La CGT STMicroelectronics s’inquiète pour la sécurité du site Seveso seuil haut de Crolles

La CGT STMicroelectronics s’inquiète pour la sécurité du site Seveso seuil haut de Crolles

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FIL INFO — Dans un tract, la CGT STMicroelectronics dénonce les conditions de sécurité jugées insuffisantes sur le site de Crolles, pourtant classé Seveso seuil haut. Sur fond d’incendie de l’usine Lubrizol, le syndicat dénonce le recours aux contrats précaires et à la sous-traitance, la chute du nombre de contrôles et l’attitude générale de la direction.

 

 

« Les pro­fits contre la sécu­rité » ? La CGT STMicroelectronics du site Seveso de Crolles exprime dans un tract sa soli­da­rité avec les sala­riés et les habi­tants tou­chés par l’in­cen­die de l’u­sine Lubrizol et ses consé­quences sani­taires et envi­ron­ne­men­tales. « Dans cette affaire, les man­que­ments du patro­nat et de l’État sont fla­grants », juge le syn­di­cat. Qui rap­pelle éga­le­ment « le dan­ger que repré­sente [cette] usine ».

 

Le site STMicroelectronics de Crolles © Artechnic

Le site STMicroelectronics de Crolles. © Artechnic

 

Classé Seveso seuil haut, le site de STMicro de Crolles ne rem­plit pas toutes les condi­tions de sécu­rité atten­dues, estime la CGT. L’organisation syn­di­cale avait déjà tiré la son­nette d’a­larme en mai 2018 et renou­velle ses cri­tiques en dénon­çant « l’irresponsabilité gran­dis­sante de la direc­tion ». Une direc­tion accu­sée de ne pas res­pec­ter « ses enga­ge­ments visant au res­pect de la direc­tive euro­péenne sur les sites Seveso ».

 

 

Une chute du nombre de contrôles sur un site Seveso ?

 

En cause ? Les « nom­breuses fer­me­tures du ser­vice médi­cal » basé sur le site, alors que celui-ci est censé être ouvert 24 heures sur 24. Ainsi que « le recours mas­sif à la sous-trai­tance et aux contrats pré­caires », qui occa­sion­ne­rait une mul­ti­pli­ca­tion des acci­dents. « Comme le 24 mai lorsque le camion d’un inter­ve­nant exté­rieur a pris feu à proxi­mité de cuves chi­miques », relate l’or­ga­ni­sa­tion syndicale.

 

Rassemblement de la CGT STMicroelectronics devant la préfecture de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Rassemblement de la CGT STMicroelectronics devant la pré­fec­ture de l’Isère en 2015. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

La direc­tion est encore accu­sée d’a­voir tenté de « faire obs­truc­tion » à une action de la CGT face à des « odeurs sus­pectes » consta­tées dans une salle blanche du site. « Vos élu.e.s CGT ont décidé de décla­rer un dan­ger grave et immi­nent », écrit le syn­di­cal dans son tract, insis­tant sur la désap­pro­ba­tion de la direc­tion. Au final, l’ac­tion aurait tout de même débou­ché sur « l’achat de 2 canis­ters per­met­tant d’analyser l’air ambiant ».

 

Enfin, la CGT cri­tique ver­te­ment les orien­ta­tions prises par l’État. Qu’il s’a­gisse de la fusion des ins­tances repré­sen­ta­tives du per­son­nel ou de la baisse des moyens de contrôle des sites indus­triels. « Les ordon­nances Macron ont entraîné la dis­pa­ri­tion des 2 CHSCT de notre site », fait ainsi valoir le syn­di­cat. Tout en décri­vant une « chute » du nombre de contrôles. Sollicitée par Place Gre’net, STMicro n’a pas donné suite à notre demande de réaction.

 

Florent Mathieu

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Transport de matières dangereuses : une charte adoptée dans la région grenobloise

  FOCUS - Quelles modalités et itinéraires pour les transports routiers de matières dangereuses sur l'agglomération grenobloise ? Services de l'État, industriels, collectivités, syndicats et associations Lire plus

A Crolles, STMicro réduit la moitié de ses effectifs à la production jusqu'au 2 avril. Insuffisant pour la CGT qui réclame l'arrêt total de la production.
STMicroelectronics propose une prime, l’inspection du travail juge les mesures de protection insuffisantes

  DÉCRYPTAGE - À Crolles en Isère, le fabricant de puces électroniques STMicroelectronics instaure une prime de présence de 300 euros pour ses salariés mobilisés en Lire plus

Salariés en tenue à l'intérieur de l'usine STMicroelectronics de Crolles. © Artechnic
STMicroelectronics et Mentor, société de Siemens, s’associent dans le cadre du plan Nano 2022

  EN BREF - STMicroelectronics et Mentor, filiale de Siemens, annoncent leur coopération au sein du plan Nano 2022. Un programme de travaux et d'investissements Lire plus

L'entrée du site de STMicroelectronics à Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net
STMicroelectronics : les syndicats appellent au boycott de l’enquête « employee survey » de la direction

  FLASH INFO - Les syndicats de STMicroelectronics ont lancé un appel au boycott de l'enquête "employee survey" commanditée par la direction. En cause : Lire plus

Flash Info

|

24/06

17h15

|

|

24/06

10h09

|

|

23/06

11h06

|

|

23/06

7h33

|

|

22/06

22h54

|

|

22/06

21h39

|

|

22/06

14h36

|

|

21/06

17h04

|

|

21/06

13h01

|

Ville de Grenoble - Anneau de vitesse

Les plus lus

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin