Le festival Détours de Babel promet de « nouvelles saveurs mélangées » pour sa 9e édition

sep article



FOCUS – La 9e édition du festival Détours de Babel portée par le Centre international des musiques nomades va se dérouler du 15 mars au 7 avril en Isère. Trois semaines de « rencontres artistiques improbables » où vont s’hybrider musiques et cultures du monde. « Croisements », tel est le thème qu’explore cette année ce festival unique en France. De l’Europe à l’Afrique et du Moyen-Orient à l’Asie, les Détours de Babel nous invitent « là où la musique sort de ses appellations d’origine contrôlée ».

 

 

L'affiche de la 9e édition des Détours de Babel. © CIMN

Affiche de la 9e édi­tion des Détours de Babel. © CIMN

Le fes­ti­val Détours de Babel donne, ce ven­dredi 15 mars, le coup d’en­voi de sa 9édi­tion avec trois semaines de « ren­contres artis­tiques impro­bables » dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise et en Isère.

 

Porté par le Centre inter­na­tio­nal des musiques nomades (CIMN) issu de la fusion du Grenoble Jazz Festival et des 38e Rugissants, le fes­ti­val explore cette année le thème des “croi­se­ments”.

 

Au pro­gramme de cet évé­ne­ment ten­ta­cu­laire, plus de 80 concerts, spec­tacles et créa­tions vont se déployer dans près de 40 lieux, répar­tis sur vingt com­munes du dépar­te­ment. Notamment des salles de spec­tacles par­te­naires, mais aussi des bâti­ments du patri­moine, des musées, voire des quar­tiers ou encore des lieux de proxi­mité et espaces de vie.

 

 

« S’inventer de nouvelles saveurs mélangées »

 

Bangladesh, Inde, Mali, Congo, Europe, USA, Corée, Chine, Japon… Impossible ici de citer toutes les esthé­tiques métis­sées et les artistes invi­tés. Toujours est-il qu’une nou­velle fois, les Détours de Babel invitent à des voyages où vont se croi­ser et se mélan­ger des uni­vers mul­ti­co­lores et musi­caux.

 

Têtes d’af­fiches, nou­velle géné­ra­tion de musi­ciennes de jazz, décou­vertes, créa­tions… Des grands for­mats aux petites formes, le fes­ti­val nous invite à fran­chir allè­gre­ment fron­tières et bar­ri­cades cultu­relles. Vers quelles des­ti­na­tions incon­nues, exo­tiques ? Pour se rendre « là où la musique sort de ses appel­la­tions d’origine contrô­lée pour s’inventer de nou­velles saveurs mélan­gées ». Telle est l’al­lé­chante pro­po­si­tion de Benoît Thibergien, le direc­teur du fes­ti­val.

 

Fanfaraï Big Band. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fanfaraï Big Band quar­tier Très-Cloîtres lors de l’é­di­tion 2018. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Ce qui nous inté­resse, c’est prin­ci­pa­le­ment un champ artis­tique autour des musiques du monde, du jazz et des musiques impro­vi­sées et contem­po­raines », explique-t-il. En somme, la décou­verte ou l’é­coute aver­tie de musiques que l’on a peu l’oc­ca­sion d’é­cou­ter. « On n’est pas dans le mains­tream ! Ce n’est pas notre mis­sion », ajoute-t-il.

 

Quid de ces “croi­se­ments”, au centre de cette 9e édi­tion des Détours de Babel ? « C’est com­ment les cultures s’in­ter­pé­nètrent, se créo­lisent, s’hy­brident et com­ment cela se tra­duit dans les musiques », pour­suit Benoît Thibergien. L’idée ? Montrer que les esthé­tiques sont en per­pé­tuelle trans­for­ma­tion, en mou­ve­ment. Le tout « en pri­vi­lé­giant une approche trans­cul­tu­relle ».

 

En l’oc­cur­rence ? Comment les musiques tra­di­tion­nelles col­la­borent avec les plus contem­po­raines, com­ment le jazz ren­contre les per­cus­sions afri­caines ou autres fusions sans fron­tières. « Beaucoup des pro­jets qui sont créés ou accueillis par le fes­ti­val montrent des artistes à l’in­ter­sec­tion de ces croi­se­ments », sou­ligne le direc­teur du fes­ti­val.

