Aide aux victimes : le nouveau dispositif en Isère met davantage l’accent sur les violences conjugales

sep article



 

EN BREF – Lionel Beffre, préfet de l’Isère, et Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble, ont approuvé, ce mardi 24 septembre, un nouveau dispositif départemental d’aide aux victimes. Une signature en présence d’Eugénie Marie, déléguée interministérielle à l’aide aux victimes. Le dispositif vise à davantage intégrer les victimes de violences conjugales en Isère.

 

 

Nouveau schéma d'aide aux victimes en Isère mettant l'accent sur les victimes de violences conjugales.Signature du nouveau schéma départemental. Avec de gauche à droite, Edwige Wittrant, présidente du TGI de Grenoble, Eric Vaillant, procureur de la république de Grenoble, Lionel Beffre, préfet de l'Isère, Eugénie Marie, déléguée interministérielle à l'aide aux victimes et Jérôme Boulet, directeur de l'AIV (Aide et Information aux Victimes) © Préfecture de l'Isère

Signature du nou­veau schéma dépar­te­men­tal : Edwige Wittrant, pré­si­dente du TGI de Grenoble, Eric Vaillant, pro­cu­reur de la République de Grenoble, Lionel Beffre, pré­fet de l’Isère, Eugénie Marie, délé­guée inter­mi­nis­té­rielle à l’aide aux vic­times, et Jérôme Boulet, direc­teur de l’Aide et infor­ma­tion aux vic­times. © Préfecture de l’Isère

 

C’est à la suite des atten­tats de 2015 et 2016 en France qu’une réforme de la poli­tique publique d’aide aux vic­times a vu le jour. Ce dans le but d’a­mé­lio­rer leur prise en charge. Cette aide ne concer­nait alors que les vic­times de ter­ro­risme. Désormais, sont prises en compte les vic­times « d’infractions pénales, d’accidents col­lec­tifs et d’évènements natu­rels majeurs » . Mais pas seule­ment…

 

 

Les victimes de violences conjugales au cœur des discussions

 

Avec le lan­ce­ment du Grenelle contre les vio­lences conju­gales, un groupe de tra­vail s’est réuni loca­le­ment le 3 sep­tembre der­nier. Suite à quoi Isabelle Jahier-Deton, délé­guée dépar­te­men­tale aux droits des femmes et à l’é­ga­lité, a pré­senté une syn­thèse des tra­vaux. 

 

Victimes en Isère - Lionel Beffre et Éric Vaillant ont signé un nouveau schéma d'aide aux victimes en Isère mettant l'accent sur les victimes de violences conjugales.Isabelle Jahier-Deton, déléguée départementale aux droits des femmes et à l'égalité

Isabelle Jahier-Deton, délé­guée dépar­te­men­tale aux droits des femmes et à l’é­ga­lité (à droite) © Préfecture de l’Isère

Les thé­ma­tiques abor­dées ? « La pro­cé­dure judi­ciaire, le repé­rage des vic­times de vio­lences conju­gales, le recueil des plaintes, l’hébergement d’urgence, l’impact des vio­lences conju­gales sur les enfants, la prise en charge des auteurs de vio­lences ». Éric Vaillant, le pro­cu­reur de la République, sou­ligne ainsi qu’il « n’y a plus de main cou­rante pour les vio­lences conju­gales mais des pro­cès ver­baux d’au­di­tions dans le Sud-Isère ».

 

En outre, le nou­veau schéma veut répondre à cer­taines pro­blé­ma­tiques, comme le manque d’in­for­ma­tion, un élé­ment majeur res­sorti des dis­cus­sions. Il s’a­git du « prin­ci­pal obs­tacle pour l’ac­cès aux droits des vic­times », selon Lionel Beffre, pré­fet de l’Isère.

 

Afin d’y remé­dier, le schéma dépar­te­men­tal d’aide aux vic­times com­por­tera deux ver­sions. L’une publique, qui « per­met aux vic­times, pre­mières concer­nées par les dis­po­si­tifs exis­tants, de béné­fi­cier d’un accès direct à l’information ». L’autre res­treinte, « per­met­tant aux acteurs de l’aide aux vic­times de dis­po­ser d’un annuaire des ser­vices et per­sonnes mobi­li­sées ».

 

 

Une déclinaison au niveau local

 

La poli­tique publique d’aide aux vic­times est pilo­tée au niveau natio­nal par la délé­guée inter­mi­nis­té­rielle à l’aide aux vic­times. Au niveau dépar­te­men­tal, ce sont les comi­tés locaux d’aide aux vic­times qui prennent le relais. Ces der­niers sont pré­si­dés en Isère par Éric Vaillant et Lionel Beffre. Tandis que le pro­cu­reur de la République met en avant « un outil utile pour lut­ter contre les vio­lences conju­gales », Lionel Beffre consi­dère que « cela [les] oblige à être très réac­tifs. »

 

Thomas Courtade

 

Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
2593 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Je trouve très bien,cette ini­tia­tive de vou­loir com­battre avec une extrême
    rigueur les vio­lences conju­gales. Je sou­haite qu’elle puisse s’é­tendre à toutes
    les formes de vio­lences ‚y com­pris celles qui sont du domaine du har­cè­le­ment.
    En effet, plus de cin­quante poli­ciers en activité,se sont don­nés la mort depuis
    le début de l’an­née, qui s’en préoccupe?Personne ne cherche à com­prendre,
    com­ment dans un état de droit, les poli­ciers peuvent subir des pres­sions qui
    les conduisent à atten­ter à leurs exis­tences personnelles.N’y a‑t-il pas dans
    notre belle démocratie,une faute grave des ins­ti­tu­tions qui conduit ses défen­seurs
    les plus impli­qués contre la vio­lence à se sui­ci­der ?

    sep article