Femmes voilées de dos. ©Muriel Beaudoing - PlaceGrenet.fr

“Marche contre l’is­la­mo­pho­bie” : « Nous sommes fiers que La France insou­mise ait appelé à y participer »

“Marche contre l’is­la­mo­pho­bie” : « Nous sommes fiers que La France insou­mise ait appelé à y participer »

TRIBUNE LIBRE – Deux mili­tants de la France insou­mise en Isère se disent fiers que leur mou­ve­ment ait appelé, à tra­vers ses élu(e)s, à par­ti­ci­per à la “marche contre l’is­la­mo­pho­bie” du 10 novembre der­nier. Une réponse à la tri­bune rédi­gée par le socia­liste isé­rois Jean-Baptiste Caillet qui se féli­ci­tait, a contra­rio, que le PS ait refusé d’y prendre part.

Femmes voilées de dos. ©Muriel Beaudoing

Deux femmes voi­lées à Grenoble. © Muriel Beaudoing – Placegrenet​.fr

À l’heure où un ancien can­di­dat du RN tire sur nos conci­toyens en rai­son de leur confes­sion, son acte s’inscrivant dans un cli­mat de plus en plus délé­tère à l’encontre des musulman·e·s, nous n’avons plus le temps pour les que­relles futiles et sté­riles sur un mot ou un per­son­nage clivant.

Il faut mon­trer que si nous ne sommes défen­seurs d’aucun culte, nous pren­drons tou­jours la défense des per­sonnes atta­quées au nom de leur croyance ; la liberté de conscience étant garan­tie par la Déclaration de Droits de l’Homme et du Citoyen et notre Constitution.

Ainsi, le texte d’ap­pel à la marche contre l’is­la­mo­pho­bie du 10 novembre ne cite pré­ci­sé­ment aucune des lois liber­ti­cides aux­quelles il fait réfé­rence. Les isla­mo­phobes s’en sont saisi en y voyant une dénon­cia­tion des lois sur la laï­cité, dans l’ob­jec­tif d’ac­cré­di­ter la thèse selon laquelle les musulman·e·s sont contre la laï­cité et que l’is­lam n’est pas com­pa­tible avec la République. Oubliant, par là-même, le contenu récent des lois sur l’état d’urgence qui per­mettent tous les abus, ou de celle du Sénat contre le seul voile des parents accom­pa­gna­trices béné­voles de sor­ties scolaires

Étoiles jaunes siglées “Musulman” dans le cor­tège : une « sus­pi­cion d’antisémitisme »

La marche contre l’is­la­mo­pho­bie du 10 novembre, avec des cor­tèges arbo­rant les cou­leurs de la République en enton­nant les chants répu­bli­cains, aurait dû leur clouer le bec… mais les voilà s’ac­cro­cher à d’autres polémiques.

L'une des pancartes qui a fait polémique à la marche contre l'islamophobie du 10 novembre 2019. Crédit : https://twitter.com/sandrella/status/1193550897550417920

L’une des pan­cartes qui a fait polé­mique à la marche contre l’is­la­mo­pho­bie du 10 novembre 2019. © Sandrella – Twitter

Les mani­fes­tants ont osé com­pa­rer le sort des musulman·e·s à celui des juifs et juives sous Pétain ? Comme si de la même manière que pour le tri­angle rouge que nous arbo­rons en hom­mage aux militant·e·s com­mu­nistes déporté·e·s, les musulman·e·s ne pou­vait pas rendre ce même hommage.

Tout de suite, on oppose leur sort à celui des juifs et des juives, ce qui relève d’une sus­pi­cion d’an­ti­sé­mi­tisme relayé jus­qu’à certain·e·s militant·e·s se récla­mant de la gauche.

Alors que les Ouïghours enfer­més dans des camps en Chine, les Rohingya, les Kashmir et d’autres massacré·e·s parce que musul­mans, pour­raient jus­ti­fier de toute manière cette analogie.

L’hypocrisie des socia­listes va plus loin, puisque eux ont accepté de mani­fes­ter dans une marche contre l’an­ti­sé­mi­tisme aux côtés de Marine Le Pen et de la Ligue de Défense Juive. Ils ont même invi­tés la pre­mière à s’y rendre, sans dénon­cer la pré­sence des seconds, consi­dé­rés comme un groupe ter­ro­riste en Israël.

