Chronovélo : la bordure cours Lafontaine à Grenoble fait enrager le collectif Le vélo qui marche

sep article

FOCUS – Le Vélo qui marche voit rouge. Malgré les avertissements du collectif avant travaux, une « bordure maçonnée infranchissable » délimite désormais la nouvelle piste Chronovélo du cours Lafontaine. Un aménagement synonyme de danger pour les cyclistes et de gêne tous azimuts, soutiennent les militants.

 

 

Cours Lafontaine, la bordure "infranchissable" qui fait enrager le collectif Le Vélo qui marche, vendredi 5 avril 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Cours Lafontaine, la bordure blanche « infranchissable » fait enrager le collectif Le Vélo qui marche. La nouvelle piste cyclable bidirectionnelle est située sur la voie de gauche, là où roulent temporairement les voitures. vendredi 5 avril 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Un « muret dangereux » blanc vient d’être aménagé cours Lafontaine à Grenoble. C’est du moins le constat établi par le collectif Le Vélo qui marche.

 

Planté devant le cours avec les autres membres du groupe, Guy Waltisperger a du mal à retenir sa colère : « Les aménageurs nous ont pondu des projets pourris. Ils n’ont pas tenu compte des avis des usagers. »

 

Et de désigner la bordure de 15 centimètres qui sépare désormais la nouvelle piste bidirectionnelle Chronovélo, de la voie de circulation routière sur le cours Lafontaine. Pour sûr, avec une limite aussi bien marquée, les automobilistes ne devraient pas s’aventurer sur la piste cyclable.

 

Côté cyclistes, la sécurité est loin d’être garantie pour autant, alerte le collectif, espérant enjoindre la Métropole et le SMTC, maîtres d’ouvrage des Chronovélos, d’en prendre conscience et de cesser ce type d’aménagement pour la suite des travaux. Il faut s’attendre au pire, prévient le collectif.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
7369 visites | 50 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 50
  1. On ne voit jamais ce collectif proposer de nouveaux aménagements cyclcbales mais juste critiquer ceux qui sont réalisés. Bizarre …

    sep article
  2. Bye bye les Ayatollahs, je vous laisse tranquilles, j’arrête là. Marre d’essayer de mettre de la mesure, du vivre ensemble et du raisonnable dans votre religion et vos certitudes. Je vous laisse entre vous et autres détenteurs de La Vérité.

    sep article
    • Je crois que ça vaut mieux pour tout le monde en effet. Vous avez brillé par votre intégrisme à vous, celle de défendre la voiture à tout prix et balancer des mensonges, comme au sujet de la pollution de CVCM. Et en plus à passer pour le «raisonnable», c’est à dire celui qui veut bien du vélo mais surtout sans changer l’espace public dominé par les voitures (c’est à dire ne rien faire en fait).
      À l’avenir, ne vous sentez plus obligés de commenter ici : nous n’avons plus besoin de perdre de l’énergie à lire vos énormités.

      J’en profite pour remercier une nouvelle fois JMB pour avoir tenu bon… de mon côté je n’ai plus le temps. Le combat du vélo qui marche (et le vôtre) est perdu d’avance : c’est l’ensemble des villes du monde qui se met au vélo, chacune à leur rythme, et qui réalisent ce type d’aménagement (avec bordures).

      sep article
      • Et voici comment, en exprimant qu’on trouve bien les bordures zicla dont l’article parle, on devient d’après certains un intégriste de la voiture sans avoir rien dit.

        sep article
  3. C’est sur que les pistes cyclables sans séparation, c’est beaucoup plus sur:
    https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190402_01317329/rien-ne-justifie-de-doubler-par-la-droite-et-d-empieter-sur-une-piste-cyclable-le-bourgmestre-de-koekelberg-ahmed-laaouej-ordonne-la-tolerance-zero-ap

