« Youth for climate » et « marche du siècle » : deux jours de mobilisation intense pour le climat à Grenoble

sep article

Notre indépendance c

REPORTAGES VIDÉO – Les rues de Grenoble ont vibré pendant deux jours au rythme des revendications écologistes contre le dérèglement du climat. C’est d’abord les lycéens qui ont défilé vendredi 15 mars. Puis, la « marche du siècle » a rassemblé plusieurs milliers de personnes le lendemain. Retour en images sur ces deux temps forts.

 

 

Les lycéens et étu­diants gre­no­blois étaient près de 3 000, ce ven­dredi 15 mars, à défi­ler en faveur du cli­mat dans le cadre d’une grève mon­diale. Une mani­fes­ta­tion qui s’ins­crit dans le mou­ve­ment « Youth for Climate », né à l’initiative de la jeune mili­tante Greta Thunberg.

 

Cette Suédoise de 16 ans inter­roge la place des jeunes dans un monde à l’a­ve­nir incer­tain. « Pourquoi devrions-nous étu­dier pour un futur qui n’exis­tera bien­tôt plus, alors que per­sonne ne fait rien pour le sau­ver ? » Le mot d’ordre des jeunes était simple : « Exiger une société plus res­pec­tueuse de l’Humanité et de la seule pla­nète dont elle dis­pose ».

 

Reportage : Joël Kermabon

 

 

« Marche du siècle » : 20 000 manifestants à Grenoble pour le climat

 

Le samedi, c’est une foule bigar­rée de mil­liers d’Isérois (entre 5 500 et 20 000) qui a déferlé dans les rues. La mani­fes­ta­tion, orga­ni­sée à l’appel du col­lec­tif Citoyens pour le cli­mat et d’Alternatiba, a débuté à la gare pour s’a­che­ver à l’an­neau de vitesse, après un cro­chet par la Caserne de Bonne.

 

Marche du siècle à Grenoble, samedi 16 mars contre le dérèglement du climat. © Diane Hentsch - Placegrenet.fr

Marche du siècle à Grenoble, samedi 16 mars face à l’é­tat d’ur­gence cli­ma­tique. © Diane Hentsch – Placegrenet.fr

Dans le cor­tège, se mêlaient des mani­fes­tants de tous pro­fils : jeunes, familles, retrai­tés… Les mili­tants poli­tiques ou asso­cia­tifs côtoyaient des citoyens enga­gés, et même des novices en matière de mani­fes­ta­tion. « C’est la pre­mière fois que je des­cends dans la rue », confiait ainsi Gabriel, 27 ans, par ailleurs végé­ta­rien par convic­tion éco­lo­gique. « Le cli­mat, c’est bien la seule chose qui me motive vrai­ment à me dépla­cer. »

 

Les mani­fes­tants, accom­pa­gnés par la tra­di­tion­nelle batu­cada, ont che­miné sous un soleil presque esti­val. Le tout dans une ambiance bon enfant, même si empreinte d’un sen­ti­ment d’ur­gence. On pou­vait ainsi lire sur des pan­cartes des slo­gans tels que « Les dino­saures aussi pen­saient qu’ils avaient le temps », « Je veux que ma fille ait une chance de mou­rir de vieillesse… pas de faim, de soif ou d’é­touf­fe­ment. » Ou encore « Il n’y a pas de pla­nète B ». L’une d’elles fai­sait d’ailleurs le lien avec la mani­fes­ta­tion de la veille : « Aujourd’hui, c’est peut-être au tour des jeunes de nous don­ner une leçon ! »

 

Les orga­ni­sa­teurs ont sou­li­gné la cohé­sion entre les luttes sociales et envi­ron­ne­men­tales. Et appellent les pou­voirs publics, les entre­prises et les citoyens à agir fer­me­ment pour la tran­si­tion et contre le dérè­gle­ment du cli­mat.

 

Reportage : Diane Hentsch

 

 

À la fin de la marche, l’as­tro­phy­si­cien gre­no­blois Aurélien Barrau – qui a notam­ment lancé dans le jour­nal Le Monde avec l’ac­trice Juliette Binoche un appel inti­tulé Le plus grand défi de l’his­toire de l’Humanité, signé par plus de 200 per­son­na­li­tés en sep­tembre 2018, suite à la démis­sion de Nicolas Hulot – a appelé à une « révo­lu­tion éco­lo­gique ».

 

Reportage : Diane Hentsch

 

 

Texte : Diane Hentsch

 

commentez lire les commentaires
2950 visites | 10 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 10
  1. et pour conti­nuer à @JMB qui parle de sécu­rité rou­tière dan­ge­reux pour les gens les voi­tures oula­lala … donc soit vous êtes chau­vi­niste ou altruiste alter­mon­dia­liste … mais les dégats occa­sion­nés et mor­tels sur les hommes des pays qui extraient les miné­raux néces­saires à la fabri­ca­tion de bat­te­rie vous devez pas y pen­ser à leur sort.