« Nous déplo­rons qu’on en soit encore à dis­cu­ter du sens du mot islamophobie »

Nous déplo­rons que le camp de la haine ce soit élargi, que le fait que deux de nos anciens se retrouvent entre la vie et la mort dans un hôpi­tal près de Bayonne passe pour un sous-évé­ne­ment, et qu’une par­tie de la classe poli­tique en soit encore à dis­cu­ter du sens du mot « isla­mo­pho­bie ». Sans oublier cette manière d’op­po­ser cette marche à la com­mé­mo­ra­tion des atten­tats du 13 novembre, qui couvre de honte les auteur·e·s de ce genre de rapprochement.

Il faut que cela soit dit : La France insou­mise sera tou­jours du côté de celles et ceux qui subissent la haine et la vio­lence d’un sys­tème. Tout comme nous nous sommes soli­daires des vic­times de l’islamophobie, nous serons là pour les gens broyés par les poli­tiques néo­li­bé­rales du Président et de son gou­ver­ne­ment, pour les vic­times de l’homophobie ou encore pour les vic­times de vio­lences sexistes et sexuels. Voici notre che­min, la République, rien que la République.

Julien Ailloud, co-ani­ma­teur des Jeunes insou​mis​.es Grenoble
Amin Ben Ali, can­di­dat aux muni­ci­pales à Tullins

Rappel : Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont pour voca­tion de nour­rir le débat et de contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’opinions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur.

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen et syndicaliste au Snes-FSU, était jugée pour injure et diffamation, ce lundi 28 novembre 2022, à Grenoble, pour des tweets visant l'enseignant de Sciences Po Grenoble Vincent Tournier, qu'elle nie avoir écrits. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Affaire de Sciences Po Grenoble : une ensei­gnante condam­née pour injure et dif­fa­ma­tion envers le pro­fes­seur Vincent Tournier

FOCUS - Le tribunal judiciaire de Grenoble a condamné, ce mercredi 11 janvier 2023, Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen, à 5 000 euros d'amende, Lire plus

Précarité étu­diante : la « tour­née des facs » des dépu­tés Nupes a fait étape sur le cam­pus de l’Université Grenoble Alpes

REPORTAGE - Les députées de l'Isère Cyrielle Chatelain et Élisa Martin étaient de passage sur le campus de l'Université Grenoble Alpes, ce jeudi 1er décembre Lire plus

Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen et syndicaliste au Snes-FSU, était jugée pour injure et diffamation, ce lundi 28 novembre 2022, à Grenoble, pour des tweets visant l'enseignant de Sciences Po Grenoble Vincent Tournier, qu'elle nie avoir écrits. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : une pro­fes­seur de Rouen jugée pour des tweets visant Vincent Tournier, l’un des deux ensei­gnants de l’IEP accu­sés d’islamophobie

FOCUS - Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen, comparaissait ce lundi 28 novembre 2022 devant le tribunal judiciaire de Grenoble pour des soupçons d'injure et Lire plus

Tribune libre | "Grenoble Capitale verte 2022: Alors, on se souviendra de quelque chose?"
Tribune libre | « Grenoble Capitale verte 2022 : Alors, on se sou­vien­dra de quelque chose ? »

TRIBUNE LIBRE - Après sa tribune "Grenoble capitale verte: Alors, on pourra en tirer des enseignements?", publiée sur Place Gre'net au mois de janvier 2022, Lire plus

TRIBUNE | Thomas Brilmaker, méde­cin à Grenoble : « Cauchemars, fris­sons et tur­bu­lette… le 115 ne répond pas » 

TRIBUNE LIBRE - Thomas Brilmaker travaille, en tant qu'expatrié, comme médecin généraliste à Grenoble depuis un an. Il a partagé avec Place Gre'net cette lettre Lire plus

La socialiste iséroise Hakima Necib dénonce une "soumission à l'idéologie de Mélenchon" et quitte le PS
Hakima Necib quitte le PS isé­rois en refus à la « sou­mis­sion à l’i­déo­lo­gie de Mélenchon »

FIL INFO - La militante socialiste et ancienne élue grenobloise Hakima Necib annonce sa démission du Parti socialiste. Et marque son opposition à toute alliance Lire plus

Flash Info

|

28/01

17h12

|

|

27/01

8h30

|

|

25/01

16h10

|

|

25/01

15h18

|

|

25/01

11h21

|

|

25/01

10h46

|

|

25/01

10h37

|

|

24/01

15h27

|

|

23/01

15h30

|

|

20/01

12h42

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 53 : « Une drôle de polé­mique autour des pigeons à Grenoble »

Abonnement| Les loups bien pré­sents en Isère, y com­pris dans le nord du dépar­te­ment, avec 22 meutes recen­sées en 2022

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Agenda

Je partage !