Chronovélo : la bordure cours Lafontaine à Grenoble fait enrager le collectif Le vélo qui marche

sep article



FOCUS – Le Vélo qui marche voit rouge. Malgré les avertissements du collectif avant travaux, une « bordure maçonnée infranchissable » délimite désormais la nouvelle piste Chronovélo du cours Lafontaine. Un aménagement synonyme de danger pour les cyclistes et de gêne tous azimuts, soutiennent les militants.

 

 

Cours Lafontaine, la bordure "infranchissable" qui fait enrager le collectif Le Vélo qui marche, vendredi 5 avril 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Cours Lafontaine, la bor­dure blanche « infran­chis­sable » fait enra­ger le col­lec­tif Le Vélo qui marche. La nou­velle piste cyclable bidi­rec­tion­nelle est située sur la voie de gauche, là où roulent tem­po­rai­re­ment les voi­tures. ven­dredi 5 avril 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Un « muret dan­ge­reux » blanc vient d’être amé­nagé cours Lafontaine à Grenoble. C’est du moins le constat éta­bli par le col­lec­tif Le Vélo qui marche.

 

Planté devant le cours avec les autres membres du groupe, Guy Waltisperger a du mal à rete­nir sa colère : « Les amé­na­geurs nous ont pondu des pro­jets pour­ris. Ils n’ont pas tenu compte des avis des usa­gers. »

 

Et de dési­gner la bor­dure de 15 cen­ti­mètres qui sépare désor­mais la nou­velle piste bidi­rec­tion­nelle Chronovélo, de la voie de cir­cu­la­tion rou­tière sur le cours Lafontaine. Pour sûr, avec une limite aussi bien mar­quée, les auto­mo­bi­listes ne devraient pas s’aventurer sur la piste cyclable.

 

Côté cyclistes, la sécu­rité est loin d’être garan­tie pour autant, alerte le col­lec­tif, espé­rant enjoindre la Métropole et le SMTC, maîtres d’ou­vrage des Chronovélos, d’en prendre conscience et de ces­ser ce type d’a­mé­na­ge­ment pour la suite des tra­vaux. Il faut s’at­tendre au pire, pré­vient le col­lec­tif.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
8329 visites | 50 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 50
  1. On ne voit jamais ce col­lec­tif pro­po­ser de nou­veaux amé­na­ge­ments cyclc­bales mais juste cri­ti­quer ceux qui sont réa­li­sés. Bizarre …

    sep article
  2. Bye bye les Ayatollahs, je vous laisse tran­quilles, j’ar­rête là. Marre d’es­sayer de mettre de la mesure, du vivre ensemble et du rai­son­nable dans votre reli­gion et vos cer­ti­tudes. Je vous laisse entre vous et autres déten­teurs de La Vérité.

    sep article
    • Je crois que ça vaut mieux pour tout le monde en effet. Vous avez brillé par votre inté­grisme à vous, celle de défendre la voi­ture à tout prix et balan­cer des men­songes, comme au sujet de la pol­lu­tion de CVCM. Et en plus à pas­ser pour le « rai­son­nable », c’est à dire celui qui veut bien du vélo mais sur­tout sans chan­ger l’es­pace public dominé par les voi­tures (c’est à dire ne rien faire en fait).
      À l’a­ve­nir, ne vous sen­tez plus obli­gés de com­men­ter ici : nous n’a­vons plus besoin de perdre de l’éner­gie à lire vos énor­mi­tés.

      J’en pro­fite pour remer­cier une nou­velle fois JMB pour avoir tenu bon… de mon côté je n’ai plus le temps. Le com­bat du vélo qui marche (et le vôtre) est perdu d’a­vance : c’est l’en­semble des villes du monde qui se met au vélo, cha­cune à leur rythme, et qui réa­lisent ce type d’a­mé­na­ge­ment (avec bor­dures).

      sep article
      • Et voici com­ment, en expri­mant qu’on trouve bien les bor­dures zicla dont l’ar­ticle parle, on devient d’a­près cer­tains un inté­griste de la voi­ture sans avoir rien dit.

