Les entrepreneurs à vélo défendent la bordure de la piste Chronovélo, cours Lafontaine à Grenoble

sep article



EN BREF – La nouvelle bordure délimitant la piste Chronovélo sur le cours Lafontaine déchaîne les passions. Et les avis sont très clivants à son sujet. Alors que le collectif Le vélo qui marche crie au danger pour les deux roues, l’association des entrepreneurs à vélo, les « Boîtes à vélo », se félicite d’un aménagement qui protège tous les cyclistes, en particulier les plus jeunes, des chauffards.

 

 

Cours Lafontaine, la bordure "infranchissable" qui fait enrager le collectif Le Vélo qui marche, vendredi 5 avril 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Cours Lafontaine, la bor­dure « infran­chis­sable » fait enra­ger le col­lec­tif Le Vélo qui marche. Pour les entre­pre­neurs à vélo, au contraire, cette fron­tière est néces­saire et sou­hai­table. Les vélos cir­cu­le­ront bien­tôt sur la gauche de cette bor­dure, et les voi­tures sur la droite. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Elle est à peine en place et déchaîne déjà les pas­sions. Cette bor­dure de belle taille, maçon­née cours Lafontaine pour sépa­rer la voie de cir­cu­la­tion auto­mo­bile de la nou­velle piste cyclable dans le cadre du plan Chronovélo, fait ainsi l’ob­jet de vives cri­tiques de la part du col­lec­tif Le vélo qui marche.

 

Les mili­tants la jugent trop haute, déplorent qu’elle soit conti­nue, qu’elle frac­ture l’espace urbain et, par des­sus tout, lui reprochent d’être dan­ge­reuse pour les cyclistes qui emprun­te­ront cette piste Chronovélo. Car, estime le col­lec­tif, ceux-ci pour­raient à tout moment venir se fra­cas­ser des­sus, en cas de mau­vaise manœuvre.

 

 

« Un aménagement souhaitable et nécessaire »

 

Les entre­pre­neurs à vélo du col­lec­tif Boîtes à vélo s’inscrivent en faux et pour­fendent les argu­ments du Vélo qui marche. « L’expérience montre que [cet amé­na­ge­ment] est néces­saire, mar­tèlent les pro­fes­sion­nels à vélo, pour garan­tir aux cyclistes de ne pas être mis en dan­ger par les autres véhi­cules […]. Il est donc non seule­ment sou­hai­table mais néces­saire. »

 

David Bollini, plombier-électricien à vélo. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Un plom­bier élec­tri­cien à vélo, de l’as­so­cia­tion Boîtes à vélo de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ils se déclarent, par ailleurs, « très satis­faits que les tra­vaux de la Chronovélo cours Lafontaine avancent » et sont per­sua­dés que cette piste « appor­tera confort et sécu­rité, non seule­ment aux pro­fes­sion­nels, mais à tous les pra­ti­quants du vélo, quels que soient leur âge et leur usage ».

Quid des bor­dures dis­con­ti­nues de type zicla, solu­tion alter­na­tive que pro­meut le col­lec­tif Le vélo qui marche ?

 

Jérôme Cucarollo, le copré­sident des Boîtes à vélo, cofon­da­teur de la Scop Toutenvélo Grenoble, n’a pas l’air bien chaud à l’é­vo­ca­tion de cette idée. « Cela res­semble à peu près à ce qu’il y a sur les quais. Hélas, en fonc­tion de la période de la jour­née, c’est plus ou moins res­pecté… »

 

 

« Garantir la sécurité des enfants »

 

Régulièrement, les entre­pre­neurs à vélos sont en effet témoins d’automobilistes ou de livreurs pres­sés qui empiètent sur les pistes cyclables, « même sur des bor­dures quand elles sont faci­le­ment fran­chis­sables. C’est sys­té­ma­tique. Par exemple, on le constate sur la [piste] Chronovélo d’Agutte sem­bat », affirme Jérôme Cucarollo, par ailleurs ancien* porte-parole d’EELV Rhône-Alpes.

 

Tribune de Jérôme Cucarollo, suite à la manifestation du 5 décembre contre CVCM. Cet entrepreneur à vélo défend le recul du 4 roues dans les centres-villes.

Jérôme Cucarollo, cofon­da­teur de la Scop Toutenvélo Grenoble, et, par ailleurs, ancien porte-parole d’EELV Rhône-Alpes. DR

« Oui, idéa­le­ment, il fau­drait des amé­na­ge­ments les plus légers pos­sibles sur les pistes de vélo, approuve le copré­sident. La Fub [Fédération fran­çaise des usa­gers de la bicy­clette, ndlr] le dit aussi. Sauf que la réa­lité montre que seules les sépa­ra­tions garan­tissent vrai­ment que cha­cun reste dans son cou­loir », affirme le copré­sident des Boîtes à vélo.

 

 

Et d’a­jou­ter un der­nier point : « Ce type de bor­dure garan­tit aussi la sécu­rité des enfants et la séré­nité pour les parents.  Cela a été rap­pelé lors du débat de décembre der­nier par Yann Mongaburu [vice-pré­sident aux dépla­ce­ments de la Métropole de Grenoble, ndlr] : les parents sont sou­cieux que les enfants puissent faire du vélo sans ris­quer leur vie. »

 

 

Le collectif Le vélo qui marche cherche-t-il la petite bête ?

 

Quant à la hau­teur de la bor­dure de 15 cen­ti­mètres, les entre­pre­neurs à vélo concèdent qu”« [elle] pour­rait être plus basse côté piste cyclable ». Et Jérôme Cucarollo, copré­sident de l’as­so­cia­tion, de pré­ci­ser : « On aurait pu davan­tage la rabo­ter côté piste, notam­ment par rap­port à la hau­teur de la pédale des vélos ».

 

Réunion de concertation autour du plan Chronovélo, un membre de l'Association des boîtes à vélo de Grenoble, mardi 4 décembre 2018 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Réunion de concer­ta­tion autour du plan Chronovélo, Jérôme Cucarollo copré­sident de l’Association des boîtes à vélo de Grenoble, 4 décembre 2018. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Hormis cette réserve vite oubliée, l’association observe que « de nom­breux trot­toirs ou quais de bus sont au même niveau ou plus éle­vés, et ils ne semblent pas poser de pro­blème majeur de sécu­rité au quo­ti­dien ».

 

Jérôme Cucarollo ren­ché­rit : « C’est le même type de bor­dure que l’on ren­contre tous les jours. À ma connais­sance, prend-il soin de pré­ci­ser, il n’y a pas eu d’accident grave ».

 

« C’est de la petite polé­mique », bro­carde pour en finir Jérôme Cucarollo, cette his­toire lui parais­sant avoir pris beau­coup trop d’am­pleur. Le copré­sident soup­çonne au fond les mili­tants du col­lec­tif de cher­cher la petite bête : « À la base, Le Vélo qui marche ne vou­lait pas cette [piste] Chronovélo. Maintenant qu’elle est actée, ils s’en prennent à la bor­dure. On se demande bien après quoi ils en auront dans quelque temps… », ponc­tue-t-il.

 

Séverine Cattiaux 

 

 

* Précision ajou­tée samedi 13 avril 2019 à 21 h 45

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
7362 visites | 39 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 39
  1. et peut être pré­ci­ser des membres du Vélo Qui Marche :
    Pierre Belli-Riz,
    Guy Waltisperger,
    Bruno De Lescure,
    Jean-Pierre Gambotti,
    Certains ont eu par les asso de quar­tiers des avis contraires avec la majo­rité je crois.
    Monsieur De Lescure pour sa part adhère à « Grenoble Le Changement » (Service de Com. de Monsieur Carignon).
    En cher­chant des infos il est facile de com­prendre que 3 cm de + ou de – sur un muret consti­tue sur­tout un moyen de créer des affaires de par­tout sur tous les sujets – à mon avis.
    Si c’est vrai c’est « sale » car cela n’est que de la mani­pu­la­tion : créer des réseaux d’asso visant à pous­ser un can­di­dat / déni­grer d’autres (et ceux qui me lisent savent que je n’ai pas un amour fou pour notre actuel maire / une répu­gnance forte pour un de nos anciens maires vou­lant reve­nir). Le pro­fil des membres du Vélo Qui Marche rend com­pli­qué toute cri­tique du fait de leur enga­ge­ment ; il y a for­ce­ment doute sur la par­tia­lité.
    Place Gre Net:à quand une feuille : « on décrypte les forces en pré­sence » ?

    sep article
  2. Zut j’a­vais raté cet article !
    (sors le pop corn )

    sep article
  3. Pas éton­nant qu’ils soient si peu sur la photo, il n’y a que 2 per­sonnes dans la scop tou­ten­vélo d[e l’an­cien, ndlr] porte parole de EELV Rhône Alpes qui s’ex­prime ici au nom des « entre­pre­neurs ».
    http://www.scop.org/societe/tout-en-velo/

    sep article
  4. Vous devriez pré­ci­ser que Jérôme Cucarollo est membres de la majo­rité, affi­lié à EELV.
    Par ailleurs il n’a pas crée le concept TOUTENVELO. Il n’est que le ges­tion­naire de la fran­chise gre­no­bloise.…

    sep article
    • MB

      16/04/2019
      10:17

      Merci pour ces pré­ci­sions. Il est tou­te­fois déjà indi­qué dans l’ar­ticle que Jérôme Curacollo est l’an­cien porte-parole d’EELV Rhône-Alpes. Et il n’est pas écrit qu’il a inventé le concept de tou­ten­velo, sim­ple­ment qu’il est cofon­da­teur de la Scop Toutenvélo Grenoble.

