Jugé à Grenoble, un Briançonnais risque la prison avec sursis pour avoir porté secours à des migrants à la frontière

sep article

 

FOCUS – Ce mercredi 2 octobre, Kévin Lucas, berger dans le Briançonnais a comparu devant le tribunal d’instance de Grenoble. Il faisait appel d’une décision rendue en janvier dernier. Pour avoir aidé des migrants à entrer en France et refusé de se soumettre à un contrôle de gendarmerie, le maraudeur encourt quatre mois de prison avec sursis. Une petite centaine de militants se sont mobilisés à cette occasion devant le tribunal pour soutenir le jeune homme et protester contre le « délit de solidarité » dont il est accusé.

 

 

Mobilisation devant le tribunal d'instance en soutien au Briançonnais Kevin, accusé de délit de solidarité envers les migrants mercredi 2 octobre 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Mobilisation devant le tribunal d’instance en soutien au Briançonnais Kevin, accusé de délit de solidarité envers les migrants, le 2 octobre 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

En mars 2018, Kévin Lucas, 32 ans, a porté secours à des migrants qui entraient en France de manière irrégulière en passant par les montagnes des Hautes-Alpes. Il les a alors transportés en voiture avant d’être arrêté et de refuser de se soumettre à un contrôle de gendarmerie.

 

Pour ces faits, les magistrats du tribunal de grande instance à Gap ont condamné Kévin à quatre mois de prison avec sursis.

 

Estimant absolument intolérable d’aller en prison au motif d’avoir aidé des personnes en détresse, le jeune homme a fait appel de cette décision et comparaissait devant le tribunal d’instance de Grenoble ce mercredi 2 octobre.

 

Mobilisation en soutien au Briançonnais Kevin, accusé de délit de solidarité envers les migrants mercredi 2 octobre 2019, au tribunal d'instance de Grenoble. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Venus soutenir le jeune Briançonnais, des associations et citoyens de Grenoble et de Briançon ont revendiqué devant le tribunal le droit légitime de porter secours aux migrants, au nom du principe de fraternité inscrit dans la Constitution de 1958. « Le 6 juillet 2018, le Conseil constitutionnel a même été on ne peut plus clair, précise Michel Rousseau, coprésident de l’association Tous Migrants. Il a affirmé qu’une aide désintéressée au séjour irrégulier des étrangers ne saurait être passible de poursuites, en vertu du principe de fraternité. »

 

 

Des frontières dangereuses, dignes du Moyen Âge

 

Dans l’attente de la fin du procès, des militants regroupés sur le parvis du tribunal ont poussé la chansonnette, dénonçant sur des airs connus la pression policière à l’égard des migrants et le durcissement des politiques migratoires.

 

Mobilisation devant le tribunal d'instance en soutien au Briançonnais Kevin, accusé de délit de solidarité envers les migrants mercredi 2 octobre 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Puis quelques personnes ont pris la parole, à l’instar de Matthieu. Comme Kevin et beaucoup d’autres Briançonnais, il fait des maraudes solidaires durant l’hiver. C’est-à-dire qu’il part en montagne au-devant des migrants pour leur apporter un peu de nourriture ou une aide quelconque. « Ces personnes viennent chercher l’asile en France et, au lieu d’être accueillies, elles sont traquées par la police », fustige le maraudeur.

 

Ces intimidations, ce harcèlement les poussent, juge-t-il, à courir de grands risques en empruntant des chemins dangereux en montagne. « Par ces agissements, l’État a réussi à recréer un coin de Moyen Âge, au XXIe siècle ! », déclare le citoyen scandalisé, qui déplore que cette situation perdure. Voilà en effet déjà quatre hivers que l’association Tous migrants organise des maraudes solidaires.

 

 

« Les magistrats ont semblé être à l’écoute »

 

Sur les coups de 15 h 30, Kevin et son avocate Maeva Binimélis sont sortis du tribunal. Pas franchement enclin à se mettre en avant, le jeune maraudeur veut d’abord penser aux migrants : « Il faut surtout continuer à parler de la situation abominable à la frontière que vivent ces personnes et dénoncer le système frontalier en général. Le délit de solidarité, c’est annexe (…) »

 

Maeva Binimélis, avocate des maraudeurs briançonnais qui portent secours aux migrants, devant la tribunal d'instance de Grenoble, le 2 oct 2019 devant le tribunal d'instance de Grenoble © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Maeva Binimelis, avocate des maraudeurs briançonnais qui portent secours aux migrants, devant la tribunal d’instance de Grenoble, 2 octobre 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

L’avocat général a requis le maintien de la peine de prison prononcée en première instance. Sans surprise, l’avocate a, quant-à elle, demandé la relaxe pure et simple de son client.

 

« L’audience a été sereine, alors que l’ambiance est souvent électrique dans ce genre d’affaire. Les magistrats ont semblé être à l’écoute », a-t-elle déclaré, en faisant montre tout à la fois de prudence et d’optimisme.

 

Le délibéré sera rendu le 23 octobre, à la veille de la comparution de Pierre, un autre maraudeur condamné pour des faits similaires. Une quinzaine de personnes sont actuellement poursuivies par le procureur de Gap, pour avoir porté secours à des migrants dans les Hautes Alpes.

 

Séverine Cattiaux

 

commentez lire les commentaires
3000 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. logiquement, la loi doit être identiques pour tous.
    En toute discrétion, trois jeunes personnes ont été condamnés à de lourdes
    peines pour avoir manifester contre l’arrivée de migrants illégaux,qui passaient
    par la frontière avec l’Italie…
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/operation-antimigrants-dans-les-alpes-des-identitaires-condamnes-a-six-mois-de-prison-20190829
    Toute action effectuée peut avoir plusieurs motivations antagonistes,qui peuvent
    être morales ou immorales. Les juges peuvent juger cette affaire avec leurs sensibilités
    personnelles et non en appliquant les lois.
    Dans l’idéal, »la loi est dure mais c’est la loi » et elle doit être appliquée sans aucune
    manipulation …

    sep article
  2. Quatre mois ?! Le delit est plutôt compatible avec 10 ans de prison ferme

    sep article
    • Hélas, en France la séparation des pouvoirs entre l’état et
      la justice n’existe pas.Le ministère public contrôle le
      personnel de justice et malheur au juge qui prend des
      initiatives qui ne plaisent pas au parquet.
      Ce qui dans la réalité fait,que le garde des sceaux à
      tous les pouvoirs de soumettre les juges à son bon vouloir.
      Finalement,la justice est soumise à l’idéologie mise en pratique
      par le pouvoir.
      A mon avis ,le jeune berger ne risque pas grand-chose …

      sep article