        sep article
  3. C’est sur que les pistes cyclables sans sépa­ra­tion, c’est beau­coup plus sur :
    https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190402_01317329/rien-ne-justifie-de-doubler-par-la-droite-et-d-empieter-sur-une-piste-cyclable-le-bourgmestre-de-koekelberg-ahmed-laaouej-ordonne-la-tolerance-zero-ap

    Pour ce qui est du coté de plan­ta­tion des arbres, il a été dit plu­sieurs fois en réunion de concer­ta­tion par les amé­na­geurs qu’il était impos­sible de plan­ter coté sud à cause des réseaux. Mais les membres de ce « col­lec­tif » (qui ne repré­sente que 4 per­sonnes) savent mieux que tout le monde où passent les réseaux d’eau, gaz, cha­leur…

    sep article
    • sep article
      • On va réta­blir un peu de vérité en remet­tant mes deux contri­bu­tions un peu en ‑des­sous :

        « Au fait, j’ai une ver­sion plus étof­fée ici : https://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-val-de-saone/2019/04/04/rillieux-la-pape-gene-par-un-obstacle-un-cycliste-est-tue-par-un-camion : « Toujours est-il qu’une roue de son vélo a heurté le trot­toir, pro­vo­quant sa chute » Oh purée, les bor­dures du trot­toir… Vite, sup­pri­mons les bor­dures de trot­toir ! Et les pote­lets qui sont des­sus aussi ! MAIS, on lit dans les com­men­taires : « C’est un dérou­leur et de la fibre optique qui entravé la cir­cu­la­tion de cette piste cyclable. » Pffff…. On ne peut vrai­ment pas vous faire confiance pour don­ner une infor­ma­tion com­plète ! Je me demande d’où vous tenez votre pseudo… »
        et
        « « Il n’y a pas de trot­toir, seule­ment des bor­dures, ça se voit sur la photo. »

        Vous n’en avez pas marre de divul­guer de fausse infor­ma­tion ? Voici la preuve qu’il y a bien une bor­dure le long du trot­toir :
        https://www.google.fr/maps/@45.8230092,4.9120977,3a,75y,279.03h,103.39t/data=!3m6!1e1!3m4!1sEQHOrxT0B8A38uRIeWxNDg!2e0!7i13312!8i6656

        Vous devriez chan­ger de pseudo au pro­fit de « intox », ça serait plus hon­nête d’un point de vue intel­lec­tuel. »

        sep article
        • Vous y étiez ? Le jour­nal Le Progrès a publié sur inter­net la photo exacte du lieu de l’accident. Ce sont des bor­dures. C’est aussi ce qu’écrit Lyon Mag. Vous êtes inca­pable d’arrêter la mau­vaise foi et l’intox.

          sep article
          • Tiens, vous êtes encore là : nous vous croyions au zoo ? Vous n’ai­mez pas la contra­dic­tion avec photo et ligne à l’ap­pui ?
            Je remets la ligne du jour­na­liste (Le Progrès) :
            « Toujours est-il qu’une roue de son vélo a heurté le trot­toir, pro­vo­quant sa chute »
            Ce n’est pas moi qui écris cette phrase. C’est le jour­na­liste !!!
            Je remets la photo de l’en­droit où on voit un trot­toir dont vous per­sis­tez à dire qu’il n’existe pas :
            https://www.google.fr/maps/@45.8230092,4.9120977,3a,75y,279.03h,103.39t/data=!3m6!1e1!3m4!1sEQHOrxT0B8A38uRIeWxNDg!2e0!7i13312!8i6656
            C’est bien à Rillieux, sur la rue du Mas Millier (info tirée du jour­nal Le Progrès) et cela cor­res­pond peu ou prou à la photo No 1 du même jour­nal.

            Finalement, cette fixa­tion sur les bor­dures, on dirait Harpagon dans l’Avare de Molière : « Ma bor­dure, ma bor­dure ».

