Plan Chronovélo : le Cluq organise une réunion publique de concertation… qui a failli ne jamais avoir lieu

sep article

FOCUS – Le Comité de liaison des unions de quartiers (Cluq) organise, mardi 4 décembre, la réunion publique de concertation sur le plan Chronovélo… Une occasion notamment très attendue par le collectif Le vélo qui marche, qui va pouvoir présenter aux élus et au public ses réflexions et alternatives au tracé retenu. Se revendiquant neutre, le Cluq entend, lors de cette réunion, se poser en simple médiateur entre les habitants et la Métropole de Grenoble.

 

 

Planning de réalisation des aménagements du Plan Chronovélo version juin-juillet 2018 DR

Planning de réalisation des aménagements du Plan Chronovélo version juin-juillet 2018. DR

« Venez donner votre point de vue » peut-on lire sur une affiche visible ces jours-ci dans les rues de Grenoble, annonçant « une réunion publique de concertation » sur le plan Chronovélo.

 

Un temps d’échange et de débat qui se tiendra mardi 4 décembre à 20 heures à la Maison de tourisme.

 

L’organisateur ? Le Comité de liaison des unions de quartier de Grenoble. En amont de cette rencontre, le Cluq exhorte tout habitant, collectif ou association etc. souhaitant faire part de son point de vue sur le tracé Chronovélo, ce jour-là, à se rapprocher de lui, afin d’organiser au mieux les prises de parole. 

 

Le Cluq aurait de loin préféré que la Métropole de Grenoble, maître d’ouvrage du plan Chronovélo, coorganise cette réunion avec lui, mais la collectivité a botté en touche. Quant aux élus, visiblement indécis, ils n’ont pour l’heure toujours pas confirmé leur participation. Alors même qu’ils ont rencontré les membres du Cluq, vendredi dernier, pour se mettre d’accord sur le déroulement de cette réunion.

 

 

Le Cluq, garant d’un débat équitable sur le plan Chronovélo

 

« Nous nous positionnons comme animateur de débat, tient à souligner Gilles Namur, président du Cluq. Nous ne sommes pas là pour critiquer tel ou tel projet. Notre seule préoccupation est que la concertation, le dialogue et le débat puissent avoir lieu. »

 

Affiche de la réunion publique de concertation sur le plan Chronovélo organisée par le Cluq. DR

Affiche de la réunion publique de concertation sur le plan Chronovélo organisée par le Cluq. DR

La réunion se déroulera en trois temps. En première partie de soirée, le Cluq reviendra sur l’historique de la concertation orchestrée par la Métropole et… pointera les écueils de sa conception.

 

Le Cluq ne manquera pas, en particulier, de déplorer la promesse non tenue de la collectivité d’organiser une concertation portant sur le schéma global du plan Chronovélo. Raison pour laquelle le Cluq s’est portée volontaire pour en organiser une…

 

À l’été 2018, des réunions de secteur se sont certes tenues mais pour présenter le plan par tronçons. Et il n’était alors pas question de remettre en cause lors de celles-ci le tracé initial des axes chronovélo.

 

 

Soucieux de garantir un débat équitable, le Cluq donnera la parole à la Métropole de Grenoble, afin qu’elle puisse dérouler sa version des faits et expliquer par le menu le processus d’élaboration et le bien-fondé de son schéma Chronovélo.

 

 

Partir des mêmes enjeux, passer en revue les alternatives 

 

Dans un deuxième temps, le Cluq propose de définir les termes du débat. De quoi parle-t-on vraiment quand on évoque les axes Chronovélo ? S’agit-il de construire des pistes de grand gabarit où les cycles circulent à vive allure d’un point A à un point B, avec des priorités aux feux pour les vélos ?

 

Illustration sur le site du collectif Le vélo en marche DR

Illustration sur le site du collectif « Le vélo qui marche », qui défend des solutions alternatives au plan Chronovélo de la Métropole de Grenoble. DR

Ou alors est-il question, de manière plus réaliste, de se contenter de conforter des pistes de vélo préexistantes, sur certaines portions de ces axes tout au moins, notamment dans l’hypercentre de Grenoble ? Dans ce dernier cas, est-il légitime de mettre la totalité du schéma sous la bannière « Chronovélo » ?

 

Enfin, lors du dernier temps de la soirée, s’exprimeront à tour de rôle les partisans du plan Chronovélo tel que le conçoit la Métropole, puis ses opposants qui soutiennent d’autres tracés.

 

Parmi les contestataires, le collectif Le vélo qui marche exposera ses griefs contre une partie du tracé acté par la Métropole de Grenoble. Regroupant des citoyens issus d’unions de quartier, de conseils citoyens indépendants et d’associations, ce collectif défend un plan Chronovélo assez différent de celui de la Métropole. Parmi ses sources d’inspiration, l’expérience du réseau express vélo de la Ville de Strasbourg, capitale du vélo en France.

