Plan Chronovélo : le Cluq organise une réunion publique de concertation… qui a failli ne jamais avoir lieu

sep article



FOCUS – Le Comité de liaison des unions de quartiers (Cluq) organise, mardi 4 décembre, la réunion publique de concertation sur le plan Chronovélo… Une occasion notamment très attendue par le collectif Le vélo qui marche, qui va pouvoir présenter aux élus et au public ses réflexions et alternatives au tracé retenu. Se revendiquant neutre, le Cluq entend, lors de cette réunion, se poser en simple médiateur entre les habitants et la Métropole de Grenoble.

 

 

Planning de réalisation des aménagements du Plan Chronovélo version juin-juillet 2018 DR

Planning de réa­li­sa­tion des amé­na­ge­ments du Plan Chronovélo ver­sion juin-juillet 2018. DR

« Venez don­ner votre point de vue » peut-on lire sur une affiche visible ces jours-ci dans les rues de Grenoble, annon­çant « une réunion publique de concer­ta­tion » sur le plan Chronovélo.

 

Un temps d’é­change et de débat qui se tien­dra mardi 4 décembre à 20 heures à la Maison de tou­risme.

 

L’orga­ni­sa­teur ? Le Comité de liai­son des unions de quar­tier de Grenoble. En amont de cette ren­contre, le Cluq exhorte tout habi­tant, col­lec­tif ou asso­cia­tion etc. sou­hai­tant faire part de son point de vue sur le tracé Chronovélo, ce jour-là, à se rap­pro­cher de lui, afin d’organiser au mieux les prises de parole. 

 

Le Cluq aurait de loin pré­féré que la Métropole de Grenoble, maître d’ou­vrage du plan Chronovélo, coor­ga­nise cette réunion avec lui, mais la col­lec­ti­vité a botté en touche. Quant aux élus, visi­ble­ment indé­cis, ils n’ont pour l’heure tou­jours pas confirmé leur par­ti­ci­pa­tion. Alors même qu’ils ont ren­con­tré les membres du Cluq, ven­dredi der­nier, pour se mettre d’ac­cord sur le dérou­le­ment de cette réunion.

 

 

Le Cluq, garant d’un débat équitable sur le plan Chronovélo

 

« Nous nous posi­tion­nons comme ani­ma­teur de débat, tient à sou­li­gner Gilles Namur, pré­sident du Cluq. Nous ne sommes pas là pour cri­ti­quer tel ou tel pro­jet. Notre seule pré­oc­cu­pa­tion est que la concer­ta­tion, le dia­logue et le débat puissent avoir lieu. »

 

Affiche de la réunion publique de concertation sur le plan Chronovélo organisée par le Cluq. DR

Affiche de la réunion publique de concer­ta­tion sur le plan Chronovélo orga­ni­sée par le Cluq. DR

La réunion se dérou­lera en trois temps. En pre­mière par­tie de soi­rée, le Cluq revien­dra sur l’his­to­rique de la concer­ta­tion orches­trée par la Métropole et… poin­tera les écueils de sa concep­tion.

 

Le Cluq ne man­quera pas, en par­ti­cu­lier, de déplo­rer la pro­messe non tenue de la col­lec­ti­vité d’organiser une concer­ta­tion por­tant sur le schéma glo­bal du plan Chronovélo. Raison pour laquelle le Cluq s’est por­tée volon­taire pour en orga­ni­ser une…

 

À l’été 2018, des réunions de sec­teur se sont certes tenues mais pour pré­sen­ter le plan par tron­çons. Et il n’é­tait alors pas ques­tion de remettre en cause lors de celles-ci le tracé ini­tial des axes chro­no­vélo.

 

 

Soucieux de garan­tir un débat équi­table, le Cluq don­nera la parole à la Métropole de Grenoble, afin qu’elle puisse dérou­ler sa ver­sion des faits et expli­quer par le menu le pro­ces­sus d’élaboration et le bien-fondé de son schéma Chronovélo.

 

 

Partir des mêmes enjeux, passer en revue les alternatives 

 

Dans un deuxième temps, le Cluq pro­pose de défi­nir les termes du débat. De quoi parle-t-on vrai­ment quand on évoque les axes Chronovélo ? S’agit-il de construire des pistes de grand gaba­rit où les cycles cir­culent à vive allure d’un point A à un point B, avec des prio­ri­tés aux feux pour les vélos ?

