of Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, NY

Une jeune fille prise en photo par Vivian Maier en 1959, à Grenoble. © Estate of Vivian Maier, Courtesy of Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, NY

Lors de ses deux séjours, elle réa­lise des cli­chés des gens du vil­lage et de la vie à la cam­pagne. Elle prend éga­le­ment quelques pho­tos à Grenoble. Comme lors d’une pré­cé­dente expo­si­tion réa­li­sée à l’Ancien Musée de pein­ture en 2015, celle du Musée de l’Ancien Évêché réserve ainsi un espace à treize pho­tos prises dans le Champsaur. Ces images ont pu être expo­sées grâce à la col­la­bo­ra­tion de l’association Vivian Maier et le Champsaur, pré­si­dée par Marie Hugues.

Cette der­nière raconte que la re-décou­verte de Vivian Maier a été un moment fort pour le vil­lage : « Certaines per­sonnes se sou­ve­naient d’elle comme “l’Américaine”, mais per­sonne ne pou­vait se dou­ter qu’elle était si talen­tueuse. » Des habi­tants du vil­lage ont même pu être recon­nus sur cer­taines pho­tos. « Et on conti­nue de faire des recherches pour iden­ti­fier les autres », s’enthousiasme Marie Hugues.

Si l’œuvre de Vivian Maier n’a pas dis­paru, c’est grâce à John Maloof. Ce jeune his­to­rien amé­ri­cain a acquis lors d’une vente aux enchères des malles sor­ties d’un garde-meuble. À l’intérieur, toutes les pro­duc­tions de la pho­to­graphe. John Maloof com­prend rapi­de­ment qu’il s’agit d’une col­lec­tion impor­tante et pré­cieuse. Il se donne alors pour tâche de les popu­la­ri­ser, d’abord sur Internet, puis dans des musées. Et grâce à son inves­tis­se­ment, « Vivian Maier a récu­péré son nom », conclut Anne Morin.

Augustin Bordet

INFORMATIONS PRATIQUES

« Vivian Maier. Street photographer »

Jusqu’au 15 mars 2020

Entrée gra­tuite.

Musée de l’Ancien Evéché – 2 rue Très-Cloîtres à Grenoble

Lundi, mardi, jeudi et ven­dredi de 9 heures à 18 heures

Mercredi de 13 heures à 18 heures

Samedi et dimanche de 11 heures à 18 heures

ABo

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Après une première édition début 2022 au Musée Hébert, l'opération Lumières au Musée s'installe cet hiver au Musée de l'Ancien Évêché. Elle restera en place jusqu'au 11 mars prochain. © Martin de Kerimel - Place Gre'net
Grenoble : le Musée de l’Ancien Évêché s’ha­bille de lumières pour les nuits d’hiver

EN BREF - Les nuits d'hiver sont belles au Musée de l'Ancien Évêché, en ce début février. Le Département de l'Isère a invité deux artistes Lire plus

Parmi les propositions de cette édition de Vive les Vacances : Les Petits Papiers de Léopoldine, à découvrir au Déclic (Claix) le 8 février. © Morgan Martinet
Vive les Vacances : de bonnes idées de spec­tacles pour petits et grands dans l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise

ÉVÉNEMENT - Les enfants vont probablement se régaler. Après une série de rendez-vous à la Toussaint et pendant les fêtes de Noël 2022, le mini-festival Lire plus

L'éditeur Gallimard Jeunesse célèbre le 25e anniversaire des aventures de Harry Potter. Les romans restent des bestsellers ! © Warner Bros. France
Deux librai­ries gre­no­bloises célèbrent l’an­ni­ver­saire de Harry Potter samedi 4 février

EN BREF - Harry Potter vient d'avoir 25 ans. Pour marquer le coup, à Grenoble, deux librairies (la Fnac Victor-Hugo et Momie) prévoient de célébrer Lire plus

Assez fraîchement accueilli par la critique, 'Astérix & Obélix - L'Empire du milieu sera toutefois l'un des films phares visibles à la Vence Scène. © Christophe Brachet - Pathé Films
Festival À vous de voir : six jour­nées intenses de cinéma pro­gram­mées à la Vence Scène de Saint-Égrève

EN BREF - Envie de cinéma pour bien profiter du début des vacances d'hiver ? Bonne nouvelle : toujours ouverte aux échanges, la Vence Scène, Lire plus

Les cinéphiles devraient se régaler au cours de la soirée du 3 février, avec Infernal Affairs, un thriller venu de Hong Kong. © TFM Distribution
Le Maudit Festival : une béné­dic­tion gre­no­bloise pour les ciné­philes les plus aventureux

FOCUS - Dépassé, l'écran géant ? À Grenoble, à l'heure des plate-formes numériques, une poignée de passionnés continue de défendre le plaisir des projections en Lire plus

Le Syndeac Auvergne-Rhône-Alpes appelle les collectivités à soutenir les établissements culturels face à l'inflation
Les col­lec­ti­vi­tés d’Auvergne-Rhône-Alpes appe­lées à sou­te­nir les struc­tures cultu­relles face à l’inflation

FLASH INFO - "En 2023, aucune baisse de financement ne pourra être supportée par le service public de la culture". Tel est le message que Lire plus

Flash Info

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

|

30/01

19h26

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Abonnement| Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

Agenda

Je partage !