    Pour ce qui est du coté de plantation des arbres, il a été dit plusieurs fois en réunion de concertation par les aménageurs qu’il était impossible de planter coté sud à cause des réseaux. Mais les membres de ce « collectif » (qui ne représente que 4 personnes) savent mieux que tout le monde où passent les réseaux d’eau, gaz, chaleur…

    sep article
    • sep article
      • On va rétablir un peu de vérité en remettant mes deux contributions un peu en -dessous :

        « Au fait, j’ai une version plus étoffée ici : https://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-val-de-saone/2019/04/04/rillieux-la-pape-gene-par-un-obstacle-un-cycliste-est-tue-par-un-camion : « Toujours est-il qu’une roue de son vélo a heurté le trottoir, provoquant sa chute » Oh purée, les bordures du trottoir… Vite, supprimons les bordures de trottoir ! Et les potelets qui sont dessus aussi ! MAIS, on lit dans les commentaires : « C’est un dérouleur et de la fibre optique qui entravé la circulation de cette piste cyclable. » Pffff…. On ne peut vraiment pas vous faire confiance pour donner une information complète ! Je me demande d’où vous tenez votre pseudo… »
        et
        « « Il n’y a pas de trottoir, seulement des bordures, ça se voit sur la photo. »

        Vous n’en avez pas marre de divulguer de fausse information ? Voici la preuve qu’il y a bien une bordure le long du trottoir :
        https://www.google.fr/maps/@45.8230092,4.9120977,3a,75y,279.03h,103.39t/data=!3m6!1e1!3m4!1sEQHOrxT0B8A38uRIeWxNDg!2e0!7i13312!8i6656

        Vous devriez changer de pseudo au profit de « intox », ça serait plus honnête d’un point de vue intellectuel. »

        sep article
        • Vous y étiez ? Le journal Le Progrès a publié sur internet la photo exacte du lieu de l’accident. Ce sont des bordures. C’est aussi ce qu’écrit Lyon Mag. Vous êtes incapable d’arrêter la mauvaise foi et l’intox.

          sep article
          • Tiens, vous êtes encore là : nous vous croyions au zoo ? Vous n’aimez pas la contradiction avec photo et ligne à l’appui ?
            Je remets la ligne du journaliste (Le Progrès) :
            « Toujours est-il qu’une roue de son vélo a heurté le trottoir, provoquant sa chute »
            Ce n’est pas moi qui écris cette phrase. C’est le journaliste !!!
            Je remets la photo de l’endroit où on voit un trottoir dont vous persistez à dire qu’il n’existe pas :
            https://www.google.fr/maps/@45.8230092,4.9120977,3a,75y,279.03h,103.39t/data=!3m6!1e1!3m4!1sEQHOrxT0B8A38uRIeWxNDg!2e0!7i13312!8i6656
            C’est bien à Rillieux, sur la rue du Mas Millier (info tirée du journal Le Progrès) et cela correspond peu ou prou à la photo No 1 du même journal.

            Finalement, cette fixation sur les bordures, on dirait Harpagon dans l’Avare de Molière : « Ma bordure, ma bordure ».

            Et sérieusement, on pourrait aussi vous entendre sur d’autres aménagements piétons / cycles un peu plus pourris que cette piste cyclable directionnelle ? Parce qu’à la fin, on voit bien que votre combat n’est pas en faveur du développement de l’usage de la bicyclette en ville.

            sep article
            • Trop nuls les journalistes du Progrès qui vont sur place et publient la mauvaise photo avec que des bordures alors qu’il y a vous qui savez tout avec Google maps. Vraiment incapables les journalistes de Lyon Mag qui écrivent que le cycliste a heurté la bordure en béton qui sépare la piste de la chaussée. Heureusement qu’il y a vous et votre journalisme de zoo pour rétablir La Vérité virtuelle.

