Expulsion des anciens locaux du crédit Agricole occupés par le Dal 38 mercredi 10 avril 2019 © Florent Mathieu - Place Gre'net

La Ville a fait expul­ser mili­tants du Dal et sans-abris des anciens bâti­ments du Crédit agri­cole à Grenoble

La Ville a fait expul­ser mili­tants du Dal et sans-abris des anciens bâti­ments du Crédit agri­cole à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE VIDÉO – L’occupation des anciens locaux du Crédit agri­cole sur l’a­ve­nue Marcelin-Berthelot à Grenoble n’aura pas duré plus de qua­rante-huit heures. Informés d’une plainte de la Ville et d’une inter­ven­tion immi­nente des forces de l’ordre, les mili­tants du Dal 38 ont battu le rap­pel de leurs sou­tiens. C’est aux alen­tours de 18 heures que la police a pro­cédé à l’ex­pul­sion, tan­dis qu’un membre du cabi­net du maire condui­sait en per­sonne des familles sans-abris dans un gymnase.

L’occupation n’aura pas duré plus de qua­rante-huit heures. Les mili­tants du Dal 38 avaient “ouvert” les anciens locaux du Crédit agri­cole, désor­mais pro­priété de la Ville de Grenoble, sur l’a­ve­nue Marcelin-Berthelot le mardi 9 avril. Ils ont été éva­cués manu mili­tari par la police le len­de­main, avec les per­sonnes qui occu­paient les bureaux déserts. Une opé­ra­tion poli­cière annon­cée, que le Dal et ses sou­tiens ont atten­due de manière sou­vent fes­tive toute l’a­près-midi (voir diaporama).

Rassemblement de soutien au Dal 38 avenue Marcelin-Berthelot. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement de sou­tien au Dal 38 ave­nue Marcelin-Berthelot. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Dès le mardi soir, le col­lec­tif était en effet informé que la Ville de Grenoble avait porté plainte. Une décep­tion pour les acti­vistes, qui avaient reçu la visite l’a­près-midi même de David Laumet, membre du cabi­net du maire Éric Piolle. Conseiller auprès des ques­tions sociales, David Laumet avait soi­gneu­se­ment noté les reven­di­ca­tions du Dal. Parmi celles-ci, une ren­contre avec les élus gre­no­blois sur la ques­tion du loge­ment et de l’hébergement.

Rassemblement de sou­tien au Dal devant les locaux

La ren­contre n’aura pas eu lieu, ou du moins pas dans l’im­mé­diat. Le mer­credi 10 avril, David Laumet était en effet de retour sur les lieux en fin de mati­née pour pré­ve­nir les occu­pants du local muni­ci­pal que la police allait pro­cé­der à son éva­cua­tion le jour même. Dès midi, les mili­tants du Dal et leurs sou­tiens ont alors battu le rap­pel sur les réseaux sociaux ou par SMS. Objectif : qu’un maxi­mum de per­sonnes soient pré­sentes au moment de l’ar­ri­vée de la police.

[slideshow_deploy id=“238079”]

Si la police s’est fait attendre, les sou­tiens ont afflué de toutes parts. Membres du Dal ou de la Cisem (Coordination isé­roise de soli­da­rité avec les étran­gers migrants), syn­di­ca­listes de Solidaires ou de l’Union natio­nale des lycéens, Gilets jaunes… Sans oublier le pas­sage de Bruno de Lescure, du col­lec­tif (entre autres) Vivre à Grenoble. Ou la (longue) pré­sence des deux élus gre­no­blois “dis­si­dents” du groupe Ensemble à gauche, Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot.

Si des étran­gers sans-papiers avaient quitté les lieux dans la mati­née pour ne pas croi­ser la police, res­taient encore sur place des per­sonnes ayant passé la nuit dans le bâti­ment. Des hommes seuls ainsi que plu­sieurs familles. Le Dal aurait reçu l’as­su­rance qu’ils seraient pris en charge par les ser­vices du CCAS au moment de l’é­va­cua­tion, et héber­gés dans un gym­nase pour une durée de dix jours.