 

 

Vingt-deux projets “croisés” jazz, musique du monde et musiques nouvelles 

 

« Cette année, nous avons des pro­jets phares qui illus­trent bien ces croi­se­ments. Comme Kogoba Basigui, la ren­contre d’Eve Risser, une jeune pia­niste de jazz fran­çaise et de son big band avec un orchestre de musi­ciennes du Mali », cite Benoît Thibergien. Autre ren­contre, cette fois-ci dans un registre plu­tôt sud-sud, que celle de Ballaké Sissoko un joueur de kora malien très connu et de Lakshminarayana Subramaniam, un vio­lo­niste indien.

 

Fables of Shwedagon. © Détours de Babel

Fables of Shwedagon. © Détours de Babel

 

« C’est une com­mande du fes­ti­val. Je leur ai pro­posé de se réunir et de tra­vailler ensemble pour mon­ter un pro­jet en rési­dence à Grenoble », pré­cise le direc­teur du fes­ti­val. Quant au chan­teur et saxo­pho­niste de jazz Thomas de Pourquery, il va pré­sen­ter une créa­tion avec des per­cus­sion­nistes congo­lais. Se joignent à eux des dan­seuses et dan­seurs du cho­ré­graphe DeLaVallet Bidiefono, pion­nier de la danse contem­po­raine à Brazzaville.

 

Delavallet_Bidiefono. © Détours de Babel

Delavallet Bidiefono. © Détours de Babel

 

Ce pour ne citer que quelques-uns des vingt-deux pro­jets “croi­sés” jazz, musique du monde et musiques nou­velles pro­po­sés par les Détours de Babel. « Croisements de musiques, de savoirs-faire, croi­se­ments de tra­di­tions. Des exemples de ce que peut être la musique dans une dimen­sion pas seule­ment esthé­tique mais aussi humaine et anthro­po­lo­gique. C’est ce qui est pas­sion­nant dans ces ren­contres-là », résume le direc­teur.

 

 

Une nouvelle génération de musiciennes de jazz « libres et sans frontières »

 

Pour cette nou­velle mou­ture des Détours de Babel, le fes­ti­val a voulu éga­le­ment s’ou­vrir à des « ren­contres inédites ». Comment ? Honneur aux femmes avec une nou­velle géné­ra­tion de musi­ciennes de jazz pro­met­teuses, « libres et sans fron­tières », repré­sen­tée par quatre jeunes artistes. À com­men­cer par la pia­niste Eve Risser, déjà citée, qui se pro­duit aussi en solo.

 

Leila_Martial. © Dimitri Menchikoff

Leila_Martial. © Dimitri Menchikoff

Naïssam Jallal pro­pose, quant à elle, une pres­ta­tion au croi­se­ment des musiques urbaines du Moyen-Orient avec le rap­peur Osloob dans Al Akhareen. Également dans la lumière, la joueuse de bat­te­rie Anne Paceo et sa for­ma­tion qui construit un pont vers les musiques de game­lan tra­di­tion­nel de Birmanie dans Fables of Shwedagon.

 

Enfin, à décou­vrir, les impro­vi­sa­tions vocales tenant du jazz tein­tées d’ef­fets élec­tro­niques de Leïla Martial, une « acro­bate de la voix », assure l’or­ga­ni­sa­tion. De quoi mieux faire connaître ces jeunes talents qui, pour cer­taines, se sont déjà fait un nom sur la scène jazz.

 

 

Brunchs, salons de musique et exposition de sculptures sonores

 

« Le fes­ti­val se porte de mieux en mieux et, s’il y a un for­mat qui fonc­tionne bien, c’est celui des brunchs* le dimanche », se féli­cite Benoît Thiebergien. À tel point que l’or­ga­ni­sa­tion a décidé  d’en orga­ni­ser un de plus cette année pour la jour­née de clô­ture, le 7 avril : un grand brunch dans le magni­fique décor mar­tial du fort Barraux, dans le Grésivaudan. Pour cet évé­ne­ment s’ins­cri­vant dans le cadre de la mani­fes­ta­tion Paysage > Paysages por­tée par le Département de l’Isère, le fes­ti­val espère ras­sem­bler près de 3 000 per­sonnes.

