La chasse autorisée l’été : en Haute-Savoie, la grogne monte après deux accidents mortels

sep article

Creative Mobilities Mou

FIL INFO – L’été dernier, le préfet de l’Isère a autorisé la chasse aux sangliers et aux cerfs Sika. En Haute-Savoie, la mesure, à l’encontre des sangliers et chevreuils, doit être reconduite dès le 1er juin. Mais la grogne monte après deux accidents qui ont frappé des sportifs ces trois dernières années. Une pétition a, en quinze jours, recueilli plus de 80 000 signatures.

 

 

Ouverture de la chasse dimanche. Le vendredi reste le seul jour non chassé en Isère mais la réflexion avance… doucement.

L’été dernier, le préfet de l’Isère a autorisé la chasse l’été. En Haute-Savoie, la mesure doit être reconduite au 1er juin. Mais la grogne monte après deux accidents. DR

Sur la toile, l’alerte a fait mouche. En quinze jours, la pétition contre le projet d’arrêté préfectoral autorisant de tirer cet été sangliers et chevreuils de Haute-Savoie a recueilli plus de 83 000 signatures.

 

Objectif ? Faire d’une pierre deux coups. À savoir, enrayer les dégâts des sangliers dans les cultures et des chevreuils dans les forêts exploitées, mais aussi… répondre à un but éducatif et pédagogique.

 

La chasse autorisée l’été en Haute-Savoie ? La mesure n’est pas nouvelle. Depuis dix ans, les tirs sont autorisés en pleine saison touristique, de manière parcimonieuse et dans un objectif bien encadré. Rebelote cet été ?

 

 

Après deux accidents de chasse, la mesure passe mal

 

L’arrêté préfectoral prévoit d’autoriser les tirs entre le 1er juin et le 7 septembre, mais sous certaines conditions. Ainsi, la chasse ne pourra se pratiquer qu’à des horaires particuliers. Soit du lever du jour jusqu’à 10 heures, puis après 19 heures jusqu’à la tombée de la nuit.

 

Il s’agira également d’une chasse à l’approche et à l’affût pour les chevreuils comme les sangliers. Pour ces derniers, elle ne sera possible qu’en cas de dégâts agricoles importants et après la validation d’une cellule de crise, composée notamment d’un lieutenant de louveterie, d’un représentant de la fédération départementale de chasse et des agriculteurs impactés.

 

Chien de chasse @ FDCI

@ FDCI

Rien de bien révolutionnaire ? Sauf qu’après deux accidents de chasse touchant des sportifs dans ce département, la mesure passe mal, auprès des associations de protection de la nature, des anti-chasse et du grand public. Et le ton monte sur la question du partage de l’espace.

 

L’arrêté préfectoral, lui, a été soumis à consultation publique. Laquelle vient de s’achever le 29 avril dernier. Avec quel potentiel impact ? L’été dernier, le département de l’Isère avait connu semblable procédure. Face aux dégâts occasionnés sur les cultures, la chasse aux sangliers et aux cerfs Sika avait été autorisée dès le 1er juillet, au nez et à la barbe du processus de consultation citoyen puisque 95 % des avis exprimés s’opposaient à cette mesure.

 

PC

 

commentez lire les commentaires
2276 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. c’est vraiment bete la savoie finira pas s’en rendre compte mais il sera trop tard j’ai annulé mes vacances en savoie j’y allais depuis 25 ans , mes amis idem, moins de touristes moins d’argent a force c’est toute une saison de foutue, les hotels gites et autres organismes de vacanciers feraient bie n d’y réfléchir car à long terme ,moins de touristes c’est moins d’argent donc certaines fermetures et licenciements des fois il faut voir plus loin que le bout de son nez

    sep article
  2. vous connaissez la blague de « pan le traileur »?
    c’est l’histoire d’un trialeur qui court dans la nature et pan le traileur!
    (marche avec VVTiste, randonneur etc…)

    sep article