    Niveau éner­gie Une voi­ture à l’es­sence a le meilleur ren­de­ment qu’une voi­ture élec­trique .. pour­quoi , car hor­mis en France cas encore pour l’ins­tant par­ti­cu­lier grâce au Nucléaire ( vous êtes anti nucléaire ? ) les ren­de­ments des autres sources d’éner­gies sont très faible .

    Une voi­ture essence/diesel a un ren­de­ment de 35 – 40% ( le reste étant perdu )
    Une élec­trique cela dépend d’où pro­vient l’élec­tri­cité pour le bois 15 – 16% , l’eau /l’air 20% etc . L »hydro­gène n’est pas non plus opti­male car demande beau­coup de res­source pour l’ex­trac­tion et la mise sous pres­sion ( en plus du dan­ger ) bien que son ren­de­ment soit bien supé­rieur au pétrole.

    Autre chose, outre les data­cen­ters écolo une bonne par­tie en chine fonc­tionne au char­bon .. pareil en alle­magne ou c’est 40 – 45% de leur élec­tri­cité

    sep article
    • Qui vous a dit que j’é­tais favo­rable à la voi­ture élec­trique ? Vous l’a­vez lu dans une boule de cris­tal ?
      Aujourd’hui, la meilleure éner­gie est celle qu’on ne consomme pas.
      Ceci dit, excepté vos avis sur moi qui sont tota­le­ment faux, je suis pres­qu’en­tiè­re­ment d’ac­cord avec vos pro­pos. Le seul bémol concerne l’éner­gie nucléaire qui ne me semble pas être une éner­gie pérenne en terme de sécu­rité / fia­bi­lité par rap­port aux risques poten­tiels.

      sep article
  2. sep article
    • Bien évi­dem­ment que le big data engendre une vaste consom­ma­tion d’éner­gie (j’ai aussi un smart­phone mais sans connexion inter­net ; ) et ce n’est que le début mal­heu­reu­se­ment (on en repar­lera avec l’a­vè­ne­ment de la voi­ture connec­tée et auto­nome).
      Mon pro­pos en réponse à Pierre Misère était avant tout sar­cas­tique : pour une fois que cet indi­vidu défend l’en­vi­ron­ne­ment !

      sep article
  3. Ces jeunes mani­fes­tant prô­nant une révo­lu­tion éco­lo­gique, sur leur s smart­phones et écrans des heures chaque jours que dieu fait ? Ils ont tout com­pris (sar­cas­tique).

    sep article
    • Tiens, voilà Pierre Misère qui prône la sau­ve­garde de l’en­vi­ron­ne­ment (de façon sar­cas­tique). Allez, un petit effort et vous allez vous rendre compte que la fabri­ca­tion, l’u­ti­li­sa­tion et la des­truc­tion d’une voi­ture pour des dépla­ce­ments ridi­cules sont autre­ment plus pol­luantes (pol­lu­tions atmo­sphé­rique, sonore et spa­tiale) et dan­geu­reuses pour les autres (sécu­rité rou­tière) que l’é­qui­valent pour les smart­phones.
      Evidemment, la pous­sière dans l’oeil du voi­sin est tou­jours plus grosse que la poutre qu’on voit dans le sien…

      sep article
      • Alors, euh pas vrai­ment .. rien que l’en­voi d’un mail est extrê­ment pol­luant. D’autant que même si les fermes de ser­veurs Google / Microsoft et ama­zon se veulent à faire des cen­trales ecolo ( par l’eau / l’air / rejet de cha­leur en pis­cine / rejet de cha­leur dans l’o­céan ) etc etc .

        Les smart­phones et véhi­cules élec­triques ont actuel­le­ment nu très gros point faible .. leur bat­te­rie non recy­clable. à peine 20% de récu­pé­ra­tion ‚des métaux lourds à l’extraction des mine­rais et au recy­clage.

        Bref le plus para­doxal dans vos marches pour le cli­mat, c’est qu’a­près votre petit mani­fes­ta­tion les rues sont des déchet­te­ries à ciel ouvert ‑_-” . Puis autre para­doxe le fait d’a­voir cau­ser des bou­chons énormes dans Grenoble un Samedi his­toire d’aug­men­ter encore un peu la pol­lu­tion :p

        sep article
        • Whaou, mettre sur le même plan les bat­te­ries d’un smart­phone et d’une voi­ture élec­trique (qui ne résout rien en ce qui concerne la pro­blé­ma­tique des dépla­ce­ments urbains), c’est vache­ment fort !
          C’est bien, même plus besoin de démon­ter les argu­ments quand on se tire une balle dans le pied tout seul : bravo !

          sep article
  4. Ouais, t’as vu ma super pan­carte !
    Ils sont drôle ceux qui croient qu’on arrête un paque­bot en appuyant sur la pédale de frein…

    sep article
    • Et ceux qui ne font rien n’en sont que plus mépri­sables…

      sep article