            Et sérieu­se­ment, on pour­rait aussi vous entendre sur d’autres amé­na­ge­ments pié­tons / cycles un peu plus pour­ris que cette piste cyclable direc­tion­nelle ? Parce qu’à la fin, on voit bien que votre com­bat n’est pas en faveur du déve­lop­pe­ment de l’u­sage de la bicy­clette en ville.

            sep article
            • Trop nuls les jour­na­listes du Progrès qui vont sur place et publient la mau­vaise photo avec que des bor­dures alors qu’il y a vous qui savez tout avec Google maps. Vraiment inca­pables les jour­na­listes de Lyon Mag qui écrivent que le cycliste a heurté la bor­dure en béton qui sépare la piste de la chaus­sée. Heureusement qu’il y a vous et votre jour­na­lisme de zoo pour réta­blir La Vérité vir­tuelle.

              sep article
  4. Il faut remettre les choses à l’en­droit : la pré­sence de bor­dures est liée au com­por­te­ment dan­ge­reux de cer­tains auto­mo­bi­listes empié­tant ou sta­tion­nant sur les pistes cyclables. Ainsi, les bor­dures seraient inutiles si cha­cun res­pec­tait l’es­pace qui lui était dévolu ! C’est tout sim­ple­ment plus dan­ge­reux sans les bor­dures, qu’a­vec ! Les sta­tis­tiques d’ac­ci­den­to­lo­gie montrent par ailleurs que les morts de cyclistes sont essen­tiel­le­ment liées au tra­fic moto­risé, pas à la méchante bor­dure qui pas­sait par là ! Si vous allez en Suisse, à Bâle par exemple, les tram­ways et pistes cyclables ne sont pas en site propre, car cha­cun res­pecte l’es­pace de l’autre et per­sonne n’au­rait l’i­dée de sta­tion­ner sur les rails du tram, mais mal­heu­reu­se­ment, les Grenoblois n’ont pas le com­por­te­ment des Bâlois, donc on met des bor­dures, point !

    sep article
    • On a assez entendu Y. Mongaburu et autres dire par­tout que la vérité venait de Rue de l’Avenir à Genève. Alors, si les rues au centre ville sont apai­sées pour la liberté des pié­tons comme en Suisse, il ne faut pas de murets comme en Suisse. Ou alors il y a un gros men­songe quelque part. Lequel ?

      sep article
      • Le men­songe, il est chez vous. Vous par­lez d’un muret. Donnez-nous sa hau­teur une fois les tra­vaux finis et on en repar­lera !

        D’autre part, vous remar­que­rez que le sta­tion­ne­ment sur amé­na­ge­ments cyclables ou pié­ton­niers n’est pas un sport natio­nal en Suisse. Ainsi, on ne trouve guère autant de pote­lets sur les trot­toirs en Suisse. Malheureusement, en France, on a une pro­por­tion d’au­to­mo­bi­listes suf­fi­sam­ment éle­vée pour obli­ger une sépa­ra­tion phy­sique des tra­fics. Vous devriez diri­ger votre colère contre ces *auto­mo­bi­listes* qui pour­rissent la vi(ll)e et ensuite, on verra pour les bor­dures. Ce serait beau­coup plus intel­li­gent et dans la période tran­si­toire, les cyclistes pour­ront cir­cu­ler en sécu­rité.

        sep article
        • Il n’y a aucun men­songe dans ce que j’ai dit. Cela a été très lar­ge­ment entendu, c’é­tait dans des réunions publiques.

          sep article
  5. En fait desin­tox vous êtes un troll 🙂
    J ai bien ri avec votre mur. Tellement gros 🙂

    sep article
    • et à part ça et trai­ter les gens de c***, vous avez quelque chose à dire ?

      sep article
      • Bwof, pas tel­le­ment,

        pour rap­pel :
        – reli­sez vos remarques, repen­sez y,
        – les c** sont ceux qui pensent qu’une ligne blanche au sol pro­tège mieux l’es­pace de cha­cun qu’une sépa­ra­tion phy­sique. Pour être pro­vo­ca­teur je ferai l’a­na­lo­gie avec un fameux nuage blo­qué par notre fron­tière 🙂

        sep article
        • Vous avez lu l’ar­ticle ? Bwof pas tel­le­ment ? Ils parlent pas de lignes blanches. Moi je trouve bien la solu­tion des bor­dures zicla.

          sep article
  6. Je suis allé véri­fier la hau­teur de cette bor­dure (ce « mur » d’a­près « dés­in­tox »).
    Alors pre­miè­re­ment, il y a deux hau­teurs dif­fé­rentes :
    – côté cir­cu­la­tion moto­ri­sée, là où le revê­te­ment défi­ni­tif semble posé, on a une hau­teur infé­rieure à celle d’une bor­dure de trot­toir tra­di­tion­nelle (pas les nou­velles comme ici par exemple https://www.google.fr/maps/@45.1948499,5.7106287,3a,82.1y,221.88h,81.06t/data=!3m6!1e1!3m4!1srvq_aJupkmSs8TXP2MRSZg!2e0!7i13312!8i6656 )
    – côté piste cyclable bidi­rec­tion­nelle, le revê­te­ment défi­ni­tif n’est pas posé donc la hau­teur de la bor­dure est natu­rel­le­ment plus grande que de l’autre côté !

