Le fonds de dotation Clinatec veut lever 5 millions d’euros par an pour ses nouveaux programmes de recherche

sep article

Notre indépendance c

 

EN BREF – Le fonds de dotation Clinatec a fêté ses cinq ans d’existence, le 7 novembre dernier, lors d’une soirée caritative à Paris. L’occasion de faire le bilan des cinquante projets financés en cinq ans. Mais également d’annoncer le lancement d’appels à projets dans le cadre de « Clinatec phase 2 ».

 

 

« Ouvrir à de nou­veaux méde­cins l’expertise tech­no­lo­gique et la tech­ni­cité déve­lop­pées sur les pla­te­formes Clinatec. Et ser­vir ainsi un maxi­mum de patho­lo­gies et d’essais cli­niques en sou­te­nant les tra­vaux en cours ». Telle est la volonté affi­chée par Jean Therme, pré­sident du conseil d’administration du fonds de dota­tion du centre de recherche bio­mé­di­cale gre­no­blois Clinatec.

 

Cet organe de mécé­nat (le seul) du Commissariat à l’énergie ato­mique et aux éner­gies alter­na­tives (CEA) célé­brait, le 7 novembre der­nier, ses cinq ans d’existence. Une soi­rée cari­ta­tive inti­tu­lée « l’Homme réparé », orga­ni­sée à l’Automobile Club de France à Paris.

 

Soirée caritative l'Homme réparé organisée ce jeudi 7 novembre à Paris par le fonds de dotation Clinatec. © Thomas Raffoux - Clinatec

Soirée cari­ta­tive L’Homme réparé orga­ni­sée le 7 novembre 2019 à Paris par le fonds de dota­tion Clinatec. © Thomas Raffoux – Clinatec

 

Thibault Lanxade, pré­sident du comité de cam­pagne, a rap­pelé quant à lui l’ambition du fonds aux mécènes et par­te­naires de Clinatec : lever 5 mil­lions d’euros par an en par­rai­nage à l’horizon 2024.

 

 

En cinq ans, Clinatec a levé 17 millions d’euros pour la recherche

 

Thierry Bosc, direc­teur du fonds de dota­tion, sou­ligne les avan­cées déjà réa­li­sées en cinq ans  par Clinatec dans le champ de l’innovation tech­no­lo­gique au ser­vice des patients. « Dix sept mil­lions d’euros levés auprès de grands mécènes ont per­mis le finan­ce­ment de cin­quante pro­jets et l’accélération des recherches menées à Clinatec par les équipes du CEA et du Centre hos­pi­ta­lier uni­ver­si­taire Grenoble Alpes (Chuga) », se réjouit-il.

 

Thibault Lanxade, président du comité de campagne de mécénat, Thierry Bosc, directeur du fonds de dotation de Clinatec, Sophie Cluzel, secrétaire d'état auprès du premier ministre en charge des personnes handicapées et Thibault, patient de Clinatec. © Thomas Raffoux - Clinatec

Le patient Thibault aux côtés de Thibault Lanxade, pré­sident du comité de cam­pagne de mécé­nat, Thierry Bosc, direc­teur du fonds de dota­tion de Clinatec, et Sophie Cluzel, secré­taire d’Etat en charge des per­sonnes han­di­ca­pées. © Thomas Raffoux – Clinatec

En fer de lance, le pro­jet BCI (Brain Computer Interface) a d’ores et déjà per­mis à un patient souf­frant d’un han­di­cap moteur lourd de remar­cher grâce à un exos­que­lette.

 

« Les images de Thibault, patient tétra­plé­gique contrô­lant son exos­que­lette par la pen­sée ont fait le tour du monde », se féli­cite le centre de recherche. « Ce pro­jet devenu un sym­bole de Clinatec, révèle au grand public l’enjeu majeur que va revê­tir la tech­no­lo­gie dans la méde­cine de demain », estime-t-il encore.

 

Car, au-delà de la robo­tique et de l’intelligence arti­fi­cielle (IA) appli­quées au han­di­cap, Clinatec innove dans plu­sieurs autres domaines : « La lumière, le froid, l’électricité sont deve­nues des thé­ra­pies et ouvrent la voie à des trai­te­ments révo­lu­tion­naires dans les champs du can­cer, du han­di­cap, de l’épi­lep­sie et des mala­dies neu­ro­dé­gé­né­ra­tives », rap­pelle Thierry Bosc.

 

Après cinq ans de déve­lop­pe­ment et fort de ses résul­tats, le pro­jet de neuro-illu­mi­na­tion appli­qué à la mala­die de Parkinson s’ouvre ainsi cette année à la mala­die d’Alzheimer. En 2020, sera éga­le­ment lancé un second grand pro­jet BCI, bap­tisé « BCI 2 ». Son objec­tif à cinq ans ? Que les pro­grès réa­li­sés sur la tétra­plé­gie puissent accom­pa­gner le patient « du labo­ra­toire à la mai­son ». Et per­mettent ainsi d’ins­til­ler des chan­ge­ments notables dans le quo­ti­dien et la qua­lité de vie des per­sonnes tétra­plé­giques.

 

 

« Clinatec Phase 2 » avec de nouveaux médecins et projets

 

Outre le finan­ce­ment de ces nou­veaux axes de recherche, le fonds nour­rit désor­mais l’am­bi­tion de faire entrer de nou­veaux méde­cins et de nou­velles thé­ma­tiques au sein de Clinatec. Ainsi, dans ce cadre bap­tisé « Clinatec phase 2 », va-t-il lan­cer, en qua­lité d’o­pé­ra­teur de recherches, deux nou­veaux types d’appels à pro­jets en 2020.

 

Le pre­mier, des­tiné aux méde­cins du Chuga, concerne des pro­jets s’é­ta­lant sur deux ans. Le second se consacre au recru­te­ment de cher­cheurs inter­na­tio­naux. Le tout, sur des chaires d’une durée de quatre à cinq ans, « cen­trées sur de l’innovation de rup­ture », pré­cise Clinatec.

 

Véronique Magnin

 

commentez lire les commentaires
2261 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.