Police de sécurité du quotidien  : Grenoble, Échirolles et Saint-Martin-d’Hères demandent à rencontrer Gérard Collomb

sep article



FIL INFO — Les maires des Villes de Grenoble, Échirolles et Saint-Martin-d’Hères (re)demandent, dans un communiqué commun, une rencontre avec le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb. Leur objectif : obtenir le déploiement de la police de sécurité du quotidien sur l’agglomération grenobloise. Un dispositif encore en phase d’expérimentation qui avait été refusé aux élus en février 2018.

 

 

Ils ne lâchent pas le mor­ceau. Les maires des Villes de Grenoble, d’Échirolles et de Saint-Martin-d’Hères inter­pellent Gérard Collomb dans un com­mu­ni­qué com­mun, publié ce ven­dredi 7 sep­tembre. Les élus des trois com­munes renou­vellent ainsi leur demande de ren­contre avec le ministre de l’Intérieur, afin d’ob­te­nir le déploie­ment de la police de sécu­rité du quo­ti­dien (PSQ) sur leur ter­ri­toire. Et lui rap­pellent son enga­ge­ment pris durant l’été.

 

Déplacement de Gérard Collomb dans le Vercors en aout 2018. © SDIS38

Déplacement de Gérard Collomb dans le Vercors en aout 2018. © Sdis38

 

En août der­nier, en plein débat hou­leux sur la ques­tion de la sécu­rité à Grenoble, Gérard Collomb s’é­tait en effet dit prêt à ren­con­trer les élus de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Une annonce saluée par le maire de Grenoble Éric Piolle, quand bien même les sujets de dis­sen­sion entre les deux hommes sub­sis­taient au grand jour, notam­ment autour de la vidéo-sur­veillance.

 

 

« Restaurer un climat de sécurité »

 

Dans leur com­mu­ni­qué, les trois maires se disent plus que jamais « convain­cus que seule une pré­sence ren­for­cée, au plus proche des habi­tants, per­met­tra d’a­gir effi­ca­ce­ment pour res­tau­rer un cli­mat de sécu­rité ». Et ceci d’au­tant plus « au regard du manque réel d’ef­fec­tifs de police face à la situa­tion de ten­sion que connaît l’agglomération », ajoutent-t-ils.

 

Eric Piolle aux côtés du préfet de l'Isère Lionel Beffre. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Eric Piolle aux côtés du pré­fet de l’Isère Lionel Beffre. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

La demande n’est pas nou­velle. Entre règle­ments de compte sur fond de tra­fic de stu­pé­fiants et incen­dies cri­mi­nels contre des casernes de gen­dar­me­rie ou un lieu de culture scien­ti­fique, le maire de Grenoble a fré­quem­ment appelé l’État a mobi­li­ser de moyens pour Grenoble. Quitte à se faire repro­cher par ses détrac­teurs de repor­ter la faute sur le gou­ver­ne­ment sans assu­mer ses propres res­pon­sa­bi­li­tés.

 

Dans un entre­tien accordé à Place Gre’net, l’ad­jointe de Grenoble en charge de la Tranquillité publique Élisa Martin jugeait pour sa part récem­ment que le refus de déployer la PSQ sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise révé­lait le « mépris absolu de ces gens-là à l’égard des élus locaux » et « tradui[sait] quelque chose d’une vio­lence ins­ti­tu­tion­nelle ». Une ren­contre per­met­tra-t-elle d’a­pai­ser les ran­cœurs ?

 

FM

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3109 visites | 11 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 11
  1. Grenoble c’est pas une ville « écolo ». E Piolle n’a rien à foutre de l’é­co­lo­gie (voir la dimi­nu­tion des espaces verts sous Piolle). C’est un vieux gau­chiste radi­cal malin, qui a su se faire élire en adop­tant (très tem­po­rai­re­ment) une cas­quette « écolo », ni plus ni moins.

    sep article
    • Là aussi, il ne faut pas exa­gé­rer, vous n’êtes pas cré­dible quand vous affir­mez que le nombre d’espaces verts a dimi­nué.
      « 36 000 C’est le nombre d’arbres plan­tés sur le domaine public à Grenoble. 13% / 235 hec­tares soit la part des espaces verts sur la super­fi­cie de la ville. Soit encore 4,1 habi­tants pour 1 arbre. »
      https://www.grenoble.fr/206-les-parcs-et-jardins.htm
      ou
      https://www.placegrenet.fr/2018/03/31/a‑grenoble-807-arbres-ont-ete-plantes-cet-hiver-128-autres-abattus/184095

      sep article
      • Quand on coupe des cen­te­naires et ou qua­ran­te­naire , on peut bien replan­ter 5 jeunes pousses au même endroit .. ils ont essayé enface de chez moi, les vents et dégra­da­tions les ont fait arra­chés .