    J’imagine que le col­lec­tif le vélo qui marche parce qu’il ne fait pas de vélo a pris les mesures côté piste et a tiré des plans sur la comète à par­tir d’une situa­tion pro­vi­soire pour mon­ter en épingle ce qui au final n’est qu’une tem­pête dans un dé à coudre. C’est une méthode comme une autre de déni­gre­ment. Chacun appré­ciera. Mais en aucun cas ce col­lec­tif ne mérite le qua­li­fi­ca­tif d’ex­perts en amé­na­ge­ments cyclables.

    sep article
  7. j’ai quitté cette ville sec­taire et hos­tile et j’en suis super content. J’essaie aujourd’­hui d’é­vi­ter de me rendre à Grenoble – c’est une zone de NoGo, faite pour les zonards et illu­mi­nés de toutes sortes. L’acharnement anti-voi­ture est déjà suivi par l’a­char­ne­ment anti-homme (bien­tot femme) blanc – illé­gale, mais prôné par la bande de Monsieur Piolle. Bref, une ville pour­rie, à évi­ter.

    sep article
  8. sep article
    • C’est mal­heu­reux effec­ti­ve­ment. Mais est-ce une rai­son pour sup­pri­mer les bor­dures qui sécu­risent un amé­na­ge­ment cyclable en le sépa­rant du tra­fic moto­risé ? Perso, je me pose la ques­tion de savoir : qu’é­tait-ce cet obs­tacle ? Une voi­ture mal garée comme on peut en voir sur l’es­ta­cade ou rue Casimir Brenier en tra­vers de la piste ?

      Parce qu’à par­tir d’a­nec­docte (je mets la défi­ni­tion « Fait de carac­tère mar­gi­nal, rela­tif à une ou à des per­sonnes, inédit ou peu connu, auquel on peut atta­cher une signi­fi­ca­tion, mais qui reste acces­soire par rap­port à l’es­sen­tiel »), on peut faire tout et le contraire.
      Si je dis demain, les auto­routes sont mor­telles parce que la vitesse est trop éle­vée et que demain un acci­dent a lieu, on sup­prime aussi les auto­routes ?

      De plus, si on regarde les asso­cia­tions de cyclistes lyon­naises (les vraies, pas les faux-nez comme ce col­lec­tif ici), on n’en­tend nulle part ce com­bat contre les bor­dures comme ici. De même à Paris avec la mon­tée en charge de leur réseau express.

      Allez, conti­nuez à nous balan­cer vos argu­ments tor­dus ! On adore et on attend avec impa­tience les sui­vants !

      sep article
    • Au fait, j’ai une ver­sion plus étof­fée ici :
      https://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-val-de-saone/2019/04/04/rillieux-la-pape-gene-par-un-obstacle-un-cycliste-est-tue-par-un-camion :
      « Toujours est-il qu’une roue de son vélo a heurté le trot­toir, pro­vo­quant sa chute »
      Oh purée, les bor­dures du trot­toir… Vite, sup­pri­mons les bor­dures de trot­toir ! Et les pote­lets qui sont des­sus aussi !