      sep article
  5. Amusant ?! Chère Madame, vous vivez sur quelle pla­nète ? Là, vous par­lez d’innovations de Mme Hidalgo, autant détes­tée par les pari­siens que M Piolle par les gre­no­blois

    sep article
    • ren­dez-vous l’an­née pro­chaine …
      Ce qui vous déplait c’est qu’Anne Hidalgo et Eric Piolle sont contre le tout voi­ture. Comment faire bais­ser la pol­lu­tion à votre avis si le nombre de voi­tures en ville ne cesse d’aug­men­ter ?
      Vous savez crier, mais vous ne pro­po­sez jamais rien … c’est facile !

      sep article
      • Chère Madame,
        1. Je pense que je fais plus de km en vélo par semaine que vous durant toute l’an­née.
        2. Malgré ça (voir 1.), je ne tolé­re­rai pas que des illu­mi­nés d’ul­tra-gauche (M Piolle et sa bande) décident à ma place com­ment je dois me dépla­cer.
        3. Le nombre gran­dis­sant de voi­tures à Grenoble c’est la consé­quence directe de la poli­tique urba­nisme du PS/EELV/ADES, qui ont TOUT fait pour explo­ser la popu­la­tion de cette ville, mal­gré des contraintes géo­gra­phiques évi­dentes.
        4. L’acharnement anti-voi­ture est autant plus mal placé et ridi­cule que jamais on n’a eu des voi­tures si peu pol­luantes qu’au­jourd’­hui. Et dans 10 ans cette pol­lu­tion sera réduite au niveau du bruit de fond , sur­tout par rap­port à la pol­lu­tion géné­rée par les tra­vaux agri­coles. J’attends avec l’im­pa­tience votre cru­sade contre les agri­cul­teurs 🙂

        sep article
        • 4/ Des voi­tures moins pol­luantes mais de plus en plus nom­breuses, de plus en plus grosses, de plus en plus lourdes… Cela ne doit pas faire loin d’un statu quo, non ? D’autre part, rem­pla­cer 1 voi­ture « pol­luante » par 1 voi­ture « propre », ça donne quoi en matière d’oc­cu­pa­tion des sols ?

          L’espace publique n’est pas exten­sible. Une voi­ture occu­pera tou­jours 10 m² au sol à l’ar­rêt, davan­tage en cir­cu­la­tion. Il y aura tou­jours des per­sonnes à dépla­cer. Il faut arrê­ter l’é­qua­tion 1 dépla­ce­ment = 1 voi­ture et rai­son­ner en fonc­tion de l’ef­fi­ca­cité des modes de dépla­ce­ments par rap­port à la trame urbaine.

          sep article
  6. Clivant ? Le mot est faible !

    Les seules réus­sites d”#Eric Piolle et de son équipe à #Grenoble auront été de mon­ter les uti­li­sa­teurs du vélo contre les autres, de faire naître des situa­tions de conflits, de créer avec #Cvcm des embou­teillages en pleine ville tout en aggra­vant très for­te­ment ceux en péri­phé­ries et logi­que­ment de faire repar­tir à la hausse la pol­lu­tion au no2 (n’en déplaisent à ses amis qui embrouillent en sor­tant des sta­tis­tiques arran­gées et donc mani­pu­lées), en clair de pour­rir la vie des #Grenoblois au pro­fit d’une mino­rité de pri­vi­lé­giés !

    Pour ne par­ler que de ça car l’in­com­pé­tence et l’é­chec du « maire » de #Grenoble est patent.

    Vivement 2020 !

    sep article
  7. com­pa­rer ce qui se passe à Paris et à Grenoble c’est une blague
    À Grenoble c’est la ville des bobos qui ne pensent qu’à leur petit confort, des vélos qui se croient tout per­mis et qui ne res­pectent rien.
    Ils roulent sur les trot­toirs, ne res­pectent pas le code de la route
    C’est aussi la ville des conduc­teurs cré­ti­nos idem pour le code de la route, les limi­ta­tions de vitesse, on se gare n’im­porte où pour un paquet de clops
    Arrêtez vos grandes dis­cus­sions sté­riles,
    la police devrait juste pou­voir faire son bou­lot et la sécu­rité serait assu­rée

