Municipales : le PCF Grenoble-Meylan appelle à l’union des forces de gauche, EELV y répond

sep article



 

EN BREF – La section Grenoble-Meylan du Parti communiste français lance un appel à l’union des forces de gauche contre les candidatures LREM ou Carignon, voire la possible entrée dans la course d’Olivier Noblecourt. Un mariage de raison face au danger, décrivent les communistes, qui n’exclut pas que chacun puisse par la suite « emprunter des sentiers différents ».

 

 

« Se ras­sem­bler pour répondre à l’urgence sociale, éco­lo­giste, démo­cra­tique et huma­niste », tel est le cri du cœur poussé par la sec­tion Grenoble-Meylan du Parti com­mu­niste fran­çais.

 

Nicolas Beron-Perez, secrétaire de la section Grenoble-Meylan du PCF © Photo Twitter

Nicolas Beron-Perez, secré­taire de la sec­tion Grenoble-Meylan du PCF. © Photo Twitter

À l’ap­proche des muni­ci­pales, les com­mu­nistes de Grenoble disent leur inquié­tude face aux can­di­da­tures d’Alain Carignon et de La République en marche… ou aux rumeurs concer­nant une entrée d’Olivier Noblecourt dans la course.

 

« Il n’y a rien à attendre de la pre­mière de cor­dée mana­gé­riale Émilie Chalas, du pre­mier de cor­dée du patro­nat Olivier Six, ni d’Olivier Noblecourt, déser­teur réfu­gié au minis­tère des pauvres dans le gou­ver­ne­ment des riches. Et encore moins à espé­rer dans la vision écu­lée d’Alain Carignon », écrivent ainsi les com­mu­nistes gre­no­blois, bien déci­dés à tirer dans tous les sens sans craindre les balles per­dues.

 

 

Un mariage de raison plus que d’amour

 

Pour contrer ces can­di­dats à ses yeux néfastes, le PCF Grenoble-Meylan en appelle « à celles et ceux qui pensent que le futur doit conju­guer jus­tice sociale, prise de conscience éco­lo­gique, réap­pro­pria­tion des biens com­muns et éman­ci­pa­tion popu­laire ». Des noms ? Pas vrai­ment. Le parti évoque les « diver­gences » et les « iden­ti­tés », sans jamais dési­gner direc­te­ment les Insoumis, les Verts ou d’autres for­ma­tions de gauche isé­roises.

 

Manifestation du PCF au barrage du Sautet le 8 avril 2018 © PCF Isère

Manifestation du PCF au bar­rage du Sautet le 8 avril 2018 © PCF Isère

 

L’appel au ras­sem­ble­ment, sinon à l’u­nion sacrée, est par ailleurs teinté de pru­dence : les com­mu­nistes le lancent ainsi « dans le res­pect des choix et des sujets qui nous opposent, sans igno­rer que demain nous pour­rions être ame­nés à emprun­ter des sen­tiers dif­fé­rents ». En somme, plaident-ils, un mariage de rai­son plus de d’a­mour contre « le dan­ger de ceux et de celles qui sont plus proches du lobby que de l’habitant.e ».

 

Et la sec­tion gre­no­bloise du PCF de rap­pe­ler, au pas­sage, ses propres che­vaux de bataille : la gra­tuité des trans­ports en com­mun, la défense du main­tien des bureaux de poste, le déve­lop­pe­ment des ser­vices publics ou encore la lutte contre la pri­va­ti­sa­tion des bar­rages. Tout en consi­dé­rant que « les com­munes sont appe­lées encore plus à deve­nir des ter­ri­toires de résis­tance et d’émancipation garan­tis­sant le bien-être du plus grand nombre ».

 

 

EELV Isère salue l’appel du PCF

 

Des pre­mières réac­tions ? Si les Écologistes gre­no­blois ne sont pas cités nom­mé­ment, la sec­tion isé­roise de Europe-Écologie-les-Verts n’en déclare pas moins « [avoir] reçu avec grand inté­rêt l’ap­pel au ras­sem­ble­ment ». Un appel jugé « à la hau­teur des enjeux aux­quels nous fai­sons face », à savoir le « chan­ge­ment cli­ma­tique et de l’é­pui­se­ment de cer­taines res­sources », ainsi qu’un État « auto­ri­taire et hys­té­risé par la peur de l’Autre ».

 

En réponse, EELV prône « une tran­si­tion maî­tri­sée, renou­ve­lant soli­da­ri­tés et ser­vices publics, pro­té­geant nos biens com­muns, limi­tant le réchauf­fe­ment, visant la jus­tice sociale, l’é­man­ci­pa­tion et la rési­lience ». Et estime que « Grenoble a un temps d’a­vance dans cette tran­si­tion ». C’est pour­quoi le parti éco­lo­giste salue l’ap­pel du PCF Grenoble-Meylan… sans fixer pour le moment de condi­tions ou de moda­li­tés à une pos­sible union en vue des muni­ci­pales.

 

FM

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
5332 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. je me pose tou­jours la ques­tion, com­ment dans ce monde, après Lénine, Mao ou encore Pol Pot, on peut, dans toute léga­lité, conti­nuer la pro­pa­gande com­mu­niste ?! C’ est hal­lu­ci­nant

    sep article
  2. La récup’ de l’écologie par les com­mu­nistes, c’est à hur­ler de rire. Faut dire que le com­mu­nisme des beaux quar­tiers de Meylan, c’est comme les bobos de EELV : ils ne connaissent pas le béton des villes com­mu­nistes depuis 1945 comme Fontaine ou Echirolles.
    Ils ne savent appa­rem­ment pas l’his­toire non plus : les désastres éco­lo­giques de l’URSS (jamais entendu par­ler de Tchernobyl ?), la défo­res­ta­tion mas­sive de la Chine sous Mao, les catas­trophes en cours actuel­le­ment au Venezuela, etc.

    sep article
  3. 2014 vs 2020 on prend les mêmes gauches et les pseu­dos éco­los, et on recom­mence, pcf en plus ? Du balais, vous avez assez fait de mal a Grenoble. Dehors !

    sep article