Règlement local de la publicité : la Métro sous le feu des critiques des publicitaires… et de Paysages de France

sep article



FOCUS – Un pas de plus vers la réduction du nombre de panneaux publicitaires sur tout le territoire de la métropole grenobloise. Le conseil métropolitain a en effet arrêté, ce vendredi 24 mai, son projet de règlement local de publicité intercommunal. Un projet lancé en juillet 2018, aujourd’hui adopté malgré les vives critiques qu’il a pu connaître depuis près d’un an. Il doit désormais être soumis à la consultation, puis franchir l’étape d’une enquête publique à l’automne. Avant que le texte définitif ne soit approuvé, en février 2020.

 

 

Christophe Ferrari et Yannick Ollivier © Florent Mathieu - Place Gre'net

Christophe Ferrari et Yannick Ollivier, vice-pré­sident délé­gué à l’a­mé­na­ge­ment du ter­ri­toire. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Aucune oppo­si­tion et seule­ment deux abs­ten­tions. « Le RLPI (règle­ment local de publi­cité inter­com­mu­nal) est adopté sans oppo­si­tion », a d’ailleurs lancé, l’air sur­pris, Christophe Ferrari, le pré­sident de la Métropole, juste après le vote en conseil métro­po­li­tain, ce ven­dredi 24 mai.

 

Le résul­tat a éga­le­ment dû éton­ner Yannik Ollivier, vice-pré­sident délé­gué à l’a­mé­na­ge­ment du ter­ri­toire et rap­por­teur du pro­jet. Il confiait à l’as­sis­tance, un peu plus tôt au cours de la séance : « Je n’ose pas espé­rer l’u­na­ni­mité mais, si c’é­tait le cas, cela ferait gagner pas mal de temps à nos ser­vices ».

 

Une remarque qui n’a pas man­qué de déclen­cher l’hi­la­rité dans hémi­cycle. Après quoi le pré­sident du conseil a immé­dia­te­ment sou­li­gné : « Cela n’est en aucun cas un argu­ment ». Mais peut-être la ques­tion du gain de temps a‑t-elle aidé les élus à prendre une déci­sion. En cas d’op­po­si­tion au pro­jet, un deuxième débat aurait en effet dû être orga­nisé.

 

 

L’approbation définitive prévue pour février 2020

 

L’étape du vote par le conseil métro­po­li­tain étant pas­sée, le par­cours est désor­mais tout tracé. De juin à août, une période de consul­ta­tion des per­sonnes publiques asso­ciées (asso­cia­tions, col­lec­ti­vi­tés, SMTC…) per­met­tra de peau­fi­ner le texte. Viendra ensuite le temps de l’enquête publique à l’au­tomne. Avant l’ap­pro­ba­tion défi­ni­tive du RLPI, en février 2020.

 

La publicité, coupable de gâcher le paysage ? Jules Peyron - Place Gre'net

La publi­cité, cou­pable de gâcher le pay­sage ? Jules Peyron – Place Gre’net

Mais le RLPI c’est quoi exac­te­ment ? Un texte qui régit l’implantation et le for­mat des pan­neaux publi­ci­taires et enseignes dans la métro­pole. Le texte, pré­senté ce 24 mai par Yannik Ollivier, suit six orien­ta­tions défi­nies au cours de huit mois de concer­ta­tion, suite au lan­ce­ment du pro­jet par Grenoble-Alpes Métropole le 6 juillet 2018. Premier de ces objec­tifs : la « pré­ser­va­tion des iden­ti­tés pay­sa­gères de la Métropole ».

 

 

500 panneaux publicitaires en moins dans la métropole

 

Pour ce faire, Grenoble-Alpes métro­pole a opté pour l’in­ter­dic­tion pure et simple des pan­neaux publi­ci­taires dont la taille excé­de­rait 4 m2. Soit les pan­neaux de 8 m2 et 12 m2, ce qui repré­sente envi­ron 500 ins­tal­la­tions sur le ter­ri­toire métro­po­li­tain.

 

L'avenue Gabriel Péri à Saint-Martin d'Hères, exemple d'axe particulièrement fourni en affichage publicitaire. © Jules Peyron - Place Gre'net

L’avenue Gabriel-Péri à Saint-Martin-d’Hères, exemple d’axe par­ti­cu­liè­re­ment fourni en affi­chage publi­ci­taire. © Jules Peyron – Place Gre’net

Le texte régule aussi l’implantation de dis­po­si­tifs publi­ci­taires numé­riques « qui n’é­tait pas régle­men­tée », sou­ligne le conseiller métro­po­li­tain Philippe Cardin.

 

Ces dis­po­si­tifs seront ainsi limi­tés à un for­mat de 2 m2 et sur les seuls abris-voya­geurs. Des limites essen­tielles, selon Philippe Cardin : « Il y avait un vide et ce règle­ment vient don­ner un cadre à cet affi­chage. »

 

Des res­tric­tions qui vont dans le bon sens ? Loin de là, à en croire Paysages de France. Depuis le début de la concer­ta­tion sur le RLPI en sep­tembre 2018, l’as­so­cia­tion s’est mon­trée par­ti­cu­liè­re­ment cri­tique envers le pro­jet.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
2712 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. quand il faut plom­ber l’é­co­no­mie locale, on peut tou­jours comp­ter sur les élus locaux, sur­tout sur M Piolle ou M Ferrari

    sep article
  2. Grenoble est de base tel­le­ment hideuse que les pan­neaux publi­ci­taires ne font que l’embellir. On devrait en ins­tal­ler encore plus.

    sep article