    sep article
    • eh non, ce n’est pas une blague ! savez-vous que Paris est divisé en arron­dis­se­ments ? Tous les arron­dis­se­ments n’ont pas la même poli­tique envers la réduc­tion du nombre de voi­tures, il faut croire qu’il y en a beau­coup que vous pour­riez trai­ter de « bobos » …

      sep article
  8. Amusant. Je viens de pas­ser une semaine à Paris. Il y a plein de tra­vaux comme à Grenoble et les ouvriers ins­tallent des bor­dures tout comme ici pour mar­quer les voies vélo. Elles n’ont pas l’air de poser pro­blème au contraire elles sont vécues comme meilleure pro­tec­tion contre les voi­tures. Le pro­blème sem­ble­rait plu­tôt être les trot­ti­nettes qui peuvent aller jusqu’a 25 ou 30 km/heure et veulent pas­ser pour les reines des 2 roues 😉

    sep article
  9. Ça c’est du com­men­taire ! Parler de JMB en disant « ce type » ce n’est ni rude, ni insul­tant, ni agres­sif ? 😉

    sep article
    • Madame, com­ment je dois appe­ler quel­qu’un que s’a­dresse sys­té­ma­ti­que­ment à son oppo­sant « Pierre misère » ?! C’est vrai­ment un sale type.

      sep article
  10. que c’est MOCHE, cette « auto­route vélo » et sa bor­dure. Après 2020 il fau­dra 1 – 2 années pour la future muni­ci­pa­lité pour RASER l’empreinte toxique que M Piolle et de sa bande essaient de lais­ser sur Grenoble. Mais ça sera fait et très vite et se sou­vien­dra de leur pas­sage comme d’un tableau de Jérôme Bosch

    sep article
  11. JK

    14/04/2019
    18:04

    Vraiment étonné que quelqu’un conti­nue de dis­cu­ter avec ce type (jmb) – rude, insul­tant, agres­sif. Il faut l’ignorer et c’est tout

    sep article
    • Ce type comme vous le nom­mez est le seul qui avance des chiffres, qui apporte des réfé­rences.

      Bref contrai­re­ment à la majo­rité des com­men­ta­teurs, il est fac­tuel , pré­cis et de plus vrai­ment uti­li­sa­teurs de la bicy­clette.

      Certains ne veulent pas voir qu’on a changé d’é­poque. Ils sou­haitent conti­nuer à sac­ca­ger la planète,à se dépla­cer en voi­ture mal­gré toutes les infor­ma­tions mon­trant que c’est un dan­ger pour la santé publique.
      Tant pis pour eux, la réa­lité va les rat­tra­per bien­tôt.

      sep article
    • Ne vous inquié­tez pas pour moi, je m’in­cruste dans les dis­cus­sions his­toire de don­ner un autre son de cloche que celui pro­pagé par les par­ti­sans du tout-auto­mo­bile et de mon­trer que tout le monde ne pense pas comme eux dans cette agglo­mé­ra­tion.
      Après, on peut faire l’au­truche et dire que tout va bien. Cela retarde davan­tage les déci­sions à prendre qui seront de plus en plus dif­fi­ciles à sup­por­ter. Et sur­tout, inévi­tables.

      sep article
  12. On n’en­tend ni cet « entre­pre­neur » porte parole de EELV Rhône-Alpes ni l’ADTC (JMB) s’in­di­gner contre le fait que Chronovélo n’a prévu aucun par­king à vélos pour les 2000 élèves du lycée Champollion. C’est bien la preuve que c’est pour du tra­fic de tran­sit. En plein centre ville. Super …

    sep article
    • Tiens, depuis quand je repré­sente l’ADTC dans mes com­men­taires effec­tués à titre per­son­nel ? Merci de véri­fier vos sources svp ! Une fois de plus, desin­tox est le roi de la fausse infor­ma­tion !

      Pour les par­kings vélos, de tête, tous les arceaux vélos exis­tants vont être repo­si­tion­nés côté lycée entre les arbres. Après, on peut effec­ti­ve­ment deman­der d’en rajou­ter des sup­plé­men­taires. Mais je doute que chaque lycéen ait une place vélo (c’est-à-dire 1000 arceaux). D’ailleurs, le but n’est abso­lu­ment pas de mettre chaque per­sonne sur un vélo.

      sep article
      • Notons que l’ADTC (JMB) confirme qu’il n’y aura pas d’ar­ceaux sup­plé­men­taires pour les lycéens et qu’ils en sont satis­faits. Bien que cela signi­fie que le tra­fic de tran­sit devant les portes de Champollion sera seule­ment du tran­sit.