              sep article
  4. Il faut remettre les choses à l’endroit: la présence de bordures est liée au comportement dangereux de certains automobilistes empiétant ou stationnant sur les pistes cyclables. Ainsi, les bordures seraient inutiles si chacun respectait l’espace qui lui était dévolu! C’est tout simplement plus dangereux sans les bordures, qu’avec! Les statistiques d’accidentologie montrent par ailleurs que les morts de cyclistes sont essentiellement liées au trafic motorisé, pas à la méchante bordure qui passait par là! Si vous allez en Suisse, à Bâle par exemple, les tramways et pistes cyclables ne sont pas en site propre, car chacun respecte l’espace de l’autre et personne n’aurait l’idée de stationner sur les rails du tram, mais malheureusement, les Grenoblois n’ont pas le comportement des Bâlois, donc on met des bordures, point!

    sep article
    • On a assez entendu Y. Mongaburu et autres dire partout que la vérité venait de Rue de l’Avenir à Genève. Alors, si les rues au centre ville sont apaisées pour la liberté des piétons comme en Suisse, il ne faut pas de murets comme en Suisse. Ou alors il y a un gros mensonge quelque part. Lequel ?

      sep article
      • Le mensonge, il est chez vous. Vous parlez d’un muret. Donnez-nous sa hauteur une fois les travaux finis et on en reparlera !

        D’autre part, vous remarquerez que le stationnement sur aménagements cyclables ou piétonniers n’est pas un sport national en Suisse. Ainsi, on ne trouve guère autant de potelets sur les trottoirs en Suisse. Malheureusement, en France, on a une proportion d’automobilistes suffisamment élevée pour obliger une séparation physique des trafics. Vous devriez diriger votre colère contre ces *automobilistes* qui pourrissent la vi(ll)e et ensuite, on verra pour les bordures. Ce serait beaucoup plus intelligent et dans la période transitoire, les cyclistes pourront circuler en sécurité.

        sep article
        • Il n’y a aucun mensonge dans ce que j’ai dit. Cela a été très largement entendu, c’était dans des réunions publiques.

          sep article
  5. En fait desintox vous êtes un troll 🙂
    J ai bien ri avec votre mur. Tellement gros 🙂

    sep article
    • et à part ça et traiter les gens de c***, vous avez quelque chose à dire ?

      sep article
      • Bwof, pas tellement,

        pour rappel:
        – relisez vos remarques, repensez y,
        – les c** sont ceux qui pensent qu’une ligne blanche au sol protège mieux l’espace de chacun qu’une séparation physique. Pour être provocateur je ferai l’analogie avec un fameux nuage bloqué par notre frontière 🙂

        sep article
        • Vous avez lu l’article ? Bwof pas tellement ? Ils parlent pas de lignes blanches. Moi je trouve bien la solution des bordures zicla.

          sep article
  6. Je suis allé vérifier la hauteur de cette bordure (ce « mur » d’après « désintox »).
    Alors premièrement, il y a deux hauteurs différentes :
    – côté circulation motorisée, là où le revêtement définitif semble posé, on a une hauteur inférieure à celle d’une bordure de trottoir traditionnelle (pas les nouvelles comme ici par exemple https://www.google.fr/maps/@45.1948499,5.7106287,3a,82.1y,221.88h,81.06t/data=!3m6!1e1!3m4!1srvq_aJupkmSs8TXP2MRSZg!2e0!7i13312!8i6656 )
    – côté piste cyclable bidirectionnelle, le revêtement définitif n’est pas posé donc la hauteur de la bordure est naturellement plus grande que de l’autre côté !

