Bientôt la fin des panneaux publicitaires de plus de 4 mètres carrés dans la Métropole de Grenoble

sep article



EN BREF – Finies les enseignes de 12 m2 (les  fameuses 4 X 3) mais aussi de 8 m2 dans l’agglomération grenobloise ? La Métropole entend en effet faire le ménage et limiter l’affichage publicitaire à un format de 4 m2. Si le futur règlement local de publicité intercommunal est adopté, plus de cinq cents enseignes grand format passeront à la trappe. La Métro estime ainsi faire un bon compromis sans marcher dans les pas de la Ville de Grenoble, qui avait en 2014 banni les panneaux publicitaires Decaux de l’espace public.

 

 

En 2020, la Métropole de Grenoble entend limiter les panneaux publicitaires à un format de 4 mètres carrés maximum et resteindre l'emprise du numérique.La Métropole de Grenoble travaille à l'élaboration d'un règlement local de publicité intercommunal. Demain, moins de panneaux ? © Patricia Cerinsek

Demain, moins de pan­neaux publi­ci­taires ? © Patricia Cerinsek

En 2020, la Métropole de Grenoble ne devrait plus voir fleu­rir sur son espace public un seul pan­neau publi­ci­taire de plus de 4 m2. Si les conseillers métro­po­li­tains adoptent le futur règle­ment local de publi­cité inter­com­mu­nal le 24 mai pro­chain, les 516 enseignes de 12 et 8 m2 qui fleu­rissent actuel­le­ment sur 48 des 49 com­munes de la Métro pas­se­ront ainsi à la trappe. Soit près de 20 % de l’en­semble des publi­ci­tés.

 

Les règle­ments locaux de publi­cité doivent en effet se mettre en confor­mité avec la loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010 d’ici juillet 2020. Sur le ter­ri­toire, cette mise à jour concerne toutes les com­munes, sauf Fontaine dont le règle­ment actuel, pos­té­rieur à 2010, reste en vigueur.

 

L’objectif est donc d’har­mo­ni­ser les règles sur les 48 com­munes mais aussi faire mieux que la régle­men­ta­tion natio­nale. « On a la pré­ten­tion que ce soit plus ver­tueux », résu­mait ainsi Yannick Ollivier, le vice-pré­sident à la Métro délé­gué à l’aménagement du ter­ri­toire, à Place Gre’net en jan­vier der­nier.

 

 

Les publicités numériques limitées à 2 m2 et sur les seuls abris-voyageurs

 

Une pre­mière étape s’a­chève donc. Celle de la concer­ta­tion entre élus et ser­vices tech­niques, aux­quels ont été par­fois asso­ciés, non sans regard par­ti­cu­liè­re­ment cri­tique, des asso­cia­tions comme Paysages de France.

 

Résultat : plu­sieurs mesures régle­men­taires vont être prises. La limi­ta­tion de la taille des grandes enseignes, mais aussi la limi­ta­tion des dis­po­si­tifs publi­ci­taires numé­riques à un for­mat maxi­mal de 2 m2 et sur les seuls abris-voya­geurs. Dans les zones d’ac­ti­vité, ces enseignes numé­riques seront par ailleurs limi­tées à 1 m2.

 

En 2020, la Métropole de Grenoble entend limiter les panneaux publicitaires à un format de 4 mètres carrés maximum et resteindre l'emprise du numérique.La Métropole de Grenoble travaille à l'élaboration d'un règlement local de publicité intercommunal. Demain, moins de panneaux ? © Patricia Cerinsek

© Patricia Cerinsek

 

Autre enga­ge­ment : la den­sité des publi­ci­tés sera limi­tée le long de cer­tains axes de cir­cu­la­tion. Dans les cœurs de ville et sec­teurs tou­ris­tiques, ces enseignes devront faire l’ob­jet d’un trai­te­ment adapté, avec notam­ment des « lettres décou­pées ». Là aussi, leur nombre devrait être limité.

 

Dans les espaces consi­dé­rés comme plus sen­sibles, à savoir essen­tiel­le­ment autour des éta­blis­se­ments sco­laires, les enseignes seront limi­tées au mobi­lier urbain. Publicités qui par­tout, sauf dans les zones d’ac­ti­vi­tés, seront inter­dites sur les toi­tures ou en ter­rasse.

