Mairie, église, médias… Retour sur la flambée d’incendies volontaires dans l’agglomération grenobloise depuis 2015

sep article

 

CARTE INTERACTIVE – Depuis 2015, les incendies criminels se multiplient à Grenoble. Sans que leurs auteurs aient pu être interpellés, que les revendications portées par la mouvance anarchiste n’aient pu être confirmées, ni que des liens aient pu être établis entre tous ces faits. Si de tels actes ne sont pas nouveaux, ils visaient auparavant plus particulièrement  les gymnases des quartiers populaires. Les actions ciblent désormais également des lieux symboles de l’autorité, du pouvoir et de l’ordre établi.

 

 

Les pompiers sécurisent la toiture du théâtre Prémol dévasté par l'incendie - © Joël Kermabon - placegrenet.fr

La toiture du théâtre Prémol dévasté par l’incendie – © Joël Kermabon – placegrenet.fr

Ce 12 octobre, les élus grenoblois inaugurent le nouveau gymnase Jean-Philippe Motte dans le quartier de La Villeneuve, en hommage à l’ancien adjoint à la politique de la ville et du logement. Plus de dix ans après l’incendie qui a ravagé le gymnase de La Piste, les auteurs de cet incendie, dont l’origine criminelle ne fait pas de doutes, courent toujours.

 

Le 19 octobre prochain, c’est au tour du théâtre Prémol de rouvrir ses portes au public. Quatre ans après l’incendie qui, le 18 avril 2015, avait alors détruit cet équipement, lui aussi situé dans le quartier de La Villeneuve. À ce jour, les auteurs des faits n’ont pas plus été interpellés.

 

Depuis 2015, les incendies s’enchaînent dans la capitale du Dauphiné. Avant, c’était essentiellement les gymnases, notamment dans les quartiers sensibles de la ville, qui étaient visés. Aujourd’hui, les centres sportifs brûlent toujours. Mais d’autres cibles se sont rajoutées à la liste. Un point commun ? Tous sont des lieux de rassemblement collectifs ou des sièges de l’autorité ou du pouvoir.

 

Cliquez sur les icônes de la carte interactive ci-dessous pour retrouver les dates, lieux des incendies et revendications éventuelles.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4413 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Merci à Place Gre’Net de faire le point sur un phénomène dont j’ai pu dire, dans des réactions à d’autres articles sur le même sujet, à quel point il est inquiétant.
    A mon sens, vous avez des incendies, dus d’une part à des « jeunes » des « cités » (entendez : des délinquants), d’autre part à des « activistes » « libertaires », de fait fort actifs dans l’agglomération.
    On se souviendra que lors d’une tentative à Meylan, je crois, les auteurs du forfait se vantaient d’avoir voulu brûler des gendarmes parce qu’ils étaient gendarmes, mais que c’étaient bien les personnes qui étaient visées.
    Nous avons droit à la montée d’une nouvelle barbarie face à laquelle la réaction de nos édiles actuels fluctue entre apathie et complaisance.
    Apathie et complaisance qu’on a vues à l’oeuvre dans la triste et effarante affaire du burquini.

    sep article
  2. Je ne comprends pas trop le lien entre politique migratoire et incendies…
    On peut juger, à raison, que les déclarations de Piolle sur l’accueil (présumé) favorable des étrangers sont du pur opportunisme politique, de la démagogie en somme.
    Mais sincèrement, en quoi cela favorise les incendies?
    Ces incendies sont, à mon avis, pour certains, allumés par des anarchistes.
    Rien à voir quoi.
    À Paris, ils défoncent les Champs Elysées. En Bretagne, ils montent des ZADs et squattent des logements.
    Ici, ils fouttent le feu à une gendarmerie.

    À Premol, et à la Villeneuve, des ragots que j’entends, c’était des gamins qui n’étaient pas du quartier.
    Idem, rien à voir.
    Des gamins qui fouttent le bordel, vous en avez partout en Europe.

    Quel rapport avec des personnes qui viennent de traverser la Méditerranée presqu’à la nage?

    sep article
  3. Quand le premier magistrat ,officier d’état civil de la ville de Grenoble
    se permet de s’adresser au préfet en précisant que « oui,il revendique
    avoir enfreint la loi », cette belle formule,certainement très romantique
    est une invitation à toutes les dérives criminelles.
    Le devoir d’un maire est de faciliter la vie de ses administrés et non de construire
    des déclaration intempestives du genre « Grenoble est une terre d’accueil
    pour tous ». Ne devrai-il pas commencer par accueillir « tous » chez lui,au lieu
    de se pointer aux abonnés absents ?

    sep article