Chronovélo : la Métropole de Grenoble étend son réseau de pistes cyclables dans l’agglo

sep article

EN BREF – Sept kilomètres de pistes cyclables directes, confortables et sécurisées vont être aménagés entre Grenoble et Meylan, dans le cadre du renforcement du réseau Chronovélo. Un boulevard pour les vélos en forte augmentation dans l’agglomération.

 

 

Petit à petit, l’oiseau fait son nid. Lancé au mois de juin 2017, le réseau cyclable Chronovélo s’installe progressivement dans le paysage grenoblois. Prochain chantier prioritaire de ce projet visant à multiplier par trois l’usage du cycle d’ici 2020 : l’axe Grenoble – La Tronche – Meylan, dont les travaux vont démarrer le 18 juin prochain. Il s’agit de l’un des quatre tronçons de ce projet (Fontaine – Meylan, Saint-Égrève – Saint-Martin-d’Hères, Grenoble – Vizille et Grenoble – Eybens). L’enjeu ? Donner « une vraie possibilité, pour les vélos, selon Eric Piolle, maire de Grenoble, de trouver leur place de façon lisible ».

 

Chronovélo acte 2 ! Sept kilomètres de pistes cyclables directes, confortables et sécurisées vont être aménagés entre Grenoble et Meylan dès le 18 juin.

Piste cyclable Chronovélo, avenue des Jeux olympiques à Grenoble. © Anaïs Mariotti

 

La Métropole de Grenoble entend ainsi établir, entre Grenoble et Meylan, un trajet cyclable aménagé de sept kilomètres « d’itinéraires directs, confortables et sécurisés ». À partir du carrefour Chavant, les cyclistes bénéficieront d’une piste Chronovélo séparée des voitures et des piétons sur la quasi-totalité du parcours. Celui-ci longera le boulevard Jean-Pain du côté de l’Hôtel de Ville, puis l’ex-RD1090 jusqu’au passage Ricou et au boulevard de la Chantourne, à La Tronche.

 

Le parcours se poursuivra ensuite sur l’avenue de Verdun et l’avenue du Vercors à Meylan. Il desservira des lieux importants de la vie politique, sociale et culturelle de la commune, tels le pôle commercial, l’Hôtel de Ville et la Maison de la musique.

 

Grenoble, deuxième ville cyclable de France

 

Les travaux devraient durer environ un an et demi, pour un coût total de 1,7 million d’euros. Au final, près de 10 millions d’euros seront investis par la Métropole, d’ici à 2020, pour améliorer son réseau de pistes cyclables.

 

Les Metro vélos, à Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Les Metrovélos, à Grenoble. © Léa Raymond – placegrenet.fr

 

Un projet dans l’air du temps, alors que la pratique du vélo dans l’agglomération grenobloise ne cesse de s’étendre. Selon un rapport de l’Insee publié en 2017, Grenoble est ainsi la deuxième ville la plus cyclable de France : 15,2 % de ses actifs et apprentis se rendent au travail à vélo. Sur l’ensemble de la métropole, la pratique cyclable aurait augmenté de 30 % depuis 2009. Seule Strasbourg présente un meilleur résultat.

 

Convaincre des vertus de la bicyclette

 

Avec cet objectif annoncé de multiplier par trois la part modale du vélo d’ici 2020, la Métropole entend faire en sorte que ce mode doux représente 12 % de tous les déplacements. Soit 216 000 par jour – l’équivalent de ceux effectués en tramway.

 

Au-delà des aménagements de la voirie qui répondent à des logiques de confort et de sécurité, la Métropole espère aussi sécuriser le stationnement des cycles pour lutter contre les vols de vélos, améliorer les services associés et enfin agir sur mentalités en convainquant les habitants des vertus de la bicyclette. Pari gagné ? Il faudra attendre 2020 pour le dire.

 

Samuel Ravier

 

 

commentez lire les commentaires
3280 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. « Pari gagné ? Il faudra attendre 2020 pour le dire. »
    Sur Grenoble commune c’est tout vu, on est à 15% de part modale cycles contre 25% pour la voiture. D’ici 5-10 ans les déplacements cycles auront dépassé ceux en bagnole.
    J’espère qu’alors on n’aura plus à se battre qu’il faut du budget et de la surface de voirie pour les aménagement cyclables.
    Pour les ChronoVélo, le problème reste celui des insertions qui sont souvent mal gérées (par exemple rue Casimir Brénier quand on débouche place de la gare, les cyclistes sont censés avoir une priorité, c’est un miracle quand elle est spontanément respectée).

    sep article