Municipales à Grenoble : vers une possible alliance entre le collectif d’Alain Carignon… et celui de Chérif Boutafa

sep article

Notre indépendance c

 

EN BREF – Alain Carignon, ancien maire de Grenoble, et Chérif Boutafa, délégué syndical Force ouvrière des agents territoriaux de la Ville, tentent un rapprochement en vue des municipales. Les deux candidats déclarés n’excluent ainsi pas une alliance prochaine entre leurs collectifs respectifs. Et le font savoir, chacun de leur côté par un communiqué identique, ce 24 septembre, au lendemain d’une réunion de travail entre les deux groupes.

 

 

Le col­lec­tif d’Alain Carignon et celui de Chérif Boutafa se rap­pro­che­raient-ils en vue des muni­ci­pales de Grenoble ? C’est ce qu’en­vi­sagent en tout cas clai­re­ment les deux groupes, mardi 24 sep­tembre, au len­de­main d’une ren­contre entre leurs membres. Une réunion de tra­vail orga­ni­sée dans un com­merce gre­no­blois, avec pour objec­tif « d’é­chan­ger sur leur ana­lyse de la situa­tion de la ville et le pro­jet muni­ci­pal ».

 

Réunion de travail entre les collectifs d'Alain Carignon et de Chérif Boutafa © Société civile avec Alain Carignon

Réunion de tra­vail entre les col­lec­tifs d’Alain Carignon et de Chérif Boutafa © Société civile avec Alain Carignon

 

Résultat, selon la Société civile avec Alain Carignon ? « De nom­breux points com­muns sont appa­rus quant au diag­nos­tic. » Et le col­lec­tif d’égrener les sujets d’in­quié­tude, qu’il s’a­gisse des ques­tions de sécu­rité, de l’at­trac­ti­vité de la com­mune, des « dépla­ce­ments dif­fi­ciles », du niveau des impôts et des taxes, de « l’a­ban­don de la pro­preté », ou encore des « retards sur la tran­si­tion et la baisse de la pol­lu­tion de l’air ».

 

 

Des points de convergence entre les deux collectifs

 

Alain Carignon © Patricia Cerinsek - Place Gre'net

Alain Carignon © Patricia Cerinsek – Place Gre’net

Joint par Place Gre’net, Chérif Boutafa confirme les conver­gences dans plu­sieurs domaines. « Sur la voi­rie, l’en­vi­ron­ne­ment, oui l’é­change a été concluant dans le sens où l’on par­tage la même chose », explique le délé­gué syn­di­cal Force ouvrière (voir enca­dré).

 

Exemple de posi­tion com­mune ? Les deux col­lec­tifs s’ac­cordent sur la néces­sité de pro­non­cer un mora­toire sur toute nou­velle construc­tion en 2020, et de « voir ce qu’il en est par rap­port à l’en­vi­ron­ne­ment ».

 

« Un tra­vail d’é­change va se pour­suivre pour savoir si un ras­sem­ble­ment com­mun peut se construire entre les deux col­lec­tifs », pré­cise par ailleurs le col­lec­tif d’Alain Carignon.

 

Si seule une par­tie des deux col­lec­tifs était pré­sente lors de la réunion, Chérif Boutafa croit savoir que la Société civile est d’ac­cord avec le prin­cipe d’un rap­pro­che­ment. Il lui reste donc à consul­ter l’in­té­gra­lité de son propre col­lec­tif avant d’ap­por­ter une réponse dans les jours qui viennent.

 

 

Alain Carignon et Chérif Boutafa, deux candidats de longue date

 

L’alliance pos­sible entre les deux groupes a de quoi sur­prendre. Alain Carignon comme Chérif Boutafa n’ont en effet jamais caché leur inten­tion de bri­guer la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise en 2020. Une ambi­tion qui, affirme Chérif Boutafa, vau­drait à son épouse d’a­voir été expul­sée de son loge­ment par la Ville de Grenoble. Toutefois, le syn­di­ca­liste n’a pas tou­jours res­senti d’in­cli­na­tion envers Alain Carignon… et envi­sa­geait même de bri­guer l’in­ves­ti­ture LREM en 2017.

 

En février 2019, Chérif Boutafa présentait ses premiers colistiers. DR

En février 2019, Chérif Boutafa pré­sen­tait ses pre­miers colis­tiers. DR

 

En cas d’al­liance, Chérif Boutafa accep­te­rait-il de “s’ef­fa­cer” devant un Alain Carignon tête de liste ? « C’est n’est pas moi qui peux le dire, c’est le col­lec­tif qui pourra appor­ter une idée de ce qu’il faut faire s’il y a ras­sem­ble­ment », répond celui qui reste pour l’heure can­di­dat. Avant de conclure : « Que ce soit Alain Carignon ou une autre per­sonne, ce n’est pas ce qui nous motive. L’intérêt, c’est plu­tôt le pro­jet pour Grenoble dans son ensemble ! »

 

Florent Mathieu

 

Suite à la paru­tion de notre article, Chérif Boutafa tient à pré­ci­ser qu’il sépare son acti­vité poli­tique de son titre de délé­gué et repré­sen­tant syn­di­cal. La charte Force Ouvrière, qu’il entend res­pec­ter, inter­dit en effet de faire de la poli­tique au nom du syn­di­cat. (Encadré ajouté le 24 sep­tembre à 21h45)

 

commentez lire les commentaires
10671 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. tout est bon pour virer les pas­tèques de la mai­rie de Grenoble

    sep article
  2. M Boutafa

    Il faut avouer que je vous trou­vais plu­tôt sym­pa­thique.
    De cette sym­pa­thie que l’on éprouve pour les « petits » can­di­dats. Imaginant, peut-être à tort, que ces der­niers sou­haitent avant tout pro­mou­voir leurs idées plu­tôt que de lor­gner sur une place au chaud, et bien payée.

    Mais là, il est clair que votre alliance avec A. Carignon, dis­cré­dite cette idée.
    Comme un bon nombre de citoyens, men­ta­le­ment le rac­courci « alliance avec un cor­rompu -> per­sonne qui vise un siège au conseil muni­ci­pal » est éta­bli.
    Je n’oublie pas que vous aviez envi­sagé aussi par le passé de vous pré­sen­ter sous l’é­ti­quette LREM… votre veste semble bien facile à retour­ner.

    J’anticipe, au pas­sage les réac­tions :
    « Alain Carignon a payé sa dette en pri­son ».
    Certes.
    Pour autant, est-ce que j’envisagerais de confier mes enfants à un pédo­phile ayant purgé sa peine, et payé sa dette ?
    Clairement non. Risque de réci­dive, me dirai-je.
    Le rai­son­ne­ment devrait donc être le même pour Alain Carignon.

    sep article
  3. wahoo !
    Ca com­mence a être pas­sion­nant ces elec­tions

    sep article
  4. sep article