 

Illustration sur le site du collectif Le vélo en marche DR

Illustration sur le site du col­lec­tif « Le vélo qui marche », qui défend des solu­tions alter­na­tives au plan Chronovélo de la Métropole de Grenoble. DR

Ou alors est-il ques­tion, de manière plus réa­liste, de se conten­ter de confor­ter des pistes de vélo pré­exis­tantes, sur cer­taines por­tions de ces axes tout au moins, notam­ment dans l’hy­per­centre de Grenoble ? Dans ce der­nier cas, est-il légi­time de mettre la tota­lité du schéma sous la ban­nière « Chronovélo » ?

 

Enfin, lors du der­nier temps de la soi­rée, s’exprimeront à tour de rôle les par­ti­sans du plan Chronovélo tel que le conçoit la Métropole, puis ses oppo­sants qui sou­tiennent d’autres tra­cés.

 

Parmi les contes­ta­taires, le col­lec­tif Le vélo qui marche expo­sera ses griefs contre une par­tie du tracé acté par la Métropole de Grenoble. Regroupant des citoyens issus d’unions de quar­tier, de conseils citoyens indé­pen­dants et d’associations, ce col­lec­tif défend un plan Chronovélo assez dif­fé­rent de celui de la Métropole. Parmi ses sources d’ins­pi­ra­tion, l’ex­pé­rience du réseau express vélo de la Ville de Strasbourg, capi­tale du vélo en France.

 

Séverine Cattiaux

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
5149 visites | 19 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 19
  1. Pour que l’in­for­ma­tion soit com­plète, peut-être eût-il été utile de véri­fier qui était der­rière ce fameux col­lec­tif « le vélo qui marche ».

    Or donc :
    – Leur site est hébergé sur le même ser­veur que celui d’Alain Carignon, societe-civile-grenoble.fr (chez Free, adresse IP : 62.210.16.62)
    – L’administrateur de leveloquimarche.fr est le même que celui de grenoble-le-changement.fr, autre site d’Alain Carignon (hébergé lui aussi chez Free, adresse IP : 62.210.16.61)

    Il me semble qu’on peut décem­ment en déduire que ce « col­lec­tif » est une créa­tion, à visée élec­to­ra­liste, d’Alain Carignon. Et je crois qu’il est impor­tant de le savoir.

    sep article
  2. L’enfumage des « amis » de la muni­ci­pa­lité Piolle avec son lots d’ar­gu­ments tou­jours d’une mau­vaise fois confon­dante, avec un nou­vel arrivé à rajou­ter a la liste, gilce

    sep article
    • Hahaha, mais pour un peu, vous seriez plein d’hu­mour !

      Donc pour vous, cyclistes = ami(e)s de Piolle.
      J’en déduis qu’au­to­mo­bi­listes = fachos lepé­nistes.
      J’ai bon ?
      Non seule­ment vous êtes pathé­tiques mais en plus pitoyables dans vos rai­son­ne­ments !

      sep article
  3. Le schéma du réseau de Strasbourg pré­senté par « Le vélo qui marche » et repris par Place Grenet est (volon­tai­re­ment?) trom­peur : en effet le réseau vélo express de Strasbourg est non seule­ment com­posé de plu­sieurs rocades, et pas seule­ment une, comme pré­senté ici de manière tron­quée mais aussi de 9 radiales :
    https://www.rue89strasbourg.com/un-nouveau-reseau-de-transports-la-pedale-145275

    Par ailleurs, chaque ville a sa propre confi­gu­ra­tion, ainsi dans le cas de Strasbourg, les pistes cyclables servent de « rocade » autour de l’hy­per­centre pié­ton car celui-ci forme en quelque sorte une île cer­née de canaux qui sont eux-mêmes lon­gés par des grands axes fai­sant le tour de « l’île ». Il est plus aisé d’y faire pas­ser des axes Chronovélo, plu­tôt que dans l’hy­per­centre, qui est un pla­teau pié­ton, tou­ris­tique, classé, beau­coup plus vaste que le pla­teau pié­ton de Grenoble et consti­tué de beau­coup de petite rues tor­tueuses. Après, si cer­tains veulent un pla­teau pié­ton de 1km de long à Grenoble, soit entre l’hô­pi­tal et le cours Jean-Jaurès, pas de pro­blème, il suf­fit d’ap­pe­ler la mai­rie !
    https://www.google.com/maps/place/Strasbourg/@48.581018,7.7337681,14z/data=!4m5!3m4!1s0x4796c8495e18b2c1:0x971a483118e7241f!8 m²!3d48.5734053!4d7.7521113

    sep article
    • Vous avez rai­son, les auto­routes à vélos de Strasbourg, qu’elles soient rocades ou radiales, ne pénètrent pas en centre ville. Pas fous les alsa­ciens.