Des familles emme­nées dans un gymnase

Une infor­ma­tion confir­mée par Alain Denoyelle, adjoint de Grenoble à l’Action sociale, peu avant l’in­ter­ven­tion des forces de l’ordre. « Nous allons leur pro­po­ser une prise en charge à l’ex­té­rieur du bâti­ment, et un suivi sur leurs besoins d’hé­ber­ge­ment », a ainsi expli­qué le direc­teur du CCAS de Grenoble. Ceci « pour faire en sorte de tra­vailler sur les solu­tions d’hé­ber­ge­ment ou de loge­ment qui pour­raient être dis­po­nibles pour elles », a‑t-il ajouté.

Le membre du cabinet et conseiller du maire David Laumet conduit lui-même les familles de migrants dans un gymnase, au volant d'un mini-bus Citiz. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le membre du cabi­net et conseiller du maire David Laumet conduit lui-même les familles de migrants dans un gym­nase, au volant d’un mini-bus Citiz. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Scène quelque peu sur­réa­liste, c’est au final le membre du cabi­net David Laumet en per­sonne qui vien­dra cher­cher les familles au volant d’un mini-bus Citiz, aux alen­tours de 18 heures. Seul repré­sen­tant de la muni­ci­pa­lité, il se fera copieu­se­ment insul­ter. Et même agres­ser ver­ba­le­ment par un jeune sans-abri. Impassible, l’homme a emmené les familles char­gées de leurs affaires, sous les cris de « vendu ! » scan­dés par les militants.

« Je trouve que nos élus n’ont pas de c… », s’in­digne ver­te­ment Bernadette Richard-Finot face à la scène. « Soit on a le cou­rage de flan­quer les gens dehors, soit on ne l’a pas, mais faire venir un membre du cabi­net, cela prouve qu’ils ne sont pas bien dans leurs bas­kets », estime-t-elle encore. David Laumet aurait, par la suite, assuré au Dal qu’une ren­contre avec le maire de Grenoble serait orga­ni­sée. Dans quel délai ? « Une dizaine de jours », selon le collectif.

Une éva­cua­tion dans la douleur

Toutes les familles n’ont pas encore “démé­nagé” lorsque la police pro­cède à l’é­va­cua­tion des locaux. En entrant par der­rière, les forces de l’ordre repoussent les der­niers occu­pants jus­qu’aux esca­liers de la porte d’en­trée. Heurts et insultes : un poli­cier lâche plu­sieurs jets de gaz lacry­mo­gène (voir vidéo). Une petite fille en reçoit en plein visage. De même qu’une dame d’un cer­tain âge, vic­time ensuite d’un malaise. Quand David Laumet revient pour un second voyage, il trouve le camion des pom­piers sur place, en plus des voi­tures de police…

https://​www​.face​book​.com/​p​a​g​e​d​e​p​l​a​c​e​g​r​e​n​e​t​/​v​i​d​e​o​s​/​2​6​6​3​7​3​9​4​0​9​3​6​0​66/

Cette expul­sion, Alain Denoyelle la jus­ti­fie. « Ces locaux ne sont pas vides : ils sont en phase de pré­pa­ra­tion de tra­vaux pour per­mettre l’in­té­gra­tion de 600 agents de la Ville et du CCAS à échéance de l’an­née pro­chaine », explique l’ad­joint. Avant d’ex­pli­quer que des réunions et ren­contres pré­vues sur place ont été annu­lées, du fait de la pré­sence du Dal dans les locaux. « Ces lieux, nous en avons besoin pour la Ville dès à pré­sent ! », assure-t-il.

Une petite fille touchée au visage par le nuage de gaz lacrymogène © Florent Mathieu - Place Gre'net

Une petite fille tou­chée au visage par le nuage de gaz lacry­mo­gène. © Florent Mathieu – Place Gre’net

À l’i­mage de la Ville d’Échirolles la semaine pré­cé­dente, l’ad­joint juge enfin que le Dal fait un mau­vais pro­cès à la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise : « Ce n’est pas facile d’être mis en cause quand nous nous bat­tons, nous aussi, depuis des années sur la prise en charge des per­sonnes ! » Et de citer les « loge­ments alter­na­tifs » mis en place par la Ville, qu’il s’a­gisse du vil­lage du Rondeau ou des appar­te­ments d’ins­ti­tu­teurs mis à disposition.