        sep article
        • Tiens, vous ne savez pas lire ? J’ai écrit que je ne repré­sen­tais pas l’ADTC et que les pro­pos tenus étaient pure­ment per­son­nel. C’est quoi que vous ne com­pre­nez pas dans ce que j’ai écrit ? Changez votre pseudo !
          Pour les arceaux vélos, le plan men­tionne que l’en­semble des arceaux vont être repo­si­tion­nés. Je ne sais pas si d’autres vont être mis en plus. C’est juste être fac­tuel qu’é­crire cela. Si quel­qu’un sou­haite des arceaux sup­plé­men­taires, il suf­fit d’al­ler sur le site de la Métro pour en faire la demande ; pour l’a­voir fait, c’est très facile.
          Après, je ne com­prends pas où vous vou­lez en venir avec votre tra­fic de tran­sit. Je pas­sais régu­liè­re­ment sur cet axe avant les tra­vaux sans m’y arrê­ter pour aller au centre-ville et en reve­nir. Donc oui, je suis du tra­fic de tran­sit. Et alors ?

          sep article
          • Ben oui, les élèves de Champollion auront le tra­fic de tran­sit de mil­liers de vélos presque sur leurs pieds et, faute de par­king à vélos, ne pour­ront pas uti­li­ser la Chronovélo pour venir au lycée. Super … Qui sont les génies qui conçoivent des trucs pareils ?

            sep article
            • Pouvez-vous m’ex­pli­quer la dif­fé­rence entre le tra­fic de mil­liers de vélos et le tra­fic de mil­liers de véhi­cules moto­ri­sés, les deux tra­fics étant paral­lèles sur le cours Lafontaine ? J’ai beau­coup de mal à suivre où vous vou­lez véri­ta­ble­ment en venir ?
              Concernant le nombre insuf­fi­sant de places de par­king pour les élèves du lycée, s’il y a (j’ai dit que l’in­té­gra­lité des arceaux actuels serait repo­si­tionné sans savoir si de nou­veau le serait), poser un arceau n’est fran­che­ment pas com­pli­qué, peu coû­teux et rapide.
              Après la bor­dure, main­te­nant les places de sta­tion­ne­ment vélo pour les lycéens : vous êtes un adepte des tem­pêtes dans un dé à coudre. Ou c’est juste pour mon­trer vos talents de polé­miste ?

              sep article
              • Ah bon, vous pré­di­sez le double échec de CVCM et de Chronovélo ? Parce que sinon, une dif­fé­rence c’est que les voi­tures se comptent en cen­taines cours Lafontaine et que les vélos y sont pré­vus en mil­liers. Autre dif­fé­rence : les voi­tures sont d’a­bord du local tan­dis que les vélos seront majo­ri­tai­re­ment du tran­sit de tra­ver­sée du centre ville.
                Et je vous ras­sure, on avait déjà très bien com­pris que quelques pauvres arceaux pour 2000 élèves suf­fisent à satis­faire l’ADTC (JMB) et à prou­ver que Chronovélo est à des­ti­na­tion des lycéens. Prévoyez vous qu’ils garent leurs vélos en salles de classes ?

                sep article
                • Je vais me répé­ter une fois de plus mais ça en devient las­sant : mes pro­pos ici ne sont que le reflet de mes réflexions per­son­nelles qui n’en­gagent que moi. Je vous l’é­cris dans quelle langue pour que vous com­pre­niez ? Je vous demande donc gen­ti­ment d’ar­rê­ter cet amal­game entre l’ADTC et mes pro­pos.

