Après sa résidence artistique au lycée Louise Michel, la compagnie Sylvie Guillermin joue au théâtre municipal

sep article



EN BREF – Le lycée Louise Michel a accueilli pour la première fois une résidence artistique, du 11 au 15 mars 2019. Danse, cirque, musique… la Compagnie Sylvie Guillermin a proposé neuf ateliers à 700 élèves de l’établissement. Ce jeudi 21 mars, les artistes jouent Birds sur la branche, hommage à Charlie Parker, au Théâtre municipal de Grenoble.

 

 

Sylvie Guillermin, directrice artistique et chorégraphe, avec Younes Essafy et Magali Lilou Robert au lycée Louise Michel © Charles Thiebaud -placegrenet.fr

Sylvie Guillermin, direc­trice artis­tique et cho­ré­graphe, avec Younes Essafy et Magali Lilou Robert au lycée Louise Michel. © Charles Thiebaud – placegrenet.fr

« Amener de la culture (à des élèves issus d’une « popu­la­tion glo­ba­le­ment défa­vo­ri­sée ») pour offrir une vision un peu dif­fé­rente du monde. » Telle est l’am­bi­tion de la rési­dence artis­tique avec la Compagnie Sylvie Guillermin, orga­ni­sée au lycée Louise Michel de Grenoble.

 

Un évé­ne­ment prévu de longue date, – les demandes ont été faites en mars 2018 –, que le lycée a fina­le­ment pu accueillir, du 11 au 15 mars der­nier. Et ce avec l’aide de la Région et de la Délégation aca­dé­mique aux arts et à la culture (DAAC) de Grenoble. Une pre­mière.

 

Joris Mabilon, pro­vi­seur adjoint, se réjouit d’un accueil « très favo­rable » de la part des élèves. D’autant que le déve­lop­pe­ment de la culture est ins­crit dans le contrat d’objectifs de cet éta­blis­se­ment sco­laire qui compte 1 600 élèves. « Une petite ville », selon Joris Mabilon. Environ 700 élèves ont ainsi eu l’oc­ca­sion de pas­ser une heure en pré­sence de l’é­quipe artis­tique.

 

 

« Ça bouleverse le quotidien »

 

Traditionnellement, les ensei­gnants du lycée orga­nisent des sor­ties théâtre ou cinéma. Cette année, ils ont ainsi opté pour « faire entrer la culture dans l’établissement ». Pendant cinq jours, de 9 heures à 16 h 30, la com­pa­gnie de danse a pro­posé neuf ate­liers aux élèves.

 

La compagnie Sylvie Guillermin en résidence artistique au lycée Louise Michel. © Cie Sylvie Guillermin

La com­pa­gnie Sylvie Guillermin en rési­dence artis­tique au lycée Louise Michel. © Cie Sylvie Guillermin

Parmi les ate­liers pro­po­sés : assis­tances aux répé­ti­tions de la com­pa­gnie, expé­ri­men­ta­tions de danse cir­cas­sienne, ate­liers de mât chi­nois, de danse sur perche ver­ti­cale, de sangles, impro­vi­sa­tions impromp­tues…

 

Des impro­vi­sa­tions impromp­tues ? « Les dan­seurs et artistes viennent dans la classe, explique le pro­vi­seur adjoint. Parfois, ils montent sur des tables. L’objectif est de cho­quer, dans le bon sens du terme, de faire réflé­chir. Les élèves sont évi­dem­ment sur­pris. Cela bou­le­verse leur quo­ti­dien. Ils peuvent entrer en contact avec les artistes. Des dis­cours s’en­gagent autour des métiers de l’art, du spec­tacle », relate-t-il.

 

 

Un travail de médiation

 

La Compagnie Sylvie Guillermin dans le gymnase du lycée Louise Michel © DR

La Compagnie Sylvie Guillermin dans le gym­nase du lycée Louise Michel. © DR

Sylvie Guillermin est la direc­trice artis­tique. Sa com­pa­gnie, qui a trente ans, pro­pose depuis vingt ans ce type de pro­jets en éta­blis­se­ments sco­laires.

 

En rai­son d’une « mécon­nais­sance », « il y a une dif­fi­culté à ame­ner le public dans les salles, sur­tout les jeunes, qui n’en ont pas for­cé­ment l’i­dée », explique la cho­ré­graphe. Du coup, elle vient dans les éta­blis­se­ments.

 

Ce qui l’in­té­resse dans le lycée Louise Michel ? « Les niveaux bien dif­fé­rents des mineurs et des adultes ». De plus, ce pro­jet est « un vrai tra­vail de média­tion, de sen­si­bi­li­sa­tion à l’art ».

 

Jeudi 21 mars, la Compagnie Sylvie Guillermin se pro­duit au Théâtre muni­ci­pal de Grenoble. « Un théâtre à l’i­ta­lienne, c’est agréable d’y jouer. » Les artistes y joue­ront Birds sur la branche, hom­mage à Charlie Parker, musi­cien de jazz amé­ri­cain. « Pas mal d’é­lèves » sont ins­crits au spec­tacle, pré­cise Sylvie Guillermin. Défi relevé ?

 

Charles Thiebaud

 

 

Danseurs, circassiens et musicien à la manœuvre pour Birds sur la branche

 

Musicien inné, com­po­si­teur à l’imaginaire débor­dant, Charlie Parker, alias « Bird » était autant shooté par la drogue que par les notes qui bouillon­naient sans cesse à l’intérieur de lui. Afin de tra­duire les vifs anta­go­nismes qui ont tra­qué sa vie, deux dan­seuses, deux cir­cas­siens maro­cains issus de l’école natio­nale de cirque Shems’y et le musi­cien Arash Sarkechik s’approprient sur le pla­teau des décou­pages ryth­miques auda­cieux du saxo­pho­niste.

 

Le résul­tat est un uni­vers entre­cho­qué, oscil­lant sans cesse entre les abîmes cau­che­mar­desques de la vie de Bird – entra­vée par le racisme et les addic­tions –, et la joie déver­gon­dée de la créa­tion et de la ren­contre entre ces musi­ciens qui ont révo­lu­tionné l’histoire du jazz.

 

 

Spectacle tout public à par­tir de 7 ans

Jeudi 21 mars 2019 à 20 h 30 au Théâtre muni­ci­pal de Grenoble

 

La Compagnie Sylvie Guillermin

 

Directrice artis­tique et cho­ré­graphe : Sylvie Guillermin

Danseuses : Lola Kervroëdan et Magali Lilou Robert

Artistes cir­cas­siens : Rachid Ouahman et Younes Essafy

Musicien : Arash Sarkechik

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
1549 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.