    J’imagine que le collectif le vélo qui marche parce qu’il ne fait pas de vélo a pris les mesures côté piste et a tiré des plans sur la comète à partir d’une situation provisoire pour monter en épingle ce qui au final n’est qu’une tempête dans un dé à coudre. C’est une méthode comme une autre de dénigrement. Chacun appréciera. Mais en aucun cas ce collectif ne mérite le qualificatif d’experts en aménagements cyclables.

    sep article
  7. j’ai quitté cette ville sectaire et hostile et j’en suis super content. J’essaie aujourd’hui d’éviter de me rendre à Grenoble – c’est une zone de NoGo, faite pour les zonards et illuminés de toutes sortes. L’acharnement anti-voiture est déjà suivi par l’acharnement anti-homme (bientot femme) blanc – illégale, mais prôné par la bande de Monsieur Piolle. Bref, une ville pourrie, à éviter.

    sep article
  8. sep article
    • C’est malheureux effectivement. Mais est-ce une raison pour supprimer les bordures qui sécurisent un aménagement cyclable en le séparant du trafic motorisé ? Perso, je me pose la question de savoir : qu’était-ce cet obstacle ? Une voiture mal garée comme on peut en voir sur l’estacade ou rue Casimir Brenier en travers de la piste ?

      Parce qu’à partir d’anecdocte (je mets la définition « Fait de caractère marginal, relatif à une ou à des personnes, inédit ou peu connu, auquel on peut attacher une signification, mais qui reste accessoire par rapport à l’essentiel »), on peut faire tout et le contraire.
      Si je dis demain, les autoroutes sont mortelles parce que la vitesse est trop élevée et que demain un accident a lieu, on supprime aussi les autoroutes ?

      De plus, si on regarde les associations de cyclistes lyonnaises (les vraies, pas les faux-nez comme ce collectif ici), on n’entend nulle part ce combat contre les bordures comme ici. De même à Paris avec la montée en charge de leur réseau express.

      Allez, continuez à nous balancer vos arguments tordus ! On adore et on attend avec impatience les suivants !

      sep article
    • Au fait, j’ai une version plus étoffée ici :
      https://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-val-de-saone/2019/04/04/rillieux-la-pape-gene-par-un-obstacle-un-cycliste-est-tue-par-un-camion :
      « Toujours est-il qu’une roue de son vélo a heurté le trottoir, provoquant sa chute »
      Oh purée, les bordures du trottoir… Vite, supprimons les bordures de trottoir ! Et les potelets qui sont dessus aussi !

      MAIS, on lit dans les commentaires :
      « C’est un dérouleur et de la fibre optique qui entravé la circulation de cette piste cyclable. »

      Pffff…. On ne peut vraiment pas vous faire confiance pour donner une information complète ! Je me demande d’où vous tenez votre pseudo…

      sep article
      • Il n’y a pas de trottoir, seulement des bordures, ça se voit sur la photo. C’est la bordure qui a causé la chute parce que le cycliste s’y est cogné la roue en voulant éviter un obstacle. Que l’obstacle ait été un truc ou un machin est sans importance, à part celle de vous permettre de détourner le sujet. Sans cette bordure le cycliste serait encore en vie.

        sep article
        • sep article
          • Il n’y a pas de trottoir, seulement des bordures sur la photo du journal Le Progrès qui s’est rendu sur place. C’est aussi ce qu’écrit Lyon Mag. Sans cette bordure le cycliste serait toujours en vie.

            sep article
            • C’est dingue ça ! Je vous mets la photo du lieu précis où a eu lieu l’accident à partir de la photo et de l’adresse données dans le journal. On y voit un trottoir. Et vous continuez à soutenir qu’il n’y a pas de trottoir ! Non seulement vous êtes aveugles mais en plus de mauvaise fois. Changez de pseudo !

              sep article
              • Vous y étiez ? Le journal Le Progrès a publié sur internet la photo du lieu exact de l’accident. Ce sont des bordures. C’est aussi ce qu’écrit Lyon Mag. Vous êtes incapable d’arrêter la mauvaise foi et l’intox.