      sep article
      • Ce n’est pas ce que je vou­lais dire. Le réseau de Grenoble non plus ne pénètre pas l’hy­per­centre pié­ton. Le schéma du « Vélo qui marche » est trom­peur en ce qu’il montre une rocade, mais pas les radiales.

        sep article
      • Ben euh, com­ment dire, par­fois, il vau­drait mieux se taire… Etes-vous déjà allé dans le centre-ville de Strasbourg, « la Petite France » et aussi le quar­tier de la Cathédrale juste à côté ? Il ne vous aura pas échappé si c’est le cas qu’il est lar­ge­ment pié­ton­nier. Par consé­quent qu’il est dif­fi­cile d’y faire pas­ser un réseau express vélo de 2x2.2m ou bien 4m de large. Et bien figu­rez-vous que c’est pareil sur Grenoble : il n’y a pas de réseau express vélo des­ser­vant la grand’­rue ou la rue Félix Poulat de même que les petites rues adja­centes, Bonne, Millet etc. C’est dingue, non ??? Pas fous ces Grenoblois !

        Entre nous, en dif­fu­sant de telles affir­ma­tions dénuées de tout sens une fois confon­trées à la réa­lité du ter­rain, vous pre­nez vrai­ment les Grenoblois(es) pour des andouilles ou il y a autre chose ?

        sep article
        • sep article
        • Vous ne m’a­vez pas com­pris, peut-être me suis-je mal exprimé. Je n’ai jamais dit qu’il fal­lait faire pas­ser un réseau express vélo dans des zones pié­tonnes, ni à Strasbourg, ni à Grenoble, et oui j’ai visité Strasbourg et j’ex­pli­quais aussi pour­quoi on ne pou­vait­noas faire pas­ser de réseau express vélo dans les rues pié­tonnes ! Je crois que vous êtes plu­tôt défen­seur du réseau express vélo, et ça tombe bien, car moi aussi, fai­sant moi-même 20km par jour à vélo dans Grenoble… En fait, on doit pen­ser à peu près la même chose… Sur le fond, j’ai cri­ti­qué la com­pa­rai­son trom­peuse entre Grenoble et Strasbourg faite par « Le vélo qui marche », en effet le schéma pré­senté par cette asso­cia­tion laisse pen­ser que le réseau de Strasbourg n’est consti­tué que d’une « rocade à vélos », alors qu’à Strasbourg comme à Grenoble, le réseau est consti­tué de d’axes péné­trants, mais évi­dem­ment pas dans les rues pié­tonnes et j’ex­pli­quais pour­quoi. Mais bon, j’ai dû être clair…

          sep article
  4. sep article
    • La rela­tion avec le réseau express vélo ???

      sep article
  5. Ping : Les Unions de Quartiers organisent elles mêmes la concertation - 🚴ki🚶 ~ LE VÉLO QUI MARCHE ~ 🚴ki👍

  6. Merci au cluq de per­mettre le débat et aux unions de quar­tiers de s’in­ves­tirent sur le sujet afin que nous pro­fi­tons tous d’un réseau cycles qui fonc­tionne dans sa glo­ba­lité et sans dog­ma­tisme.

    Je ne remer­cie pas ceux qui sur les articles de place gre’­net sou­haitent bâillon­ner l’ex­pres­sion et volonté des Grenoblois de construire ensemble ; cen­sure, attaques gra­tuites, déni­gre­ment, juge­ments à l’emporte pièces, calom­nies, à l’i­mage du reseau citoyen, et à savoir ici donc : jmb, thierry, Olivier, dau­phi­noix, caro, zap, liste à com­plé­ter.

    sep article
    • Vous avez un pro­blème ? On peut dis­cu­ter si vous vou­lez. Désolé de n’être pas de votre avis, mon­sieur. Retrouvez moi les fois où j’ai été insul­tant, je vous en prie.

