Le préfet de l’Isère tacle Laurent Wauquiez après son appel à “rétablir l’ordre” lancé depuis Mistral

sep article
Changeons nos vieux poêles avec la Prime Air Bois Grenoble Alpes Métropole doublée à 1600 euros !

FIL INFO – Le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, et accessoirement des Républicains, s’est rendu dans le quartier Mistral de Grenoble, ce lundi 11 mars. Une visite (politique) surprise qui a donné l’occasion à Laurent Wauquiez de dénoncer la supposée inaction du gouvernement pour lutter contre les troubles dans le quartier. Ce que la préfecture de l’Isère, visiblement piquée au vif, a immédiatement démenti.

 

 

Le préfet de l’Isère n’a pas apprécié les déclarations de Laurent Wauquiez ce lundi 11 mars, à l’occasion d’une visite du quartier Mistral de Grenoble. Peu habitué aux déplacements dans la capitale des Alpes, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes s’est en effet rendu dans le quartier en proie à des troubles depuis plusieurs jours.

 

Une visite décidée « au dernier moment », indiquent les services de la Région. Qui n’ont pas pris la peine d’en avertir Place Gre’net.

 

Laurent Wauquiez en visite dans le quartier Mistral de Grenoble © Yannick Neuder - Twitter

Laurent Wauquiez en visite dans le quartier Mistral de Grenoble. © Yannick Neuder – Twitter

 

« Je ne peux pas accepter que ce soit la France. Cela fait une semaine que durent ces violences, ce n’est pas normal », a notamment déclaré Laurent Wauquiez, cité par Le Dauphiné libéré. Une manière, pour le patron des Républicains, de critiquer le gouvernement en l’appelant à tout faire pour « rétablir l’ordre » dans le quartier Mistral. À l’approche d’échéances électorales, la visite du président de la Région ne manque donc pas d’habillage politique.

 

 

« Une connaissance incomplète du dossier »

 

« Le préfet de l’Isère souligne que ces déclarations semblent se fonder sur une connaissance incomplète du dossier étant donné l’accalmie très nette des violences urbaines dans le quartier Mistral depuis le 4 mars », a promptement répondu la préfecture dans un communiqué.

 

Une « accalmie » qui, toutefois, n’empêche pas les dégradations de continuer. Y compris au moment même de la visite du préfet aux forces de l’ordre, le dimanche 10 mars au soir.

 

Le hall du bâtiment de l'IFSI, largement dégradé durant les émeutes du quartier Mistral © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le hall du bâtiment de l’Institut Saint-Martin, largement dégradé durant les émeutes du quartier Mistral. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

La veille, le samedi 9 mars, la pépinière d’entreprise Artis située avenue Rhin-et-Danube était de nouveau incendiée. De nouveau ? Le bâtiment avait déjà été la cible de flammes dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 mars. Quant à l’Institut de formation de la Croix-Rouge Saint-Martin, c’est au cœur des émeutes qu’il a été incendié, dans la nuit du 2 au 3 mars. Ses étudiants ont été répartis dans les établissements scolaires de la région.

 

 

Le préfet dément toute inaction de l’État

 

Pour autant, le préfet dément formellement toute potentielle inaction du gouvernement. Et indique avoir obtenu « le renfort de moyens nationaux et zonaux conséquents pour appuyer les effectifs de la direction de la sécurité publique de l’Isère ». Des renforts, ajoutent les services préfectoraux, qui ont « mobilisé plusieurs centaines de fonctionnaires de police et de gendarmes mobiles ainsi qu’un hélicoptère d’observation des forces de l’ordre ».

 

Lionel Beffre, préfet de l'Isère, aux cîtés du colonel Jean-Luc Villeminey. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Lionel Beffre, préfet de l’Isère, aux côtés du colonel Jean-Luc Villeminey. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Enfin, le préfet rappelle que l’État a annoncé la création de quartiers de reconquête républicaine (QRR) sur l’agglomération grenobloise. Une décision prise dans le cadre de la police de sécurité du quotidien, que le gouvernement avait initialement refusée au bassin grenoblois malgré les demandes répétées des élus de Grenoble, d’Échirolles et de Saint-Martin-d’Hères. Sur Grenoble, c’est toutefois le quartier Villeneuve, et non Mistral, qui sera concerné par ces QRR.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
3122 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Vous avez raison. La ville de Grenoble est en roue libre. De chez moi je l’entends. Et tout le monde ferme les yeux et ne veut surtout rien voir. On préfère aller au ski et faire le bobo. Pathétique

    sep article
  2. Les municipalités Grenobloise de gauche et celle d’Eric #Piolle actuellement ont toutes leurs responsabilités dans la création et la dérive des quartiers Grenoblois, consequences de l’urbanisme foux et forcené mis en oeuvre, doublé d’une politique laxiste et permissive à des fins électoralistes.

    sep article
  3. Que le préfet et Eric Piolle le 1er, fassent leur job

    sep article
  4. Nous habitons à Mistral, et nous respirons toujours autant les fumées toxiques dégagées par d’étranges incendies ponctués par des feux d’artifices, pour montrer la joie de tous les habitants du quartier. L’amélioration de la situation peut être constatée par de moindre jet de cocktails Molotov et bombes lacrymogènes. Venez tous habiter à Mistral le quartier Vert de Grenoble, Métropole Apaisée.

    sep article