Des militants de la mouvance anarchiste revendiquent l’incendie de l’Hôtel de ville de Grenoble

sep article

 

EN BREF – Des militants appartenant à la mouvance anarchiste viennent de revendiquer l’incendie de l’Hôtel de ville de Grenoble du 30 septembre dernier via un communiqué publié tout juste un mois après sur le site libertaire Indymedia. Ses auteurs évoquent un « acte de rébellion ».

 

 

Un mois, jour pour jour, après les faits, des mili­tants de la mou­vance anar­chiste viennent de reven­di­quer l’incen­die cri­mi­nel de la mai­rie de Grenoble. Les auteurs de ce texte, publié sur la pla­te­forme liber­taire Indymedia, évoquent un « acte de rébel­lion » et reviennent sur les évé­ne­ments avec pré­ci­sion.

 

La mouvance anarchiste revendique l’incendie de l’Hôtel de ville de Grenoble du 30 septembre 2019 sur le site Indymedia et évoque un « acte de rébellion ».L'incendie qui, le 30 septembre, a détruit la salle du conseil municipal de l'Hôtel de ville de Grenoble est d'origine criminelle.

L’Hôtel de Ville de Grenoble avait été par­tiel­le­ment incen­dié, le 30 sep­tembre 2019. © Sébastien Riglet – Placegrenet.fr

« L’accès à la salle du conseil muni­ci­pal dégagé, le com­bus­tible s’est acci­den­tel­le­ment réparti sur des chaises. Celles-ci étaient, pour une rai­son incon­nue, amas­sées en tas contre le mur en bois », décrivent-ils.

 

« Cette reven­di­ca­tion est prise au sérieux par le par­quet et les enquê­teurs », a pré­cisé, ce mardi 12 novembre, Eric Vaillant, pro­cu­reur de la République de Grenoble.

 

 

De fait l’origine cri­mi­nelle de l’incendie était déjà avé­rée et le mode opé­ra­toire décrit dans le texte mis en ligne cor­res­pond aux don­nées de l’enquête. D’après le rap­port d’expertise de la police scien­ti­fique, les auteurs des faits auraient versé du car­bu­rant à même le sol, avant que le feu ne se pro­page au mobi­lier.

 

 

Une action symbolique

 

Après leur récit des évé­ne­ments, les auteurs attaquent fron­ta­le­ment le sys­tème démo­cra­tique. « Cette action directe est le reflet de notre rejet de la démo­cra­tie et du citoyen­nisme, quelqu’en [sic] soit l’échelle. Se faire repré­sen­ter et ainsi ôter son propre pou­voir de réflexion, de déci­sion et d’action est un choix que nous n’acceptons pas. »

 

Éric Piolle et son adjointe Élisa Martin lors du conseil municipal du 4 février 2019. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le texte vise notam­ment la poli­tique par­ti­ci­pa­tive du maire Eric Piolle, ici aux côtés de son adjointe Élisa Martin lors du conseil muni­ci­pal du 4 février 2019. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Les auteurs visent aussi direc­te­ment les élus. « Nous nous adres­sons à tou·te·s ces élu·e·s qui se sentent investi·e·s d’une mis­sion sal­va­trice, tel·le·s des guides pour le bien de tou·te·s. Vous n’avez que notre mépris des­truc­teur ! » Avant de men­tion­ner éga­le­ment « une attaque directe contre la poli­tique par­ti­ci­pa­tive actuelle, menée par Monsieur le maire Eric Piolle ».

 

Pour ces mili­tants, s’en prendre à la mai­rie « est donc fort de sym­bo­lisme ». Ils estiment « subir [une] domi­na­tion ins­ti­tu­tion­nelle », jus­ti­fiant ainsi leur geste.

 

 

La énième revendication de la mouvance anarchiste dans l’agglomération

 

Autant d’i­dées propres à cette mou­vance qu’elle a reven­di­quées à maintes reprises, notam­ment à la suite de plu­sieurs incen­dies cri­mi­nels sur­ve­nus dans l’agglomération gre­no­bloise ces der­nières années. Le tout avec des motifs, on ne peut plus varié, allant de « la guerre contre le sys­tème car­cé­ral » (l’incendie sur le site d’Eiffage en octobre 2018) à la « lutte contre le tota­li­ta­risme tech­no­lo­gique » (La Casemate en novembre 2017), en pas­sant par « la lutte contre le sexisme et la guerre » (gen­dar­me­rie de Meylan en octobre 2017).

 

Le pro­cu­reur de la République a fait savoir que « l’enquête se poursui[vait] et qu’aucune infor­ma­tion ne p[ouvait] être don­née à ce sujet », en atten­dant.

 

Augustin Bordet

 

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
3468 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. sep article
  2. sep article
  3. Quel cré­dit à accor­der à ces « reven­di­ca­tions ».
    J’ai peu d’a­mour pour ces groupes, étant libé­ral j’ac­cepte la manière dont les autres vivent, mais j’au­rai appré­cié avoir le retour des camé­ras de vidéo­sur­veillance de la mai­rie.
    C’est quand même éton­nant de pou­voir accé­der à ce lieu, il faut for­cé­ment que des per­sonnes connais­sant le bâti­ment ai aidé.
    Et sur­tout c’est quoi le but ? répa­rer la salle du conseil va enle­ver des cré­dits pour des assos, des biblio­thèques etc…(bon, OK des petits fours aussi). En quoi cela sert une cause ? Cela met les « gens » à dos.

    sep article
  4. Et le maire com­plè­te­ment à côté de la plaque qui nous raconte dans son livre qu’il com­bat Trump et Bolsonaro (qui ne savent même pas qu’il existe) alors que c’est l’ul­tra gauche qui met le feu à sa salle de réunion !

    sep article