Placiers accusés de corruption à Grenoble : Le Dauphiné libéré relaxé en appel des accusations de diffamation

sep article



FOCUS – Le Dauphiné libéré a été définitivement relaxé et ne déboursera pas d’argent au profit des placiers de la Ville de Grenoble. Certains d’entre eux avaient en effet attaqué le quotidien régional suite à la parution d’un article mettant en cause leur probité. Vif soulagement du côté de la journaliste Saléra Benarbia, accusée d’avoir rapporté des propos diffamatoires par les plaignants. Déception pour ces derniers, qui n’en ont pas moins la « conscience tranquille », affirme leur avocat Maître Bernard Boulloud.

 

 

Tribunal de Grande Instance à Grenoble, salle des audiences correctionnelles. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

La cour d’appel du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grenoble a mis un point final à l’affaire oppo­sant les pla­ciers de la Ville de Grenoble au quo­ti­dien régio­nal Le Dauphiné libéré.

 

Suite à l’au­dience en appel qui s’est dérou­lée le 20 mai der­nier, les pla­ciers de Grenoble n’ont pas obtenu de répa­ra­tions finan­cières pour pré­ju­dice moral.

 

 

Une procédure en appel « brinquebalante » selon l’avocat des placiers

 

Des répa­ra­tions finan­cières, c’est tout ce que les pla­ciers pou­vaient attendre de cette deuxième audience. Car le quo­ti­dien régio­nal, accusé d’a­voir col­porté des pro­pos dif­fa­ma­toires à leur encontre, avait été relaxé en pre­mière ins­tance.

 

Or, dans le sys­tème judi­ciaire fran­çais, la par­tie civile n’a qu’une seule pos­si­bi­lité pour qu’un pro­cès soit rejugé au fond : que le pro­cu­reur géné­ral ou de la République décide de cas­ser le pre­mier juge­ment. Sans cette inter­ven­tion, la cour d’appel se borne à reprendre le dos­sier pour juger « les fautes civiles » éven­tuelles. Ce qui remet très rare­ment en ques­tion le juge­ment arrêté en pre­mière ins­tance.

 

Marché Saint Bruno © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Marché Saint-Bruno. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Regrettant cette « pro­cé­dure brin­que­ba­lante », inhé­rente au fonc­tion­ne­ment de la jus­tice fran­çaise, l’a­vo­cat Maître Boulloud a par ailleurs déploré l’at­ti­tude du pro­cu­reur géné­ral et du pro­cu­reur de la République « quelque peu irres­pec­tueuse à l’é­gard de ses clients ».

 

Les cour­riers adres­sés à ces deux hauts magis­trats, leur deman­dant d’user de leur pou­voir et de cas­ser le pre­mier juge­ment, sont en effet res­tés lettre morte. L’avocat de la par­tie civile voit dans ce refus de répondre un manque de consi­dé­ra­tion fort regret­table à l’é­gard des jus­ti­ciables et des avo­cats.

 

 

Une affaire qui laisse bien des questions en suspens…

 

Quant à Saléra Bénarbia, auteure de l’article incri­miné, elle avoue être sou­la­gée de se savoir blan­chie. Et n’a sur­tout pas envie de pas­ser pour une jour­na­liste oppor­tu­niste qui aurait voulu faire du buzz média­tique.

 

« Je n’ai jamais eu l’intention de nuire aux pla­ciers, tient-elle à pré­ci­ser. J’ai fait mon tra­vail de jour­na­liste du mieux que je pou­vais […]. Je suis par­tie d’un point de départ et j’ai tiré le fil […]. La cour a reconnu que l’ar­ticle était écrit de manière équi­li­brée […]. Et celle-ci d’ex­pri­mer un regret : « Il est un peu dom­mage que les pla­ciers n’aient pas voulu que je les ren­contre pour appor­ter leur témoi­gnage. »

 

Bernard Boulloud, avocat © Florent Mathieu - Place Gre'net

Bernard Boulloud, avo­cat. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Faut-il y voir les effets du devoir de réserve du fonc­tion­naire, qui n’in­ter­dit tou­te­fois pas aux pla­ciers de par­ler de leur métier dans la presse ? À moins que ces der­niers n’aient été expres­sé­ment empê­chés par la Ville de répondre aux ques­tions du Dauphiné libéré ?

 

Une chose est cer­taine, l’é­quipe muni­ci­pale a choisi la voie judi­ciaire en atta­quant Le Dauphiné libéré et le jour­nal de l’Union de quar­tier Saint Bruno-Europole-Berriat.

 

« Les pla­ciers se remet­tront de ce pro­cès, ils ont la conscience tran­quille, estime leur avo­cat. Il y a sans doute eu des magouilles par le passé, mais eux n’ont rien à se repro­cher. Ils sont allés en jus­tice, en sachant qu’à tout moment le pro­cu­reur pou­vait lan­cer une enquête de police. »

 

Autre béné­fice que les pla­ciers devraient tirer de cette affaire, ajoute leur avo­cat : être débar­ras­sés des médias pen­dant un bon moment. « Si jamais ça se repro­duit, on ne lâchera pas », lance Maître Boulloud comme une mise en garde.

 

Séverine Cattiaux 

 

RETOUR SUR L’ARTICLE DU DL QUI A MIS LE FEU AUX POUDRES…

 

À l’origine de l’affaire oppo­sant les pla­ciers au Dauphiné libéré ? Un article de la jour­na­liste Saléra Benarbia, sorti en avril 2017.  Où plu­sieurs témoins font état de pra­tiques dou­teuses com­mises par des pla­ciers de la Ville de Grenoble.

 

Sur un marché à Grenoble, un vendeur paye son droit de place au placier. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Sur un mar­ché à Grenoble, un ven­deur paye son droit de place au pla­cier. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Ces pla­ciers auraient béné­fi­cié de lar­gesses et de pour­boires de la part de com­mer­çants sur les mar­chés, à en croire des témoins cités dans l’article.

 

Des pla­ciers, fonc­tion­naires de la Ville de Grenoble, auraient ainsi pro­fité de leurs pré­ro­ga­tives pour s’en mettre plein les poches, apprend-on dans l’ar­ticle.

 

Les pla­ciers du ser­vice de la Ville de Grenoble ont tou­jours farou­che­ment démenti ces accu­sa­tions de cor­rup­tion. Et ont voulu por­ter l’affaire en jus­tice, après que la Ville de Grenoble ait renoncé à dépo­ser plainte contre Le Dauphiné libéré.

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
3486 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Faire un pro­cès pour ça ?

    sep article