Police de sécurité du quotidien  : Grenoble, Échirolles et Saint-Martin-d’Hères demandent à rencontrer Gérard Collomb

sep article

Creative Mobilities Mou

FIL INFO — Les maires des Villes de Grenoble, Échirolles et Saint-Martin-d’Hères (re)demandent, dans un communiqué commun, une rencontre avec le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb. Leur objectif : obtenir le déploiement de la police de sécurité du quotidien sur l’agglomération grenobloise. Un dispositif encore en phase d’expérimentation qui avait été refusé aux élus en février 2018.

 

 

Ils ne lâchent pas le morceau. Les maires des Villes de Grenoble, d’Échirolles et de Saint-Martin-d’Hères interpellent Gérard Collomb dans un communiqué commun, publié ce vendredi 7 septembre. Les élus des trois communes renouvellent ainsi leur demande de rencontre avec le ministre de l’Intérieur, afin d’obtenir le déploiement de la police de sécurité du quotidien (PSQ) sur leur territoire. Et lui rappellent son engagement pris durant l’été.

 

Déplacement de Gérard Collomb dans le Vercors en aout 2018. © SDIS38

Déplacement de Gérard Collomb dans le Vercors en aout 2018. © Sdis38

 

En août dernier, en plein débat houleux sur la question de la sécurité à Grenoble, Gérard Collomb s’était en effet dit prêt à rencontrer les élus de l’agglomération grenobloise. Une annonce saluée par le maire de Grenoble Éric Piolle, quand bien même les sujets de dissension entre les deux hommes subsistaient au grand jour, notamment autour de la vidéo-surveillance.

 

 

« Restaurer un climat de sécurité »

 

Dans leur communiqué, les trois maires se disent plus que jamais « convaincus que seule une présence renforcée, au plus proche des habitants, permettra d’agir efficacement pour restaurer un climat de sécurité ». Et ceci d’autant plus « au regard du manque réel d’effectifs de police face à la situation de tension que connaît l’agglomération », ajoutent-t-ils.

 

Eric Piolle aux côtés du préfet de l'Isère Lionel Beffre. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Eric Piolle aux côtés du préfet de l’Isère Lionel Beffre. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

La demande n’est pas nouvelle. Entre règlements de compte sur fond de trafic de stupéfiants et incendies criminels contre des casernes de gendarmerie ou un lieu de culture scientifique, le maire de Grenoble a fréquemment appelé l’État a mobiliser de moyens pour Grenoble. Quitte à se faire reprocher par ses détracteurs de reporter la faute sur le gouvernement sans assumer ses propres responsabilités.

 

Dans un entretien accordé à Place Gre’net, l’adjointe de Grenoble en charge de la Tranquillité publique Élisa Martin jugeait pour sa part récemment que le refus de déployer la PSQ sur l’agglomération grenobloise révélait le « mépris absolu de ces gens-là à l’égard des élus locaux » et « tradui[sait] quelque chose d’une violence institutionnelle ». Une rencontre permettra-t-elle d’apaiser les rancœurs ?

 

FM

 

commentez lire les commentaires
2425 visites | 11 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 11
  1. Grenoble c’est pas une ville « écolo ». E Piolle n’a rien à foutre de l’écologie (voir la diminution des espaces verts sous Piolle). C’est un vieux gauchiste radical malin, qui a su se faire élire en adoptant (très temporairement) une casquette « écolo », ni plus ni moins.

    sep article
    • Là aussi, il ne faut pas exagérer, vous n’êtes pas crédible quand vous affirmez que le nombre d’espaces verts a diminué.
      « 36 000 C’est le nombre d’arbres plantés sur le domaine public à Grenoble. 13% / 235 hectares soit la part des espaces verts sur la superficie de la ville. Soit encore 4,1 habitants pour 1 arbre. »
      https://www.grenoble.fr/206-les-parcs-et-jardins.htm
      ou
      https://www.placegrenet.fr/2018/03/31/a-grenoble-807-arbres-ont-ete-plantes-cet-hiver-128-autres-abattus/184095

      sep article
      • Quand on coupe des centenaires et ou quarantenaire , on peut bien replanter 5 jeunes pousses au même endroit .. ils ont essayé enface de chez moi, les vents et dégradations les ont fait arrachés .

        sep article
      • Grenoble est devenue la 2 eme ville de France pour la densité, juste avant Villeurbanne, avec 6000 nouveaux logements construits ces 5 dernières années. En parallèle de cette évolution la part proportionnelle d’espaces verts a encore diminué puisque depuis 20 ans la gauche et les Verts (qui ont gouverné 13 ans avec la municipalité Destot/Safar) n’ont pas créé de grand parc public significatif . Grenoble affiche 14 M2 d’espaces verts par habitant contre 31 m2 en moyenne dans les villes de plus de 100 000 habitants en France. Je vous rappelle que les soit disant verts étaient responsables de l’urbanisation/logement sous Destot. Vive le maire _écolo_!

        sep article
  2. il fume quoi, ce M Piolle ?! Que G Collomb lui fera un tel cadeau en discutant avec lui, comme si M Piolle n’était pas à 99% responsable de l’état désastreux de Grenoble? Discuter avec lui c’est de le déresponsabiliser de cette catastrophe. Clairement, il n’aura pas de RDV

    sep article
    • Amigo, ce n’est pas parce que vous êtes anti-Piolle qu’il faut dire n’importe quoi. Pouvez-vous expliquer en quoi Piolle est responsable de l’insécurité ? c’est lui qui fomente les attaques au couteau ? qui élève mal les jeunes et moins jeunes qui mettent le feu à des bâtiments et dégradent tout ce qui leur tombe sous la main ? ou … ?
      Donc, d’après vous, Gaudin est responsable de ce qui se passe à Marseille, Hidalgo à Paris, Rolland à Nantes etc etc etc

      sep article
      • Mme Hidalgo est bien sûr responsable de la situation à Paris et elle est fortement détesté par 95% des parisiens. M Piolle est incapable de gérer une ville (entre parenthèse, je ne sais pas de quoi il serait capable). Il a imposé les 30 km/h à Grenoble. Je suis contre cette idiotie, mais bon, il l’a fait. Et ensuite ? Puisque M Piolle est anti-police, il n’a RIEN fait pour imposer ces 30 km/h: pas de caméras, pas de police – RIEN. Par conséquent, tout le monde roule comme avant, voire plus vite. M Piolle c’est l’incarnation de la gauche molle (il y a bien sur la gauche moins molle, comme M Stalin, mais, heureusement, on est très loin de celle -ci), indecisive, défocussée, incapable à gouverner. Mais le pire, je me répète, est que M Piolle s’est fait élire sous le drapeau vert , malgré le fait que tout son parcours montre que la seule chose qui le préoccupait et le préoccupe aujourdh’oui – c’est les migrants, les sans-papiers, les demandeurs d’asile etc etc – ça n’a rien à foutre avec Grenoble, grenoblois et l’écologie !

        sep article
    • Post scriptum
      Que dites-vous des maires de SMH et Echirolles ?

      sep article
  3. sep article
  4. Collomb ne fera certainement rien. Il veut que l’insécurité perdure à Grenoble, ville écolo, et les banlieues communistes, pour que les maires soient balayés, d’abord que les listes de gauche soient en minorité aux européennes, puis aux municipales.
    Collomb ne va même pas chercher à faire nommer des policiers sur les 30 postes sans titulaires.
    Le macro-collombisme n’agit que pour aider les copains LREM et tant pis pour la population dont il n’a strictement rien à faire.

    sep article