 

Séverine Cattiaux

 

commentez lire les commentaires
2591 visites | 19 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 19
  1. Pour que l’information soit complète, peut-être eût-il été utile de vérifier qui était derrière ce fameux collectif « le vélo qui marche ».

    Or donc :
    – Leur site est hébergé sur le même serveur que celui d’Alain Carignon, societe-civile-grenoble.fr (chez Free, adresse IP : 62.210.16.62)
    – L’administrateur de leveloquimarche.fr est le même que celui de grenoble-le-changement.fr, autre site d’Alain Carignon (hébergé lui aussi chez Free, adresse IP : 62.210.16.61)

    Il me semble qu’on peut décemment en déduire que ce « collectif » est une création, à visée électoraliste, d’Alain Carignon. Et je crois qu’il est important de le savoir.

    sep article
  2. L’enfumage des « amis » de la municipalité Piolle avec son lots d’arguments toujours d’une mauvaise fois confondante, avec un nouvel arrivé à rajouter a la liste, gilce

    sep article
    • Hahaha, mais pour un peu, vous seriez plein d’humour !

      Donc pour vous, cyclistes = ami(e)s de Piolle.
      J’en déduis qu’automobilistes = fachos lepénistes.
      J’ai bon ?
      Non seulement vous êtes pathétiques mais en plus pitoyables dans vos raisonnements !

      sep article
  3. Le schéma du réseau de Strasbourg présenté par « Le vélo qui marche » et repris par Place Grenet est (volontairement?) trompeur: en effet le réseau vélo express de Strasbourg est non seulement composé de plusieurs rocades, et pas seulement une, comme présenté ici de manière tronquée mais aussi de 9 radiales:
    https://www.rue89strasbourg.com/un-nouveau-reseau-de-transports-la-pedale-145275

    Par ailleurs, chaque ville a sa propre configuration, ainsi dans le cas de Strasbourg, les pistes cyclables servent de « rocade » autour de l’hypercentre piéton car celui-ci forme en quelque sorte une île cernée de canaux qui sont eux-mêmes longés par des grands axes faisant le tour de « l’île ». Il est plus aisé d’y faire passer des axes Chronovélo, plutôt que dans l’hypercentre, qui est un plateau piéton, touristique, classé, beaucoup plus vaste que le plateau piéton de Grenoble et constitué de beaucoup de petite rues tortueuses. Après, si certains veulent un plateau piéton de 1km de long à Grenoble, soit entre l’hôpital et le cours Jean-Jaurès, pas de problème, il suffit d’appeler la mairie!
    https://www.google.com/maps/place/Strasbourg/@48.581018,7.7337681,14z/data=!4m5!3m4!1s0x4796c8495e18b2c1:0x971a483118e7241f!8m2!3d48.5734053!4d7.7521113

    sep article
    • Vous avez raison, les autoroutes à vélos de Strasbourg, qu’elles soient rocades ou radiales, ne pénètrent pas en centre ville. Pas fous les alsaciens.

      sep article
      • Ce n’est pas ce que je voulais dire. Le réseau de Grenoble non plus ne pénètre pas l’hypercentre piéton. Le schéma du « Vélo qui marche » est trompeur en ce qu’il montre une rocade, mais pas les radiales.

        sep article
      • Ben euh, comment dire, parfois, il vaudrait mieux se taire… Etes-vous déjà allé dans le centre-ville de Strasbourg, « la Petite France » et aussi le quartier de la Cathédrale juste à côté ? Il ne vous aura pas échappé si c’est le cas qu’il est largement piétonnier. Par conséquent qu’il est difficile d’y faire passer un réseau express vélo de 2×2.2m ou bien 4m de large. Et bien figurez-vous que c’est pareil sur Grenoble : il n’y a pas de réseau express vélo desservant la grand’rue ou la rue Félix Poulat de même que les petites rues adjacentes, Bonne, Millet etc. C’est dingue, non ??? Pas fous ces Grenoblois !

        Entre nous, en diffusant de telles affirmations dénuées de tout sens une fois confontrées à la réalité du terrain, vous prenez vraiment les Grenoblois(es) pour des andouilles ou il y a autre chose ?

        sep article
        • sep article
        • Vous ne m’avez pas compris, peut-être me suis-je mal exprimé. Je n’ai jamais dit qu’il fallait faire passer un réseau express vélo dans des zones piétonnes, ni à Strasbourg, ni à Grenoble, et oui j’ai visité Strasbourg et j’expliquais aussi pourquoi on ne pouvaitnoas faire passer de réseau express vélo dans les rues piétonnes! Je crois que vous êtes plutôt défenseur du réseau express vélo, et ça tombe bien, car moi aussi, faisant moi-même 20km par jour à vélo dans Grenoble… En fait, on doit penser à peu près la même chose… Sur le fond, j’ai critiqué la comparaison trompeuse entre Grenoble et Strasbourg faite par « Le vélo qui marche », en effet le schéma présenté par cette association laisse penser que le réseau de Strasbourg n’est constitué que d’une « rocade à vélos », alors qu’à Strasbourg comme à Grenoble, le réseau est constitué de d’axes pénétrants, mais évidemment pas dans les rues piétonnes et j’expliquais pourquoi. Mais bon, j’ai dû être clair…

          sep article
  4. sep article
    • La relation avec le réseau express vélo ???