                  Ensuite pour répondre à vos ques­tions, je ne pré­dis ni le suc­cès ni l’é­chec de l’o­pé­ra­tion CVCM et du réseau Chronovélo car je ne suis pas devin ni ne pos­sède de boule de cris­tal. Je pense que les deux devraient être une réus­site rapi­de­ment une fois les tra­vaux ter­mi­nés comme pour toutes les villes dans le monde qui ont réduit la place de l’au­to­mo­bile sur l’es­pace publique avec de telles opé­ra­tions. Je me demande pour­quoi cela ne fonc­tion­ne­rait pas dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise.
                  Concernant le nombre de véhi­cules moto­ri­sés et de cyclistes qui emprun­te­ront le cours Lafontaine, il est aujourd’­hui déli­cat de faire une esti­ma­tion. Toutefois, je pré­fère de loin avoir davan­tage de cyclistes que d’au­to­mo­bi­listes : c’est beau­coup plus effi­cace en terme de per­sonnes trans­por­tées sur une sur­face réduite, c’est moins de bruit, moins de pol­lu­tion et moins d’in­sé­cu­rité rou­tière (les pié­tons et cyclistes tués sur l’ag­glo­mé­ra­tion le sont par des véhi­cules moto­ri­sés).
                  La com­pa­rai­son entre tra­fic local pour les moto­ri­sés et tra­fic de tran­sit pour les bicy­clettes me laisse dubi­ta­tif. Si je résume, les auto­mo­bi­listes sont donc des per­sonnes du coin qui vont ache­ter dans les maga­sins du cours Lafontaine alors que les cyclistes sont des per­sonnes exté­rieures à Grenoble et qui vont ache­ter en grande sur­face en péri­phé­rie. C’est bien ça ? C’est un rai­son­ne­ment un peu capil­lo­tracté car tout tra­fic, quelle que soit sa nature, est de tran­sit entre le point de départ et le point d’ar­ri­vée.
                  Enfin, concer­nant les espaces de sta­tion­ne­ment pour les lycéens, je ne sais pas où vous avez vu qu’il fal­lait que l’en­semble des élèves viennent à bicy­clette. Ceci n’a aucun sens. Comme je l’ai écrit par ailleurs, je ne sais pas si des arceaux sup­plé­men­taires sont
                  aujourd’­hui pré­vus ; je sais seule­ment que les arceaux actuels seront remis inté­gra­le­ment. S’il n’y a pas assez d’ar­ceaux vélo ce dont je ne sau­rais dire aujourd’­hui, il est très simple d’en faire la demande à la Métro via leur site inter­net. Le fro­ma­ger chez qui je vais a eu ses 3 arceaux (6 clients cyclistes) en moins de 3 semaines devant sa devan­ture. En tout cas, c’est tou­chant toute cette sol­li­ci­tude à l’é­gard des élèves qui vien­draient à vélo au lycée : bravo !

                  sep article
  13. Dans cette logique les boîtes à vélo ne sou­haitent donc pas un accès direct à chaque com­merce et habi­ta­tion, c’est éton­nant. La bor­dure obli­gera un contour­ne­ment et l’u­sage de la voie mixte pour atteindre les espaces de livrai­son. Rien de ce type n’é­tant prévu le long de la Chronovélo seul le tran­sit est mis en avant. J’espère que les sta­tion­ne­ments vélo seront bien nive­ler à la même hau­teur que la Chronovélo et que la métro mette enfin un terme au sta­tion­ne­ment sur trot­toir ali­men­tant une confu­sion sur une pos­sible place des vélos sur les trot­toirs pié­tons.

    sep article
  14. Cher JMB
    Je n’ap­pre­cie pas le mot que vous utu­li­sez pour dési­gner les auto­mo­bi­listent
    Deuxiemement je vou­drais vous apprendre que cer­taines per­sonnes ne peuvent faire autre­ment que d uti­li­ser leurs voi­tures pour se rendre qux tra­vaille .
    Troisiemement je doute que les auto­routes a velo soit veri­ta­ble­ment effi­cace et qu elle soient dan­ge­reuses pour les pie­tons

    Quatriemement est ce que si par exemple vous habi­tiez a l exte­rieur de la ville en ban­lieue et que vous avez une toute petite course a faire ou un simple vete­ment a aller cher­cher chez le tein­tu­rier vous iriez vous garez dans un par­king sou­ter­rain payants (quid des faibles reve­nus vu que les par­kings sont tres cher comme par­tout ) ?
    Et avec votre velo com­ment alled vous faire pour vous arret­tez et tour­ner pour aller dans un maga­sin vous ris­que­rez des col­li­sions avec vos col­legues cyclistes ou avec des pie­tons vous ne croyez pas que au final les auto­routes a velo soit fkna­le­ment plus dan­ge­reuses que la maigre file de voi­ture d a cote ?
    Et enfin sachez que il y a ega­le­ment des gens qui habitent le centre ville et qui pos­sede une voi­ture pour tra­vailler dn dehors ? Ou vont ils se garer main­te­nant que leurd places ont etaient prise par des cyclistes qui ne s arre­te­ront meme pas dans les maga­sins au bord .mal­heu­reu­se­ment ce n est pas pos­sible je suis pour la tran­si­tion eco­lo­gique mais cela doit etre une tran­si­tion et non une impo­si­tion bru­tale du velo alors qu il y a bien moins de cyclistes que d auto­mo­bi­listent .

