Centrale nucléaire du Bugey : suite à un rapport, les élus écologistes de la Région Auvergne-Rhône-Alpes tirent la sonnette d’alarme

sep article



FIL INFO – Alors qu’une récente étude de l’Institut Biosphère de Genève décrit la centrale du Bugey (Ain) comme vieillissante et mal sécurisée, les élus écologistes de la Région Auvergne-Rhône-Alpes tirent la sonnette d’alarme. Et demandent, comme ils l’ont déjà fait par le passé, la fermeture d’une centrale qui pourrait exposer 5 millions de Français à des radiations en cas d’accident.

 

 

Une cen­trale nucléaire tech­no­lo­gi­que­ment et phy­si­que­ment vieillis­sante, avec des défauts de struc­ture de réac­teur et de sys­tèmes de sécu­rité non cor­ri­gés ? C’est ainsi qu’un rap­port (en anglais) de l’Institut Biosphère de Genève décrit la cen­trale du Bugey, située dans le dépar­te­ment de l’Ain. Un rap­port qui vise à modé­li­ser l’im­pact sur les popu­la­tions d’un acci­dent majeur dans plu­sieurs cen­trales, dont celle de la com­mune de Saint-Vulbas.

 

Les élu(e)s du groupe RCES de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. © RCES

Les élus du groupe RCES de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. © RCES

 

On l’aura com­pris : les scien­ti­fiques suisses ne sont pas très opti­mistes sur l’é­tat de la cen­trale ain­di­noise, ou sur les consé­quences d’un acci­dent. De quoi inquié­ter les élus d’op­po­si­tion du Rassemblement citoyen, éco­lo­giste et soli­daire (RCES) au Conseil régio­nal Auvergne-Rhône-Alpes. Des élus qui, s’ils ne se disent pas sur­pris, expliquent « [res­sen­tir] l’impérieuse néces­sité de faire connaître les résul­tats de cette étude au plus grand nombre ».

 

 

Cinq millions de Français seraient exposés en cas d’accident

 

« Le chiffre le plus élevé de per­sonnes poten­tiel­le­ment impac­tées par une conta­mi­na­tion d’ampleur est celui de la cen­trale du Bugey, la deuxième plus ancienne cen­trale de France », écrivent ainsi les conseillers régio­naux éco­lo­gistes. « Si un inci­dent sur­ve­nait, jus­qu’à 5 mil­lions de Français seraient expo­sés aux radia­tions », ajoutent-ils. Et même… 24 mil­lions sur l’en­semble de l’Europe sur des doses de radia­tions plus faibles, pré­cise l’é­tude.

 

Centrale nucléaire du Bugey. DR

Centrale nucléaire du Bugey. DR

 

« J’entends bien que nous n’avons pas tous les mêmes approches éner­gé­tiques, mais les chiffres sont là. Nul ne peut encore igno­rer que le Bugey pose une ques­tion de sécu­rité publique », estime Corinne Morel-Darleux. Déjà por­teuse d’un vœu deman­dant la fer­me­ture de la cen­trale du Bugey, la conseillère régio­nale et son groupe RCES comptent bien s’ap­puyer sur la récente étude pour main­te­nir la pres­sion sur les col­lec­ti­vi­tés.

 

En 2017, la cen­trale du Bugey avait déjà fait par­ler d’elle. Le 20 juin, un feu se décla­rait dans un bâti­ment situé à proxi­mité d’un réac­teur, suite à des tra­vaux de réfec­tion de la toi­ture. Un acci­dent classé zéro sur l’é­chelle de gra­vité de l’Autorité de sûreté du nucléaire. Suivi, à peine dix jours plus tard, d’une nou­velle acti­va­tion du plan d’ur­gence, cette fois due à une sur­pres­sion dans le cir­cuit de refroi­dis­se­ment de l’un des réac­teurs.

 

FM

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
5556 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Je ne par­tage pas : 38% du mix élec­trique alle­mand à base de char­bon est-ce une bonne nou­velle pour vous ?
    Je ne suis pas non plus un pro nucléaire, mais atten­tion à tirer des conclu­sions qui déguisent un lobby suisse qui toutes choses étant égal par ailleurs béné­fi­cie d’une mine d’or avec ses bar­rages hydrau­liques tur­bines pompes pour deve­nir la réserve du sto­ckage ENR euro­péen, ils ont donc tout inté­rêt de faire tour­ner leurs bar­rages pour gérer l’intermittence de l’eolien Allemand. En clair les suisse stockent quand l’éolien alle­mand n’est pas consommé par pro­duc­tion par excès grâce aux bar­rages, et revendent au « bon moment » en fai­sant tur­bi­ner aux alle­mands pour absor­ber la pointe de consommation…une machine à cash…

    Enfin rap­pe­lons sim­ple­ment que la plus vieille cen­trale nucléaire est monde est…suisse.

    sep article
  2. Et pen­dant ce temps-là, en Allemagne, les éner­gies renou­ve­lables ont dépassé le char­bon en 2018, avec plus de 40% (!) et une pro­gres­sion de plus de 4% en un an :

    https://www.connaissancedesenergies.org/allemagne-un-mix-electrique-plus-renouvelable-que-charbonne-en-2018 – 190107

    Ce n’est pas encore par­fait, mais le choix stra­té­gique fait par les Allemands de se pas­ser de nucléaire suite à l’ac­ci­dent de Fukushima a per­mis de don­ner une forte impul­sion en faveur des éner­gies renou­ve­lables et tout ceci à prix HT maî­trisé ! Pendant ce temps, nous, on traîne nos vieilles cen­trales comme un bou­let ! Le choix des Allemands sera payant à terme !

    sep article