 

Le jardin du cloître du musée Dauphinois. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Un brunch dans le jar­din du cloître du musée Dauphinois. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Le fes­ti­val reprend éga­le­ment le concept des salons de musique. Des petites formes musi­cales géné­ra­le­ment acous­tiques pré­sen­tées à la Maison de l’in­ter­na­tio­nal de Grenoble. De même que l’on retrouve les salles majes­tueuses de l’Ancien musée de pein­ture, place de Verdun, comme base avan­cée des Détours de Babel des­ti­née à l’ac­cueil et l’in­for­ma­tion du public.

 

 

Une exposition interactive de sculptures sonores

 

Sculptures sonores Philémoi Exposition sonore interactive. © Jean-Luc Chouteau

Sculptures sonores inter­ac­tives Philémoi. © Jean-Luc Chouteau

Mais là ne s’ar­rête pas la seule voca­tion du fes­ti­val. Il sera aussi pos­sible de par­ti­ci­per à des ate­liers ou d’as­sis­ter à des concerts ainsi qu’à des per­for­mances artis­tiques.

 

Sans oublier l’ex­po­si­tion de sculp­tures sonores en bois, verre ou métal, à la fois ins­tal­la­tions et ins­tru­ments de musique. De quoi  per­mettre à cha­cun, avec ou sans for­ma­tion musi­cale,  d’improviser et de jouer libre­ment avec les sons, de créer sa propre matière sonore.

 

Joël Kermabon

 

 

* Brunch : durant une jour­née, concerts, spec­tacles, per­for­mances, ins­tal­la­tions artis­tiques se répar­tissent dans dif­fé­rents espaces du lieu d’accueil. Une manière de pro­po­ser un che­mi­ne­ment libre des par­cours musi­caux.

 

 

LE CIMN INVESTIRA LE THÉÂTRE SAINTE-MARIE-D’EN-BAS DÈS SEPTEMBRE

 

Le 17 décembre 2018, le conseil muni­ci­pal de Grenoble a enté­riné le choix du pro­jet artis­tique et cultu­rel porté par le CIMN. Une déli­bé­ra­tion dans le cadre du renou­vel­le­ment des conven­tions d’objectifs et de mise à dis­po­si­tion du théâtre Sainte-Marie‑d’en-Bas. Le CIMN rem­place ainsi Antonio Placer dans cette ancienne cha­pelle située au cœur du centre his­to­rique de Grenoble. Il va s’y ins­tal­ler dès sep­tembre 2019 pour une durée de trois ans.

 

La façade du théâtre Sainte-Marie-d'en-Bas. © JOël Kermabon - Place Gre'net

Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous avions besoin d’un lieu. Très sou­vent, nous sommes ame­nés à accueillir des artistes en rési­dence. Ils ont besoin d’un pla­teau, de lumières, de son, le temps de l’é­la­bo­ra­tion de leur pro­jet », explique Benoît Thiebergien. Un outil  essen­tiel qui a « cruel­le­ment man­qué » au Centre inter­na­tio­nal des musiques nomades. À tel point qu’il fal­lait par­fois répé­ter à Paris, faute de lieux dis­po­nibles sur Grenoble.

 

Une fabrique de créations

 

C’est donc avec sou­la­ge­ment que le CIMN intègre les lieux. « Avec les rési­dences, le théâtre va deve­nir une fabrique de créa­tion », se réjouit Benoît Thiebergien. Mais pas seule­ment. « Nous allons éga­le­ment faire une sai­son. Et puis cela va nous per­mettre de mon­ter des col­la­bo­ra­tions avec des par­te­naires locaux », ajoute le direc­teur artis­tique.

 

Ce der­nier pense déjà aux concerts, spec­tacles, pro­jets par­ti­ci­pa­tifs, temps forts et moments fes­tifs qui vont pro­chai­ne­ment ani­mer le lieu. Avec, autour de ces pro­jets, de nom­breuses opé­ra­tions d’action cultu­relle pour « tis­ser des liens vers de nou­veaux publics ».

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1638 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Détours de Babel : un simple label/coup de tam­pon, mis sur des mani­fes­ta­tions finan­cées et orga­ni­sées à leurs seuls frais par les sites concer­nés.
    Bernard.

    sep article