      sep article
  5. Ping : Les Unions de Quartiers organisent elles mêmes la concertation - 🚴ki🚶 ~ LE VÉLO QUI MARCHE ~ 🚴ki👍

  6. Merci au cluq de permettre le débat et aux unions de quartiers de s’investirent sur le sujet afin que nous profitons tous d’un réseau cycles qui fonctionne dans sa globalité et sans dogmatisme.

    Je ne remercie pas ceux qui sur les articles de place gre’net souhaitent bâillonner l’expression et volonté des Grenoblois de construire ensemble; censure, attaques gratuites, dénigrement, jugements à l’emporte pièces, calomnies, à l’image du reseau citoyen, et à savoir ici donc : jmb, thierry, Olivier, dauphinoix, caro, zap, liste à compléter.

    sep article
    • Vous avez un problème ? On peut discuter si vous voulez. Désolé de n’être pas de votre avis, monsieur. Retrouvez moi les fois où j’ai été insultant, je vous en prie.

      sep article
    • Super ce commentaire, cela fait chaud au cœur !!!!!!!!!!!!!!!!

      sep article
    • Vous êtes d’un ridicule, vraiment pathétique. On se croirait dans une cour de récré : « ouin, jmb, thierry, Olivier, dauphinoix, caro, zap y font que de m’embêter ! » Je pensais que votre âge mental relevait davantage du XXème siècle à la vue de vos propositions du siècle passé mais en fait, c’est plutôt du niveau maternel. Si vous ne supportez pas la contestation sur un forum de discussion, il ne faut pas venir. Aux dernières nouvelles, PlaceGrenet ne vous a pas censuré et les personnes que vous citez n’en ont pas le pouvoir non plus.

      Les idées que vous proposez sont tout simplement dépassées. C’est une fin de règne, une transition non pas écologique (contrairement à ce que vous croyez) mais économique qui se profile. On va dans le mur, économiquement, socialement, environnementalement. Et vous et vos autres compagnons du même acabit veulent nous y amener encore plus vite. On a le droit d’être en désaccord et de l’exprimer.
      Maintenant, si ça vous déplaît, on peut reprendre la maxime de Sarkozy au salon de l’agriculture en 2008.

      sep article
  7. SC

    27/11/2018
    16:37

    Bonjour Thierry, Le collectif en question est le seul qui se soit manifesté, officiellement, comme participant à cette réunion. Pour l’heure, à notre connaissance l’ADTC n’a pas sollicité de prise de parole. Selon le Cluq, le débat se veut ouvert à tout type d’intervention. Enfin, à propos des réunions de travail, etc. il faut présumer que la Métropole de Grenoble y reviendra lors du premier temps de la réunion Cf. l’article. Bonne journée.

    sep article
  8. Marrant de citer un collectif (Le Vélo Qui Marche) qui se crée spécialement pour l’opposition au projet ! Un simple WhoIs sur internet permet de vérifier que le domaine et le blog ont été crée le 17 octobre de cette année ! Et les idées documentées sont les mêmes qu’une autre assos qui s’était opposée au plan de circulation en créant des fausses infos sur la pollution…
    Pourquoi ne pas demander l’avis de l’ADTC par exemple qui est l’assos référence à Grenoble en terme de déplacements alternatifs ?
    Et la réunion public organisée par le CLUQ est déjà parti pris dès l’affichette… Sont oubliés/maquillés les groupes de travail, les réunions publiques et les conférences de presse faites en 2015, 16 et 17 !

    sep article
  9. « Le vélo qui marche »… Le collectif qui se déplace en tout sauf à bicyclette en ville. L’utilisation du terme « autoroute à vélos » (alors qu’il ne viendrait à personne l’idée d’aller un chemin agricole une « autoroute à tracteurs ») démontre les origines de ce collectif (suffit de voir qui continue d’appeler ces pistes cyclables ainsi).
    Et on admire sur son site les références à la FFVélo (toujours appelée Fédération Française des Cyclotourisme, le changement de nom n’ayant pas été approuvé par la dernière AG) dont l’expertise en matière de déplacements urbains me semble un poil plus limitée que celle de la Fédération des Usagers de la Bicyclette.
    Et on retrouve aussi les critiques sur la piste devant Champollion alors que pendant des années ces braves gens n’ont rien à trouver à redire sur deux files de circulation pour voitures à 50 km/h…
    Vraiment pathétique ! Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour empêcher le développement du vélo et laisser toute sa place à l’automobile.

    sep article