      MAIS, on lit dans les com­men­taires :
      « C’est un dérou­leur et de la fibre optique qui entravé la cir­cu­la­tion de cette piste cyclable. »

      Pffff.… On ne peut vrai­ment pas vous faire confiance pour don­ner une infor­ma­tion com­plète ! Je me demande d’où vous tenez votre pseudo…

      sep article
      • Il n’y a pas de trot­toir, seule­ment des bor­dures, ça se voit sur la photo. C’est la bor­dure qui a causé la chute parce que le cycliste s’y est cogné la roue en vou­lant évi­ter un obs­tacle. Que l’obs­tacle ait été un truc ou un machin est sans impor­tance, à part celle de vous per­mettre de détour­ner le sujet. Sans cette bor­dure le cycliste serait encore en vie.

        sep article
        • « Il n’y a pas de trot­toir, seule­ment des bor­dures, ça se voit sur la photo. »

          Vous n’en avez pas marre de divul­guer de fausse infor­ma­tion ? Voici la preuve qu’il y a bien une bor­dure le long du trot­toir :
          https://www.google.fr/maps/@45.8230092,4.9120977,3a,75y,279.03h,103.39t/data=!3m6!1e1!3m4!1sEQHOrxT0B8A38uRIeWxNDg!2e0!7i13312!8i6656

          Vous devriez chan­ger de pseudo au pro­fit de « intox », ça serait plus hon­nête d’un point de vue intel­lec­tuel.

          sep article
          • Il n’y a pas de trot­toir, seule­ment des bor­dures sur la photo du jour­nal Le Progrès qui s’est rendu sur place. C’est aussi ce qu’é­crit Lyon Mag. Sans cette bor­dure le cycliste serait tou­jours en vie.

            sep article
            • C’est dingue ça ! Je vous mets la photo du lieu pré­cis où a eu lieu l’ac­ci­dent à par­tir de la photo et de l’a­dresse don­nées dans le jour­nal. On y voit un trot­toir. Et vous conti­nuez à sou­te­nir qu’il n’y a pas de trot­toir ! Non seule­ment vous êtes aveugles mais en plus de mau­vaise fois. Changez de pseudo !

              sep article
              • Vous y étiez ? Le jour­nal Le Progrès a publié sur inter­net la photo du lieu exact de l’ac­ci­dent. Ce sont des bor­dures. C’est aussi ce qu’é­crit Lyon Mag. Vous êtes inca­pable d’ar­rê­ter la mau­vaise foi et l’in­tox.

                sep article
  9. Ce genre de bor­dure existe déjà par­tout : le long des lignes C et E, par exemple, sur le cours Jean-Jaurès le long de pistes cyclables et des contre-allées, et on peut même évo­quer l’en­semble des trot­toirs de l’en­semble des villes de l’u­ni­vers ! Sans ces bor­dures, on aurait du sta­tion­ne­ment gênant de par­tout, et c’est CELA qui est vrai­ment dan­ge­reux, lorsque les cyclistes sont obli­gés de se dépor­ter sur les voies réser­vées au tra­fic auto­mo­bile ! Par ailleurs, sur le cours Jean-Jaurès, les bor­dures ont été ara­sées, ce qui les rend moins saillantes en cas de chute et il semble que c’est aussi le cas sur le cours Lafontaine ! Enfin, à croire ce col­lec­tif, les pié­tons avec pous­settes tra­ver­saient le cours Lafontaine en dehors des clous en plein milieu de tra­fic auto­mo­bile, ce qui montre la stu­pi­dité de leurs argu­ments !

    sep article
  10. Bien plus dan­ge­reux que la bor­dure d’un trot­toir car il s’a­git d’une saillie qu’il ne faut sur­tout pas accro­cher avec la roue de son vélo, voir la photo en pièces jointe sur la page face­book de l’ar­ticle, recom­men­da­tions de la FFCT.

    Quand à ceux qui pense que ces pistes réa­li­sées pour les vélot­ta­feurs en prio­rité sont faite pour les enfants, le w.end sur­tout et encore.

    De plus, une bor­dure contrai­gnante qui oblige les cyclistes à sor­tir de la piste uni­que­ment aux inter­sec­tions, et quand on sait la pro­pen­sion des cyclistes à accep­ter les contraintes comme les feux rouges par exemple, on se doute bien que cer­tains pré­fè­re­ront les trot­toirs, comme ailleurs.

    Aussi, une gène sup­plé­men­taire pour les pié­tons Grenoblois et les autres, plus dif­fi­cile de tra­ver­ser à ces endroits avec tou­jours plus de dif­fi­cul­tés de cir­cu­ler à pieds.