 

 

Extinction des feux de 23 heures à 7 heures du matin

 

Enfin, les enseignes devront être éteintes de 23 heures à 7 heures du matin. Mais des déro­ga­tions seront pos­sibles pour ceux exer­çant une acti­vité sur ce cré­neau horaire.

 

« Jusqu’à pré­sent, la régle­men­ta­tion concer­nant la publi­cité était assez maigre : sur les 49 com­munes de notre ter­ri­toire, seule la com­mune de Fontaine pos­sé­dait un règle­ment conforme », sou­ligne le pré­sident de la Métro Christophe Ferrari dans un com­mu­ni­qué. « Il en résulte des choses qui détonnent et déparent, de grands pan­neaux publi­ci­taires qui dépré­cient les hori­zons remar­quables de nos pay­sages alpins, l’architecture de nos rues et de nos bâti­ments. »

 

Un bon com­pro­mis, comme le sou­ligne Yannik Ollivier ?

 

Christophe Ferrari et Yannick Ollivier © Florent Mathieu - Place Gre'net

Christophe Ferrari et Yannik Ollivier © Florent Mathieu – Place Gre’net

La Métropole n’a pas suivi la voie tra­cée par la Ville de Grenoble. Sitôt élu, le maire éco­lo­giste Eric Piolle avait en effet appli­qué sa pro­messe de cam­pagne et mis un terme au contrat avec Decaux. Ce fai­sant, il avait dégagé de l’es­pace public 326 pan­neaux publi­ci­taires mais avait aussi dû renon­cer à plu­sieurs cen­taines de mil­liers d’euros de recettes de rede­vances par an.

 

Un pas que la Métro n’a mani­fes­te­ment pas consenti à fran­chir. Pas plus que le syn­di­cat mixte des trans­ports en com­mun (SMTC). Le SMTC a, en février der­nier, recon­duit son contrat avec Decaux sur ses abris voya­geurs.

 

Reste à faire adop­ter ce nou­veau règle­ment inter­com­mu­nal. Après le vote le 24 mai, le pro­jet de règle­ment sera sou­mis pen­dant trois mois à la consul­ta­tion des per­sonnes publiques asso­ciées. Dont Paysages de France, bien connue pour son regard acéré sur la ques­tion mais aussi ses pro­cé­dures devant les tri­bu­naux. Après quoi, une enquête publique sera ouverte cet automne. Objectif : adop­ter le règle­ment dès février pro­chain.

 

Patricia Cerinsek

 

commentez lire les commentaires
5046 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Ping : Bientôt la fin des panneaux publicitaires de plus de 4 mètres carrés dans la Métropole de Grenoble | L'Agence veille pour vous

  2. Ping : « C'est une décision politique d'avoir de la pub » - Entretien avec Eric Piolle | LVSL

  3. Bon débar­ras, une pol­lu­tion de moins, merci Grenelle 2.

    sep article
  4. Et ben dis donc !
    en 4 ans ce que les gre­no­blois retiennent :
    Enlever les pan­neaux publi­ci­taires sur les abri bus.
    enle­ver les camé­ras de sécu­rité en ville, pour le coup [modéré : pro­pos inju­rieux] sachez que les habi­tants se sentent vrai­ment en insé­cu­rité à cause de vos conne­ries.
    rendre gra­tuit les biblio­thèques.

    Foutre le bor­del au centre-ville avec des cir­cu­la­tion dans tous les sens.
    Passer le cours Jean-Jaurès sur une voix, génial comme ça les auto­mo­bi­listes passent 4 fois plus de temps à pol­luer au même endroit.
    Et après vous dites que vous êtes écolo, les gens atten­daient un pro­gramme, pas des gens sans [modéré : pro­pos inju­rieux], et vous espé­rez vous faire réélire [modéré : pro­pos dif­fa­ma­toires]
    Vous êtes des inca­pables au ser­vice de votre nom­bril, vous feriez mieux de vous bou­ger pour déve­lop­per l’é­co­no­mie et peut-être un peu l’é­co­lo­gie, men­teur que vous êtes… à bonne enten­deur😘

    sep article
  5. Quand il faut plom­ber l’économie locale, on peut tou­jours comp­ter sur la gauche ( C Ferrari et ses copains verts-rouges).

    sep article