                sep article
  9. Ce genre de bordure existe déjà partout: le long des lignes C et E, par exemple, sur le cours Jean-Jaurès le long de pistes cyclables et des contre-allées, et on peut même évoquer l’ensemble des trottoirs de l’ensemble des villes de l’univers! Sans ces bordures, on aurait du stationnement gênant de partout, et c’est CELA qui est vraiment dangereux, lorsque les cyclistes sont obligés de se déporter sur les voies réservées au trafic automobile! Par ailleurs, sur le cours Jean-Jaurès, les bordures ont été arasées, ce qui les rend moins saillantes en cas de chute et il semble que c’est aussi le cas sur le cours Lafontaine! Enfin, à croire ce collectif, les piétons avec poussettes traversaient le cours Lafontaine en dehors des clous en plein milieu de trafic automobile, ce qui montre la stupidité de leurs arguments!

    sep article
  10. Bien plus dangereux que la bordure d’un trottoir car il s’agit d’une saillie qu’il ne faut surtout pas accrocher avec la roue de son vélo, voir la photo en pièces jointe sur la page facebook de l’article, recommendations de la FFCT.

    Quand à ceux qui pense que ces pistes réalisées pour les vélottafeurs en priorité sont faite pour les enfants, le w.end surtout et encore.

    De plus, une bordure contraignante qui oblige les cyclistes à sortir de la piste uniquement aux intersections, et quand on sait la propension des cyclistes à accepter les contraintes comme les feux rouges par exemple, on se doute bien que certains préfèreront les trottoirs, comme ailleurs.

    Aussi, une gène supplémentaire pour les piétons Grenoblois et les autres, plus difficile de traverser à ces endroits avec toujours plus de difficultés de circuler à pieds.

    Précision utile, je suis aussi cycliste, puisque maintenant il faut se justifier de l’être lorsqu’on ose critiquer un projet de ce type…

    sep article
    • J’ai du mal a voir la différence avec une bande cyclable longeant le trottoir. On a jamais entendu qui que ce soit se plaindre de cette bordure qui en délimitant l’espace permet aux différents modes de cohabiter en presque intelligence ( sauf les ahuris qui prennent le trottoir comme espace de stationnement).
      Cette polémique me semble complètement hors sol à moins qu’il n’y aient des desseins masqués

      sep article
    • Oh, monsieur est cycliste et cite la Fédération Française de Cyclo-Tourisme mais pas la FUB ? Oh, je n’ai rien contre les cyclistes du dimanche qui roulent à toute berzingue sur les voies sur berges (oui, moi aussi je peux faire des raccourcis fâcheux) mais il faudrait arrêter de dire des bêtises à tout bout de champ !

      D’abord, pourquoi mettre une bordure pour séparer une piste cyclable bidirectionnelle d’une chaussée avec trafic motorisé ? Parce que le trafic motorisé a tendance à « emprunter » les aménagements cyclables quand il n’y a pas de séparation nette.
      Ensuite, la bordure est-elle trop haute ? Oui, peut-être que mettre une bordure champfreinée côté cycle serait une bonne idée. A-t-on des chances d’y accrocher sa roue de vélo ? Ben non : sur une piste cyclable, la trajectoire est plutôt bien connu (contrairement à certains espaces mixtes).
      Cette piste est-elle faite pour les vélotaffeurs ? Oui, bien entendu puisqu’ils se déplacent à vélo ! Sont-elles faites pour les enfants ? Encore oui car elles sont justement séparés du trafic motorisé physiquement par ces bordures. Sont-elles utilisés le week-end uniquement ? Je ne pense pas.
      Pourquoi voulez-vous que les cyclistes sortent de cet aménagement en dehors des carrefours avec les rues Paul Bert et Lamartine pour lesquelles la bordure s’interrompt ? Stupide !
      Croyez-vous vraiment que les piétons qui auraient des difficultés à enjamber cette bordure traversent déjà ce cours Lafontaine entre deux passages ? Stupide également !