« Sur le com­bat du loge­ment, nous sommes bien en phase avec le Dal… mais, der­rière, c’est la Ville de Grenoble qui se retrouve mise en cause, et les locaux de la Ville qui sont occu­pés », déplore enfin Alain Denoyelle. Un dis­cours peu audible pour le Dal qui, de son côté, conti­nue d’exi­ger de la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise, comme de la Métropole, qu’elles pro­cèdent à des réqui­si­tions de loge­ments vides, et signent des arrê­tés anti-expulsion.

Florent Mathieu

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Sécheresse : la Ville de Grenoble interdit l'accès au parc Guy-Pape. Sécheresse. DR
Canicule et séche­resse : la Ville de Grenoble prend un arrêté d’in­ter­dic­tion d’ac­cès tem­po­raire à la prai­rie Guy Pape

FLASH INFO - Considérant les conditions exceptionnelles de sécheresse et de chaleur susceptibles d'augmenter les risques d'incendie, la Ville de Grenoble a pris un arrêté Lire plus

Grenoble face au phénomène d'ilots de chaleur, entre critiques de l'opposition et perspectives de la municipalité
Voirie et espaces verts : la Ville de Grenoble fait face à l’a­lerte séche­resse de niveau 4

FLASH INFO - Tout comme l'ensemble des localités du sud du département de l'Isère, la Ville de Grenoble est concernée par l'alerte sécheresse de niveau Lire plus

L'édition 2022 du Cabaret Frappé à retouvé le Jardin de Ville de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Le Cabaret frappé a repris ses quar­tiers d’été au cœur du Jardin de ville de Grenoble jus­qu’au 20 juillet 2022

REPORTAGE VIDÉO - C'est parti pour la 23e édition du Cabaret frappé, festival musical grenoblois entièrement gratuit qui se déroule au Jardin de ville. Au Lire plus

Massilia Sound System au festival Cabaret Frappé de Grenoble de 2021 © Muriel Beaudoing
La Ville de Grenoble dévoile sa poli­tique cultu­relle pour la période 2022 – 2026

FOCUS - L'adjointe à la culture Lucille Lheureux a présenté, jeudi 7 juillet, la politique culturelle 2022-2026 de la Ville de Grenoble, adoptée en conseil Lire plus

Le Dal organisait ce vendredi 1er juillet 2022 un rassemblement et un concert de casseroles devant la préfecture, en compagnie des familles occupant l'esplanade de la Caserne de Bonne. © Dal 38
Grenoble : la Ville met la salle Rouge à dis­po­si­tion du Dal et des familles sans abri jus­qu’à la fin de l’été

FOCUS - Après avoir occupé l'esplanade de la Caserne de Bonne durant cinq semaines, puis la Maison des associations depuis ce mardi 12 juillet 2022, Lire plus

Le Dal et les 80 familles occupant l'esplanade de la Caserne de Bonne depuis cinq semaines ont levé le camp, mardi 12 juillet 2022, et occupent désormais la Maison des associations. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : le Dal et les 80 familles sans abri ont quitté l’es­pla­nade de la Caserne de Bonne pour la Maison des associations

FOCUS - Le Dal 38 (Droit au logement) et les 80 familles qui occupaient l'esplanade de la Caserne de Bonne depuis le 5 juin 2022 Lire plus

Flash Info

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

|

04/08

17h00

|

|

04/08

12h07

|

|

03/08

15h57

|

|

03/08

13h04

|

Les plus lus

Flash info| Séparatisme et com­mu­nau­ta­risme : le pré­fet de l’Isère demande des expli­ca­tions face aux bur­ki­nis dans une pis­cine de Grenoble

À voir| Fête médié­vale à Saint-Antoine-L’Abbaye : « le chan­tier des bâtis­seurs » de retour les 6 et 7 août 2022

Environnement| « Chasses pré­si­den­tielles » en Isère : le mili­tant Jean-François Noblet condamné pour diffamation

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin