Le collectif Citoyens pour le Climat Grenoble répond aux « contre-vérités » des partisans du Ceta

sep article

 

FOCUS – Les députés français ont tranché ce mardi 23 juillet… et ont voté pour la ratification du traité de libre-échange avec le Canada. Alors qu’Émilie Chalas a publié sur son site un billet défendant le Ceta, le collectif Citoyens pour le Climat Grenoble réplique dans un communiqué envoyé à tous les parlementaires de l’Isère. Et entend mettre au jour les « contre-vérités » affirmées par la majorité depuis plusieurs semaines.

 

 

C’est (presque) la fin des espoirs pour les mili­tants en faveur de la tran­si­tion éco­lo­gique et sociale. Même si les séna­teurs doivent encore la voter, les dépu­tés fran­çais ont en effet approuvé la rati­fi­ca­tion du Ceta mardi 23 juillet par 266 voix contre 213. En réponse au billet d’Émilie Chalas, le col­lec­tif Citoyens pour le Climat (CPLC) Grenoble a publié, le même jour, un contre argu­men­taire métho­dique et dénoncé des « contre-véri­tés mani­festes, dont cer­taines font preuve d’une fla­grante mal­hon­nê­teté intel­lec­tuelle ».

 

Les mili­tants des marches pour le cli­mat pré­cisent tou­te­fois qu’ils ne sou­haitent « en aucun cas jeter l’opprobre sur madame Chalas en par­ti­cu­lier, d’autant que ces argu­ments sont uti­li­sés par d’autres défen­seurs du Ceta et membres de la majo­rité ». Ils expriment mal­gré tout leur regret qu’aucun par­le­men­taire isé­rois favo­rable au Ceta ne se soit rendu à la réunion publique orga­ni­sée le 12 juillet der­nier.

 

Greta Thunberg, jeune militante pour le climat au Parlement Européen de Bruxelles, a fait un discours avant le vote des députés. CC <a href="https://www.flickr.com/people/36612355@N08" rel="noopener" target="_blank">European Parliament</a> - Wikipédia

Greta Thunberg, jeune mili­tante pour le cli­mat au Parlement Européen de Bruxelles, a fait un dis­cours avant le vote des dépu­tés. CC European Parliament – Wikipédia

 

Quelques heures avant la rati­fi­ca­tion, la jeune mili­tante éco­lo­giste Greta Thunberg a pris la parole devant les dépu­tés afin de les convaincre de ne pas rati­fier l’ac­cord. « Je suis convain­cue que le plus grand dan­ger ce n’est pas le fait d’être inac­tif. Le plus gros dan­ger c’est lorsque les entre­prises, les poli­tiques, font sem­blant d’agir alors que rien n’est fait, sauf de belles cam­pagnes de com­mu­ni­ca­tion », a‑t-elle déploré dans la salle Victor-Hugo de l’Assemblée.

 

 

De profondes inquiétudes concernant la souveraineté législative des États

 

En dis­cus­sion depuis 2009, le Ceta a long­temps été repoussé en rai­son d’inquiétudes éta­tiques et citoyennes concer­nant les « tri­bu­naux d’arbitrages ». Une juri­dic­tion qui entend régler les conflits entre États et inves­tis­seurs étran­gers.

 

Marche pour le climat à Grenoble le 24 mai 2019 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Marche pour le cli­mat orga­ni­sée par le col­lec­tif Citoyens pour le cli­mat (Il est encore temps) à Grenoble le 24 mai 2019. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le prin­cipe ? Si un État euro­péen adopte une loi com­pro­met­tant les échanges, il pourra être condamné à payer de lourds dom­mages et inté­rêts aux inves­tis­seurs. Notamment aux mul­ti­na­tio­nales nord-amé­ri­caines. De quoi dis­sua­der rapi­de­ment les gou­ver­ne­ments euro­péens de toute vel­léité, alors qu’ils peinent déjà à légi­fé­rer en faveur de la tran­si­tion éco­lo­gique.

 

Nicolas Hulot à Grenoble le 13 avril 2018 pour saluer la feuille de route sur la pollution de l'air

Nicolas Hulot à Grenoble le 13 avril 2018. © Patricia Cerinsek

Également mobi­li­sée sur le sujet, la fon­da­tion Nicolas Hulot pré­cise que « seuls les inves­tis­seurs peuvent atta­quer les poli­tiques publiques des États, qu’ils juge­raient défa­vo­rables à leurs inté­rêts. Les États n’ont aucun recours pos­sible face aux inves­tis­seurs et les inves­tis­seurs n’ont aucune obli­ga­tion en matière de res­pect des droits humains, de l’en­vi­ron­ne­ment ou des règles fis­cales. »

 

 

Un « véto climatique » sans « aucune existence légale »

 

L’ancien ministre de l’Environnement avait aussi demandé l’introduction d’un amen­de­ment garan­tis­sant un « véto cli­ma­tique » aux États. Les archi­tectes du traité ont entendu l’a­vis du ministre mais aucun amen­de­ment de ce genre ne figure dans l’accord. En l’état, ce dis­po­si­tif « ne bloque en rien la pro­cé­dure [ndlr : d’arbitrage] », déplore le CPLC. Il n’a par ailleurs aucune exis­tence légale.

 

Le méca­nisme pro­posé “per­met­trait en cas d’accord de l’UE et du Canada (et uni­que­ment s’ils sont d’accord) de trans­mettre une décla­ra­tion com­mune au panel d’ar­bitres à qui il appar­tien­drait tou­jours de sta­tuer sur le cas. Ce n’est par consé­quent pas un véto », s’indigne la fon­da­tion.

 

 

Un décalage des normes sanitaires et environnementales jugé dangereux

 

Le CPLC attaque éga­le­ment les argu­ments de la majo­rité visant à ras­su­rer les consom­ma­teurs sur les pro­duits impor­tés du Canada. En effet, les normes sani­taires et envi­ron­ne­men­tales nord-amé­ri­caines sont beau­coup moins contrai­gnantes que les normes euro­péennes.

 

De nombreux pesticides ont des effets de perturbateurs endocriniens. Crédit Fotolia

De nom­breux pes­ti­cides ont des effets de per­tur­ba­teurs endo­cri­niens. © Fotolia

Une situa­tion qui inquiète agri­cul­teurs et citoyens, sou­cieux de voir s’évaporer les pré­cau­tions euro­péennes en terme d’alimentation. Confrontée à une concur­rence accrue, l’a­gri­cul­ture tra­di­tion­nelle risque en outre à leurs yeux de deve­nir encore plus pro­duc­ti­viste, inten­sive et gour­mande en pes­ti­cides. C’est pour­quoi, pour la pre­mière fois, les syn­di­cats agri­coles fran­çais se sont una­ni­me­ment oppo­sés au traité.

 

Pour ras­su­rer les consom­ma­teurs, l’article 24.4 entend « pro­té­ger » les normes envi­ron­ne­men­tales et sani­taires euro­péennes. Ce qu’affirment d’ailleurs depuis plu­sieurs semaines les par­ti­sans du traité. Ces der­niers crient ainsi haut et fort que « le res­pect des normes sani­taires et envi­ron­ne­men­tales euro­péennes est ins­crit clai­re­ment dans le Ceta ». Et ont d’ailleurs demandé à la Direction géné­rale de l’alimentation de confir­mer leurs pro­pos… en vain.

 

Mais, pour la Confédération pay­sanne de l’Isère « l’acceptation de ces pro­duits néfastes va aug­men­ter les pres­sions pour com­mer­cia­li­ser des OGM, des nou­veaux anti­bio­tiques et pour ne pas inter­dire le gly­pho­sate… ». « Ce traité va à l’encontre des attentes des consom­ma­teurs fran­çais ! Et il bafoue les efforts réa­li­sés par les pay­sans fran­çais », pour­suit le syn­di­cat.

 

 

Pas de « bœuf aux hormones » mais des farines animales et des antibiotiques

 

Autre sujet d’inquiétudes des consom­ma­teurs : les farines ani­males et anti­bio­tiques uti­li­sés pour nour­rir les bovins cana­diens.