    Et puis aussi les voi­tures arrettes dans des embou­teillages a cote de vous ( a velo ) ne pol­lue­ront ils pas plus les habi­tants et les com­merces ? Il est peu agreable de deam­bu­ler a cote de voi­tures arrettes .
    Merci piolle [pro­pos insul­tants modé­rés]
    Grenoble est au fond du gouffre

    sep article
    • Cher Ppp,
      1/ j’ai uti­lisé le terme bagno­lard pour qua­li­fier les auto­mo­bi­listes. C’est cela qui vous choque ? Diantre, je cite le Président Pompidou (25 avril 1973 : Inauguration du péri­phé­rique de Paris) : « les Français aiment la bagnole ». Je sais bien que je ne suis pas Président de la République mais je n’ai pas l’im­pres­sion d’in­sul­ter qui que soit en uti­li­sant ce terme. De même qu’un cycliste fai­sant de la piste est appelé un pis­tard.
      2/ Alors là, je me méfie quand on me dit que des per­sonnes ne peuvent pas faire autre­ment que d’u­ti­li­ser leur voi­ture. Avant lan­ce­ment d’un PDE d’une boîte de Grenoble, 80% des gens ne pou­vaient pas faire autre­ment que d’u­ti­li­ser leur voi­ture. 20 ans après avec aug­men­ta­tion de l’ef­fec­tif, ce pour­cen­tage tombe à 25%. Toutes ces per­sonnes ne pou­vaient faire autre­ment que d’u­ti­li­ser leur voi­ture : vrai­ment ?
      3/ En quoi le réseau express vélo ne serait pas effi­cace ? Sous-dimen­sionné ? Je suis d’ac­cord avec vous. Dangereuse pour les pié­tons ? En quoi ? Donnez-moi les chiffres des pié­tons tués / bles­sés par des cyclistes sur l’ag­glo­mé­ra­tion svp. Les conflits pié­tons / cycles repré­sentent 1,3% des acci­dents (ce qui est encore trop je vous le concède et, en tant que cycliste, que je trouve anor­mal) sur l’ag­glo­mé­ra­tion Grenobloise selon le der­nier rap­port de l’ob­ser­va­toire de l’ac­ci­den­to­lo­gie de la Métro
      4/ C’est quoi un dépla­ce­ment ban­lieue – centre ville ? Avec ma bicy­clette, je rayonne sans pro­blème sur *toute* la pre­mière cou­ronne Grenobloise sans aucun pro­blème. Hier samedi, j’ai par­couru 27 km à vélo pour faire les courses. Vous uti­li­sez une bagnole qui coûte 45 cen­times du kilo­mètres au bas mot (barème impôts) et vous êtes inca­pables de payer 2 euros (soit l’é­qui­valent de 4,5 km, dis­tance aisé­ment acces­sible à bicy­clette) pour une place de sta­tion­ne­ment ou bien de sta­tion­ner dans un quar­tier excen­tré gra­tui­te­ment et de finir à pied ?
      5/ Et bien figu­rez-vous que je fais les actions que vous citez depuis plus de 25 années et jamais per­sonne ne m’est ren­tré dedans, jamais je n’ai ren­versé un autre cycliste ou un pié­ton. Jamais ! Pourquoi vou­lez-vous que cela arrive main­te­nant ? Ridicule !
      6/ Le para­graphe sur les pauvres auto­mo­bi­listes qui ne peuvent plus se garer alors que les méchants cyclistes font que pas­ser sans s’ar­rê­ter dans les com­merces… Oh, c’est trop chou­pi­nou comme diraient mes enfants. Parce que vous croyez encore que ce sont les auto­mo­bi­listes qui font le chiffre d’af­faire des com­merces de proxi­mité du centre-ville ? La bonne blague ! Ensuite, pour les gens qui habitent le centre-ville et qui tra­vaillent à l’ex­té­rieur, est-ce que la voi­ture est le seul moyen de trans­port ? Est-ce qu’on est obligé de faire un tra­jet départ / arri­vée avec un seul mode de trans­port ? Est-ce que la pleine pro­priété d’une voi­ture est néces­saire ? Est-ce que sta­tion­ner en ouvrage plu­tôt que dans la rue (espace publique) n’est pas pos­sible ? Vous me faites pen­ser à cer­tains de mes col­lègues : c’est une fois au pied du mur qu’ils se mettent à hur­ler « mais ça va pas, on nous prend en traître, il nous faut du temps » alors que ça fait 20 ans qu’on leur dit qu’il faut chan­ger leur mode de dépla­ce­ment.
      7/ Les voi­tures arrê­tées dans les embou­teillages… Je me marre. Qu’est-ce qu’un embou­teillage si ce n’est un assem­blage de voi­tures ? Moins de voi­ture, moins d’embouteillage : vous tou­chez la solu­tion mais vous ne vou­lez pas l’ad­mettre. Arrêtez de pen­ser la ville comme un dépla­ce­ment de bagnoles mais comme un dépla­ce­ment de per­sonnes !