    Précision utile, je suis aussi cycliste, puisque main­te­nant il faut se jus­ti­fier de l’être lors­qu’on ose cri­ti­quer un pro­jet de ce type…

    sep article
    • J’ai du mal a voir la dif­fé­rence avec une bande cyclable lon­geant le trot­toir. On a jamais entendu qui que ce soit se plaindre de cette bor­dure qui en déli­mi­tant l’es­pace per­met aux dif­fé­rents modes de coha­bi­ter en presque intel­li­gence ( sauf les ahu­ris qui prennent le trot­toir comme espace de sta­tion­ne­ment).
      Cette polé­mique me semble com­plè­te­ment hors sol à moins qu’il n’y aient des des­seins mas­qués

      sep article
    • Oh, mon­sieur est cycliste et cite la Fédération Française de Cyclo-Tourisme mais pas la FUB ? Oh, je n’ai rien contre les cyclistes du dimanche qui roulent à toute ber­zingue sur les voies sur berges (oui, moi aussi je peux faire des rac­cour­cis fâcheux) mais il fau­drait arrê­ter de dire des bêtises à tout bout de champ !

      D’abord, pour­quoi mettre une bor­dure pour sépa­rer une piste cyclable bidi­rec­tion­nelle d’une chaus­sée avec tra­fic moto­risé ? Parce que le tra­fic moto­risé a ten­dance à « emprun­ter » les amé­na­ge­ments cyclables quand il n’y a pas de sépa­ra­tion nette.
      Ensuite, la bor­dure est-elle trop haute ? Oui, peut-être que mettre une bor­dure champ­frei­née côté cycle serait une bonne idée. A‑t-on des chances d’y accro­cher sa roue de vélo ? Ben non : sur une piste cyclable, la tra­jec­toire est plu­tôt bien connu (contrai­re­ment à cer­tains espaces mixtes).
      Cette piste est-elle faite pour les vélo­taf­feurs ? Oui, bien entendu puis­qu’ils se déplacent à vélo ! Sont-elles faites pour les enfants ? Encore oui car elles sont jus­te­ment sépa­rés du tra­fic moto­risé phy­si­que­ment par ces bor­dures. Sont-elles uti­li­sés le week-end uni­que­ment ? Je ne pense pas.
      Pourquoi vou­lez-vous que les cyclistes sortent de cet amé­na­ge­ment en dehors des car­re­fours avec les rues Paul Bert et Lamartine pour les­quelles la bor­dure s’in­ter­rompt ? Stupide !
      Croyez-vous vrai­ment que les pié­tons qui auraient des dif­fi­cul­tés à enjam­ber cette bor­dure tra­versent déjà ce cours Lafontaine entre deux pas­sages ? Stupide éga­le­ment !

      Donc je ne vois pas trop l’in­té­rêt de vos argu­ments fal­la­cieux à part faire de l’anti-cyclisme pri­maire ?

      sep article
  11. quelle bande de c***
    il faut des sépa­ra­tions, c’est tout.
    pour que les voi­tures ni ne sta­tionnent ni n’en­va­hissent, pour que les vélos ne déboitent pas n’im­porte com­ment.
    c’est une TRES bonne chose ; avez vous essayé le vélo avec un gamin de 5 ou 6 ans ? ce type de sépa­ra­tion est super ; je suis usa­ger et je suis pour
    pis allons dans le sens de cette « asso » (pour qui roulent ils d’ailleurs?), sus aux trot­toirs, c’est quoi ces espaces mal fago­tés avec une sépa­ra­tion pour les voi­tures ?

    sep article
    • Cher fan de la sépa­ra­tion. A vous que vous ne ran­gez pas parmi les c***, je vou­drais poser une ques­tion : avez vous tra­versé la rue au pas­sage pié­ton avec un gamin de 5 ou 6 ans ? Moi je leur donne la main et ne je suis pas près de les lâcher à cet âge au milieu d’une auto­route à vélos en centre ville !

      sep article
      • Vous savez, je com­mence a être un vieux c**
        Disons que j ai l’ex­pé­rience de ma c*nnerie 😀
        mon pro­pos est double :
        – le par­tage de l’es­pace ne fonc­tionne pas, il faut des sépa­ra­tions (cela ne plait pas, pose des sou­cis par ex : pour les véhi­cules d’ur­gence blo­qués dans les bou­chons)
        – il faut faire res­pec­ter les règles (je fai­sais men­tion aux vélo qui déboitent) et ce pour tous,