 

« Contrairement à ce qu’a long­temps pré­tendu le gou­ver­ne­ment, le Canada auto­rise bien les farines de sang de bovin et les farines de viandes et d’os de volailles et de porc dans l’a­li­men­ta­tion des bovins. Cela signi­fie que les viandes issues d’a­ni­maux nour­ris avec ces farines ani­males pour­ront bien béné­fi­cier des droits de douane nuls pré­vus par le Ceta », affirme le CPLC. Idem pour les anti­bio­tiques, pré­cise-t-il.

 

Une situa­tion inad­mis­sible pour le col­lec­tif de défense du cli­mat gre­no­blois, qui consi­dère en outre le sys­tème de contrôle cana­dien insuf­fi­sant. En effet, « 200 faux cer­ti­fi­cats sani­taires cana­diens ont été iden­ti­fiés dans des pro­duits de porc expor­tés vers la Chine le mois der­nier ».

 

Dangers éco­no­miques pour les agri­cul­teurs, risques sani­taires pour les consom­ma­teurs, perte de sou­ve­rai­neté pour les États… Le col­lec­tif Citoyens pour le Climat ne pré­sage rien de bon pour « l’a­près-rati­fi­ca­tion » du traité. Quoi qu’il en soit, son adop­tion défi­ni­tive dépend encore des votes des 14 par­le­ments euro­péens qui ne l’ont pas encore rati­fié.

 

Nina Soudre

 

 

UN TRAITÉ EN CONTRADICTION AVEC LES ACCORDS DE PARIS ?

 

Dans son billet du 12 juillet, la dépu­tée LREM Emilie Chalas ten­tait de ras­su­rer les citoyens sur l’avenir des poli­tiques envi­ron­ne­men­tales en cas de rati­fi­ca­tion du traité.

 

Elections législatives. Soirée électorale à la Préfecture de l'Isère. 11 juin 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Emilie Chalas. Députée de la 3ème cir­cons­crip­tion de l’Isère © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Elle rap­pe­lait en effet que « le Président de la République a lui-même […] appelé à ne plus signer d’accord avec les États qui ne res­pectent pas l’Accord de Paris ».

 

Une ques­tion appa­raît donc en toile de fond : le Canada res­pecte-t-il ces enga­ge­ments ? Difficile à dire au regard des inves­tis­se­ments du pays dans des éner­gies non renou­ve­lables, telles que le gaz de schiste ou le sable bitu­mi­neux. Le CPLC rap­pelle d’ailleurs que la moi­tié du pétrole cana­dien pro­vient de l’exploitation de ces sables.

 

D’autant plus que « le Canada est un des pires pays du monde en termes d’émission de GES [gaz à effet de serre, ndlr] par habi­tant », rap­pelle le col­lec­tif. Il est éga­le­ment le seul à avoir quitté le pro­to­cole de Kyoto. Pour les mili­tants, « le Canada n’a aucune chance de res­pec­ter l’accord de Paris tant qu’il ne réorien­tera pas sa poli­tique éner­gé­tique ».

 

La France déjà rappelée à l’ordre au sujet de ses engagements

 

Nuage de pollution sur Grenoble

Nuage de pol­lu­tion sur Grenoble – © Véronique Serre

Le CPLC rap­pelle éga­le­ment la conclu­sion ren­due le mois der­nier par le Haut Conseil pour le Climat. À l’instar du Canada, « la France n’est pas sur une tra­jec­toire d’émission de gaz à effet de serre com­pa­tible avec ses enga­ge­ments inter­na­tio­naux ».

 

Les citoyens pré­cisent aussi qu’ « il n’existe pas dans le Ceta (…) de dis­po­si­tif per­met­tant de sanc­tion­ner ou d’exclure un État pour non-res­pect des enga­ge­ments de l’accord de Paris une fois l’accord signé. »

 

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
4806 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. C’est bon Alain C., tu peux arrê­ter de te cacher sous ton pseudo, nous t’avons repéré.

    sep article
  2. Dès qu’on voit le visage maniaque de cette môme sué­doise , on sait exac­te­ment de quoi il s’agit. On a vrai­ment tou­ché le fond, en invi­tant cette illu­mi­née illet­trée à don­ner des leçons aux dépu­tés de gauche à l’assemblée natio­nale

    sep article