      Je vois que vous faites par­tie de ces gens qui nous serinent depuis 40 ans que Grenoble est au bord du gouffre, que l’Armaggedon éco­no­mique ne va pas tar­der, l’Apocalypse des bou­chons nous guette. Et fina­le­ment, on est tou­jours là. L’agglomération Grenobloise (ce n’est pas propre à la ville centre) est confron­tée, comme toutes les grandes villes, à des pro­blèmes de cir­cu­la­tion, c’est indé­niable. Vouloir cen­trer ces dépla­ce­ments autour de la bagnole comme cela est le cas depuis 70 ans arrive à une impasse. Il est temps de chan­ger d’é­poque.

      sep article
  15. Demander un avis au porte-parole EELV … c’est de l’ex­per­tise démo­cra­tique à la mode Piolle ça non ? L’avis des qui­dams de base, qui n’en peuvent plus d’une ville qui tourne tant autours du vélo et où les vélos ne res­pectent rien, vous le pre­nez quand ? Espérons que la pro­chaine muni­ci­pa­lité aura le cou­rage de remettre Grenoble en état.

    sep article
  16. Flûte, il y a Pierre Misère, desin­tox et les autres qui veulent stop­per le déve­lop­pe­ment de l’u­sage de la bicy­clette en ville au pro­fit de la bagnole qui vont encore rap­pli­quer pour nous expli­quer que les cyclistes, c’est le mal, que les pié­tons, c’est le bien et qu’il faut de la place pour les auto­mo­bi­listes… 😀
    Un peu las­sant tou­te­fois…
    On pour­rait peut-être s’in­ter­ro­ger sur, par exemple, le trai­te­ment du car­re­four Gambetta / Lafontaine / Berriat et la façon de gérer le tourne-à-gauche bagno­lard du cours Lafontaine ? Si toutes ces per­sonnes sont vrai­ment des mili­tants vélos, on devrait abou­tir à quelque chose d’in­té­res­sant… Mais bon, j’ai des doutes sur ce mili­tan­tisme qui n’ap­pa­raît que sur cer­taines por­tions du réseau Chronovélo…

    sep article
    • Que savez vous dire à part jeter l’a­na­thème ? Quelqu’un qui vous connait, ancien membre de l’ADTC, m’a dit que c’est à cause de gens bor­nés et agres­sifs comme vous que l’ADTC est deve­nue une secte dont il est parti.

      sep article
      • Parce que vous ne jetez pas l’a­na­thème ? C’est l’hô­pi­tal qui se fout de la cha­rité ! Quant à dire que l’ADTC est une secte, je vous laisse seul juge de ce qua­li­fi­ca­tif. Je vous rap­pelle la défi­ni­tion d’une secte : « Groupe orga­nisé de per­sonnes qui ont une même doc­trine au sein d’une reli­gion ».
        Si la per­sonne qui me connaît à des reproches à me faire, dites-lui de m’en faire part : je suis tota­le­ment ouvert aux cri­tiques.

        sep article
        • La cha­rité peut être mais point d’hô­pi­tal. Souffrez qu’on vous dise les pro­pos d’un ancien membre de l’ADTC.

          sep article
          • L’ADTC étant une asso­cia­tion que je ne repré­sente pas ici dans mes pro­pos effec­tués à titre pure­ment per­son­nel, de plu­sieurs cen­taines de per­sonnes, il est nor­mal que ses adhé­rents aient des opi­nions dif­fé­rentes sur un même sujet.
            Qu’un adhé­rent ne soit pas d’ac­cord avec un avis de son asso­cia­tion, c’est cou­rant. Cela m’ar­rive aussi. C’est rageant, je peux le conce­voir. On peut effec­ti­ve­ment par­tir comme l’a fait cet ancien membre dont vous rap­por­tez les paroles et je trouve cela dom­mage. On peut aussi en dis­cu­ter en res­tant, cha­cun appor­tant son point de vue et sa propre expé­rience.

            sep article
            • Ben d’a­près cet ancien membre de l’ADTC parti parce que ce sont des gens comme vous qui se sont mis devant, vous repré­sen­tez mal­heu­reu­se­ment très bien ce que l’ADTC est deve­nue.

              sep article
  17. Pour une fois on voit très bien à qui on a l’affaire – des fous du quar­tier qui on besoin d’un ENNEMI. Hier, c’étaient les voi­tures ; aujourd’hui, les voi­tures vain­cus, les fous s’entretuent entre eux

    sep article
  18. Donc en résumé : deux « entre­prises » co-pré­si­dées ou co-fon­dées par la même per­sonne éga­le­ment porte parole de EELV Rhône Alpes sont super contentes qu’on mette des murets de sépa­ra­tion dans les rues de centre ville. La prio­rité en centre ville c’est eux, pas les pié­tons. Super …

    sep article