      Donc je ne vois pas trop l’intérêt de vos arguments fallacieux à part faire de l’anti-cyclisme primaire ?

      sep article
  11. quelle bande de c***
    il faut des séparations, c’est tout.
    pour que les voitures ni ne stationnent ni n’envahissent, pour que les vélos ne déboitent pas n’importe comment.
    c’est une TRES bonne chose; avez vous essayé le vélo avec un gamin de 5 ou 6 ans? ce type de séparation est super; je suis usager et je suis pour
    pis allons dans le sens de cette « asso » (pour qui roulent ils d’ailleurs?), sus aux trottoirs, c’est quoi ces espaces mal fagotés avec une séparation pour les voitures?

    sep article
    • Cher fan de la séparation. A vous que vous ne rangez pas parmi les c***, je voudrais poser une question : avez vous traversé la rue au passage piéton avec un gamin de 5 ou 6 ans ? Moi je leur donne la main et ne je suis pas près de les lâcher à cet âge au milieu d’une autoroute à vélos en centre ville !

      sep article
      • Vous savez, je commence a être un vieux c**
        Disons que j ai l’expérience de ma c*nnerie 😀
        mon propos est double:
        – le partage de l’espace ne fonctionne pas, il faut des séparations (cela ne plait pas, pose des soucis par ex : pour les véhicules d’urgence bloqués dans les bouchons)
        – il faut faire respecter les règles (je faisais mention aux vélo qui déboitent) et ce pour tous,

        Et je suis d’accord avec vous sur le fait de traverser une route est compliqué que ce soit voiture ou vélo. il faut un feu ou un adulte pour s’engager et vérifier que ceux qui viennent s’arretent.
        Ma remarque portait sur le fait de faire du vélo avec un enfant sur une route « mixte » où il y a des craintes Vs sur une route dédiée vélo où par définition, le gamin au pire se paie le muret (et non la voiture) en cas d’écart.
        Je suis loin d’être pro metro ou pro mairie, reconnaissons les choses qui avancent pour une fois

        sep article
      • Oui, bien tenir la main de son gamin pour traverser la piste cyclable bidirectionnelle et lui lâchez la main pour traverser la chaussée des motorisés car c’est bien connu, *tous* les automobilistes s’arrêtent dans leur engin d1,5 tonnes pour laisser passer les piétons.

        sep article
  12. A quoi ça sert un mur ? à séparer. En plein centre ville, super …

    sep article
    • Hahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahaha !!!!! La bordure se transforme en mur maintenant !!! Vous êtes désopilants ou alors de Marseille avec la sardine qui bloque l’accès du Vieux Port.
      En tout cas, je pense qu’avec ce concept de la bordure qui se fait mur, vous avez gagné toute votre place dans ce collectif ! Allez vite les rejoindre !

      sep article
      • Tout en finesse, comme toujours avec vous … La bordure installée est un muret.

        sep article
        • Ah, ce n’est plus un mur mais un muret maintenant. Un petit mur donc. C’est bien, on progresse !

          sep article
          • C’est ça, un petit mur de séparation. C’est bien, on progresse !

            sep article
  13. Ce genre de bordure c’est la trade mark de Éric Piolle. Il en a fait partout sur les grands boulevards pour les voitures , maintenant il est continu ailleurs pour les cyclistes. Il faut attendre 2020 pour se débarrasser à la fois de Monsieur Piolle et de ses bordures partout en ville

    sep article
    • Je ne peux pas imaginer cette phrase en dehors du second degré. Pour rappel, les bordures similaires le long du tram B (novembre 1990), du tram C (mai 2006) et du tram E (juin 2014). Arrivée de Piolle à la mairie de Grenoble : juin 2014. D’autre part, le projet Chronovélo est un projet de la métropole.

      sep article
  14. Mais comment encore donner du crédit à ces manipulateurs et fabriquants de fakenews ?
    D’ailleurs, quelqu’un pour leur faire remarquer que tous les trottoirs actuels sont de même hauteur, dans toutes les rues de toutes les villes ? Pffff, désespérant cette arrogance, doublée d’ambition politique !

    sep article
  15. Faut dire que pour faire plu con ….

    sep article
  16. Franchement, ça dépasse les bordures et je vais être vulgaire : c’est qui ces cons ???
    Mais c’est extra des bordures pour séparer un aménagement cyclable : ça rend le stationnement par ces gens-là en voiture beaucoup plus difficile. Cela rend les trajets beaucoup plus sécurisés pour les enfants du fait de la séparation *physique* avec le trafic motorisé. Cela donne une excellente visibilité sur l’aménagement cyclable. En plus, contrairement à certains endroits, ces bordures ont une hauteur limitée qui ne représente pas un danger pour les cyclistes.

