Extension du plan d’intervention pour les centrales nucléaires : cent communes iséroises concernées

sep article



FIL INFO — Le gouvernement a adopté une extension du Plan particulier d’intervention (PPI) autour des centrales nucléaires de France. Avec, à la clé, courrier de sensibilisation et retrait de comprimés d’iode pour les habitants résidant dans un rayon de 20 kilomètres autour d’une centrale. En Isère, cent communes sont concernées, dont Vienne et Bourgoin-Jallieu.

 

 

« Organiser au mieux la réponse des pou­voirs publics ainsi que sen­si­bi­li­ser et pré­pa­rer la popu­la­tion à réagir en cas d’alerte nucléaire » : tel est l’ob­jec­tif fixé par le gou­ver­ne­ment, qui vient d’é­tendre le rayon du Plan par­ti­cu­lier d’intervention (PPI) pour les popu­la­tions à proxi­mité des cen­trales. En pas­sant de 10 kilo­mètres à 20 kilo­mètres autour des sites nucléaires, le PPI concerne désor­mais 2,2 mil­lions de per­sonnes sur le ter­ri­toire fran­çais.

 

Centrale nucléaire du Bugey. DR

Centrale nucléaire du Bugey. DR

 

Des mil­lions de Français qui, depuis le 3 juin, reçoivent dans leur boîte à lettres un cour­rier leur annon­çant l’ex­ten­sion du rayon d’ac­tion du PPI, ainsi que la dis­tri­bu­tion de com­pri­més d’iode qui se dérou­lera à la ren­trée 2019. Au mois de sep­tembre, un second cour­rier sera ainsi adressé aux per­sonnes et aux éta­blis­se­ments, conte­nant un bon de retrait de com­pri­més d’iode dans les phar­ma­cies par­ti­ci­pantes.

 

 

Cent communes iséroises concernées, dont Vienne et Bourgoin-Jallieu

 

Le but ? « Développer une culture de la radio­pro­tec­tion chez les citoyens », et « sen­si­bi­li­ser les par­ti­cu­liers et les éta­blis­se­ments rece­vant du public à la néces­sité de reti­rer les com­pri­més d’iode en phar­ma­cie » afin de favo­ri­ser un fort taux de retrait, explique l’Autorité de sûreté du nucléaire (ASN). Une grande cam­pagne de sen­si­bi­li­sa­tion relayée au niveau local par les pré­fec­tures, les Agences régio­nales de santé, mais aussi les élus ou les pro­fes­sion­nels médi­caux.

 

La centrale nucléaire de Saint Alban. DR

La cen­trale nucléaire de Saint Alban. DR

 

Le dépar­te­ment de l’Isère est par­ti­cu­liè­re­ment concerné par cette modi­fi­ca­tion du PPI. Pas moins de 55 com­munes isé­roises se situent en effet dans le rayon de 20 kilo­mètres autour de la cen­trale du Bugey, fré­quem­ment mon­trée du doigt par les élus éco­lo­gistes de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Parmi les­quelles les villes de Bourgoin-Jallieu (27 500 habi­tants), Villefontaine (19 000 habi­tants) ou L’Isle-d’Abeau (16 300 habi­tants).

 

La cen­trale nucléaire de Saint-Alban n’est pas en reste, avec un PPI qui concerne pas moins de 45 autres com­munes isé­roises, parmi les­quelles les 29 200 habi­tants de Vienne. Sans oublier Le-Péage-du-Roussillon (6 600 habi­tants), Salaise-sur-Sanne (4 550 habi­tants) ou encore Chanas (2 500 habi­tants). À noter encore que, pour les deux cen­trales, 15 com­munes de l’Isère seraient éga­le­ment sujettes à une éva­cua­tion immé­diate en cas d’in­ci­dent.

 

FM

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2442 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.