        sep article
      • Grenoble est deve­nue la 2 eme ville de France pour la den­sité, juste avant Villeurbanne, avec 6000 nou­veaux loge­ments construits ces 5 der­nières années. En paral­lèle de cette évo­lu­tion la part pro­por­tion­nelle d’espaces verts a encore dimi­nué puisque depuis 20 ans la gauche et les Verts (qui ont gou­verné 13 ans avec la muni­ci­pa­lité Destot/Safar) n’ont pas créé de grand parc public signi­fi­ca­tif . Grenoble affiche 14 M2 d’espaces verts par habi­tant contre 31 m² en moyenne dans les villes de plus de 100 000 habi­tants en France. Je vous rap­pelle que les soit disant verts étaient res­pon­sables de l’urbanisation/logement sous Destot. Vive le maire _écolo_ !

        sep article
  2. il fume quoi, ce M Piolle ?! Que G Collomb lui fera un tel cadeau en dis­cu­tant avec lui, comme si M Piolle n’é­tait pas à 99% res­pon­sable de l’é­tat désas­treux de Grenoble ? Discuter avec lui c’est de le déres­pon­sa­bi­li­ser de cette catas­trophe. Clairement, il n’aura pas de RDV

    sep article
    • Amigo, ce n’est pas parce que vous êtes anti-Piolle qu’il faut dire n’im­porte quoi. Pouvez-vous expli­quer en quoi Piolle est res­pon­sable de l’in­sé­cu­rité ? c’est lui qui fomente les attaques au cou­teau ? qui élève mal les jeunes et moins jeunes qui mettent le feu à des bâti­ments et dégradent tout ce qui leur tombe sous la main ? ou … ?
      Donc, d’a­près vous, Gaudin est res­pon­sable de ce qui se passe à Marseille, Hidalgo à Paris, Rolland à Nantes etc etc etc

      sep article
      • Mme Hidalgo est bien sûr res­pon­sable de la situa­tion à Paris et elle est for­te­ment détesté par 95% des pari­siens. M Piolle est inca­pable de gérer une ville (entre paren­thèse, je ne sais pas de quoi il serait capable). Il a imposé les 30 km/h à Grenoble. Je suis contre cette idio­tie, mais bon, il l’a fait. Et ensuite ? Puisque M Piolle est anti-police, il n’a RIEN fait pour impo­ser ces 30 km/h : pas de camé­ras, pas de police – RIEN. Par consé­quent, tout le monde roule comme avant, voire plus vite. M Piolle c’est l’in­car­na­tion de la gauche molle (il y a bien sur la gauche moins molle, comme M Stalin, mais, heu­reu­se­ment, on est très loin de celle ‑ci), inde­ci­sive, défo­cus­sée, inca­pable à gou­ver­ner. Mais le pire, je me répète, est que M Piolle s’est fait élire sous le dra­peau vert , mal­gré le fait que tout son par­cours montre que la seule chose qui le pré­oc­cu­pait et le pré­oc­cupe aujourdh’oui – c’est les migrants, les sans-papiers, les deman­deurs d’a­sile etc etc – ça n’a rien à foutre avec Grenoble, gre­no­blois et l’é­co­lo­gie !

        sep article
    • Post scrip­tum
      Que dites-vous des maires de SMH et Echirolles ?

      sep article
  3. sep article
  4. Collomb ne fera cer­tai­ne­ment rien. Il veut que l’in­sé­cu­rité per­dure à Grenoble, ville écolo, et les ban­lieues com­mu­nistes, pour que les maires soient balayés, d’a­bord que les listes de gauche soient en mino­rité aux euro­péennes, puis aux muni­ci­pales.
    Collomb ne va même pas cher­cher à faire nom­mer des poli­ciers sur les 30 postes sans titu­laires.
    Le macro-col­lom­bisme n’a­git que pour aider les copains LREM et tant pis pour la popu­la­tion dont il n’a stric­te­ment rien à faire.

    sep article