France nature environnement lance un appel aux dons pour lutter contre les « méga projets en montagne »

sep article



 

FIL INFO — Afin de financer ses actions juridiques contre les « méga projets en montagne » qu’elle conteste, France nature environnement Auvergne-Rhône-Alpes (ex-Frapna) lance un appel aux dons en ligne. Objectif ? Obtenir la somme minimale de 20 000 euros pour défendre les sites vierges ou préservés des constructions immobilières et promouvoir des activités en montagne respectueuses de l’environnement.

 

 

« Il est encore temps d’a­gir ! », veut faire savoir France nature envi­ron­ne­ment Auvergne-Rhône-Alpes. L’ex-Frapna lance un appel aux dons sur la pla­te­forme numé­rique HelloAsso et se fixe pour objec­tif 20 000 euros. Une somme des­ti­née à aider le finan­ce­ment des actions de l’as­so­cia­tion, en par­ti­cu­lier la lutte contre les « méga pro­jets en mon­tagne » dont elle dénonce le carac­tère « néfaste ».

 

Le glacier du Pic Blanc à l'Alpe d'Huez. © Laurent Salino - Alpe d'Huez

Le gla­cier du Pic Blanc à l’Alpe d’Huez. © Laurent Salino – Alpe d’Huez

 

Des exemples ? Dans l’Oisans, FNE pointe du doigt les pro­jets immo­bi­liers d’Huez sur la zone d’Éclose Ouest et des Bergers. « Consommation d’es­paces vierges de construc­tions alors que la per­ti­nence éco­no­mique des pro­jets n’est pas démon­trée à long terme », assènent les défen­seurs de l’en­vi­ron­ne­ment. Qui se montrent guère plus tendres avec « deux pro­jets immo­bi­liers en zones ava­lan­cheuses » por­tés par Vaujany et Les 2 Alpes.

 

 

Des projets « anachroniques et pharaoniques »

 

Côté Maurienne, l’as­so­cia­tion iden­ti­fie éga­le­ment le « pro­jet d’ex­ten­sion de plu­sieurs sta­tions » sur la Croix-du-Sud, aussi « ana­chro­nique » que « pha­rao­nique » à ses yeux. Ou encore des pro­jets de créa­tions de remon­tées méca­niques sur le ter­ri­toire d’Aussois, « fra­gi­li­sant la pré­ser­va­tion du Parc natio­nal de la Vanoise ». Et la FNE d’af­fir­mer que, sur cha­cun des pro­jets décriés, « les don­nées envi­ron­ne­men­tales sont insuf­fi­santes et les don­nées éco­no­miques inexis­tantes ».

 

La FNE dénonce les « méga projets » en montagne. © France nature environnement Aura

La FNE dénonce les « méga pro­jets » en mon­tagne. © France nature envi­ron­ne­ment Aura

 

Si l’as­so­cia­tion ne se dit pas oppo­sée aux acti­vi­tés en mon­tagne, elle entend défendre les espaces vierges ou pré­ser­vés et prône l’a­mé­lio­ra­tion de l’exis­tant, ainsi que l’é­qui­libre entre acti­vité hiver­nale et esti­vale. C’est pour­quoi la FNE explique s’op­po­ser à envi­ron 4 % de la cen­taine de dos­siers exa­mi­nés chaque année par ses experts. Et devoir lan­cer de nou­velles actions et de nou­veaux recours en jus­tice.

 

Un mili­tan­tisme qui a un coût… « Nous ne man­quons pas de cou­rage poli­tique, ni de per­sé­vé­rance, mais sans vos dons, rien n’est pos­sible », déclare ainsi l’as­so­cia­tion à ses sou­tiens. Sans oublier de pré­ci­ser que, recon­nue d’u­ti­lité publique, la FNE per­met aux dona­teurs d’ob­te­nir une défis­ca­li­sa­tion de leurs dons à hau­teur de 66 %. « Un don de 100 euros vous revient donc en réa­lité à 34 euros », insiste-t-elle.

 

Florent Mathieu

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
3622 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.