Municipales à Grenoble : le PS au bord de la division après le coup de force des partisans d’Olivier Noblecourt

sep article

 

DÉCRYPTAGE – Le choix des militants grenoblois et de la fédération du PS de l’Isère de soutenir le collectif emmené par le délégué interministériel Olivier Noblecourt va-t-il emmener le Parti socialiste au bord de l’implosion ? À Grenoble, certains ne font désormais pas mystère de leur volonté de rejoindre le maire sortant pour le premier tour des élections municipales. Reste que la balle est dans le camp des instances nationales. Lesquelles demandent à l’ex-adjoint PS de se positionner clairement et de quitter ses fonctions parisiennes.

 

 

Olivier Noblecourt. © Nils Louna

Olivier Noblecourt. © Nils Louna

Rififi au Parti socialiste. À Grenoble, le parti d’Olivier Faure se déchire autour de la candidature, pas déclarée mais qui ne fait guère mystère, d’Olivier Noblecourt à la mairie de Grenoble.

 

Hier adjoint PS à la Ville de Grenoble sous Michel Destot, aujourd’hui délégué interministériel sous Emmanuel Macron, Olivier Noblecourt prépare son retour après plusieurs années d’absence dans la capitale du Dauphiné. Et ce par l’entremise d’un collectif, Grenoble Nouvel Air, mis sur orbite depuis quelques mois pour rassembler les forces « progressistes » de gauche.

 

S’il n’est plus socialiste – il n’a plus sa carte du parti depuis deux ans – Olivier Noblecourt n’en convoite pas moins le soutien de son ex-famille politique. Peut-être au risque de diviser, si ce n’est d’achever, un parti qui peine déjà à aller à la pêche aux candidats dans une ville que l’on dit acquise à la gauche.

 

La seule candidate déclarée pour le poste de premier des socialistes à Grenoble a finalement retiré sa candidature. Marie-Josée Salat, conseillère municipale d’opposition à la ville de Grenoble, a jeté l’éponge, prête désormais à rejoindre les rangs du… maire sortant, l’écologiste Eric Piolle. Elle ne serait par ailleurs pas seule à faire sécession.

 

 

Petits arrangements en coulisses ?

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
5978 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Je crains que Carignon ne soit très largement sous estimé par les sondages, d’autant que rien ne dit qu’une liste de droite sera effectivement présente face à lui. Ce qui signifie Carignon peut jouer quasi a jeu égal avec Piolle au premier tour. Le « faiseur » de roi, même après implosion du PS, sera Noblecourt
    Piolle a donc tout intérêt à capter des socialistes compatibles avec un rapprochement éventuel sur un second tour où la métropole pourrait être confiée à l’un ou à l’autre (étant entendu que Ferrari n’a quasi aucune chance sauf si Piolle est élu très nettement après un premier tour où il n’aurait pas besoin d’alliance « forte » pour un second tour).

    Chalas étant vu de moi beaucoup trop loin des sujets grenoblois et de ses réseaux pour prétendre à devenir Maire. Qui plus est elle n’aura que très peu de réserve de voix sur un second tour éventuel…
    Dans ce scénario, Piolle s’en tire pas trop mal, Noblecourt s’en tire bien, et derrière tout cela LREM ne s’en tire pas non plus trop mal avec un transfuge local avec qui elle aura des entrées.

    sep article
  2. « Marie-Josée Salat, conseillère municipale d’opposition à la ville de Grenoble, a jeté l’éponge, prête désormais à rejoindre les rangs du… maire sortant, l’écologiste Eric Piolle. Elle ne serait par ailleurs pas seule à faire sécession. »
    Bravo le PS ! Faire réélire Eric Piolle !!!

    sep article
    • J’ai eu à faire une seule fois à elle sur un AO
      -> la seule fois où j’ai voulu porter plainte (ça ne se fait pas, sinon vous êtes « blacklisté » il faut savoir des fois gagner et des fois perdre grâce au fait du prince)
      je n’ai pas un avis positif de cette personne

      sep article
  3. Emmanuel Macron reçoit demain Olivier Noblecourt. Gageons que l’entrevue risque d’être « agitée », parce qu’un délégué interministériel ne part que quand le gouvernement change – et encore. Emmanuel Macron avait clairement exprimé que les délégués interministériels étaient là pour rester la durée de son quinquennat afin de coordonner la mise en œuvre des politiques transversales.
    https://groupedanalysemetropolitain.com/2019/10/17/grenoble-gna-noblecourt-ps-binz-innommable-equation-equation-est-ce-quon-a-des-tetes-dequation-petite-speculation-electorale/

    sep article