Grenoble rejoint le réseau des Villes amies des enfants de l’Unicef

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO — Grenoble compte désormais parmi le réseau des villes amies des enfants de l’Unicef. Un titre qui vient saluer, juge la première adjointe Élisa Martin, les politiques menées par la municipalité grenobloise en faveur de l’éducation, du développement et des droits des enfants.

 

 

Ce n’est pas un label, mais un « titre », insiste la pre­mière adjointe de Grenoble Élisa Martin : depuis la fin du mois de mai, la capi­tale des Alpes est recon­nue « Ville amie des enfants » par l’Unicef. Elle appa­raît ainsi comme la der­nière grande ville de la région Auvergne-Rhône-Alpes à obte­nir ce titre, après Lyon, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand ou encore Valence. Et la deuxième com­mune isé­roise, Saint-Marcellin étant membre du réseau depuis 2004.

 

Grenoble est désormais Ville amie des enfants. © Lisa Dulac - Place Gre'net

Grenoble est désor­mais Ville amie des enfants. © Lisa Dulac – Place Gre’net

 

Ce titre, Élisa Martin explique l’a­voir bri­gué dès 2014. « En début de man­dat, j’ai ren­con­tré les repré­sen­tants locaux de l’Unicef et je leur ai pro­posé de prendre du temps », explique l’ad­jointe en charge, entre autres, de l’Enfance et la Petite enfance. Prendre du temps ? « Nous vou­lions don­ner [à ce titre, ndlr] le plus d’é­pais­seur, de réa­lité, de contenu, parce que nous pre­nons l’Unicef très au sérieux ! », ajoute encore l’é­lue.

 

 

Une reconnaissance des actions menées, juge la Ville

 

Au final, juge Élisa Martin, la dis­tinc­tion Ville amie des enfants vient saluer les actions menées par la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise. Et celle-ci de citer des ini­tia­tives prises concer­nant tous les âges, depuis la pos­si­bi­lité de voter dès 16 ans dans le cadre du Budget par­ti­ci­pa­tif à l’ins­tau­ra­tion d’une bourse d’é­tudes pour per­mettre l’ac­cès au Conservatoire. Sans oublier, ajoute-t-elle, le tra­vail mené sur l’ac­cès aux acti­vi­tés phy­siques, ou la « pro­mo­tion de l’é­ga­lité et la fra­ter­nité ».

 

Inauguration de l'école Simone-Lagrange de Grenoble © Ville de Grenoble

Inauguration de l’é­cole Simone-Lagrange de Grenoble. © Ville de Grenoble

 

L’adjointe ne manque pas de mettre éga­le­ment en avant les plans crèches et écoles adop­tés par la Ville de Grenoble. Deux plans qu’elle décrit comme des « fon­da­men­taux » : « C’est tout un tra­vail patri­mo­nial que l’on a dû mener, rap­pelle Élisa Martin. Car com­ment se dire ville édu­ca­trice si nous ne sommes même pas en mesure d’ac­cueillir cor­rec­te­ment les enfants à l’é­cole ? » Le mon­tant des inves­tis­se­ments ? Plus de 65 mil­lions d’eu­ros.

 

 

L’inscription dans un réseau pour mener des combats communs ?

 

Mais que repré­sente au final le titre Ville amie des enfants ? « Nous allions cher­cher du par­te­na­riat et de l’ex­pé­rience », répond l’é­lue. Pas de gra­ti­fi­ca­tion finan­cière à la clé, mais l’ins­crip­tion dans un réseau déjà bien fourni, qui peut s’a­vé­rer pro­pice à la coopé­ra­tion sur des sujets en lien avec l’é­du­ca­tion ou encore les droits des enfants.

 

Élisa Martin © Florent Mathieu - Place Gre'net

Élisa Martin © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Quitte à mener, évoque encore Élisa Martin, des com­bats com­muns. Par exemple ? « La non-prise en compte des mineurs étran­gers dans ce pays. Ou le fait de mettre des enfants en centre de réten­tion, comme c’est le cas aujourd’­hui, et qui cor­res­pond à un non-res­pect du droit des enfants », estime l’ad­jointe gre­no­bloise. En ima­gi­nant une « coor­di­na­tion » des villes du réseau autour de ces sujets.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1239 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Je trouve très bien de s’en­ga­ger per­son­nel­le­ment et col­lec­ti­ve­ment dans des asso­cia­tions
    huma­ni­taires et de rejoindre les villes amies des enfants de l’UNICEF.
    En même temps, ne serait-il pas indis­pen­sable que la mai­rie puisse s’en­ga­ger
    à mettre en mou­ve­ment ‚des actions qui puissent appor­ter des réponses pra­tiques
    aux habi­tants trau­ma­ti­sés des quar­tiers gre­no­blois ?
    https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/06/06/grenoble-au-village-olympique-les-voitures-et-les-habitants-s-embrasent

    sep article