        Et je suis d’ac­cord avec vous sur le fait de tra­ver­ser une route est com­pli­qué que ce soit voi­ture ou vélo. il faut un feu ou un adulte pour s’en­ga­ger et véri­fier que ceux qui viennent s’ar­retent.
        Ma remarque por­tait sur le fait de faire du vélo avec un enfant sur une route « mixte » où il y a des craintes Vs sur une route dédiée vélo où par défi­ni­tion, le gamin au pire se paie le muret (et non la voi­ture) en cas d’é­cart.
        Je suis loin d’être pro metro ou pro mai­rie, recon­nais­sons les choses qui avancent pour une fois

        sep article
      • Oui, bien tenir la main de son gamin pour tra­ver­ser la piste cyclable bidi­rec­tion­nelle et lui lâchez la main pour tra­ver­ser la chaus­sée des moto­ri­sés car c’est bien connu, *tous* les auto­mo­bi­listes s’ar­rêtent dans leur engin d1,5 tonnes pour lais­ser pas­ser les pié­tons.

        sep article
  12. A quoi ça sert un mur ? à sépa­rer. En plein centre ville, super …

    sep article
    • Hahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahaha !!!!! La bor­dure se trans­forme en mur main­te­nant !!! Vous êtes déso­pi­lants ou alors de Marseille avec la sar­dine qui bloque l’ac­cès du Vieux Port.
      En tout cas, je pense qu’a­vec ce concept de la bor­dure qui se fait mur, vous avez gagné toute votre place dans ce col­lec­tif ! Allez vite les rejoindre !

      sep article
      • Tout en finesse, comme tou­jours avec vous … La bor­dure ins­tal­lée est un muret.

        sep article
        • Ah, ce n’est plus un mur mais un muret main­te­nant. Un petit mur donc. C’est bien, on pro­gresse !

          sep article
          • C’est ça, un petit mur de sépa­ra­tion. C’est bien, on pro­gresse !

            sep article
  13. Ce genre de bor­dure c’est la trade mark de Éric Piolle. Il en a fait par­tout sur les grands bou­le­vards pour les voi­tures , main­te­nant il est continu ailleurs pour les cyclistes. Il faut attendre 2020 pour se débar­ras­ser à la fois de Monsieur Piolle et de ses bor­dures par­tout en ville

    sep article
    • Je ne peux pas ima­gi­ner cette phrase en dehors du second degré. Pour rap­pel, les bor­dures simi­laires le long du tram B (novembre 1990), du tram C (mai 2006) et du tram E (juin 2014). Arrivée de Piolle à la mai­rie de Grenoble : juin 2014. D’autre part, le pro­jet Chronovélo est un pro­jet de la métro­pole.

      sep article
  14. Mais com­ment encore don­ner du cré­dit à ces mani­pu­la­teurs et fabri­quants de fake­news ?
    D’ailleurs, quel­qu’un pour leur faire remar­quer que tous les trot­toirs actuels sont de même hau­teur, dans toutes les rues de toutes les villes ? Pffff, déses­pé­rant cette arro­gance, dou­blée d’am­bi­tion poli­tique !

    sep article
  15. Faut dire que pour faire plu con .…

    sep article
  16. Franchement, ça dépasse les bor­dures et je vais être vul­gaire : c’est qui ces cons ???
    Mais c’est extra des bor­dures pour sépa­rer un amé­na­ge­ment cyclable : ça rend le sta­tion­ne­ment par ces gens-là en voi­ture beau­coup plus dif­fi­cile. Cela rend les tra­jets beau­coup plus sécu­ri­sés pour les enfants du fait de la sépa­ra­tion *phy­sique* avec le tra­fic moto­risé. Cela donne une excel­lente visi­bi­lité sur l’a­mé­na­ge­ment cyclable. En plus, contrai­re­ment à cer­tains endroits, ces bor­dures ont une hau­teur limi­tée qui ne repré­sente pas un dan­ger pour les cyclistes.

