Publicité : le ton monte entre la Métropole de Grenoble et Paysages de France

sep article



FIL INFO – Alors que les réunions se poursuivent en vue de faire adopter le futur règlement local de la publicité intercommunal sur le territoire de la Métropole de Grenoble, Paysages de France (re)monte au créneau. L’association dénonce des propositions archaïques et le poids du lobby des afficheurs. Des accusations contre lesquelles la Métro s’inscrit en faux.

 

 

La Métropole de Grenoble travaille à l'élaboration d'un règlement local de publicité intercommunal. Demain, moins de panneaux ? © Patricia Cerinsek

La Métropole de Grenoble tra­vaille à l’é­la­bo­ra­tion d’un règle­ment local de publi­cité inter­com­mu­nal. © Patricia Cerinsek

Le ton monte entre Paysages de France et la Métropole de Grenoble. Alors que la col­lec­ti­vité tra­vaille à mettre au point son futur règle­ment local de la publi­cité inter­com­mu­nal (RLPI), l’as­so­cia­tion vient une nou­velle fois jouer les trouble-fêtes.

 

Paysages de France n’hé­site pas à par­ler de « scan­dale envi­ron­ne­men­tal ». Et accuse la Métropole de se lais­ser mener par le bout du nez par le lobby des affi­cheurs.

 

L’association avait déjà pris les devants en novembre der­nier. Avec ce nou­veau règle­ment dont l’é­la­bo­ra­tion est confiée au cabi­net Even Conseil, elle disait craindre une occu­pa­tion mas­sive des voies publiques et une aggra­va­tion des dis­pa­ri­tés entre quar­tiers.

 

Après plu­sieurs mois de réunions et de concer­ta­tion, Paysages de France* enfonce le clou. « Le sen­ti­ment est que rien ne bouge, autre­ment dit que les orien­ta­tions et la “phi­lo­so­phie” pré­sen­tées aujourd’­hui sont très exac­te­ment les mêmes que celles pré­sen­tées à l’o­ri­gine », assène Paysages de France dans un com­mu­ni­qué.

 

 

La publicité numérique autorisée dans les zones d’activité ?

 

Pour l’as­so­cia­tion, la poli­tique de zonage qui se des­si­ne­rait se tra­dui­rait par un blanc-seing donné à la publi­cité dans les fau­bourgs et les quar­tiers dits modernes, où « tous les sup­ports de publi­cité seraient auto­ri­sés ». À l’ex­cep­tion tou­te­fois des « dis­po­si­tifs lumi­neux numé­riques avec des for­mats res­treints ». La publi­cité numé­rique, elle, serait auto­ri­sée dans les zones d’ac­ti­vité, moyen­nant un contrôle des for­mats.

 

La Métropole de Grenoble travaille à l'élaboration d'un règlement local de publicité intercommunal. Demain, moins de panneaux ? © Patricia Cerinsek

© Patricia Cerinsek

 

« Alors que tout devrait être fait pour en finir avec « l’abomi­na­tion » (Michel Serres), « l’hor­rible furon­cu­lose » (Philippe Val) qui carac­té­risent la plu­part des zones d’ac­ti­vi­tés “à la fran­çaise” et alors que l’une des prio­ri­tés est de tour­ner la page de pra­tiques archaïques en réha­bi­li­tant, en ver­dis­sant et en dépol­luant ces sec­teurs, le pro­jet concocté avec les « conseils » du cabi­net Even envi­sage au contraire de confor­ter cette situa­tion, autre­ment dit de char­ger la barque là où c’est le plus “moche” », tance l’as­so­cia­tion.

 

 

« Aucune décision n’a été prise ! »

 

Et Paysages de France de prendre les devants. Car l’as­so­cia­tion craint que la publi­cité ne fasse irrup­tion sur les trot­toirs, « même là où elle est nor­ma­le­ment inter­dite par le code de l’en­vi­ron­ne­ment ».

 

Des asser­tions qui font bon­dir Yannick Ollivier, le vice-pré­sident à la Métro en charge du dos­sier. « C’est une série d’er­reurs et d’in­ter­pré­ta­tions fausses qui les amènent à s’en­fer­mer dans leur sec­ta­risme », a répondu l’élu sans entrer dans le détail de ces allé­ga­tions. « Il y a des pro­pos tota­le­ment erro­nés. Et, au demeu­rant, aucune déci­sion n’a été prise puis­qu’il ne s’a­git là que de sémi­naires et de consul­ta­tions. Rien n’est encore arrêté. »

 

PC

 

 

* L’association avait été conviée à une réunion en tant que per­sonne publique asso­ciée, le 27 mars der­nier.

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
5522 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. [modéré, pro­pos dif­fa­ma­toires] mal­grés les plaintes dépo­sées par divers pro­prie­taires de pan­neaux nous savons res­tés édu­qués et res­pec­tueux des lois contrai­re­ment a cer­taines per­sonnes de cette asso­cia­tion qui somme toute seront un jour ou l’autre répondre de leurs actes

    sep article
  2. Boutons hors de Grenoble la pub de la muni­ci­pa­lité Piolle par­tout sur leurs totems hideux, et celle de leurs alliés de la Métropole.

    sep article
    • Pierre Misère et son res­sen­ti­ment pri­maire. Bien évi­dem­ment, tou­jours aucun com­men­taire construc­tif.
      J’imagine sûre­ment que vous pré­fé­rez les sucettes Decaux sur les trot­toirs et les affiches 4×3 avec des pins-up à moi­tié à poil des­sus ou bien des gros SUV pour assou­vir votre viri­lité débor­dante.

      sep article
  3. Soutien total à Paysages de France ! Avec le RLP, la volonté de tout conci­lier ( envi­ron­ne­ment vs. liberté du com­merce) risque d’a­bou­tir à davan­tage de publi­cité ! Je suis prêt à prendre le pari que les com­munes péri­phé­riques vont se cou­vrir de publi­ci­tés de toutes sortes. Sauf chez les bobos de Championnet !

    sep article