      sep article
    • Super ce com­men­taire, cela fait chaud au cœur !!!!!!!!!!!!!!!!

      sep article
    • Vous êtes d’un ridi­cule, vrai­ment pathé­tique. On se croi­rait dans une cour de récré : « ouin, jmb, thierry, Olivier, dau­phi­noix, caro, zap y font que de m’embêter ! » Je pen­sais que votre âge men­tal rele­vait davan­tage du XXème siècle à la vue de vos pro­po­si­tions du siècle passé mais en fait, c’est plu­tôt du niveau mater­nel. Si vous ne sup­por­tez pas la contes­ta­tion sur un forum de dis­cus­sion, il ne faut pas venir. Aux der­nières nou­velles, PlaceGrenet ne vous a pas cen­suré et les per­sonnes que vous citez n’en ont pas le pou­voir non plus.

      Les idées que vous pro­po­sez sont tout sim­ple­ment dépas­sées. C’est une fin de règne, une tran­si­tion non pas éco­lo­gique (contrai­re­ment à ce que vous croyez) mais éco­no­mique qui se pro­file. On va dans le mur, éco­no­mi­que­ment, socia­le­ment, envi­ron­ne­men­ta­le­ment. Et vous et vos autres com­pa­gnons du même aca­bit veulent nous y ame­ner encore plus vite. On a le droit d’être en désac­cord et de l’ex­pri­mer.
      Maintenant, si ça vous déplaît, on peut reprendre la maxime de Sarkozy au salon de l’a­gri­cul­ture en 2008.

      sep article
  7. SC

    27/11/2018
    16:37

    Bonjour Thierry, Le col­lec­tif en ques­tion est le seul qui se soit mani­festé, offi­ciel­le­ment, comme par­ti­ci­pant à cette réunion. Pour l’heure, à notre connais­sance l’ADTC n’a pas sol­li­cité de prise de parole. Selon le Cluq, le débat se veut ouvert à tout type d’in­ter­ven­tion. Enfin, à pro­pos des réunions de tra­vail, etc. il faut pré­su­mer que la Métropole de Grenoble y revien­dra lors du pre­mier temps de la réunion Cf. l’ar­ticle. Bonne jour­née.

    sep article
  8. Marrant de citer un col­lec­tif (Le Vélo Qui Marche) qui se crée spé­cia­le­ment pour l’op­po­si­tion au pro­jet ! Un simple WhoIs sur inter­net per­met de véri­fier que le domaine et le blog ont été crée le 17 octobre de cette année ! Et les idées docu­men­tées sont les mêmes qu’une autre assos qui s’é­tait oppo­sée au plan de cir­cu­la­tion en créant des fausses infos sur la pol­lu­tion…
    Pourquoi ne pas deman­der l’a­vis de l’ADTC par exemple qui est l’as­sos réfé­rence à Grenoble en terme de dépla­ce­ments alter­na­tifs ?
    Et la réunion public orga­ni­sée par le CLUQ est déjà parti pris dès l’af­fi­chette… Sont oubliés/maquillés les groupes de tra­vail, les réunions publiques et les confé­rences de presse faites en 2015, 16 et 17 !

    sep article
  9. « Le vélo qui marche »… Le col­lec­tif qui se déplace en tout sauf à bicy­clette en ville. L’utilisation du terme « auto­route à vélos » (alors qu’il ne vien­drait à per­sonne l’i­dée d’al­ler un che­min agri­cole une « auto­route à trac­teurs ») démontre les ori­gines de ce col­lec­tif (suf­fit de voir qui conti­nue d’ap­pe­ler ces pistes cyclables ainsi).
    Et on admire sur son site les réfé­rences à la FFVélo (tou­jours appe­lée Fédération Française des Cyclotourisme, le chan­ge­ment de nom n’ayant pas été approuvé par la der­nière AG) dont l’ex­per­tise en matière de dépla­ce­ments urbains me semble un poil plus limi­tée que celle de la Fédération des Usagers de la Bicyclette.
    Et on retrouve aussi les cri­tiques sur la piste devant Champollion alors que pen­dant des années ces braves gens n’ont rien à trou­ver à redire sur deux files de cir­cu­la­tion pour voi­tures à 50 km/h…
    Vraiment pathé­tique ! Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour empê­cher le déve­lop­pe­ment du vélo et lais­ser toute sa place à l’au­to­mo­bile.

    sep article