Cœurs de ville, cœurs de métropole devant la justice : délibéré rendu dans quinze jours

sep article

Conférence 50 ans IFTS à Echirolles : vers des politiques publiques de la relation avec Hartmut Rosa

 

EN BREF – Les opposants à l’opération Cœurs de ville, cœurs de métropole entendaient mettre la question de la légalité du nouveau plan de circulation dans l’hyper-centre de Grenoble devant la barre du tribunal administratif. Mais la question de l’absence d’enquête environnementale a été éclipsée par celle de la procédure. Délibéré dans quinze jours.

 

 

Alors que l'opération Cœurs de ville, cœurs de métropole passait devant le tribunal administratif, la question de l'absence d'étude d'impact a été éclipsée.

Les avocats Me Supplisson (Métropole de Grenoble) et Me Boulloud (Grenoble à cœur)

L’opération Cœurs de ville, cœurs de métropole, entérinée le 3 février 2017 par le vote des élus de la Métropole de Grenoble, est-elle légale ?

 

La question, soulevée par

le groupe d’opposition métropolitaine Métropole d’avenir et par Grenoble à cœur, un collectif de commerçants et d’habitants, a été balayée ce jeudi 14 novembre devant la barre du tribunal administratif de Grenoble.

 

Les opposants au nouveau plan de circulation mis en place depuis avril 2017 dans l’hyper-centre de Grenoble espéraient en effet se baser sur l’absence d’étude d’impact pour demander l’annulation de plusieurs délibérations : celle actant le lancement de l’opération et celle entérinant la maîtrise d’ouvrage ainsi que la répartition des financements. Mais le débat, de fond, a été supplanté par une question de procédure.

 

 

Les délibérations de février 2017 sont-elles de simples actes préparatoires non attaquables ?

 

Car, pour Me Supplisson, l’avocat de la Métropole de Grenoble, les délibérations votées le 3 février 2017 ne sont que de simples actes préparatoires et non des décisions proprement dites. Comprendre qu’elles ne peuvent être attaquées en justice. C’est en tout cas ce qu’avait acté le Conseil d’État en mars 2016. Décision sur laquelle se fonde la défense de la Métropole pour demander le rejet des requêtes.

 

Opération Cœurs de ville, cœurs de métropole devant le tribunal administratif : la question de l'absence d'étude d'impact a été éclipsée.

Depuis sa mise en œuvre, l’opération Cœurs de ville, cœurs de métropole est contestée devant la justice pour notamment l’absence d’étude d’impact. © Patricia Cerinsek

 

Les délibérations en question ne sont-elles que de simples décisions de pure principe ? De simples propositions qui ne lient pas l’autorité compétente, et donc sans effet de droit ? La question laisse perplexe l’avocat de Grenoble à cœur.

 

« On nous dit aujourd’hui : cette décision n’en est pas une, dans la mesure où il s’agit d’un acte préparatoire. On n’attaque pas les actes préparatoires en France, souligne Me Boulloud. Sauf que c’est sur la base de cet acte préparatoire que le projet a été mis en œuvre. La décision a été prise en février et, le 17 avril, le plan a été mis en œuvre. Entre ces deux dates, il n’y a pas eu d’autres décisions de la Métro. »

 

« C’est un gros pied de nez que l’administration fait aux Grenoblois »

 

Sur la base de quelle décision CVCM a-t-elle donc été mise en œuvre ? La question n’a pas été débattue à l’audience. Car de débats, il n’y a pas eu. Pas plus sur la question de l’absence d’enquête environnementale que sur celle des décisions ayant acté l’opération. Une question qui, pour l’heure, reste entière. D’autant que l’avocat de la Métropole de Grenoble n’a pas souhaité répondre à nos sollicitations.

 

« Si c’est un acte préparatoire, c’est qu’ils ont fait les travaux sans décision, continue MBoulloud. C’est un gros pied de nez que l’administration fait aux Grenoblois. Sauf à me montrer qu’il y a eu une décision entre le 3 février et le 17 avril, c’est une forfaiture. » Le tribunal administratif rendra son délibéré dans quinze jours.

 

Patricia Cerinsek

 

commentez lire les commentaires
3364 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. C’est quoi ce délire ? Donc à Grenoble la ville et la métro peuvent faire n’importe quoi ? Il suffit qu’ils prétendent que c’est préparatoire pour que tout leur soit permis ?
    Sur ces bases là, ils pourraient raser toute la Villeneuve ou construire une tour au milieu de la place Victor Hugo ou fermer le pont de Catane sans avoir de comptes à rendre ni aux grenoblois ni à la justice !
    Mieux vaut lire ça qu’être aveugle, c’est la seule conclusion qu’on peut en tirer.

    sep article
    • Il faut tout de même modérer vos propos… si c’est possible 🙂 En suivant les conseils métropolitains, vous pouvez voir que chaque sous secteur/quartier a eu sa décision de travaux votée par la suite. Ceci explique peut-être cela mais je suis loin de connaître tous les rouages des règles publiques !? Quelqu’un d’éclairé et non fanatique sait il ?

      sep article
      • Connaissez vous les démonstrations par l’absurde en mathématiques ? Désolé, je n’ai rien à modérer, sauf si le tribunal ne retient pas cet argument complètement délirant. Car sinon ce que je dis n’est que suite logique, en droit comme en mathématiques.

        sep article
  2. Procédures et rien d’autre? On continu de se moquer des Grenoblois dans les grandes largeurs, le tribunal administratif démontrant s’il rejette la demande de Grenoble à Coeur, que les élues peuvent faire n’importe quoi et jouer avec la santé des citoyens avec la bénédiction de la justice.

    sep article