    Alors, je m’in­ter­roge sur ce col­lec­tif censé repré­sen­ter des cyclistes. Mais quel(le)s cyclistes ? Ceux qui se déplacent en voi­ture toute la semaine et qui prennent leur vélo le week-end pour aller faire quelques balades for­mat loi­sir ou spor­tif (en allant au point de départ en voi­ture avec le vélo sur coffre ou à l’ar­rière) ? Mais ils devraient aussi gueu­ler contre les bor­dures des trot­toirs pen­dant qu’ils y sont !

    Donc oui oui oui oui pour des amé­na­ge­ments cyclables sépa­rés phy­si­que­ment de la chaus­sée où cir­cule le tra­fic moto­risé et en dehors des trot­toirs. Oui, oui, oui pour des amé­na­ge­ments cyclables sécu­ri­sés, conti­nus et maillés dans toute l’ag­glo­mé­ra­tion. Oui, oui, oui pour un réamé­na­ge­ment de l’es­pace public au pro­fit des modes actifs et au détri­ment des pol­lueurs, bouf­feurs d’es­pace et créa­teurs d’in­sé­cu­rité rou­tière !

    Vive les chro­no­vé­los !

    Et on attend avec impa­tience la chro­no­vélo dans le quar­tier St-Bruno / Berriat pour désen­cla­ver ce sec­teur très peu cyclable mal­gré l’op­po­si­tion hys­té­rique de l’u­nion quar­tier dont le pré­sident fait par­tie de ce col­lec­tif !

    sep article
    • Vous n’êtes pas vul­gaire, vous êtes comme d’ha­bi­tude dans tous vos com­men­taires. Sinon, libre à vous d’op­po­ser vio­lem­ment le vélo au pié­ton, le vélo aux voi­tures. Très peu pour moi et les sépa­ra­tions en centre-ville non merci. Par contre, les bor­dures zicla dont parle l’ar­ticle, c’est une bonne idée.

      sep article
      • Les bor­dures ZICLA sont une inci­ta­tion aux voi­tures à se garer des­sus. je vous envoie des pho­tos de sta­tion­ne­ment très gênant de bagnoles sur dif­fé­rentes bandes cyclables de Grenoble, ou on arrête là ? (Précision : je suis vélo­taf­feur ET auto­mo­bi­liste à mes heures)

        sep article
        • Pas besoin de vos pho­tos parce que des infrac­tions il y en a de tous les types : voi­tures en sta­tion­ne­ment inter­dit, vélos en sens inter­dit ou qui grillent les feux, trot­ti­nettes élec­triques sur les trot­toirs, etc. La réponse c’est la contra­ven­tion. Il faut vivre ensemble, ce que per­mettent les bor­dures zicla. D’ailleurs il est dit dans l’ar­ticle qu’elles sont recom­man­dées par la FFVélo.

          sep article
      • Tiens, voilà que j’op­pose les dépla­ce­ments à vélo et la marche à pied. Mais vous êtes irré­sis­tible ! Ceux qui me connaissent peuvent s’es­claf­fer libre­ment sans cra­cher de rire sur leur écran !
        Par contre oui, j’as­sume par­fai­te­ment l’op­po­si­tion entre le vélo et la voi­ture et je main­tiens que sans sépa­ra­tion phy­sique, le tra­fic moto­risé n’a rien à faire des amé­na­ge­ments cyclables (ou même des trot­toirs et des pas­sages pié­tons) et y cir­cule / sta­tionne sans ver­gogne.

        Vos bor­dures Zicla sont tota­le­ment inutiles sur le cours Lafontaine : aucune rai­son de tra­ver­ser la rue excepté aux inter­sec­tions. Les pié­tons valides (qui tra­ver­se­raient là où ce n’est pas auto­risé et que je lais­se­rai pas­ser avec plai­sir) ne seront pas gênés par les bor­dures actuelles. Les PMR actuel­le­ment ne tra­versent pas le cours Lafontaine en dehors des pas­sages pié­tons. Il n’y a aucune place de sta­tion­ne­ment pour voi­ture non plus du coté du lycée.

        Votre argu­men­ta­tion est tota­le­ment bidon. Vous refu­sez sim­ple­ment de voir l’es­pace public consa­cré à l’au­to­mo­bile dimi­nuer et vous trou­vez n’im­porte quel pré­texte anti-vélo pour cri­ti­quer ces amé­na­ge­ments cyclables. C’est bien vous qui vous enfon­cez avec de tels argu­ments.

        sep article