    Alors, je m’interroge sur ce collectif censé représenter des cyclistes. Mais quel(le)s cyclistes ? Ceux qui se déplacent en voiture toute la semaine et qui prennent leur vélo le week-end pour aller faire quelques balades format loisir ou sportif (en allant au point de départ en voiture avec le vélo sur coffre ou à l’arrière) ? Mais ils devraient aussi gueuler contre les bordures des trottoirs pendant qu’ils y sont !

    Donc oui oui oui oui pour des aménagements cyclables séparés physiquement de la chaussée où circule le trafic motorisé et en dehors des trottoirs. Oui, oui, oui pour des aménagements cyclables sécurisés, continus et maillés dans toute l’agglomération. Oui, oui, oui pour un réaménagement de l’espace public au profit des modes actifs et au détriment des pollueurs, bouffeurs d’espace et créateurs d’insécurité routière !

    Vive les chronovélos !

    Et on attend avec impatience la chronovélo dans le quartier St-Bruno / Berriat pour désenclaver ce secteur très peu cyclable malgré l’opposition hystérique de l’union quartier dont le président fait partie de ce collectif !

    sep article
    • Vous n’êtes pas vulgaire, vous êtes comme d’habitude dans tous vos commentaires. Sinon, libre à vous d’opposer violemment le vélo au piéton, le vélo aux voitures. Très peu pour moi et les séparations en centre-ville non merci. Par contre, les bordures zicla dont parle l’article, c’est une bonne idée.

      sep article
      • Les bordures ZICLA sont une incitation aux voitures à se garer dessus. je vous envoie des photos de stationnement très gênant de bagnoles sur différentes bandes cyclables de Grenoble, ou on arrête là? (Précision: je suis vélotaffeur ET automobiliste à mes heures)

        sep article
        • Pas besoin de vos photos parce que des infractions il y en a de tous les types : voitures en stationnement interdit, vélos en sens interdit ou qui grillent les feux, trottinettes électriques sur les trottoirs, etc. La réponse c’est la contravention. Il faut vivre ensemble, ce que permettent les bordures zicla. D’ailleurs il est dit dans l’article qu’elles sont recommandées par la FFVélo.

          sep article
      • Tiens, voilà que j’oppose les déplacements à vélo et la marche à pied. Mais vous êtes irrésistible ! Ceux qui me connaissent peuvent s’esclaffer librement sans cracher de rire sur leur écran !
        Par contre oui, j’assume parfaitement l’opposition entre le vélo et la voiture et je maintiens que sans séparation physique, le trafic motorisé n’a rien à faire des aménagements cyclables (ou même des trottoirs et des passages piétons) et y circule / stationne sans vergogne.

        Vos bordures Zicla sont totalement inutiles sur le cours Lafontaine : aucune raison de traverser la rue excepté aux intersections. Les piétons valides (qui traverseraient là où ce n’est pas autorisé et que je laisserai passer avec plaisir) ne seront pas gênés par les bordures actuelles. Les PMR actuellement ne traversent pas le cours Lafontaine en dehors des passages piétons. Il n’y a aucune place de stationnement pour voiture non plus du coté du lycée.

        Votre argumentation est totalement bidon. Vous refusez simplement de voir l’espace public consacré à l’automobile diminuer et vous trouvez n’importe quel prétexte anti-vélo pour critiquer ces aménagements cyclables. C’est bien vous qui vous enfoncez avec de tels arguments.

        sep article